Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




L’UN SERA PRIS ET L’AUTRE LAISSÉ

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le matin du Jour du Seigneur, le dimanche 20 mai 2012


Ce sermon est dédié à ma mère. Elle est née en Oklahoma aujourd’hui même, il y a 99 ans. Une des grandes joies de ma vie a été de la voir convertie et véritablement sauvée à l’âge de 80 ans. Je l’ai baptisée le 4 juillet 1993. Ensuite, elle est venue à l’église presque quotidiennement pour le reste de ses jours, c’est à dire les quelques quatre dernières années de sa vie. Et à cause des promesses de Jésus, je sais que je la reverrai. Quelle joie ! Quelle espérance ! Je vous demande de garder cette pensée à l’esprit alors que Mr. Griffith vient chanter (et Mr. Griffith chante « Christ revient » “Christ Returneth”).

Maintenant, je vous demanderai d’ouvrir votre Bible à Matthieu 24:40. Levons-nous pour la lecture de ce texte.

« L’un sera pris et l’autre laissé » (Matthieu 24:40).

Un enseignant de la Bible bien connu et qui parlait à la radio, a dit une fois, « Ceci ne fait, en aucune manière, référence à l’Enlèvement des croyants décrit dans I Thessaloniciens 4:16-17. » Son père n’a pas dit cela… mais il croit en savoir plus que son père. Et pourtant, dans son commentaire sur les versets 43 et 44 il dit qu’ils font référence au « retour du Seigneur. » Ceci me semble réellement contradictoire ! Pourtant ce passage fait vraiment référence au retour de Christ. Le verset 42 l’exprime clairement,

« Veillez donc, car vous ne savez pas à quelle heure votre Seigneur vient » (Matthieu 24:42).

Personne ne sait exactement le moment où Jésus reviendra. Je sais qu’Harold Camping en avait donné la date, il y a des années. Mais il avait tort, comme tous ceux qui ont fixé la date de cet événement. Je sais que le calendrier Maya se termine en décembre de cette année, et beaucoup de gens pensent que le monde finira. Mais ils ont tout faux ! Jésus a dit, « Vous ne savez pas à quelle heure votre Seigneur vient. » Et pourtant chaque signe semble indiquer que ce sera bientôt, et que ce ne sera pas long avant « que l’un sera pris et l’autre laissé. »

Il est triste de voir que les prédicateurs abandonnent les points prophétiques de la dispensation, justement à une époque où tant de prophéties des temps de la fin se réalisent. Au moment où nous avons besoin d’entendre les grandes vérités de la prophétie, ces prédicateurs ont été aspirés par le prétérisme, une doctrine disant que toutes les prophéties se sont réalisées dans le premier siècle. Quelle tristesse ! Messieurs les prédicateurs, nous devons revenir à la vieille Bible Scofield, celle que lisaient nos grand’mères, pour ce qui concerne les prophéties. Il faut prêcher des sermons comme celui-ci, traitant de la prophétie biblique, aux jeunes adultes qui sont dans la confusion dans un monde qui se dégrade sous leurs yeux ! Nous devons prêcher sur les signes, l’Enlèvement, et la deuxième venue de Christ pour leur donner l’espérance !

Notre texte dit, « L’un sera pris, et l’autre sera laissé. » Il ne peut s’agir du retour de Christ pour établir Son Royaume, ni de Christ séparant les perdus des sauvés au Jugement Dernier, parce que Christ ne parle pas du Jugement mais de la « venue du Fils de l’homme » (Matthieu 24:37).

« L’un sera pris » nous éclaire utilement. Le terme grec traduit « pris » signifie « prendre pour soi » (George Ricker Berry). Le même terme grec (paralambanō) apparaît dans Jean 14:3, où il est traduit par « prendre. » Dans ce verset, Jésus dit, « Je reviendrai, et je vous prendrai avec moi. » Ce même terme grec se retrouve dans Matthieu 24:40, je suis convaincu que ce verset, « Je reviendrai, et vous prendrai avec moi » fait référence à cela : « L’un sera pris et l’autre laissé. » Comme George Ricker Berry le fait remarquer, « prendre » dans Jean 14:3 et « prendre » dans Matthieu 24:40 sont la traduction du même terme grec qui signifie « prendre avec moi. » Le Dr. James O. Combs fait un commentaire sur la promesse de Christ dans Jean 14:3 « Je reviendrai, et vous prendrai avec moi »). Le Dr. Combs dit, « Nous avons ici le premier enseignement de l’Enlèvement présent dans l’Écriture » (La Bible prophétique d’étude, Prophecy Study Bible, p. 1151; note sur Jean 14:3). C’est clair, Jésus viendra et nous prendra. Il « nous prendra avec Lui » dans les nuages, dans les airs.

« Je reviendrai, et vous prendrai avec moi » (Jean 14:3).

« Alors l’un sera pris et l’autre laissé » (Matthieu 24:40).

Les termes grecs sont les mêmes, et dans le contexte de « la venue du Fils de l’homme » (Matthieu 24:37), les deux versets doivent faire référence au même événement, celui dont il est parlé dans I Thessaloniciens 4:16-17,

« Car le Seigneur lui-même descendra du ciel, avec un cri, avec la voix de l’archange et avec la trompette de Dieu ; et les morts en Christ ressusciteront les premiers ; puis nous qui sommes vivants et demeurons, nous serons enlevés avec eux dans les nuages, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » (I Thessaloniciens 4:16-17).

« Je reviendrai, et vous prendrai avec moi » (Jean 14:3).

« Alors l’un sera pris et l’autre laissé » (Matthieu 24:40).

« Puis nous qui sommes vivants et demeurons, nous serons enlevés... à la rencontre du Seigneur dans les airs » (I Thessaloniciens 4:17).

« Pris, » « enlevés » - font référence au même événement – l’Enlèvement des véritables chrétiens pour rencontrer Christ « dans les airs » le moment venu. Nous ne sommes pas d’accord avec un érudit qui fait passer la promesse de I Thessaloniciens comme étant juste un « encouragement pastoral, pour ceux qui sont dans le chagrin. » Non, toutes l’Écriture est doctrinale. « Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour instruire dans la justice… » (II Timothée 3:16). Catégoriser certaines portions de l’Écriture comme « doctrinale » ou d’autres simplement « pastorales » porte atteinte à son autorité. C’est quelque chose que nous ne devons jamais faire ! L’Écriture est inerrante, c’est à dire sans erreur, et fait entièrement autorité. Chaque parole a été donnée par inspiration et est totalement fiable.

Après avoir étudié ces versets depuis plus de 54 ans, je suis absolument convaincu que ces trois versets font référence à l’Enlèvement,

« Je reviendrai, et vous prendrai avec moi » (Jean 14:3).

« L’un sera pris et l’autre laissé » (Matthieu 24:40).

« Puis nous qui sommes vivants et demeurons, nous serons enlevés... à la rencontre du Seigneur dans les airs » (I Thessaloniciens 4:17).

Toutes les autres explications données sur Matthieu 24:40 que j’ai lues, semblent tordues, manipulées d’une manière peu naturelle de façon à s’adapter à la compréhension d’un enseignant ou de présuppositions eschatologiques. Comme aimait dire mon pasteur Chinois, le Dr. Timothy Lin, un grand érudit de la Bible, « Ne tordez pas la Bible pour lui faire dire ce que vous voulez, mais laissez la Bible vous dire ce qu’elle a à vous dire. » Alors voilà, ce que vous dit la Bible,

« L’un sera pris et l’autre laissé » (Matthieu 24:40).

L’un sera pris lors de l’Enlèvement et l’autre laissé derrière sur la terre. Comme Hénoch « fut enlevé pour qu’il ne voie point la mort » (Hébreux 11:5), et comme Elie « monta au Ciel dans un tourbillon » (II Rois 2:11), ainsi chaque véritable chrétien sera « enlevé... à la rencontre du Seigneur dans les airs » (I Thessaloniciens 4). Hénoch fut enlevé, Elisée fut enlevé, et tout ceux qui sont sauvés seront « enlevés... à la rencontre du Seigneur dans les airs. » Alléluia !

Ô, joie ! Ô, délices ! Devrions-nous ne pas mourir,
   Aucune maladie, tristesse, angoisse, ou larme,
Enlevés dans les airs avec le Seigneur dans la gloire,
   Lorsque Jésus recevra « les Siens. »
Ô Seigneur Jésus, quand ? Jusques à quand ?
   Devons-nous attendre pour chanter enfin :
Christ revient ! Alléluia ! Alléluia !
   Amen, Alléluia ! Amen.
« Christ revient » (Christ Returneth) par H. L. Turner, 1878).

« Alors l’un sera pris et l’autre laissé » (Matthieu 24:40).

Que se passera-t-il quand les véritables chrétiens seront enlevés, reçus au Ciel, « enlevés... à la rencontre du Seigneur dans les airs. »

I. Premièrement, les véritables chrétiens partiront.

« Alors l’un sera pris… » (Matthieu 24:40).

Qui ? Celui qui est un véritable chrétien – celui là seul ! Les pécheurs ne seront pas troublés pour autant. Ils seront heureux d’être débarrassés de notre présence ! Ils sont après nous tout le temps, et ils seront contents quand nous serons partis. Ils seront comme les habitants de Jérusalem pendant la Tribulation, qui danseront de joie quand les deux prophètes de Dieu seront immolés,

« Et à cause d’eux, les habitants de la terre, se réjouiront et seront dans l’allégresse, et ils s’enverront des présents les uns aux autres, parce que ces deux prophètes ont tourmenté les habitants de la terre » (Apocalypse 11:10).

Ils seront heureux quand nous serons partis, parce que même maintenant les pécheurs se sentent tourmentés. Ils se réjouiront quand nous serons partis à cause de ce tourment. Comment les avons nous tourmentés ? De la même manière que le font les témoins de Dieu par leur prédication (voir Apocalypse 11:3). Ils haïssent le fait que nous pouvons leur dire qu’ils ont besoin d’être sauvés. Ils nous méprisent à cause même de la pensée qu’ils iront en Enfer.

Aujourd’hui à cette heure-ci, dimanche, les pécheurs font de leur mieux pour empêcher les chrétiens de Los Angeles d’aller à l’église. Ils ne peuvent pas s’amuser le samedi ; ils doivent le faire le dimanche – pour empêcher les gens d’aller à l’église – parce qu’ils haïssent Dieu ! Vous allez dire, « Ils ne haïssent pas vraiment Dieu, n’est-ce pas ? » Mais bien sûr que si ! La Bible dit, « car l’affection, de la chair est inimitié contre Dieu » (Romains 8:7).

Ils haïssent Dieu tellement qu’ils programment leurs débauches et leurs divertissements délibérément pendant l’heure des services du dimanche – pour arrêter les gens d’aller à l’église pour louer Dieu – parce qu’ils haïssent Dieu et parce qu’ils « ont une inimitié contre Dieu. »

Ne savez-vous pas que le maire de Los Angeles, Mr Villaraigosa hait Dieu ? Mais bien sûr que oui ! Il a été président de la branche locale de l’ACLU. Il a empêché les églises de faire sonner leurs cloches. Il a fait enlever toutes les croix qu’il a pu dénicher. Et aujourd’hui il s’arrange pour que les manifestations publiques comme le marathon, se passent le dimanche – pour minimiser au maximum la fréquentation à l’église et supprimer le christianisme s’il le peut. Il a permis une course cycliste dans le centre ville de Los Angeles ce matin, pendant notre heure traditionnelle de service. Il a également autorisé un tournoi de hockey aujourd’hui à midi au stade « Staples Center, » à un pâté de maison d’ici. Et les Dodgers auront un match à 17h, pour empêcher les chrétiens de venir au service du soir. Et il y aura également le match de basket des Clippers à 19h30 plus tard ce soir. Du basket, du hockey, une course cycliste, un match de baseball des Dodgers – tous autorisés pendant les heures de culte – tous à un jet de pierre de notre église. Les rues sont embouteillées comme des voitures coincées dans un parking surchargé, les trottoirs sont remplis de simplets spirituels qui ressemblent à des hommes de Néerdantal, en tricot de corps, leur ventre plein de bière débordant de la ceinture de leurs pantalons, tous pécheurs, tous ennemis de Dieu, à un homme près.

Dans leurs universités, ils ne supportent pas la présence d’un seul véritable chrétien dans leurs salles de classe. Cette haine des chrétiens dans l’enseignement supérieur ne date pas d’hier. C’est une tendance qui ne fait que croitre en intensité depuis des années. Il y a cent ans, en 1912, le Dr. I. M. Haldeman, pasteur de la First Baptist Church à New York disait, « Tous les jours, trois cent mille étudiants dans nos universités et nos institutions apprennent à désacraliser les choses tenues pour sacrées » (Les signes des temps, The Signs of the Times, Charles C. Cook, 1912, p. 14).

Une femme professeur dans l’une des universités de la région de Los Angeles, avait appris, d’une autre étudiante de la classe, qu’une des jeunes filles de son cours était chrétienne. Cette jeune fille était timide et tranquille et n’ouvrait jamais la bouche en classe. Immédiatement, elle commença à l’attaquer. Sans merci elle se moqua d’elle, la ridiculisant devant ses camarades de toutes les façons possibles – allant jusqu’à diminuer significativement sa note finale sans aucune raison. Je conseille à nos jeunes de se tenir tranquilles en classe. Ce n’est plus pareil que lorsque j’étais moi-même à Cal State L.A. C’était déjà très difficile à l’époque, mais maintenant ils sont presque prêts à jeter un chrétien aux lions – ce qu’ils ne manqueraient pas de faire s’ils le pouvaient !

Et ils me haïssent aussi ! Vous me direz, « Ah bon, pasteur, ils ne vous aiment pas ? » Vous plaisantez ! Ils me haïssent presque autant que les pécheurs haïssaient le prophète Michée. Le roi inique Achab disait, « Il y a encore un homme par qui on pourrait consulter l’Éternel ; mais je le hais » (I Rois 22:8). Ils frappèrent Michée au visage et le mirent en prison pour prêcher la vérité (I Rois 22:24, 26). « Je le hais ! » « Je le hais ! » C’est ce que dira un pécheur d’un véritable chrétien maintenant que les jours sont mauvais. Jésus a dit que le monde « m’a haï avant vous ! » (Jean 15:18). Jésus a dit, « mais que je vous ai choisis hors du monde, c’est pour cela que le monde vous hait » (Jean 15:19).

En juin 1983, ma femme et moi sommes allés à Pittsburgh, Pennsylvanie (États Unis d’Amérique) pour assister à une convention baptiste. Nous étions venus pour distribuer des copies gratuites du Journal Baptiste du Sud (Southern Baptist Journal), une revue éditée par le Dr. Bill Powell. Cette revue contenait des données factuelles « dures » concernant le libéralisme dans les écoles de la Convention Baptiste du Sud. Il avait raison de donner ce titre à l’information paraissant dans sa publication. C’était vraiment des « statistiques sans appel. » Il ne fait aucun doute qu’il avait fait ses recherches avec soin. Et c’était « dur. » Les libéraux ont reçu un coup après l’autre. Bien sûr, comme vous pouvez l’imaginer, les professeurs libéraux ont été furieux !

Mais ce qui m’a troublé le plus, c’est la réaction des délégués qui représentaient chacun sa dénomination à la convention. Ma femme était alors enceinte de nos jumeaux (garçons) et, de petite stature elle avait tout d’une femme vraiment enceinte, presque sur le point d’accoucher. Aussi longtemps que je vivrai, je me rappellerai la réaction d’un délégué après l’autre pendant que ma ravissante épouse leur tendait une copie du Journal Baptiste du Sud. Plusieurs lui crièrent presque au visage, « Vous n’êtes pas une Baptiste du Sud ! » Et elle fut accueillie par ces commentaires furieux, probablement à cause de son origine hispanique. Plusieurs d’entre eux lui crièrent, « C’est encore de la camelote de Powell et de Hymers ! » D’autres encore lui arrachèrent le journal des mains pour le froisser en boule et le lui jeter à la figure. Des hommes, enfin des hommes faits et non des petits jeunes, lui crachèrent dessus. Au souvenir de ces comportements révoltants et choquants, des larmes me montent aux yeux, presque trente ans plus tard

Plus tard, le même soir, une fois rentrés à l’hôtel, ma femme me dit, « Robert, comment ces gens peuvent-ils être chrétiens ? Il y en avait de tellement méchants envers moi. Même nos amis nous battaient froid. On dirait plus des politiciens que des prédicateurs. Les femmes étaient pires encore. Comment pouvaient-elles être chrétiennes ? » Que pouvais-je lui dire ? Je ne pouvais que baisser la tête, de honte.

Si vous ne dérangez personne, vous faites mieux de vous assurer que vous êtes un véritable chrétien ! Jésus a dit,

« Si vous étiez du monde, le monde aimerait les siens : mais parce que vous n’êtes pas du monde, mais que je vous ai choisis hors du monde, c’est pour cela que le monde vous hait » (Jean 15:19).

Si vous étiez encore un(e) perdu(e), le monde vous aimerait. Mais quand vous devenez véritablement sauvé(e), beaucoup d’entre eux vous haïront comme ils ont haï Jésus. Jésus a dit, « Ils m’ont haï sans cause » (Jean 15:25). Et ils vous haïront sans cause également si vous devenez un véritable chrétien. Ils ne vous haïront pas si vous allez à l’église de temps en temps. Ils ne vous haïront pas si vous êtes chrétien de nom seulement. Ils vous haïront seulement si vous êtes un véritable chrétien. Ils vous haïront seulement si vous commencez à aller à l’église tous les dimanches régulièrement, sans jamais manquer. Ils vous haïront seulement si vous expérimentez une conversion véritable. Un jeune homme demandait une fois à l’évangéliste Moody, « Comment me débarrasser du monde ? » Et Moody lui répondit, « Faites résonner haut et fort votre témoignage pour Christ et le monde se débarrassera de vous ! »

Vous dites, « Alors, pourquoi devenir un véritable chrétien(ne) si je vais m’attirer la haine des autres ? » Et bien, voilà pourquoi – si vous ne prenez pas au sérieux votre vie chrétienne et ne devenez un véritable chrétien(ne), allez à l’église chaque fois que les portes sont ouvertes – vous vivrez une vie sans espérance, vous mourrez une mort sans espérance, et vous irez dans une éternité sans espérance, où « l’obscurité des ténèbres (vous) est réservée pour toujours » (Jude 13). Je ne sais pas comment vous réagirez, quant à moi, je préfère que le monde me haïsse plutôt que de perdre la faveur de Dieu. Je préfère être jeté dans une fosse avec des lions plutôt que d’habiter dans la maison des méchants. Je préfère prendre place avec les quelques chrétiens qui ont été rejetés par le monde que de suivre ces coureurs de marathon impies jusque dans la bouche de l’Enfer !

« Alors l’un sera pris… » (Matthieu 24:40).

Mon Dieu, merci, nous serons pris ! Ils seront heureux de s’être enfin débarrassés de nous – et nous, nous serons également heureux d’être débarrassés d’eux ! Amen et amen! Que la séparation soit complète. Que l’on puisse dire, « en plus de tout cela, il y a un grand abîme établi entre nous et vous, de sorte que ceux qui voudraient passer d’ici à vous, ne le peuvent ; et ceux qui voudraient passer de là jusqu’à nous ne le peuvent non plus » (Luc 16:26). Voilà donc une vraie séparation ! Viens, Seigneur Jésus, viens ! « Alors l’un sera pris… » Que ce sois moi ! Amen !

Tandis que son armée céleste crie « Hosanna »
   Il descendra, avec les saints glorifiés et les anges,
Plein de grâce, dans un halo de gloire,
   Lorsque Jésus recevra « les Siens. »
Ô Seigneur Jésus, quand ? Jusques à quand ?
   Devons-nous attendre pour chanter enfin :
Christ revient ! Alléluia ! Alléluia !
   Amen, Alléluia ! Amen.

Oui, les chrétiens seront partis !

Pardonnez-moi, je me suis laissé emporter en écrivant ce sermon ! Mais je ne vais pas en supprimer un seul mot ! C’est ce que nous avons besoin d’entendre dans ces jours mauvais ! « L’un sera pris. » Assurez-vous que vous serez celui (celle)-là ! Mais le verset continue,

« … et l’autre laissé » (Matthieu 24:40).

II. Deuxièmement, ceux qui ne sont pas sauvés seront laissés.

Si vous n’êtes pas sauvé(e) vous serez laissé(e) en arrière, sur cette terre maudite par le péché. Ce qui vous arrivera, vous ne voulez pas le savoir ! Mais je vais vous le dire quand même. Ce ne sera pas une partie de plaisir. Je manque de temps pour vous décrire toutes les choses horribles qui vous arriveront si vous faites partie de ceux qui sont laissés derrière, mais en voilà quelques unes,

« Et j'entendis une grande voix venant du temple, disant aux sept anges : Allez et versez sur la terre les fioles de la colère de Dieu.

La première fiole.

Et le premier ange s'en alla, et versa sa fiole sur la terre ; et un ulcère malsain et atroce tomba sur les hommes qui avaient la marque de la bête, et sur ceux qui adoraient son image.

La deuxième fiole.

Et le second ange versa sa fiole sur la mer, et elle devint comme le sang d'un mort ; et chaque âme vivante dans la mer mourut.

La troisième fiole.

Et le troisième ange versa sa fiole sur les rivières et sur les fontaines d'eaux ; et ils devinrent du sang. Et j'entendis l'ange des eaux dire : Tu es droit, Ô Seigneur, qui es, et étais, et seras, parce que tu as jugé ainsi. Car ils ont versé le sang des saints et des prophètes et tu leur as donné du sang à boire, car ils en sont dignes. Et j'en entendis un autre du côté de l'autel dire : Certainement Seigneur Dieu Tout-Puissant, vrais et droits sont tes jugements.

La quatrième fiole.

Et le quatrième ange versa sa fiole sur le soleil, et le pouvoir lui fut donné de brûler les hommes par le feu. Et les hommes furent brûlés par une forte chaleur, et ils blasphémèrent le nom de Dieu, qui a pouvoir sur ces plaies ; et ils ne se repentirent pas pour lui donner gloire.

La cinquième fiole.

Et le cinquième ange versa sa fiole sur le trône de la bête ; et son royaume devint plein de ténèbres ; et les hommes se mordaient la langue de douleur. Et ils blasphémèrent le Dieu du ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs plaies ; et ils ne se repentirent pas de leurs œuvres.

La sixième fiole.

Et le sixième ange versa sa fiole sur le grand fleuve Euphrate ; et son eau sécha, pour que le chemin des rois de l'Est soit préparé.

(Parenthèse, versets 13-16.)

Et je vis trois esprits impurs, semblables à des grenouilles sortir de la gueule du dragon, et de la gueule de la bête, et de la bouche du faux prophète. Car ce sont des esprits de démons, faisant des miracles, qui vont vers les rois de la terre et du monde entier, afin de les rassembler pour la bataille du grand jour du Dieu Tout-puissant. Voici, je viens comme un voleur. Heureux est celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu'il ne marche pas nu, et qu'on ne voie pas sa honte. Et il les rassembla dans un lieu appelé en hébreu Armageddon.

La septième fiole.

Et le septième ange versa sa fiole en l'air ; et il sortit une grande voix du temple du ciel venant du trône, disant : C'est fait. Et il y eut des voix, des tonnerres, des éclairs, et il y eut un grand tremblement de terre ; si puissant et si grand tremblement de terre, qu'il n'y en avait jamais eu de pareil depuis qu'il y a des hommes sur la terre : et la grande ville fut divisée en trois parties, et les villes des nations tombèrent, et la grande Babylone vint en mémoire devant Dieu, pour lui donner la coupe du vin de l'ardeur de sa colère. Et toute île s'enfuit, et les montagnes ne furent plus trouvées : Et il tomba du ciel sur les hommes une grosse grêle, chaque grêlon était du poids d'un talent ; et les hommes blasphémèrent Dieu, à cause de la plaie de la grêle, car la plaie était extrêmement grande » (Apocalypse 16:1-21).

Il y en aura pour me dire, « Arrêtez, vous êtes en train de faire peur à ces jeunes ! » Et bien, vous avez entièrement raison ! « Mais, » vous direz, « vous ne pouvez pas faire ça ! Les jeunes ne devraient pas entendre des choses pareilles, qui pourraient les effrayer ! » Maintenant, remarquez qu’ils ne se soucient pas autant quand vous allez au cinéma ! Ils disent (de moi) que c’est seulement un prédicateur de la vieille école. Vous pouvez aller au cinéma et voir des vampires, le sang dégoulinant de leurs bouches. Vous pouvez voir des gens se faire couper en morceau, bras et jambes et les têtes aussi, par douzaines. Vous pouvez voir des tueurs en série, des meurtres en masse, du sadisme, de la boucherie pure et simple, des orgies sexuelles, et toutes ces autres ordures qu’ils vomissent dans leurs salles de cinéma de nos jours – et ils diront, « Ce n’est pas si mauvais ! Après tout, les jeunes doivent se divertir ! » Le sang, les scènes « gore » et les horreurs dans ces films les font seulement sourire. Mais ils déchaînent leur colère et leur furie et leur haine sur un prédicteur qui leur dit ce qui est dans la Bible ! Essayez de comprendre ! La fantaisie ne les dérange pas - mais ils haïssent la vérité ! « Il y a encore un homme par qui on pourrait consulter l’Éternel ; mais je le hais » (I Rois 22:8). Vous allez dire, « Mais quel genre de sermon est-ce que celui-ci ? » Cela s’appelle un sermon d’évangélisation à l’ancienne. C’est comme une sucrerie à l’ancienne, des berlingots ou des sucres d’orge – le genre que vous ne trouvez plus dans les boutiques ! Tout ce que vous trouvez aujourd’hui sont des études bibliques destinées à des « dames d’église » (voir l’émission Saturday Night Live). Mais voilà ici le genre de sermon qui peut convertir les jeunes encore perdus ! Venez à l’église ! Soyez sauvés ! Faites-le avant qu’il ne soit trop tard ! Voilà ce que les jeunes ont besoin d’entendre ! « Alors l’un sera pris et l’autre laissé » (Matthieu 24:40). Vous feriez mieux de revenir à l’église ! Il n’y a aucun espoir pour vous si vous ne le faites pas ! Vous feriez mieux de revenir à Christ. Il n’y a aucun espoir pour vous si vous ne le faites pas !

Je sais que je ne peux pas vous faire réellement assez peur avec ce sermon pour vous faire devenir chrétien. Les gens ne deviennent pas chrétiens en ressentant un éclair d’angoisse. Mais pensez-y quand vous serez revenus chez vous. N’est-il pas vrai que le monde est devenu fou ? N’est-il pas vrai que les gens ont laissé Dieu en dehors de leur vie ? N’est-il pas vrai que la Bible nous avertit du jugement qui vient ? Le monde ne mérite-t-il pas d’être jugé ? Ne méritez-vous pas d’être jugé pour votre péché ? Et si c’est vrai, n’avez-vous pas besoin de Jésus pour vous sauver de ce jugement ?

Oui, Jésus est mort sur la Croix pour vous sauver du péché. Oui, Il est vivant à jamais, et Il est au Ciel. Oui, Il pardonnera votre péché quand vous lui accorderez votre confiance ! Mais vous feriez mieux de ne pas attendre ! Le temps manque.

« L’un sera pris… et l’autre laissé » (Matthieu 24:40).

Assurez-vous que vous ne serez pas celui (celle) qui est abandonné(e) derrière. Que Dieu vous réveille de votre sommeil avant qu’il ne soit trop tard. Amen. Si vous n’êtes pas encore sauvé(e), allez vers le fond de la salle pendant que nous chantons le chant numéro 7. Le Dr. Cagan vous prendra dans un endroit tranquille pour prier avec vous.

Tel(le) que je suis, sans rien à moi,
   Sinon Ton sang, versé pour moi,
Et Ta voix qui m'appelle à Toi,
   Agneau de Dieu, je viens ! Je viens !

Tel(le) que je suis, et sans plus attendre
   Je viens, pour enlever la terrible tache,
Vers Toi, dont le Sang lave tout péché,
   Agneau de Dieu, je viens ! Je viens !
« Tel(le) que je suis » [Just As I Am] Charlotte Elliott, 1789

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here) – or you may
write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015. Or phone him at (818)352-0452.

Écriture lue avant le sermon par le Dr. Kreighton L. Chan : Matthieu 24:37-42.
Solo chanté avant le sermon par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :« Christ revient »
(“Christ Returneth”) par H. L. Turner, 1878.


BREF APPERCU DE

L’UN SERA PRIS ET L’AUTRE LAISSÉ

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« L’un sera pris et l’autre laissé » (Matthieu 24:40).

(Matthieu 24:42, 37; Jean 14:3; I Thessaloniciens 4:16-17;
II Timothée 3:16; Hébreux 11:5; II Rois 2:11)

I.   Premièrement, les véritables chrétiens partiront, Apocalypse 11:10;
 Romains 8:7; I Rois 22:8; Jean 15:18, 19, 25; Jude 13; Luc 16:26.

II.  Deuxièmement, ceux qui ne sont pas sauvés seront laissés,
Apocalypse 16:1-21; I Rois 22:8.