Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




DEMANDER DU PAIN POUR LES PÉCHEURS

ASKING BREAD FOR SINNERS
(French)

Par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le matin du Jour du Seigneur, octobre 2012 du dimanche 14


Je vous invite à ouvrir votre Bible à Luc 11:5. C'est à la page 1 090 dans la Bible d'étude de Scofield. Veuillez vous lever pour la lecture de la Parole de Dieu.

« Et il leur dit : qui de vous aura un ami qui viendra le trouver à minuit, et lui dise : ami, prête-moi trois pains ; car un de mes amis qui est en voyage est venu chez moi, et je n’ai rien à lui offrir ? Et celui qui est dedans réponde et dise : ne me dérange pas, la porte est fermée, et mes enfants sont avec moi au lit ; je ne peux pas me lever et t’en donner. Je vous dis, bien qu’il ne se lève pas pour lui en donner parce qu’il est son ami, pourtant à cause de son importunité il se lèvera, et lui en donnera autant qu’il en a besoin. Et je vous dis : demandez, et il vous sera donné ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et on vous ouvrira. Car quiconque demande, reçoit, et celui qui cherche, trouve ; et à celui qui frappe il sera ouvert. Quel est le père parmi vous, si son fils lui demande du pain, lui donnera une pierre ? Ou s’il lui demande un poisson, lui donnera-t-il à la place d’un poisson un serpent ? Ou s’il lui demande un œuf, lui offrira-t-il un scorpion ? Si donc vous, qui êtes méchants, savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent ? (Luc 11:5-13).

Vous pouvez vous assoir.

La semaine dernière j'ai lu une étude par le « Pew forum » sur la religion et la vie publique qui disait que le nombre de protestants en Amérique a diminué de 14% ces quarante dernières années. En effet, en 1972, 62% d'Américains étaient protestants. Aujourd'hui le nombre est tombé à 48%, c’est à dire une baisse de 14% entre ces deux dates. L'église Méthodiste unie a diminué d'environ 800 000 ces dix dernières années seulement (Los Angeles Times, 10 octobre 2012, p. AA1). Le rapport indique que ceux qui se sont arrêtés d'aller à l'église « ont principalement exprimé leur désillusion des organismes religieux qu’ils trouvent trop préoccupés par l'argent, le pouvoir, les règles et la politique. » Le rapport impliquait que beaucoup de gens sentent que les églises protestantes de notre époque ne répondent pas à leurs besoins spirituels. C'est particulièrement vrai chez les jeunes, qui délaissent les églises en foule.

Le passage de l'Écriture que nous venons de lire donne la raison pour laquelle tant de jeunes abandonnent les églises. Dans le verset 6, Jésus nous dit,

« Car un de mes amis qui est en voyage est venu chez moi, et je n’ai rien à lui offrir ? (Luc 11:6).

Quelle confession ! « Je n'ai rien à lui offrir ! » Et c'est ce que beaucoup de jeunes ressentent quand ils viennent de nos jours dans une église. Ils estiment simplement que l'église ne leur offre pas ce dont ils ont besoin ! Tout qu'ils entendent, c'est parler d'argent, de règles, et de politique ! Les églises n'ont rien à leur donner, rien à leur offrir, sinon les soucis de la politique, ou un enseignement sec et sans vie de la Bible, verset par verset ! Rien à leur offrir ! Aucune puissance ! Aucune réalité ! Aucune vie ! Rien à leur offrir !

C'est ce que j'ai ressenti quand je suis allé pour la première fois à l'église quand j’étais adolescent. Lorsque j'avais treize ans, mes voisins m'ont amené à une église baptiste. Pendant quelques années, je continuai à aller à l'église en raison des activités destinées aux jeunes. Mais je ne pensais que très peu à Dieu. Il n'y avait vraiment rien dans cette église qui pouvait m'attirer spirituellement. Finalement j'étais prêt à cesser d'aller à l'église. Mais il m'est alors arrivé de lire la biographie de James Hudson Taylor, un missionnaire pionnier en Chine, et une version condensée du journal de John Wesley. J'ai été captivé par le christianisme vivant que je découvrais à la lecture de ces deux livres. Je me sentais comme le jeune homme dans le livre du « Voyage du pèlerin » qui avait crié, « La vie ! La vie ! » alors qu'il se sauvait de la ville de la destruction, cherchant le Christ. En quête d’une vie spirituelle, j'ai rejoint une église baptiste chinoise. Peu de temps après avoir rejoint cette église, le Dr. Timothy Lin en est devenu le pasteur. Dr. Lin soulignait l'importance de la prière, l'avènement de Christ, le réveil, et d'autres sujets spirituels. À peu près en même temps, j'ai été converti pendant un service dans la chapelle de l'université de Biola, alors que j'entendais un sermon puissant sur l'avènement du Christ par le Dr. Charles J. Woodbridge. Dans ce service, et à l'église chinoise, je trouvai finalement la nourriture spirituelle que je cherchais. Avant cela, lorsque j'étais allé à l'autre église baptiste, ils n'avaient rien eu à m'offrir ! Là-bas, l'église était juste un rituel, et les sermons et les études de la Bible n'avaient aucune vie en eux, rien pour nourrir mon âme ! Il semblait que tout était conçu pour faire plaisir aux dames entre deux âges et à leurs maris qui fréquentaient cette église. Ce n'était pas une religion dynamique et provocante. Aller à l'église là-bas était une expérience desséchante et morte. Il n'y avait rien pour attirer un jeune homme comme moi. Ce qui nous amène maintenant à notre passage de l'Écriture que la Bible d'étude de Scofield appelle, la « parabole de l'ami importun. »

Dans cette parabole l'ami d'un homme vient chez lui à minuit. Ce dernier n'a rien chez lui, pas de pain, rien à offrir à son invité de la nuit. Aussi il s'en va chez un ami-voisin et frappe à sa porte en lui disant, « Ami, prête-moi trois pains. » Devant la porte verrouillée, il l’entend lui crier qu'il est dans son lit et qu'il ne veut pas se lever. Mais l'homme ne prend pas ce non pour une réponse ! Il continue à frapper de ses poings sur la porte jusqu'à ce que l’autre se lève et lui donne le pain dont il a besoin pour son invité. Jésus applique cette parabole de la manière suivante,

« Et je vous dis : demandez, et il vous sera donné ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et on vous ouvrira. Car quiconque demande, reçoit, et celui qui cherche, trouve ; et à celui qui frappe il sera ouvert » (Luc 11:9-10).

Et Jésus termine cette parabole en nous indiquant ce que représente le pain « Combien plus votre Père céleste donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ? » (Luc 11:13). Le pain représente l'Esprit Saint.

Plusieurs d'entre vous, ce matin, sont ici pour la première fois. Encore d'autres ne viennent que depuis quelques semaines seulement. Nous devons confesser que nous, aussi, nous n'avons rien à vous offrir qui satisfera votre âme, et vous inspirera à devenir un disciple de Christ. Comme l'homme dans la parabole, nous n'avons rien à vous donner pour satisfaire votre faim spirituelle ! Si nous dépendons de nous-mêmes, nous n'avons rien pour vous que quelques hymnes, un sermon, et une fête d'anniversaire ! C'est tout que nous avons pour des amis comme vous ! Nous n'avons rien à vous donner de puissant, ou qui puisse changer votre vie. C'est ce que nous avons confessé à Dieu,

« Un ami… qui viendra le trouver à minuit, et je n’ai rien à lui offrir » (Luc 11:6).

Et quand nous commençons à prier pour vous, Dieu semble nous dire, « Ne me dérange pas, la porte est fermée… je ne peux pas me lever et t’en donner » (Luc 11:7). Dieu ne nous répond pas, quoique nous ayons jeûné et prié pour vous tous les samedis. Je dois admettre que parfois, nous nous sommes sentis tout près d’abandonner. Lorsque nous avons jeûné et prié pour que Dieu vous donne du pain, le diable nous a placé devant nous un obstacle après l'autre. Il semble que Satan plaçait une nouvelle barrière chaque autre week-end, pour que nos prières ne trouvent pas de réponse. Le week-end passé, il a littéralement essayé de me tuer dans un accident, pour m'empêcher de prêcher sur la prière persistante au service du soir. Nous avons trouvé très difficile « de résister aux ruses du diable » (Éphésiens 6:11). Dieu ne semble pas encore avoir répondu à nos prières pour vous. Et quand nous commençons à prier pour vous, Dieu semble dire, « Ne me dérange pas, la porte est fermée… je ne peux pas me lever et t’en donner » (Luc 11:7).

Mais nos frères et sœurs chrétiens doivent se rappeler ce que Jésus nous a dit dans la parabole,

« Bien qu’il ne se lève pas pour lui en donner parce qu’il est son ami, pourtant à cause de son importunité il se lèvera, et lui en donnera autant qu’il en a besoin » (Luc 11:8).

Le terme « importuner » dans le texte grec signifie « persistance sans scrupule. » Le Dr. R. C. H. Lenski dit,

      Ce mendiant n'avait point honte de tracasser un ami d'une telle manière ; il poussait l'amitié un peu trop loin ; pourtant il a réussi en raison de son manque de scrupule. Cette illustration est un puissant encouragement à la prière, de ne rien laisser nous décourager de prier ; et l'encouragement repose dans la promesse implicite que notre prière recevra une réponse, comme Jésus le déclare explicitement dans le v. 9 (R. C. H. Lenski, Ph.D., Interprétation de l'Évangile de Luc, The Interpretation of St. Luke’s Gospel, Augsburg Publishing House, 1961 édition, pp. 625-626).

« En raison de sa [persistance sans scrupule] il se lèvera et lui en donnera autant qu'il en a besoin. » Amen ! Nous devons continuer à demander sans scrupule, obstinément. Oui ! Dans les versets 9 et 10 Jésus dit clairement,

« Demandez, et il vous sera donné ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et on vous ouvrira. Car quiconque demande, reçoit, et celui qui cherche, trouve ; et à celui qui frappe il sera ouvert » (Luc 11:9-10).

« La détermination sans scrupule » de la prière puissante obtient exactement ce qui est demandé ! Le Christ nous a dit de demander, de chercher, et de frapper dans la prière. Le Dr. John R. Rice dit, « Nous devrions traduire ces versets, ` Demandez, et il vous sera donné ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et on vous ouvrira. Car quiconque demande, reçoit, et celui qui cherche, trouve ; et à celui qui frappe il sera ouvert. » La forme grecque du terme implique un demande continue, qui cherche, qui frappe contre l'obstacle. Dieu nous donne ici une assurance bénie que celui qui continue vraiment à demander reçoit, et celui qui continue à chercher trouve, et celui qui continue à frapper à la porte de Dieu pour le pain des pécheurs aura la porte ouverte, et que le pain lui sera donné. Et oui, Dieu lui enverra, pour les pécheurs, autant de pains dont il a besoin ! » (John R. Rice, D.D., Prière : Demander et recevoir, Prayer: Asking and Receiving, Sword of the Lord Publishers, 1970 édition, pp. 94, 95). Le Dr. Martyn Lloyd-Jones dit,

      Je vous recommande la lecture des biographies des hommes qui ont été utilisés par Dieu dans l'église tout au long des siècles, particulièrement pendant les réveils. Et vous trouverez cette même hardiesse sainte… Ô, voilà je pense parfois que tout le secret de la prière se trouve là. [Le puritain] Thomas Goodwin, dans son exposition du sceau de l'Esprit, qui se trouve dans Éphésiens 1:13 utilise un terme merveilleux. Il dit, « Poursuivez-Le, poursuivez-Le. » Ne laissez pas [Dieu] seulement une minute. Harcelez-Le, en quelque sorte, avec Sa propre promesse. Redites-lui que ce qu'Il a dit, ce qu’Il va faire. Citez-Lui l'Écriture... Il y prend plaisir. L'enfant peut être légèrement impertinent, cela ne fait rien, le père l'aime malgré ça. Et Dieu est notre Père, et Il nous aime, et Il aime nous entendre lui parler de Ses propres promesses, lui citer Ses propres paroles, et Lui dire, à la lumière de ce qui précède, « Pourrais-Tu t'abstenir [de me répondre] ? » Cela fait les délices du cœur de Dieu. Poursuivez-Le ! C'est-à-dire, demandez-Lui qu'il vous réponde parce qu'Il a promis de le faire ! (D. Martyn Lloyd-Jones, M.D., Réveil, Revival Crossway Books, 1987, P. 197).

Et un bon endroit pour commencer serait de citer les versets 9 et 10,

« Et je vous dis : demandez, et il vous sera donné ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et on vous ouvrira. Car quiconque demande, reçoit, et celui qui cherche, trouve ; et à celui qui frappe il sera ouvert » (Luc 11:9-10).

Et dites-Lui alors, « Dieu, Tu as promis que si je continuais à Te demander Tu me donnerais ce pour quoi j'ai prié. Tu as promis que si je continuais à frapper dans la prière Tu ouvrirais la porte et Tu me donnerais ce que j'ai demandé. Maintenant, Dieu, je t'invite à tenir parole. Je demande. Je frappe. Ô Dieu, je m'attends à ce que Tu ouvres la porte et me donnes exactement ce que je demande. Ô Dieu, Tu as dit que celui qui persiste à demander reçoit. Maintenant, Dieu, je suis en train de faire ce que Tu as dit. Je continue à Te demander. Tu as promis dans Luc 11:10 que je recevrai ce que j'ai demandé. Ô Dieu, je m'attends à ce que Tu gardes Ta promesse faite dans Luc 11:10 ! Je réclame de Toi de répondre à ma demande ! Je Te poursuis - sur la base de Ta promesse ! Je Te poursuis pour cela ! Je Te poursuis pour cela ! Et je vais continuer à Te demander jusqu'à ce que Tu me donnes ce pour quoi j'ai prié ! » C'est de cette manière que les hommes et les femmes d’autrefois ont prié quand Dieu a ouvert les portes du Ciel et a déversé le réveil. C'est ainsi que les hommes et les femmes prient aujourd'hui en République populaire de Chine. Et ce n'est pas étonnant qu'en Chine, des dizaines de milliers de personnes se convertissent chaque semaine ! Les chrétiens de là-bas frappent sans scrupule sur la porte du Ciel jusqu'à ce que Dieu leur donne ce qu'ils demandent !

Et quel est ce « pain » que l'homme importun a demandé à minuit, en frappant de son poing sur la porte de son ami ? Et bien, le pain qu'il a continué à demander, à chercher avec obstination, en frappant sur la porte, c’est l'Esprit Saint ! De quoi d'autre les pécheurs auraient-ils besoin ? À la fin du verset 13, Christ dit, « Bien plus, votre Père céleste donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ? » (Luc 11:13). Ici, la note de Scofield passe à côté de ce qui est important. Le soldat de la prière ne demande pas l'Esprit Saint pour lui. Au verset 6, il prie pour l'Esprit Saint pour son ami perdu, de qui il dit,

« Car un de mes amis qui est en voyage est venu chez moi, et je n’ai rien à lui offrir ? » (Luc 11:6).

En effet, si Dieu ne donne pas l’Esprit Saint, en réponse à vos prières, vous n'avez rien à donner aux pécheurs perdus ! Le Dr. John R. Rice dit,

      Jésus n'a donné la signification exacte des mots qu'à la fin de cette leçon sur… la prière, celle qu'Il enseignait afin que que Ses disciples prient pour l'Esprit Saint…qui Seul amène le réveil, convainc de péché et convertit les pécheurs, qui donne la sagesse et la puissance et la direction à l'homme de Dieu ! Quand nous prions pour du pain pour les pécheurs, nous voulons vraiment dire, en d'autres termes, que nous avons besoin… de l'Esprit Saint de Dieu (Rice, ibid., P. 96).

Je m'adresse maintenant à ceux de vous qui sont encore perdus. Dans cette parabole, l'Esprit Saint est symbolisé par le pain. L'Esprit Saint est ce dont vous avez besoin, plus que toute autre chose ! À moins que l'Esprit Saint ne descende sur vous dans nos services, vous ne serez jamais convaincu de vos péchés. Jésus dit,

« Et quand il sera venu, il convaincra le monde de péché, de droiture et de jugement » (Jean 16:8).

Nous prions pour que l'Esprit Saint descende pour inciter un pécheur perdu comme vous à ressentir le terrible péché de son cœur, pour vous faire expérimenter le sentiment de votre misère et la profondeur de votre péché. Si l'Esprit Saint ne vous le fait jamais ressentir, jamais non plus n'expérimenterez-vous votre besoin de Christ.

Alors, nous aussi, nous prions pour que l'Esprit de Dieu vous attire à Christ pour un plein salut. Jésus dit,

« Personne ne peut venir à moi, sauf si le Père qui m’a envoyé ne l’attire ; et je le ressusciterai au dernier jour » (Jean 6:44).

Ainsi, nous prions pour que Dieu envoie Son Esprit pour vous attirer à Jésus, parce que seulement Jésus peut vous sauver du péché et de l'enfer.

Jusqu'ici vous avez seulement entendu parler des faits de l'Évangile. Vous avez seulement entendu dire que Jésus est mort sur la croix pour payer la pénalité votre péché. Vous avez seulement entendu dire que le Sang de Jésus peut laver tous vos péchés et vous justifier aux yeux de Dieu. Vous avez seulement entend dire que Jésus est ressuscité d'entre les morts, qu'Il est vivant dans le Ciel, dans une autre dimension, et qu'Il prie pour vous. Vous avez seulement entendu parler de ces faits, mais vous ne les avez jamais expérimenté dans votre vie. Et vous ne pouvez jamais expérimenter ces faits merveilleux si vous venez simplement occuper un siège à l'église, dimanche après dimanche, et n’entendez parler que de ces faits. Quelque chose de plus que juste en entendre parler doit se passer en vous ou vous ne pourrez jamais être sauvé !

L'Esprit Saint doit descendre et vous faire ressentir votre péché. L'Esprit Saint doit descendre et vous attirer à Jésus. L'Esprit Saint doit vous donner une rencontre divine et humaine avec le Christ vivant. Il faudra un miracle pour que vous soyez attiré à Christ. Il faudra un miracle pour que vous soyez né de nouveau. Et Seul l'Esprit de Dieu peut faire que ce miracle se produise dans votre vie. Si l'Esprit Saint n'est pas présent pour répondre à vos besoins spirituels dans nos services, nous ne pouvons que dire,

« Car un de mes amis qui est en voyage est venu chez moi, et je n’ai rien à lui offrir… » (Luc 11:6).

C'est pourquoi nous avons jeûné et nous avons prié hier pour votre salut. Nous continuons à demander. Nous continuons à chercher. Nous continuons à frapper - jusqu'à ce que Dieu ouvre le Ciel et envoie Son Esprit pour vous convertir. À la fin du verset 13, Jésus dit, « Bien plus votre Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent ? » (Luc 11:13). Et cela veut dire prier pour vous. Nous demandons à Dieu d'envoyer Son Esprit pour vous convaincre de péché, et vous attirer à Christ pour une expérience miraculeuse de conversion !

Veuillez vous lever alors que Mr. Lee vient prier pour que Dieu envoie Son Esprit pour vous convaincre de péché, et qu’Il vous attire à Jésus, pour vous purifier de votre péché par Son Sang précieux. (Mr. Lee prie). « Et je prie pour vous. » Chantons le chœur ensemble !

Et je prie pour vous, je prie pour vous,
Et je prie pour vous, je prie pour vous,
« Et je prie pour vous » (I Am Praying for You)
     par S. O' Malley Clough, 1837-1910.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here) – or you may
write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015. Or phone him at (818)352-0452.

Solo chanté avant le sermon par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Et je prie pour vous » (I Am Praying for You) par S. O' Malley Clough, 1837-1910.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).