Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




POURQUOI NOÉ A-T-IL ÉTÉ SAUVÉ
ET LE RESTE PERDU

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le soir du Jour du Seigneur le 17 juin 2012

« Mais comme il en était aux jours de Noé, ainsi sera aussi la venue du Fils de l’homme » (Matthieu 24:37).


Dr. Gleason L. Archer était diplômé de Princeton Theological Seminary (Faculté de Théologie de Princeton) et de Harvard Graduate School (Institut de Troisième Cycle de Harvard). Il a terminé sa carrière comme professeur de l’Ancien Testament à Trinity Evangelical Divinity School (Institut Évangélique de la Divinité) à Deerfield, Illinois. Le Dr. Archer était un ami du Dr. Timothy Lin, mon ami, et pasteur chinois, de longue date qui était également un érudit de l’Ancien Testament et linguiste de la Bible. Je connaissais le Dr. Archer et il a déjà parlé dans notre église. En ce qui concerne Noé et le Déluge, le Dr. Archer disait que le fait que Jésus ait cru en Noé et le Déluge, dans Matthieu 24:37-39, avait pour conséquence que le vrai chrétien pouvait complètement accepter le récit de la Genèse, tel que nous le connaissons. Il disait, « Jésus prédit qu’un événement historique de l’avenir prendra place, qui représente un antitype d’un événement situé dans l’Ancien Testament. Cela montre qu’Il considérait le Déluge un récit ayant une valeur littérale, c’est à dire tel que mentionné dans la Genèse (Gleason L. Archer, Ph.D., Encyclopédie des difficultés de la Bible, Encyclopedia of Bible Difficulties, Zondervan Publishing House, 1982, p. 21). En ce qui concerne le Déluge à proprement parler, Dr. Archer dit, « L’évidence géologique est d’une importance capitale, même si elle est rarement mentionnée par les scientifiques, qui rejettent l’exactitude des Écritures. C’est exactement le type d’évidence qu’un court, mais violent épisode de cette nature [le Déluge] peut arriver dans un délais aussi court que l’est une année… ce qui témoigne vraisemblablement d’un type de Déluge comme il est décrit dans Genèse 7 » (ibid., p. 83). Il dit également, « Certains géologistes chrétiens pensent que les troubles sismiques importants trouvés dans différentes parties du globe terrestre, au niveau de l’ère du Cénozoïque s’expliquent mieux si on les sait déclenchés par le Déluge » (ibid., p. 82). Ainsi le Dr. Archer dit que « le Déluge universel est compatible avec l’évidence géologique » (ibid.). Je crois que le Dr. Archer a entièrement raison, et qu’il y a eu un Déluge universel à l’époque de Noé.

De plus, l’arche de Noé était énorme. Le Dr. Henry M. Morris dit, « Si on pense que la coudée ancienne était de seulement environ 45 cm (17,5 inches) – ou la plus petite mesure suggérée par les autorités sur la question, l’arche aurait pu contenir jusqu’à 125 000 animaux de la taille d’un mouton. Et comme il n’y a pas plus 25 000 espèces d’animaux terrestres… vivants ou extincts, et que la moyenne de la taille de tous ces animaux est plus petite que celle d’un mouton, il est évident que tous les animaux pourraient facilement avoir été contenus dans moins de la moitié de la capacité de l’arche de Noé, chaque paire dans sa ‘cellule’ appropriée » (Henry M. Morris, Ph.D., La Bible d’étude du défenseur, The Defender’s Study Bible, World Publishing, 1995, p. 21; note sur Genèse 6:15).

Mais la chose la plus intéressante pour Noé c’est que les évènements le concernant et concernant le Déluge sont, comme l’indique le Dr. Archer, un type « d’évènement historique futur, » que le Seigneur Jésus Christ a décrit quand Il a dit,

« Mais comme il en était aux jours de Noé, ainsi sera aussi la venue du Fils de l’homme » (Matthieu 24:37).

Le Seigneur Jésus Christ nous a dit que les évènements dans le monde au moment de Sa deuxième venue seraient semblables à ceux précédant le grand Déluge. Ainsi, les conditions du jour de Noé se répèteraient juste avant la deuxième venue de Christ et de la fin du monde, tel que nous le connaissons. Tous les signes semblent indiquer que nous sommes actuellement dans ces temps, dans les jours de la fin de cet âge

Lors de sa dernière prédication de croisade évangélique à New York City, en 2005, Billy Graham a dit fort correctement, « Dans l’Ancien Testament, la ‘nouvelle naissance’ est mentionnée neuf fois. La repentance est mentionnée à peu près soixante dix fois. Le baptême est mentionné environ vingt fois, mais le retour de Christ est mentionné des centaines de fois » (Vivre dans l’amour de Dieu : La croisade évangélique de New-York, Living in God’s Love: The New York Crusade, G. P. Putnam’s Sons, 2005, p. 109).

Le Seigneur Jésus Christ a dit que les jours où vivait Noé seraient semblables aux jours où Il reviendrait,

« Mais comme il en était aux jours de Noé, ainsi sera aussi la venue du Fils de l’homme » (Matthieu 24:37).

Dans ce sermon, je me concentrerai sur (1) les conditions à l’époque de Noé, et (2) la manière dont Noé a été sauvé.

I. Premièrement, à quoi ressemblait l’époque de Noé.

À quoi ressemblait cette époque ? La Bible dit,

« Et le Seigneur vit que la perversité de l’homme était grande sur la terre, et que toute l’imagination des pensées de son cœur n’était que continûment mauvaise » (Genèse 6:5).

Les gens en ce temps-là avaient leur esprit fixé sur le mal « continûment. » Quand ils allaient se coucher, le soir, leur esprit était rempli de pensées mauvaises. Quand ils se réveillaient le matin, l’imagination des pensées de leur cœur n’était que continûment mauvaise.

Dans son sermon « Le péché original, » John Wesley, fondateur de l’Église Méthodiste, telle qu’elle était autrefois disait, en parlant de Genèse 6:5,

Nous n’avons aucune raison de penser qu’il y eu un intermède, en ce qui concerne le mal. Car Dieu, voyait « toute l’imagination des pensées de leurs coeurs comme seulement mauvaises ; Il vit également que c’était toujours la même chose, continuellement, » chaque année, chaque jour, chaque heure, chaque instant et que l’homme ne déviait jamais de sa mauvaise course pour aller dans le bon (chemin)... Voilà ce qu’étaient les hommes avant que Dieu n’amène le Déluge sur la terre. Quant à nous, nous devons nous demander s’ils ne sont pas les mêmes aujourd’hui (John Wesley, M.A., « Le péché original, » Les œuvres de John Wesley, The Works of John Wesley, Baker Book House, 1979, volume VI, p. 59).

Mr. Wesley continue pour dire que les gens aujourd’hui sont dans la même condition que ceux d’avant le Déluge, car le péché originel a causé la ruine de l’humanité. Il dit que l’homme est rempli d’orgueil, et que « Satan a imprimé sa propre image sur nos cœurs, qui se manifeste dans le désir d’agir selon notre propre volonté. Et c’est pour cela que nous aimons le monde plus que Dieu, que nous sommes remplis de convoitises charnelles et du « désir des plaisirs de l’imagination. » Il dit que les hommes sont remplis d’amour pour le monde. Il parlait de l’ « athéisme et de l’idolâtrie, de l’orgueil, de la volonté propre, et de l’amour du monde. » Il dit encore,

L’homme est-il, par nature, rempli de toute sorte de mal ? Est-il dénué de toute bonne chose ? Est-il totalement tombé ? Son âme est-elle complètement corrompue ? Et, pour revenir au texte, n’a-t-il rien de bon ? Est-il totalement déchu ? Son âme est-elle totalement corrompue ? Ou, pour revenir au texte, est-ce que « toute l’imagination des pensées de son cœur (n’est) que continûment mauvaise ? » Si vous êtes d’accord, vous êtes chrétien… sinon, vous êtes toujours un païen (ibid., p. 63).

Mr. Wesley n’avait-il donc pas raison ? Et quand est-il de vous ? N’est-il pas vrai que Dieu n’est pas l’objet de vos pensées la plupart du temps ? N’est-il pas vrai que vous aimez les choses du monde plus que vous n’aimez Dieu ? Qu’en fait, vous n’aimez pas Dieu du tout ? N’est-il pas vrai que vous êtes trop orgueilleux(se) pour l’admettre ? N’est-il pas vrai que votre esprit est rempli de convoitise ? N’est-il pas vrai que « Satan a imprimé sa propre image sur votre volonté ? »

Vous direz, mais « N’est-ce pas la condition de l’homme depuis la chute ? » Bien sûr, c’est vrai. Mais la différence maintenant est que les hommes – dans ces jours de la fin - rejettent plus vigoureusement que jamais l’œuvre de l’Esprit Saint qui cherche à les convaincre de péché. C’est exactement ce qui est arrivé aux jours de Noé. Dans la Bible Dieu dit, « Mon esprit ne contestera pas toujours avec l’homme » (Genèse 6:3). Les gens de l’époque de Noé ont résisté à l’Esprit Saint jusqu’à la fin ! Et n’est-ce pas le cas aujourd’hui, avec une manière, une intensité encore jamais égalées dans la longue histoire du christianisme ?

Pensez-y un peu. Dans les premiers temps de cette dispensation, des milliers de personnes ont littéralement couru dans les églises et laissé leur style de vie païen derrière eux. Dans ces premiers jours du christianisme, on peut dire que des dizaines de milliers de gens se sont « détournés des idoles vers Dieu, pour servir le Dieu vivant et vrai » (I Thessaloniciens 1:9). Même dans les jours sombres du Moyen Âge, des millions de personnes prenaient leur chrétienté au sérieux, avec une intensité que nous ne voyons jamais ici, dans notre monde occidental. Et à l’époque de la Réformation, les gens avaient tellement faim et soif de Dieu que souvent ils allaient en prison, et même au bucher, plutôt que de renier Christ. Ce soir, où voyons-nous une telle dévotion dans le monde ? Et pendant les « Grands Réveils » il était habituel de voir des milliers de personnes tomber sous une forte conviction de péché avant de mettre leur confiance en Jésus et être convertis. Aujourd’hui, où voyons nous un tel réveil, chose commune lors du Second Grand Réveil ? Où voyons-nous de telles choses telles que décrites dans le Réveil de 1814 en Cornouailles ?

      Des centaines criaient en même temps pour la grâce. Certains restaient en grande détresse d’âme pendant une heure, deux, six, neuf, douze, quelquefois quinze heures avant que le Seigneur ne parle paix à leur âme – puis ils se levaient, élevaient leurs mains et proclamaient les œuvres merveilleuses de Dieu, avec une telle énergie, que les spectateurs étaient frappés également, tombaient à terre et se mettaient à crier pour la paix de leur âme (cité dans Feu du Ciel, Fire From Heaven par Paul E. G. Cook, Evangelical Press, 2009, p. 80).

Où voyons-nous un tel mouvement de l’Esprit Saint dans nos églises aujourd’hui ? Où voyons-nous de telles conversions ?

Voilà un homme qui a vécu sans aucune véritable conscience de Dieu, ni aucune considération pour ses péchés, et un jour vient où il réalise son manque de Dieu. Il expérimente une profonde conviction de péché et commence à Le chercher, souvent d’une manière désespérée. Il continue jusqu’à ce qu’il soit amené à la vraie repentance et regarde à Jésus Christ pour son pardon et son salut. C’est à ce moment qu’il reçoit l’assurance de la miséricorde de Dieu et du pardon de ses péchés. Alors, et seulement là, la joie et l’allégresse viennent dans son cœur (Cook, ibid., p. 119).

Où voyons-nous des conversions de ce type à notre époque. Nous ne les voyons pas, simplement pas parce que les gens résistent à l’Esprit Saint comme ils le firent pendant les jours de Noé !

« Mais comme il en était aux jours de Noé, ainsi sera aussi la venue du Fils de l’homme » (Matthieu 24:37).

II. Deuxièmement, comment Noé lui-même fut sauvé.

Le monda entier est devenu matérialiste. Par « matérialiste » je veux dire que l’humanité est centrée sur le monde matériel, sans trop penser au surnaturel. Dieu n’était pas au centre de leurs pensées. Ils étaient uniquement concernés par les choses de la vie. Ils ne pensaient qu’à leur vie dans ce monde présent. Jésus l’a très clairement fait comprendre quand Il a dit,

« Mais comme il en était aux jours de Noé, ainsi sera aussi la venue du Fils de l’homme. Car comme dans les jours avant le Déluge, on mangeait et buvait, on se mariait et on donnait en mariage, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche, et ils ne réalisèrent rien jusqu’à ce que le Déluge arrive et les emporte tous ; il en sera de même à la venue du Fils de l’homme » (Matthieu 24:37-39).

Il est très intéressant de voir que Christ n’a pas mentionné le fait que leurs pensées étaient « continûment mauvaise » (Genèse 6:5), alors qu’elles l’étaient. Christ n’a pas mentionné que « la terre est pleine de violence » (Genèse 6:13), alors qu’elle l’était. Christ a seulement mentionné qu’ « on mangeait et buvait, on se mariait et on donnait en mariage, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche » (Matthieu 24:38). Mais en mentionnant seulement qu’ils mangeaient et buvaient, se mariaient et donnaient en mariage, Il montrait la racine de leur péché. Ils étaient si centrés sur ces choses que, comme le dit le Dr. McGee, « ils vivaient comme si Dieu n’existait pas. Ils ne croyaient pas que Dieu les jugerait et ils s’étaient moqués avec mépris des avertissements que le Déluge étaient imminent » (J. Vernon McGee, Th.D., À travers la Bible, Thru the Bible, Thomas Nelson Publishers, 1983, volume IV, p. 132; note sur Matthieu 24:38, 39). C’est une description exacte des gens de notre époque. Mark Dever, le pasteur influent de Capitol Hill Baptist Church (Église baptiste de Capitol Hill) à Washington, D.C., disait récemment : « Des milliers, sinon des millions de membres d’église, ne sont pas des chrétiens nés de nouveau. »

Jésus disait qu’« ils ne réalisèrent rien jusqu’à ce que le Déluge arrive et les emporte tous » (Matthieu 24:39). Ô, bien sûr, ils avaient entendu parler du Déluge. Ils voyaient l’arche. Ils avaient entendu les avertissements de Noé, celui dont dirait plus tard Pierre qu’il était « un prédicateur de justice » (II Pierre 2:5). Ils avaient eu tous les avertissements possibles de la venue imminente du jugement. Pourtant, ils « ne réalisèrent rien jusqu’à ce que le Déluge arrive. » Le terme grec traduit par « réaliser » signifie « être conscient de, » « percevoir » (Strong). Le Dr. Rienecker dit que ceci est « une description de la vie sans réflexion, et sans aucun pressentiment d’une catastrophe imminente » (Fritz Rienecker, Ph.D., Une clé linguistique pour (comprendre) le Nouveau Testament, A Linguistic Key to the New Testament, Zondervan Publishing House, édition de 1980, p. 72; note sur Matthieu 24:39). Quelle illustration de notre époque actuelle !

Les contemporains de Noé ont servi d’exemple à Christ pour montrer la manière dont la plupart de gens vivraient à la fin de ce monde-ci. Je pense que certains d’entre vous qui m’écoutaient, ce soir, vivent comme à l’époque de Noé ! Vous avez entendu que le jugement vient, mais cela ni vous touche ni ne vous fait changer de vie. Peut être que vous avez entendu parler du prochain jugement, mais vous restez comme ceux qui « ne réalisèrent rien jusqu’à ce que le Déluge arrive et les emporte tous » (Matthieu 24:39). L’humanité continue de se focaliser sur les choses matérielles de la vie, comme manger, boire, se marier, sans aucune crainte de Dieu. Et vous ?

Maintenant, considérez un peu de quelle manière Noé a été sauvé. Le livre de la Genèse dit simplement,

« Car Noé trouva grâce aux yeux de Dieu » (Genèse 6:8).

Luther comparait ces paroles avec celles que l’ange avait dites à Marie, « Car tu as trouvé grâce aux yeux de Dieu » (Luc 1:30). Luther a dit, « Cette manière de parler enlève tout mérite et magnifie la foi par laquelle, seule, nous sommes justifiés devant Dieu et trouvons faveur à Ses yeux » (Commentaire de Luther sur la Genèse, Luther’s Commentary on Genesi, Zondervan Publishing House, édition de 1958, volume I, p. 138). Arthur W. Pink a dit, « Comme tous les autres pécheurs qui sont acceptés de Dieu, Noé a été ‘justifié par la foi’. » (Arthur W. Pink, Grappillages dans la Genèse, Gleanings in Genesis, Moody Press, édition de 1981, p. 97).

Ainsi, la première chose que nous apprenons sur Noé, est qu’il a été sauvé par grâce. Puis, nous apprenons ceci :

« Par la foi, Noé, avertit par Dieu des choses qu’on ne voyait pas encore, et saisit d’une crainte respectueuse… » (Hébreux 11:7).

La grâce de Dieu a agi sur Noé et lui a donné la crainte de Dieu. Comme le dit très bien John Newton (1725-1807), « C’est la grâce qui a enseigné à mon cœur la crainte de Dieu » (« Grâce merveilleuse » ‘Amazing Grace’, deuxième couplet). Seule la grâce de Dieu peut provoquer la crainte dans le cœur d’un pécheur non sauvé. Avant que la grâce ne vienne chez un homme (femme), il (elle) ne connaît pas la crainte de Dieu. L’apôtre Paul en parlait quand ils disait, « La crainte de Dieu n’est pas devant leurs yeux » (Romains 3:18).

Quelqu’un m’a dit une fois, « Je n’ai pas peur de Dieu » - comme si son expérience était unique ! Mais ce n’est pas une expérience unique. Cela signifie simplement que vous n’avez pas été touché par la grâce de Dieu – parce que la première chose que fait la grâce, c’est « d’enseigner à votre cœur la crainte, » comme le dit Newton. Sans la grâce de Dieu vous vivrez votre vie entière comme si « la crainte de Dieu n’est pas devant (vos) yeux. » Mais quand la grâce de Dieu vient vers vous, alors Il vous rend conscient de votre péché par Son Esprit Saint. Il vous frappe de crainte, dans votre cœur, à cause du péché. Si vous n’éprouvez pas la crainte du péché, vous ne serez pas sauvé du péché ! Le Dr. J. Gresham Machen a dit, « Quand un homme tombe sous la conviction du péché, toute son attitude envers la vie est transformée » (J. Gresham Machen, D.D., Chistianisme et libéralisme, Christianity and Liberalism, Eerdmans Publishing Company, édition de 1990, p. 67).

Avant d’expérimenter une conviction de péché, vous n’aurez d’autre souci que de la manière dont vous pouvez avoir une conversion réelle. Un jeune homme a dit, « J’ai peur d’avoir une fausse conversion. » Sa peur est fondée sur une notion incorrecte ! Il n’y a pas de peur de Dieu. Il n’y a pas de peur du péché. Il n’est pas éveillé à son horrible condition ! « Il n’y a pas de peur devant ses yeux ! » Mais quand l’Esprit Saint vient, Il nous convainc de péché (Jean 16:8). Quand le péché vient, il paraît détestable à vos yeux et votre attitude entière envers la vie sera transformée, » comme le dit le Dr. Machen,

Et il en était de même avec Noé. Quand l’Esprit Saint est venu le convaincre de péché, il « fut saisi d’une crainte respectueuse, et construisit une arche pour sauver sa famille » (Hébreux 11:7). Seule une conviction de péché, et une sainte crainte de Dieu vous conduiront au salut en Christ, qui est représenté par l’arche ! Pensez-y donc ! Pensez donc à votre péché ! Pensez à vos péchés passés ! Pensez au jugement qui vient, et qui vous jugera pour vos fautes passées ! Appelez-en à Dieu pour qu’Il vous accorde une conviction de péché si profonde que vous vous écrirez « Mon péché est continuellement devant mes yeux » (Psaume 51:3).

Nous vous disons de venir dans l’arche, de venir à Jésus pour le pardon de votre péché par Sa mort sur la Croix. Nous vous disons de mettre votre confiance en Jésus Nous vous disons de mettre votre confiance en Jésus et d’être lavé par Son Sang précieux. Mais tout ce à quoi vous pensez, c’est comment lui faire confiance ! Quand le péché vous horrifie, vous ne penserez plus comment il faut lui faire confiance ! Ô, non ! Vous serez « ému de crainte » et vous viendrez dans l’arche pour être en sécurité, qui est le Sauveur, Jésus Christ ! Comme le dit le Dr. Machen,

Quand un homme tombe sous la conviction de péché, toute son attitude envers la vie est transformée ; il est étonné de son aveuglement passé, et le message de l’Évangile, qui lui semblait auparavant un conte de fée, prend maintenant vie pour lui. Mais c’est Dieu Seul qui peut produire le changement (Machen, ibid.).

Priez pour que Dieu vous convainc de péché ! Car si Dieu ne vous éveille et ne vous convainc de péché, vous êtes sous la même malédiction que les contemporains de Noé, qui « ne se doutèrent de rien, jusqu'à ce que le Déluge vienne et les emporte tous » (Matthieu 24:39).

Si vous n’êtes pas encore réellement chrétien, nous voulons vous donner un temps pour prier et chercher le conseil des pasteurs. Vous pouvez aller dans le fond du sanctuaire et le Dr Cagan vous prendra dans un endroit tranquille pour prier avec vous et vous conseiller. Amen.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here) – or you may
write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015. Or phone him at (818)352-0452.

Écriture lue avant le sermon par le Dr. Kreighton L. Chan : Matthieu 24:36-42.
Solo chanté avant le sermon par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Dans des moments comme ceux-ci » [In Times Like These]
par Ruth Caye Jones, 1902-1972.


BREF APPERÇU DE

POURQUOI NOÉ A-T-IL ÉTÉ SAUVÉ
ET LE RESTE PERDU

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Mais comme il en était aux jours de Noé, ainsi sera aussi la venue du Fils de l’homme » (Matthieu 24:37).

I.   Premièrement, à quoi ressemblait l’époque de Noé, Genèse 6:5, 3;
I Thessaloniciens1:9.

II.  Deuxièmement, comment Noé lui-même fut sauvé, Matthieu 24:37-39;
Genèse 6:5, 13; II Pierre 2:5; Genèse 6:8; Luc 1:30;
Hébreux 11:7; Romains 3:18; Jean 16:8; Psaume 51:3.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).