Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




LE TITANIC

Par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le matin du Jour du Seigneur, dimanche 13 mai 2012

« Insensé, cette nuit même ton âme te sera redemandée » (Luc 12:20).


Le mois dernier a marqué le 100ème anniversaire du naufrage du Titanic. Ce dernier était le navire le plus grand jamais construit. On l’appelait « l’insubmersible. » Et pourtant, il a fait naufrage lors de son tout premier voyage sur l’océan, causant la mort de plus de 1 500 passagers, noyés dans des eaux glacées par les icebergs. Cent ans plus tard, les gens sont encore captivés par cette histoire. Quatre grands films ont été tournés, des documentaires sans nombre ainsi que de nombreux livres nous ont rendu familiers avec les circonstances de cette tragédie. Le naufrage du Titanic a encore fait parler de lui le mois derniers, et des millions de jeunes sont toujours captivés par la nouvelle édition en 3D du film de 1997.

Ce sermon contient des éléments puisés dans une prédication du Dr. Greg Dixon (« Le naufrage du Titanic » dans Sermons évangéliques de prix, Prize-Winning Evangelistic Sermons, réunis et publiés par le Dr. John R. Rice, Sword of the Lord Publishers, 1976, pp. 11-23). Le Dr. Dixon dit,

Alors que je commençais à étudier les récits concernant ce navire qui ne pouvait faire naufrage, j’arrivai à la conclusion que c’était presque comme si l’homme s’adressait à Dieu en lui disant, « Nous sommes à présent les maîtres de notre destinée, les capitaines de nos vies. Nous n’aurons plus jamais peur des éléments ; plus jamais nous ne craindrons les océans et la mer sombre et profonde ; mais grâce à notre intelligence, notre sagesse et nos connaissances, nous pouvons à présent conquérir notre propre univers »… Les propriétaires du navire, les constructeurs, les concepteurs, le capitaine, l’équipage, les médias, avaient annoncé au monde entier que ce navire ne pouvait couler. C’est comme si l’homme disait encore, « Dieu, nous n’avons plus besoin de toi maintenant. Nous avons bâti un navire qui ne peut faire naufrage ! Et nous n’avons plus besoin de ta protection. Nous n’avons plus besoin de ton aide. » Cependant, il s’est passé une chose étrange. Ce navire a sombré lors de son voyage inaugural, et le spectacle s’est déroulé devant les yeux du monde entier, rendant témoignage que nous avons peut être encore besoin de Dieu, après tout… (Ibid., p. 11).

« Viens à notre aide contre l’adversaire : car les hommes n’offrent qu’un secours dérisoire » (Psaume 60:11).

C’est comme si Dieu disait,

« Insensé, cette nuit même ton âme te sera redemandée »
       (Luc 12:20).

L’Amérique est une grande nation, mais elle est en train de faire naufrage, comme le Titanic. Quand je vois ce qui se passe dans notre pays, j’ai l’impression que nous ne faisons que réarranger les chaises de pont du Titanic d’une autre manière. Ce sermon est basé sur le naufrage du Titanic et les évènements qui s’y rapportent.

La nuit du 14 avril 1912, à 23h 40, le plus grand désastre maritime s’est produit. Le grand Titanic [le plus grand paquebot jamais construit] toucha un iceberg à approximativement 800 miles nautiques des côtes de Terre Neuve. Il y avait 2 340 passagers [à bord du navire]. 705 furent sauvés et 1635 périrent dans le naufrage.
      C’était son tout premier voyage et il avait reçu une publicité mondiale, non seulement comme le plus grand et plus luxueux navire, mais aussi comme le plus sûr de tous les vaisseaux flottants jamais construits. (Ibid., p. 12).

Et pourtant, pour de nombreux passagers du Titanic, c’était come si Dieu leur disait,

« Insensé, cette nuit même ton âme te sera redemandée »
       (Luc 12:20).

As-tu songé au prix à payer, si ton âme devait se perdre,
   Même si tu avais gagné le monde entier ?
Aujourd'hui un pas loin de Jésus est un pas de trop.
   As-tu songé, as-tu songé seulement au prix à payer ?
« As-tu songé au prix à payer ? » (Have You Counted the Cost?)
     par A. J. Hodge, 1923.

On peut dire que les gens du Titanic illustrent le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui de quatre manières différentes

I. Premièrement, ils avaient un faux sens de sécurité.

Premièrement, ils pensaient que le Titanic était un navire « insubmersible. » Après tout, il mesurait 370 mètres de long, son ancre pesait un peu plus de 15 tonnes. Sa coque, à la base était de double épaisseur (1,75m) pour assurer une plus grande protection. Son nom même, le « Titanic » signifie « gigantesque », « énorme, « immense, » et « puissant. » Le Titanic était immense et puissant. On l’appelait « le navire qui ne peut sombrer. » Il avait 15 compartiments complètement étanches. Tout le monde était tellement sûr qu’il ne pouvait couler qu’il n’y avait que 20 canots de sauvetage à bord. Chaque canot pouvait contenir 58 passagers. Ce qui signifie que seulement 1 160 personnes pouvaient être sauvées, sur les 2 340 embarquées, et ceci seulement si les canots étaient remplis à capacité. Ce qui laisse 1 180 personnes à bord qui ne trouveraient pas de place dans les canots. Pourquoi un si petit nombre de canots ? Tout simplement parce qu’ils pensaient qu’il n’en aurait pas besoin ! Ils pensaient que les 50 000 tonnes du Titanic ne pourraient jamais vraiment couler !

Quelle illustration de la fausse sécurité que l’on retrouve également chez les gens d’aujourd’hui ! Et vous, qu’en pensez-vous ? Êtes-vous préparé pour le jugement de Dieu ? Êtes-vous prêt à mourir, devriez-vous mourir subitement ? Ou êtes-vous comme l’homme qui pensait qu’il avait encore beaucoup d’années devant lui ? Il se disait en lui-même, « repose-toi, mange, bois et réjouis-toi » (Luc 12:19).

« Mais Dieu lui dit : Insensé, cette nuit même, ton âme te sera redemandée; alors ces choses que tu as amassées, à qui seront-elles ? » (Luc 12:20).

À bord du Titanic se trouvait John Jacob Astor IV, l’un des hommes les plus riches du monde, dont la fortune s’élevait à 150 000 000$, ce qui vaut facilement dix fois plus de nos jours. Il n’avait aucun souci et revenait d’un voyage qu’il avait fait en Égypte avec sa jeune épouse de 19 ans – sur le Titanic ! Il y avait également Benjamin Guggenheim, à la tête de l’American Smelting and Refining Company. Sa fortune était plus modeste mais s’élevait quand même à 95 000 000$. Se trouvait aussi à bord Isadore Straus, le co-fondateur de la compagnie qui fabriquait les vêtements Levis, dont la fortune était de 50 000 000$. Jay Bruce Ismay, à la tête de l’International Mercantile Marine Company, et sa fortune était de 40 000 000$. Le collier de perle de sa femme valait à lui seul 250 000$. Ces perles étaient parmi les plus admirables du monde.

Ces hommes se promenaient paisiblement sur le pont du Titanic, pensant probablement à gagner encore plus de millions, sans aucune idée qu’ils allaient bientôt se retrouver dans les eaux glacées de l’Atlantique nord.

Le multimillionnaire John Jacob Astor IV, qui se trouvait à bord, était l’homme le plus riche. Quand le Titanic heurta l’iceberg qui le ferait couler, Astor dit à sa femme que ce n’était rien et qu’elle ne devait pas s’inquiéter. Alors que le navire s’enfonçait dans l’océan, on le vit sur le pont, en train de fumer tranquillement une cigarette. Une demi-heure plus tard, le Titanic disparaissait dans les eaux, l’entrainant dans sa tombe océane. Deux semaines après le naufrage, son corps gonflé d’eau fut rejeté par les flots et identifié grâce à ses initiales sur l’étiquette de son veston. On ne peut s’empêcher de se rappeler ce que dit la Bible,

« Les richesses ne servent à rien au jour de la colère »
       (Proverbes 11:4).

« Insensé, cette nuit même ton âme te sera redemandée »
      (Luc 12:20).

II. Deuxièmement, ils n’étaient pas préparés.

Aucun navire n’était aussi luxueux que le Titanic. Il y avait des courts de tennis, des salles de bal et même des ascenseurs, ce qui était totalement inconnu sur ce genre de navire jusqu’ici. Le prix de la meilleure suite de cabines s’élevait à 4 300 $, ce qui était une forte somme en 1912. C’était la suite la plus chère. Mais il n’y avait pas assez de canots de sauvetage ! John Jacob Astor IV et son épouse étaient en train de faire une séance de gymnastique dans la magnifique salle de sport du navire après que l’iceberg ait heurté la coque. Et pendant qu’ils se divertissaient, le navire commençait à couler. Mais il n’y avait pas assez de canots de sauvetage !

Alors que cette nuit-là le Titanic voguait calmement sur les flots glacés de l’Atlantique nord aucun navire naviguant sur les mers et les océans n’avaient jamais donné à ses passagers une impression de sécurité et de confiance aussi forte. Mais il n’y avait pas assez de canots de sauvetage ! Et ces canots ne contenaient aucune provision de bouche. Certains n’avaient même pas de réserve d’eau potable. D’autres n’avaient ni voile ni boussole. Sur quelques uns, on avait même enlevé le bouchon d’écoulement du fond du canot, ce qui les rendait déjà inopérants. Après tout, qui aurait besoin de ces canots – ils n’étaient pas nécessaires – pensaient-ils ! C’est pour cela qu’il n’y en avait que 20.

Et même malgré cela, la plupart des canots de sauvetage qui s’éloignèrent du navire, n’étaient chargés que de 10, 12 ou 15 personnes, au lieu des 60 qu’ils pouvaient contenir. Pourquoi y avait-il si peu de passagers ? Tout simplement parce les gens ne pensaient pas que le navire allait couler ! Ils ont refusé de monter dans les canots.

Puis on entendit une série d’explosions. Les gens furent pris de panique et commencèrent à courir vers les canots qui restaient. Une peur mortelle saisit les gens qui couraient chacun pour soi à l’assaut des quelques canots encore visibles. Mais c’était déjà trop tard. Et pourtant, bien des hommes qui ont péri noyés étaient assez riches pour s’acheter le Titanic, mais ils n’avaient pas assez d’argent pour s’acheter une place dans un des canots ! Ils n’étaient pas préparés !

Ils étaient sur les ponts, hommes et femmes confondus, vêtus des fourrures les plus chères que l’on puisse acheter. Certains portaient des bagues en or, les femmes montraient des rangs de perles fines autour de leur cou, et des boucles d’oreilles en diamant. Mais à présent, ces riches ne valaient guère mieux que les passagers les plus pauvres, se battant comme des animaux pour trouver encore une place libre dans un canot. Mais ces derniers canots étaient pleins, il était trop tard. Ils n’étaient pas préparés ! Quelle illustration de notre génération !

« Et comme il arriva aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il aussi aux jours du Fils de l’homme : ils mangeaient, ils buvaient, ils prenaient et étaient donnés en mariage, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et le déluge vint et tous périrent » (Luc 17:26-27).

Ils se moquèrent de Noé quand il les avertit de se préparer. Ils pensaient que le jugement ne viendrait jamais. Puis la pluie descendit à torrent. Les eaux montèrent et ils commencèrent à frapper les flancs de l’arche et crier pour leurs vies. Mais c’était trop tard. Ils avaient attendu trop longtemps. La porte de l’arche avait été fermée par Dieu lui-même. Ils criaient et hurlaient de panique alors que les eaux du Déluge les engouffraient et les emmenaient dans leur tombeau sous les eaux. « Ainsi il en sera de même à l’avènement du Fils de l’homme » (Matthieu 24:39).

Quelqu’un interpella John Jacob Astor en ces termes, « Mais dites-donc, vous, où donc est votre gilet de sauvetage ? » Astor répondit, « Je ne pensais pas en avoir besoin. »

Un jour, vous vous tiendrez devant le trône de Dieu. Il vous demandera, « Qu’avez-vous fait de Jésus, qui est appelé le Christ ? » Répondrez-vous, « Je ne pensai pas en avoir besoin ? »

Vous aurez besoin de Jésus. Vous pouvez pensez que vous n’en aurez pas besoin, mais c’est faux, vous aurez besoin de Lui. Vous devez recevoir Jésus maintenant. Si vous attendez, ce sera trop tard pour toujours.

« Et quiconque n'était pas trouvé écrit dans le livre de vie, était jeté dans l'étang de feu » (Apocalypse 20:15).

« Et ceux-ci iront aux châtiments sans fin » (Mattieu 25:46).

Vous pouvez échanger votre espérance d’éternité
   Pour un instant de joie périssable,
Pour les paillettes du péché et ses fausses richesses,
   Mais quel prix faudra-t-il payer alors ?

As-tu songé au prix à payer, si ton âme devait se perdre,
   Même tu as gagné le monde entier ?
Aujourd'hui un pas loin de Jésus est un pas de trop.
   As-tu songé, as-tu songé seulement au prix à payer ?

Un jour, peut être bientôt, Dieu vous dira,

« Insensé, cette nuit même ton âme te sera redemandée »
       (Luc 12:20).

III. Troisièmement, ils ont remis à plus tard.

Ils ont attendu, ils ont préféré d’autres choses, et retardé le moment d’entrer dans les quelques canots de sauvetage présents. Le navire était en train de faire naufrage, et pourtant ils continuaient à boire et à danser. Alors que le navire sombrait John Jacob Astor et sa jeune épouse faisaient du cheval mécanique dans le gymnase. Le navire commençait à couler et le personnel devait littéralement casser les portes des cabines pour réveiller les passagers endormis, et ceux-ci refusaient de croire que ce navire insubmersible était actuellement en train d’aller par le fond. Savez-vous ce que certains ont été jusqu’à faire ? Ils cassaient des morceaux de l’iceberg proche du bastingage et faisaient un jeu de se lancer des morceaux de glace à travers le pont ! D’autres s’amusaient à rapporter de gros morceaux dans leur cabine. Quand on leur demandait ce qu’ils voulaient en faire, ils répondaient, « Nous voulons les rapporter à nos amis à New York pour les leur montrer. » Ils remettaient les choses sérieuses à plus tard. Ils se sont menti à eux-mêmes et n’ont pas écouté leurs craintes. Ils ont joué et se sont divertis tout comme les gens de Sodome.

« Et comme il arriva aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il aussi aux jours du Fils de l’homme : ils mangeaient, ils buvaient, ils prenaient et étaient donnés en mariage, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et le déluge vint et tous périrent » (Luc 17:26-27).

Je les vois chez nous aujourd’hui, dans le centre ville de Los Angeles. Ils viennent ici de leurs banlieues riches, dans des voitures luxueuses. Ils sortent des centaines de dollars pour se payer une place pour assister une fois de plus à un match dénué d’importance de l’équipe de basketball des Lakers (NDT : équipe de Los Angeles.) Ils ne partent pas avant 23h:30 ou minuit, gesticulant et buvant. Mais pourriez-vous demander à ces gens de venir dans le centre ville le dimanche matin et assister au service dans notre église ? Ô non ! Il n’en est pas question ! « Je ne pourrai pas venir jusqu’ici, aussi loin, au centre ville de Los Angeles, » disent-ils. Mais bientôt ils entendront la voix de Dieu leur dire,

« Insensé, cette nuit même ton âme te sera redemandée »
       (Luc 12:20).

« Celui-là boira du vin de la colère de Dieu, qui est versé sans mélange dans la coupe de son indignation, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, en présence des saints anges et en présence de l'Agneau. Et la fumée de leur tourment monte pour toujours et toujours ; et ils n'auront aucun repos, ni jour ni nuit… » (Apocalypse 14:10-11).

IV. Quatrièmement, ils hurlaient alors que le navire chavirait dans l’océan.

Une grande partie des passagers s’adonnaient aux jeux d’argent, ou dansaient, et se divertissaient. Un group de joueurs monta sur le pont supérieur pour voir l’iceberg de près, juste après le choc, mais redescendit promptement à leur table de jeux. Ils s’enfoncèrent dans l’océan lors du naufrage. Beaucoup d’autres, avertis de la rencontre avec la montagne de glace, retournèrent se coucher, confiants que le Titanic était insubmersible. Eux aussi, périrent dans le naufrage.

D’autres encore se moquaient, passant les bouées de sauvetage par dessus leur tête et faisant semblant de danser autour du pont, sous les applaudissements d’un auditoire de joyeux inconscients. Pour d’autres, il n’était pas question de mettre ces « vieux gilets crasseux » et abimer leurs belles robes et tenues de soirée. Ceux que le personnel du navire pressait de monter dans les canots refusaient de mettre les bouées de sauvetage en disant, « Pourquoi mettre ces horribles bouées encombrantes et abimer nos beaux vêtements pour partir dans cette nuit sombre et glacée ? Nous allons revenir dans quelques instants de toute façon. » Ils riaient quand le personnel leur disait que le navire était réellement en train de couler.

Ô, je sais ce que le monde rira ce matin d’un vieux prédicateur comme moi. Je sais qu’ils diront, « Ne laissez pas ce vieux prédicateur vous alarmer ! » Je sais qu’ils diront, « Allez-y, vivez votre vie de débauche et de péché. Ne soyez pas fou ! Ne devenez pas un de ces vieux baptistes étroits d’esprit. Mangez, buvez, et faites la fête ! » Je sais ce qu’ils diront ! Mais je sais aussi ce que Dieu dira,

« C'est pourquoi sa calamité viendra soudainement ; il sera tout à coup brisé, et sans remède » (Proverbes 6:15).

« Celui, qui étant souvent repris, raidit son cou, sera subitement brisé, et cela sans remède » (Proverbes 29:1).

En rejetant le Seigneur, une ligne est franchie,
   D’où le Saint Esprit ne se fait plus entendre ;
En continuant ton chemin dans la foule qui s'amuse :
   As-tu songé, as-tu songé seulement au prix à payer ?

As-tu songé au prix à payer, si ton âme devait se perdre,
   Même si tu as gagné le monde entier ?
Aujourd'hui un pas loin de Jésus est un pas de trop.
   As-tu songé, as-tu songé seulement au prix à payer ?

Mais à la fin, ils hurlaient de terreur alors que le majestueux Titanic sombrait dans les remous. Les passagers à bord des canots qui s’éloignaient racontent que l’orchestre sur le pont du navire changea subitement de musique. Un instant auparavant, on entendait les notes joyeuses d’une danse à la mode, maintenant on entendait une mélodie beaucoup plus sévère et poignante.

Mon Dieu plus près de Toi, plus près de Toi !
   C'est le cri de ma foi : Plus près de Toi !
Dans le jour où l'épreuve
   Déborde comme un fleuve ;
Garde-moi près de Toi, plus près de Toi !
« Mon Dieu plus près de Toi ! » (Nearer, my God, to Thee)
   par Sarah F. Adams, 1805-1848).

Pendant que le navire coulait, le pasteur John Harper courait d’une personne à l’autre, les suppliant de mettre leur confiance en Christ. Un des passagers alla même jusqu’à pousser rudement le pasteur et lui intima de se taire. Mais le pasteur continua à offrir le salut ; il donna à un homme son propre gilet de sauvetage et lui dit, « Vous en aurez plus besoin que moi. » L’homme à qui il donna son gilet survécut mais le pasteur Harper périt dans les flots. Il est une illustration de Jésus, le Sauveur des pécheurs. Jésus est mort afin que vous puissiez vivre. Ô, ce matin Jésus vous offre la vie. Il est mort sur la Croix pour payer la dette de votre péché. Il est ressuscité des morts pour vous donner la vie éternelle. Ce matin, mettrez-vous votre confiance en Christ ?

« En ceci est l’amour, non que nous avons aimé Dieu, mais que lui nous a aimés et a envoyé son Fils pour être la propitiation pour nos péchés » (I Jean 4:10).

Ferez-vous confiance à Jésus ce matin pour votre salut ?

Après le naufrage du Titanic, le Congrès des États Unis se réunit pour faire le jour sur cette terrible catastrophe. Témoins après témoins furent appelés à la barre pour donner leur témoignage. Finalement, ce fut le tour de l’officier de troisième grade. Un des sénateurs lui posa une étrange question. Je ne sais pas pourquoi, mais il lui demanda, « Mr. Pittman, pouvez-vous décrire les cris entendus au moment où le navire coulait ? » Pittman plongea la tête dans ses mains et commença à pleurer sans pouvoir s’arrêter. Après un moment, il déclara, « Monsieur, vous me demandez de décrire les cris. La meilleure réponse que je peux vous donner et que ce fut juste un long hurlement continu. » Ainsi en sera-t-il en Enfer. « Il y aura des cris et des grincements de dents » (Matthieu 13:42).

Je vous en supplie, comme le fit le pasteur John Harper avec cet homme sur le pont du Titanic. Je plaide avec vous. « Mettez-votre confiance en Christ avant qu’il ne soit trop tard. »

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here) – or you may
write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015. Or phone him at (818)352-0452.

Écriture lue avant le sermon par le Dr. Kreighton L. Chan : Luc 12:16-21.
Solo chanté avant le sermon par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« As-tu songé au prix à payer ? » (Have You Counted the Cost?) par A. J. Hodge, 1923.


BREF APERCU DE

LE TITANIC

Par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Insensé, cette nuit même ton âme te sera redemandée »
(Luc 12:20).

(Psaume 60:11)

I.   Premièrement, ils avaient un faux sens de sécurité. Luc 12:19, 20;
Proverbes 11:4.

II.  Deuxièmement, ils n’étaient pas préparés, Luc 17:26-27;
Matthieu 24:39; Apocalypse 20:15; Matthieu 25:46.

III. Troisièmement, ils ont remis à plus tard, Luc 17:28-29;
Apocalypse 14:10-11.

IV. Quatrièmement, ils hurlaient alors que le navire chavirait
dans l’océan, Proverbes 6:15; 29:1; I Jean 4:10; Matthieu 13:42.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).