Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




PLEUREZ POUR VOUS-MÊME !

WEEP FOR YOURSELF !
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
samedi soir le 24 mars 2018
A sermon preached at the Baptist Tabernacle of Los Angeles
Saturday Evening, March 24, 2018

« Ne pleurez pas pour moi, mais pleurez pour vous-mêmes »
(Luc 23:28).


Imaginez la scène dans votre esprit. Jésus avait été cruellement châtié par le fouet. Maintenant le gouverneur romain, Pilate, fait partir Jésus avec un groupe de soldats – vers le haut de la rue, vers l'endroit de la crucifixion. Voyez combien Jésus est épuisé et à moitié mort d'avoir été fouetté aussi sauvagement, et craignant qu'Il puisse mourir sur la route avant qu'ils ne le crucifient, les soldats appellent un homme à sortir de la foule, et le forcent à aider Jésus à porter la croix.

Une grande foule des personnes suivent Jésus. Elle se compose de ceux qui avaient crié « Crucifie-Le ! Crucifie-Le ! » juste quelques minutes plus tôt. Un certain nombre les ont maintenant rejoints. Au milieu de cette foule se trouve Jésus, Son vêtement imbibé de part en part par le Sang de Son châtiment, coulant de Son front blessé par la couronne d'épines qui a été posée sur Sa tête. Son « visage était si meurtri » (Isaïe 52:14) « qu'Il pouvait à peine être identifié » (Ryrie Study Bible, note sur Isaïe 52:14). Et maintenant Jésus est conduit vers une mort honteuse par crucifixion.

Dans la foule qui Le suit on voit les visages des prêtres et des Pharisiens qui le raillent et souhaitent Le voir mort. Il y a aussi des soldats romains d'une grande brutalité, durcis par tellement d'exécutions semblables qu'ils n'ont aucune sympathie pour Lui. Et il y a la foule hurlante de ceux qui ont été achetés par les prêtres pour crier en demandant Sa crucifixion. Pourtant dans cette foule sauvage il y a quelques femmes. Elles pressent les autres, et suivent juste derrière Jésus. Elles commencent à pleurer à haute voix et à Le pleurer, comme si elles assistaient à l'enterrement d'un ami ou d'un parent.

La foule ne prête aucune attention à ces femmes. Mais leurs larmes amères et leurs visages en pleur attirent l'attention de Jésus. Il s'arrête, et tournant les yeux vers elles, Il dit,

« Ne pleurez pas pour moi, mais pleurez pour vous-mêmes » (Luc 23:28).

Ce texte se divise naturellement en deux points distincts.

I. Premièrement, « Ne pleurez pas pour moi. »

Certains commentateurs disent que ces femmes étaient des pleureuses professionnelles habituellement payées pour pleurer aux funérailles. Mais je ne le pense pas. Si elles avaient été payées pour « pleurer » sur Lui, Jésus l'aurait su, « car Il savait ce que contient le cœur de l'homme » (Jean 2:25). Mais, au lieu de les appeler hypocrites, Jésus leur dit, « Ne pleurez pas pour moi. » Puisque Jésus connaît nos cœurs, Il a su qu'elles pleuraient vraiment pour Lui.

Un autre commentateur dit que « Leurs lamentations montre une pitié excessive pour Jésus… une telle sentimentalité est complètement stérile. » Il me semble que ce commentaire n'a aucun sens ! Et bien naturellement que ces femmes ont pleuré quand elles ont vu Jésus dans une telle agonie ! J'aurais honte de dire que les larmes de ces femmes au cœur généreux étaient le fruit d'une « pitié excessive » ou de « sentimentalité. » Il semble encore plus étrange qu'elles aient été les seules à pleurer. Beaucoup, dans la foule, avaient été guéris par le Sauveur. D'autres avaient été nourris par Lui - et tous ont su qu'Il était innocent. Si vous voyiez quelqu'un traité de la manière dont ils L'ont traité, j'espère que vous auriez les larmes aux yeux vous aussi !

Cette émotion s'appelle « pathos » - c'est celle qui éveille des sentiments de pitié, de douleur, de sympathie et de compassion. Ces femmes ressentaient une vraie douleur et une vraie compassion pour Jésus dans Ses souffrances, quand elles « L'ont pleuré et se sont lamentées sur Son sort » (Luc 23:27). Les principaux prêtres n'ont senti aucune pitié pour Jésus dans Sa souffrance. Ils L'ont même raillé après qu'Il ait été cloué sur la Croix (Matthieu 27:41). Les soldats romains ne Lui ont montré aucune sympathie quand ils L'ont frappé au visage et ont craché sur Lui. Ils étaient impitoyables, insensibles et cruels.

Mais ces femmes ont pleuré et se sont lamentées sur Jésus pendant qu'Il allait à la Croix. Je pense qu'elles devraient être admirées pour de tels sentiments de pitié. Et c'est une bonne chose quand les gens ressentent de la douleur pour Jésus en cette heure de douleur et de honte. Comme le dit Frederick Faber,

Oh venez et pleurez avec moi un moment ;
   Oh, venez auprès du Sauveur ;
Oh, venons ensemble, et pleurons :
   Jésus, notre Seigneur est crucifié.

N'avons-nous aucune larme à verser sur Lui,
   Tandis que les soldats se moquent ;
Et que les prêtres Le raillent !
Ah ! Regardez- Le patiemment pendu à la Croix ;
Jésus, notre Seigneur, est crucifié.
   “They Crucified Him” (Ils l’ont crucifié) par Frederick W. Faber, 1814-1863;
       sur la mélodie de “‘T'is Midnight, and on Olive’s Brow "
      (Il est minuit et sur le Mont des Oliviers).

Mais Jésus s'est tourné vers ces femmes en pleur et leur a dit, « Ne pleurez pas pour moi » (Luc 23:28). Mais pourquoi L'a-t-il dit ? Leurs pleurs étaient une émotion normale. C'était bien meilleur que la cruauté sans pitié de la foule, et les moqueries des soldats et des prêtres. Cela montrait de la tendresse de cœur. Et quoiqu'une telle tendresse soit seulement une émotion normale, elle est souvent suivie de la vraie conviction du péché. Je me rappelle bien des larmes qui venaient à mes yeux, en tant qu'enfant, quand je pensais aux souffrances de Jésus. Mais c'est seulement des années après que j'ai senti une grande douleur pour mon péché et que je suis venu à Lui dans une vraie conversion.

Un dimanche, j'ai prêché sur la couronne d'épines de Jésus. Après le sermon un jeune homme m'a dit, « Je ressens de la douleur en entendant parler de la mort de Jésus. » Je lui ai dit qu'il n'était pas mauvais de sentir de la douleur pour Ses souffrances. Mais je lui ai également dit que ce genre de douleur ne produit pas une vraie conversion. Un sentiment beaucoup plus profond, une conviction de péché, doivent être ressentie avant que quelqu'un soit vraiment né de nouveau. Ce qui nous amène au deuxième point de ce sermon.

II. Deuxièmement, « Mais pleurez pour vous-mêmes. »

« Ne pleurez pas pour moi, mais pleurez pour vous-mêmes » (Luc 23:28).

Ressentir de la douleur sur les souffrances de Jésus n'est presque pas aussi important que pleurer pour vos péchés - qui ont rendu nécessaire pour Lui de souffrir et mourir sur la Croix. C'est pourquoi Jésus a dit :

« ...mais pleurez pour vous-mêmes » (Luc 23:28).

Quand Jésus leur a dit, « Pleurez pour vous-mêmes, » Il a voulu dire par là qu'ils devraient pleurer pour les péchés qu'ils avaient commis, et qui ont rendu nécessaire pour Lui de souffrir et mourir pour les sauver. L'apôtre Paul dit très clairement qu'il y a deux types de tristesse, quand Il dit,

« … Car la tristesse fervente, produit une repentance au salut, et dont on ne se repent jamais » (II Corinthiens 7:10).

Ces femmes qui ont pleuré pour Jésus avaient seulement « la douleur du monde. » Cette douleur est seulement une émotion qui passe. Elle ne mène pas à la conversion. Une personne qui se sent seulement désolé pour Jésus peut penser avec fierté, « Je suis presque devenu un chrétien maintenant. » Mais elle sera loin de devenir une vraie chrétienne si tout ce qu’elle ressent est de la pitié. Toute la pitié concernant les souffrances de Jésus est inutile, même lorsqu'elle amène des larmes aux yeux. Le Dr. Lenski dit, « Laissez les pécheurs pleurer sur eux-mêmes et sur leurs péchés, laissez-les sangloter comme le fît Pierre (Luc 22:62) ; leurs larmes peuvent alors les mener à quelque chose de valable » (R. C. H. Lenski, D.D. The Interpretation of St. Luke’s Gospel, Augsburg Publishing House, 1946, p. 1128; note sur Luc 23:28).

Les larmes qui mènent à la vraie conversion sont des larmes de tristesse pour son péché ! Une véritable compréhension du péché peut seulement venir en voyant combien nous sommes éloignés de la sainteté que la loi de Dieu exige. La Loi dit :

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toutes ton âme et de toute ta pensée » (Deutéronome 6:5).

L'avez-vous fait ? Pouvez-vous honnêtement dire que vous avez aimé Dieu avec tout votre cœur, et toute votre âme, et toute votre force ? L'avez-vous fait ?

En toute honnêteté, en fait, vous pensez à peine à Dieu ! Admettez-le ! Et quand vous pensez à Lui, vous n'avez aucun véritable amour pour Lui. Admettez-le ! Dieu n’est presque jamais dans vos pensées quand vous n'êtes pas à l'église. Admettez-le ! N'avez-vous pas alors continuellement manqué à ce plus grand de tous les commandements ? N'est-il pas vrai que vous avez péché contre Dieu dans votre cœur toute votre vie ? Et, puisque c'est vrai, admettez-le à Dieu, avec de la peine, à cause de votre péché ! Le petit Catéchisme de Westminster dit,


Question 11 : Ne pouvons-nous pas vraiment nous affliger pour le péché, bien que nous ne pleurions pas sur lui ?
Réponse : Si nous pouvons aisément pleurer pour d'autres choses, et ne pouvons pas pleurer sur notre péché, la véracité de notre tristesse est très incertaine (The Shorter Catechism of the Westminster Confession Explained and Proved from Scripture, Le petit catéchisme de Westminster expliqué et prouvé par les Saintes Écritures, par Thomas Vincent, The Banner of Truth Trust, 2004 réimpression de l'édition de 1674, p. 230).

Jésus a dit :

« Ne pleurez pas pour moi, mais pleurez pour vous-mêmes » (Luc 23:28).

L'apôtre Jacques a dit,

« Soyez affligé, lamentez-vous et pleurez : que votre rire se change en deuil et votre joie en peine. Humiliez-vous devant le Seigneur... » (Jacques 4: 9-10).

Si vous ne vous sentez pas triste et brisé par vos péchés, comment pourrez-vous jamais devenir un vrai chrétien ? Le Dr. Machen dit, le « Le christianisme… commence par [un] coeur brisé ; il commence par la conscience du péché » (J. Gresham Machen, Ph.D., Christianity et Liberalism, Eerdmans, 1990 réimpression de l'édition de 1923, p. 65). Jésus a dit :

« Ne pleurez pas pour moi, mais pleurez pour vous-mêmes » (Luc 23:28).

Ne pleurez pas pour Lui parce qu'Il est allé à la Croix exprès, pour payer le prix de notre péché. Et il est allé à la croix joyeux, car nous lisons dans Hébreux 12:2,

« Lequel pour la joie qui était placée devant lui, a enduré la croix, méprisant la honte, et il est assis à la main droite du trône de Dieu » (Hébreux 12:2).

Et Jésus a encore dit :

« Ne pleurez pas pour moi, mais pleurez pour vous-mêmes » (Luc 23:28).

Ne plaignez pas Christ, mais c'est vous que vous devriez plaindre. Pleurez sur vous-mêmes, parce que vos péchés amèneront le jugement sur vous. Pleurez sur vous-mêmes parce que vous avez vécu dans le péché, et en supporterez la punition éternellement. Pleurez sur vous-mêmes parce que vous n'avez pensé qu'avec légèreté au salut de votre âme. Pleurez sur vous-mêmes, parce que vous avez pensé avec si peu de sérieux au prix du sacrifice de Christ pour vos péchés. Pleurez sur vous-mêmes parce que vous avez,

« … compté comme profane le Sang de l'alliance… et avez fait outrage à l'Esprit de la grâce » (Hébreux 10:29).

Pleurez sur vous-même, comme le faisait Charles Wesley, qui a écrit,

Profondeur de la grâce ? Peut-il y avoir encore
   Une grâce qui me soit toujours réservée ?
Que la colère de mon Dieu ait pitié -
   De moi, le plus grand des pécheurs,
Profondeur de la grâce ! Peut-il y avoir encore
   Une grâce qui me soit toujours réservée ?

J'ai longtemps résisté à Sa grâce,
   L’ai provoqué sans honte en plein visage,
N'écoutant pas Ses appels,
   Et L'ai affligé par mille péchés.
Profondeur de la grâce ! Peut-il y avoir encore
   Une grâce qui me soit toujours réservée ?
“Depth of Mercy” (Profondeur de la grâce) par Charles Wesley, 1707-1788.

« Ne pleurez pas pour moi, mais pleurez pour vous-mêmes » (Luc 23:28).

Car si vous ne pleurez pas sur vos péchés maintenant, vous n'aurez aucune occasion de le faire après votre mort.

C'est une scène terrible que j'ai décrite pour vous il y a un instant - Jésus soutenant Sa Croix et les femmes pleurant alors qu'elles l'ont suivi au lieu de la crucifixion. Mais combien plus terrible sera-t-il de vous voir portant vos péchés vers le feu de l'enfer ! Le péché est la croix à laquelle votre âme est attachée, et les pensées pécheresses et les habitudes sont les clous qui vous y maintiennent. Votre âme porte vos péchés, et prend du plaisir à les porter ! Vous allez vers une exécution éternelle, mais vous riez à chaque tournant du chemin ! Chaque pas que vous prenez vous amène plus près des flammes. Mais, jusqu'ici, vous n'avez senti aucune crainte - aucune douleur pour votre péché - aucune pénitence – aucune larme ! Si cela vous décrit, je plaide pour vous avec les mots de Christ,

« Ne pleurez pas pour moi, mais pleurez pour vous-mêmes » (Luc 23:28).

Maintenant aidez moi à me repentir,
   Laissez-moi maintenant mes péchés pleurer ;
Maintenant je déplore ma révolte,
   Pleurez, croyez, et ne péchez plus…
Profondeur de la grâce ! Peut-il y avoir encore
   Une grâce qui me soit toujours réservée ?


QUAND VOUS ÉCRIVEZ AU DR. HYMERS VOUS DEVEZ LUI DIRE DE QUEL PAYS VOUS ÉCRIVEZ OU IL NE POURRA PAS RÉPONDRE À VOTRE E-MAIL. Si ces sermons vous ont béni, veuillez envoyer un e-mail au Dr. Hymers et le lui dire, mais toujours mentionner de quel pays vous écrivez. L'e-mail du Dr. Hymers est rlhymersjr@sbcglobal.net (cliquez ici) . Vous pouvez écrire au Dr. Hymers dans n'importe quelle langue, mais préférablement en anglais, si c'est possible. Vous pouvez également lui écrire à son adresse postale à : P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015, USA Vous pouvez aussi lui téléphoner au (818) 352-0452, en mettant devant l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur l'Internet
A www.sermonsfortheworld.com.
Cliquez sur « Sermons en Français. »

Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser sans la
permission du Dr. Hymers. Cependant, toutes les vidéos du Dr. Hymers sont soumises à
des droits d'auteur et ne peuvent être utilisées que par permission.

Solo chanté avant le sermon par M. Benjamin Kincaid Griffith :
“Depth of Mercy” (Profondeur de la grâce) par Charles Wesley, 1707-1788.


GRANDES LIGNES DE

PLEUREZ POUR VOUS-MÊMES !

WEEP FOR YOURSELF !

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Ne pleurez pas pour moi, mais pleurez pour vous-mêmes »
(Luc 23:28).

(Ésaïe 52: 14).

I.   Premièrement, « Ne pleurez pas pour moi » Luc 23:28a; Jean 2:25;
Luc 23:27; Matthieu 27:41.

II.  Deuxièmement, « mais pleurez pour vous-mêmes. » Luc 23:28b;
II Corinthiens 7:10; Luc 22:62; Deutéronome 6:5;
Jacques 4:9-10; Hébreux 12:2; 10:29.


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006])