Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




L'HOMME QUI A OUBLIÉ D'ÊTRE RECONNAISSANT -
UN SERMON POUR THANKSGIVING

(SERMON N°65 SUR LE LIVRE DE LA GENÈSE)
THE MAN WHO FORGOT TO BE THANKFUL –
A THANKSGIVING SERMON
(SERMON #65 ON THE BOOK OF GENESIS)
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon a prêché au Baptist Tabernacle of Los Angeles,
le Jour du Seigneur, le dimanche 11 novembre 2012

« Cependant le chef des échansons ne se souvint pas de Joseph ; mais il l’oublia »
(Genèse 40:23).


Le chef des échansons avait offensé le pharaon. Il avait été mis en prison, dans le même cachot où se trouvait Joseph. Joseph était un Hébreu, et il avait été accusé d'un crime qu'il n'avait pas commis. Mais parce que le Seigneur était avec lui, le chef de la prison avait mis tous les prisonniers sous sa garde. Lors de sa première nuit en prison, le chef des échansons, un Égyptien, eut un rêve. Il demanda à Joseph de lui en donner la signification. Joseph dit qu'avec l'aide de Dieu il pourrait le lui expliquer. Joseph interpréta alors le rêve du chef des échansons, en lui indiquant qu'il serait bientôt libéré et remis dans ses fonctions auprès du pharaon. Le chef des échansons promit de mentionner l'innocence de Joseph au pharaon, s'il était libéré. Trois jours plus tard, le rêve devint réalité et le chef des échansons fut libéré et remis dans ses fonctions à la cour du pharaon.

Joseph était maintenant sûr qu'il avait un ami à la cour qui parlerait au pharaon en sa faveur, et lui ferait part de son innocence. Mais des semaines passèrent, puis des mois, et il n'y avait toujours aucun mot du chef des échansons. Le chef des échansons ne pouvait pas avoir complètement oublié Joseph... Mais il avait sans doute peur de faire appel au pharaon et lui exposer le cas de Joseph. Il pourrait irriter le pharaon, qui le renverrait alors en prison ; ou peut-être y avait-il une autre raison ? De toute façon le chef des échansons avait oublié Joseph. Si Joseph avait nuit au chef des échansons, ce dernier ne l'aurait certainement pas oublié. Mais parce que Joseph l'avait aidé, il l'avait très vite oublié. « Cependant le chef des échansons ne se souvint pas de Joseph ; mais il l’oublia »

(Genèse 40:23).

Quelle image de l'ingratitude ! Qu'il est commun pour l'humanité dépravée d'être ingrate ! Le chef des échansons était un homme qui avait oublié d'être reconnaissant. C'est une caractéristique croissante chez les gens d’aujourd'hui, de ces jours mauvais. L'apôtre Paul a dit,

« Sache ceci aussi, que dans les derniers jours des temps difficiles surviendront. Car les hommes seront épris d’eux-mêmes, pleins de convoitises, vantards, orgueilleux, blasphémateurs, désobéissants à leur parents, ingrats, irréligieux » (II Timothée 3:1 - 2).

« …désobéissants à leur parents, ingrats, irréligieux. » Quelle description de la génération de ces « derniers jours » ! Le chef des échansons est le portrait d'un grand nombre de gens d’aujourd'hui, « Cependant le chef des échansons ne se souvint pas de Joseph ; mais il l’oublia » (Genèse 40:23). C'est une génération « ingrate » et « profane. » Il y a trois domaines importants où un grand nombre de jeunes oublient d'être reconnaissants.

I. Premièrement, beaucoup sont ingrats envers leurs parents.

La Bible dit, « Honore ton père et ta mère. » Elle le dit deux fois dans l'Ancien Testament (Exode 20:12; Deutéronome 5:16) et six fois dans le Nouveau Testament (Matthieu 15:4; 19:19; Marc 07:10; 10:19; Luc 18:20; Éphésiens 6:2). Ce commandement est donné sans aucune condition. Il ne dit pas, « Honore ton père et ta mère, s'ils sont bons avec toi. » Non, elle dit simplement de les honorer. Quand vous voyez un bébé qui pleure et que sa mère prend dans ses bras, cela vous rappelle-t-il que votre mère a fait la même chose pour vous quand vous étiez enfant ? Avez-vous jamais pensé à ce que votre mère a fait pour vous, comme changer vos couches souillées, prendre soin de vous, laver et repasser vos vêtements, vous donner la nourriture à la cuillère, prier pour vous, vous attendre quand vous rentriez tard, s'inquiétant et pensant à vous comme son précieux trésor ?

Je remercie Dieu que ma mère m'ait appris à parler à six mois. Je remercie Dieu qu'elle me faisait la lecture quand j'étais malade, si souvent quand j'étais petit, car il n'y avait pas de télévision à cette époque. Je peux encore sentir sa main sur mon front, et son baiser sur ma joue, même aujourd'hui… bien qu'elle s'en soit allée depuis de nombreuses années. Je remercie Dieu tous les jours pour ma douce mère. Et vous ? Quelle a été la dernière fois que vous lui avez dit combien vous l'aimiez ?

Thaddeus Stevens était l'un des hommes d'état les plus puissants d'Amérique pendant la guerre civile. Il boitait d'une jambe. Sa mère avait travaillé jour et nuit pour aider son fils à obtenir son éducation. Après être devenu un avocat célèbre, il lui donnait une pièce d'or chaque semaine pour mettre dans l'offrande à l'église baptiste qu'elle fréquentait. Jusqu'à ce jour, chaque printemps et chaque été, vous trouverez des roses, et d'autres fleurs croissant sur sa tombe. Dans son testament Thaddeus Stevens a laissé une large somme d'argent pour que la tombe de sa mère soit perpétuellement fleurie.

Dans un cimetière d’Écosse, on trouve une pierre tombale érigée par le grand missionnaire Dr. David Livingstone et ses frères et sœurs. Voilà les mots qui y sont gravés :

Ici reposent Neil Livingstone
Et Agnes Hunter, son épouse.
Que ces mots expriment la gratitude
De leurs enfants envers Dieu,
De leur avoir donné des parents pauvres, et pieux.

Shakespeare a montré les profondeurs de la douleur mortelle dans le Roi Lear, quand le roi, alors un père âgé, pleure et dit, « Plus pointu que la dent d'un serpent est le sort d'avoir un enfant ingrat. » L'ingratitude est toujours une mauvaise chose, mais d'autant plus laide quand elle est le reflet de celle d’un enfant envers ses parents. Shakespeare a aussi dit,

Ingratitude, monstre au cœur de marbre,
Plus affreuse encore que le grand monstre des mers,
Quand tu te montres chez un enfant !

Quelle est la dernière fois que vous avez dit à votre mère que vous l'aimiez ? Quelle est la dernière fois que vous avez remercié votre père de vous avoir élevé ? L'ingratitude envers les parents est une chose mauvaise et bien cruelle chez les enfants. « Cependant le chef des échansons ne se souvint pas de Joseph ; mais il l’oublia »

II. Deuxièmement, beaucoup sont ingrats envers leurs amis et leurs bienfaiteurs.

Jésus a guéri dix lépreux et les a envoyés aux prêtres pour que ces derniers les déclarent purs et guéris. Mais un seul d'entre eux est revenu pour remercier Jésus. Le Sauveur a dit, « N’étaient-ils pas dix rendus purs ? Mais où sont les neuf ? Il ne s’est trouvé que cet étranger qui soit revenu donner gloire à Dieu » (Luc 17:17 - 18).

Nous nous rappelons très bien des dommages et des insultes, mais combien d'entre nous se rappellent de remercier ceux qui nous ont aidé ? Après avoir passé par tant de difficultés et d'épreuves lorsque j'étais enfant, j'ai toujours été étonné quand quelqu'un m'a aidé ou montré des encouragements. Ce matin, je rends grâce à Dieu pour ceux qui l'ont fait. Je me rappelle du Dr. et Mme. Henry M. McGowan, ceux qui, pour la première fois, m'ont emmené dans une église baptiste et m'ont laissé venir chez eux tous les soirs alors que je n'étais encore qu'un adolescent perdu et seul. Je me rappelle de M. Ray Phillips, qui m'a enseigné à parler en public pour la première fois. Je me souviens de Murphy and Lorna Lum qui m'ont accueilli et m'ont fait sentir comme le bienvenu quand j'étais le seul garçon occidental dans une église chinoise. Je me rappelle Mme. Gwen Devlin qui, après que tout le monde où je travaillais soit reparti chez eux à la fin de la journée, m'encourageait jour après jour pour persister d'aller aux cours du soir à l'université, quand je sentais que je ne pouvais plus continuer. Je me souviens de M. Gene Wilkerson, mon ami depuis plus de cinquante ans. Quel réconfort de savoir que je pouvais aller dormir chez lui si je n'avais nulle part où aller. Une telle pensée peut sembler étrange à quelqu'un qui a toujours eu un endroit pour poser sa tête ; mais pour un pauvre garçon comme moi, c'était un vrai réconfort d'avoir un ami comme M. Wilkerson. Je me rappelle du Dr. Timothy Lin. Il a été parfois dur avec moi, mais sans lui, je ne serais rien aujourd'hui. Je l'ai aimé de tout mon cœur parce qu'il m'a enseigné presque tout ce que je sais sur le ministère. Je me rappelle de mon épouse, qui est toujours présente pour moi, qui m'aime toujours, qui m'aide toujours, et qui est toujours prête à servir. Je me rappelle le Dr. Cagan, le plus cher et meilleur ami que je n'ai jamais eu. Je me rappelle chacun des « 39, » ces gens qui ont fait des sacrifices pour que nous puissions garder les bâtiments de notre église. Ceux-là, et bien d'autres, sont les gens que je remercie consciemment, et souvent, dans mes prières. Avez-vous jamais fait une liste comme celle-ci ? Avez-vous jamais dit à ces personnes combien vous leur êtes reconnaissant ?

J'étais un garçon pauvre, avec peu de gens pour m'encourager ou m'aider. Ainsi grâce à ceux dont je viens de mentionner les noms, j'ai pu surmonter les difficultés. J'ai été rempli de gratitude envers eux et je les ai remercié à plusieurs reprises durant toute ma vie. Cela m'a toujours fait du bien de le faire. Et j'ai toujours été heureux de pouvoir les remercier ! Et je vous recommande de faire de même ! Un bon ami et un véritable mentor valent mieux que de l'or !

Ce n'est pas le poignard de Brutus, mais son cœur ingrat, qui a tué César. Comme Shakespeare le dit,

Lorsque le noble César l'a vu le poignarder,
L'ingratitude, plus forte que la main du traître,
Eu raison de lui : son cœur puissant alors éclata ;
Cachant son visage dans son manteau,
Au pied de la statue de Pompée,
Son sang coulant à flot, le grand César tombait.
    - Jules César, III, 2.

J'ai toujours été étonné et profondément attristé par ceux qui se sont « servis » des gens de notre église – et puis sont partis sans dire un mot de remerciement. Je pense à un de nos leaders, que nous avions aidé à finir ses études, ainsi que celles de son épouse, et qui sont partis tous les deux sans un mot de remerciement, après avoir divisé l'église. Je pense à un jeune homme qui fut considérablement aidé par ma propre mère, et qui partit de chez nous une nuit, après avoir volé un de ses cadeaux de mariage, un ensemble de couteaux et de fourchettes en argent. Elle pleura amèrement, non sur les articles volés, mais sur ce garçon qu’elle considérait comme un deuxième fils. Que Dieu vous aide à ne jamais montrer une telle ingratitude ! Je me demande comment de telles personnes peuvent se considérer comme des membres de la race humaine ! Ignoble ! L'apôtre Paul dit de telles personnes,

« Parce qu’ayant connu Dieu, ils ne l’ont pas glorifié comme Dieu, ni ne lui ont été reconnaissants : mais sont devenus vains dans leurs imaginations, et leur cœur insensé a été obscurci ; se vantant d’être sages, ils sont devenus insensés » (Romains 1:21 - 22).

« Cependant le chef des échansons ne se souvint pas de Joseph ; mais il l’oublia. » Je dois m'arrêter ici un moment pour remercier le Dr. Clarence Macartney (1879-1957), pasteur presbytérien pieux, pour l'inspiration de ce sermon, et pour certaines des illustrations. Le Dr. Macartney est mort en 1957.

III. Troisièmement, beaucoup sont ingrats envers Dieu.

L'apôtre Paul a dit que les païens du monde le sont devenus parce qu'ils n'ont pas glorifié Dieu, et ne l'ont pas remercié. Il a dit des nations païennes,

« Parce qu’ayant connu Dieu, ils ne l’ont pas glorifié comme Dieu, ni ne lui ont été reconnaissants : mais sont devenus vains dans leurs imaginations, et leur cœur insensé a été obscurci ; se vantant d’être sages, ils sont devenus insensés. »

L'ingratitude est un péché contre Dieu. Nous oublions souvent de remercier Dieu des bénédictions qu'il nous a données. C'est un péché. L'apôtre Paul dit, « En toutes choses remerciez » (I Thessaloniciens 5:18).

Ma mère ne s'est convertie qu’à l'âge de 80 ans. Elle était triste et déprimée, mais tout a changé quand elle est finalement venue à Jésus et s'est convertie. Dans ma toute dernière conversation avec elle, j'ai vu comment Christ avait changé son cœur. Elle était à l'hôpital, après avoir subi une opération majeure. Mais elle débordait de gratitude envers Dieu, bien qu'elle puisse voir la mort en face. Nous avons parlé de son président préféré, Lincoln. Nous avons parlé de ses fêtes préférées, dont Thanksgiving. Elle a chanté ce chant avec moi,

Quand le vol de la tempête
   Vient assombrir ton ciel bleu,
Au lieu de baisser la tête,
   Compte les bienfaits de Dieu
Compte les bienfaits de Dieu,
   Mets-les tous devant tes yeux,
Tu verras, en adorant,
   Combien le nombre en est grand.
« Compte les bienfaits de Dieu » (Count Your Blessings)
       par Johnson Oatman, Jr., 1856-1926.

Puis ma mère a dit, « Robert, c'est vraiment étonnant ce que Dieu a fait pour nous ! » Bien qu'elle fût aux portes de la mort, à l'hôpital, Dieu lui avait donné un cœur plein de reconnaissance pour les nombreuses bénédictions qu'il nous avait données.

Alors que j'écrivais cette partie du sermon, une femme m'a téléphoné qui s'inquiétait pour sa fille qui était partie dans le péché. Je lui ai lu ce que je viens de dire au sujet de ma mère. Je lui ai dit de remercier Dieu que sa fille soit toujours en vie, qu'elle pouvait toujours prier pour elle, qu'elle avait eu beaucoup de bénédictions dans sa propre vie, et que l'apôtre Paul pouvait dire, « en toutes choses remerciez, » bien qu'il soit passé par tant d'épreuves et de difficultés dans son ministère.

Compte les bienfaits de Dieu,
   Mets-les tous devant tes yeux,
Tu verras, en adorant,
   Combien le nombre en est grand.

Le plus beau des cadeaux que Dieu nous ait donné est son Fils, le Seigneur Jésus Christ. Paul avait un vaste vocabulaire, mais quand il parlait de Jésus, il ne trouvait pas les mots. Tout qu'il pouvait dire était, « Grâce soit rendue à Dieu de son don inexprimable » (II Corinthiens 9:15).

Le pasteur Richard Wurmbrand a passé 14 ans dans une prison communiste roumaine pour avoir prêché l'Évangile. Il a connu des mois d'emprisonnement solitaire, des années de tortures physiques, souffrant constamment de la faim et du froid, de l'angoisse d’avoir à subir un lavage de cerveau, exposé à la cruauté mentale. Comment est-il passé à travers tout cela, et comment en est-il toujours sorti en chrétien victorieux ? Il a dit,

Si le cœur est purifié par l'amour de Jésus Christ, si le cœur L'aime, on peut résister à toutes les tortures… si vous aimez le Christ comme l'a fait Marie, qui tenait le Christ bébé dans ses bras… alors vous pouvez résister à de telles tortures (Richard Wurmbrand, Th.D., Torturé pour Christ, Tortured for Christ, Living Sacrifice Books, édition de 1998, p. 38.)

Ainsi, la question se réduit à ceci - aimez-vous Christ ? Si vous L'aimez, vous pouvez remercier Dieu pour Son Fils, quoique soient les épreuves que vous subissez. Mais si vous n'aimez pas Christ, alors tôt ou tard la vie vous fera connaître des chagrins qui vous ôteront tout espoir.

Je vous en supplie, ce matin, venez à Jésus, mettez votre confiance en Lui et soyez sauvé ! Dans ce monde, il n'y a vraiment aucun espoir sans Christ. Mais si vous Le connaissez, quoi qu'il arrive, vous pourrez dire avec l'apôtre, « Grâce soit rendue à Dieu de son don inexprimable. » La vraie gratitude vient du cœur de ceux qui ont éprouvé l'amour de Christ, qui est mort sur la croix pour payer nos péchés et qui est ressuscité des morts pour nous donner la vie et l'espérance qui surmonte le monde.

Veuillez vous lever et chanter l'hymne numéro trois sur votre feuille. C'était l'hymne préférée de ma mère.

Quand le vol de la tempête,
   Vient assombrir ton ciel bleu,
Au lieu de baisser la tête,
   Compte les bienfaits de Dieu.
Compte les bienfaits de Dieu,
   Mets-les tous devant tes yeux,
Tu verras, en adorant,
   Combien le nombre en est grand.

Quand sur la route glissante,
   Tu chancelles sous ta croix,
Pense à cette main puissante,
   Qui t'a béni tant de fois.
Compte les bienfaits de Dieu,
   Mets-les tous devant tes yeux,
Tu verras, en adorant,
   Combien le nombre en est grand.

Si tu perds dans le voyage,
   Plus d'un cher et doux trésor,
Pense au divin héritage,
   Qui Là-Haut, te reste encore.
Compte les bienfaits de Dieu,
   Mets-les tous devant tes yeux,
Tu verras, en adorant,
   Combien le nombre en est grand.

Bénis donc, bénis sans cesse,
   Ce Père qui chaque jour,
Répand sur toi la richesse,
   De son merveilleux amour.
Compte les bienfaits de Dieu,
   Mets-les tous devant tes yeux,
Tu verras, en adorant,
   Combien le nombre en est grand.
« Compte les bienfaits de Dieu » (Count Your Blessings) par Johnson Oatman, Jr., 1856-1926.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here) – or you may
write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015. Or phone him at (818)352-0452.

Écriture avant le sermon lue par Dr. Kreighton L. Chan : Colossiens 3:12-15.
Solo avant le sermon exécuté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Grande est Ta fidélité » (Great is Thy Faithfulness)
par Thomas O. Chisholm, 1866-1960.


BREF APPERÇU DE

L'HOMME QUI A OUBLIÉ D'ÊTRE RECONNAISSANT -
UN SERMON POUR THANKSGIVING

(SERMON N°65 SUR LE LIVRE DE LA GENÈSE)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Cependant le chef des échansons ne se souvint pas de Joseph ; mais il l’oublia »
(Genèse 40:23).

(II Timothée 3:1-2)

I.   Premièrement, beaucoup sont ingrats envers leurs parents, Exode 20:12;
 Deutéronome 5:16; Matthieu 15:4; 19:19; Marc 7:10; 10:19;
Luc 18:20; Éphésiens 6:2.

II.  Deuxièmement, beaucoup sont ingrats envers leurs amis et leurs bienfaiteurs,
 Luc 17:17-18; Romains 1:21-22.

III. Troisièmement, beaucoup sont ingrats envers Dieu, Romains 1:21;
I Thessaloniciens 5:18; II Corinthiens 9:15.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).