Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




LE FOUET, LA HONTE ET LES CRACHATS

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles
le soir du Jour du Seigneur, le 1er avril 2012

« J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe ; je n’ai pas dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats » (Ésaïe 50:6).


Tout comme l’énuque éthiopien, nous pourrions également nous écrier, « De qui le prophète parle-t-il ainsi ? Est-ce de lui-même ou de quelqu’un d’autre ? » (Actes 8:34). Il en est de même au chapitre 53, où il n’est pas possible de douter un seul instant qu’Ésaïe parle du Seigneur Jésus Christ. Sûrement, nous avons ici une prophétie qui fait partie de celles dont Jésus parlait avec Ses disciples alors qu’ils marchaient vers Jérusalem. Il leur disait,

« Voici, nous montons à Jérusalem, et tout ce qui a été écrit par les prophètes au sujet du Fils de l’homme s’accomplira. Car il sera livré aux païens ; on se moquera de lui, on l’outragera, on crachera sur lui, et, après l’avoir battu de verges, on le fera mourir : mais le troisième jour il ressuscitera » (Luc18:31-33).

Jésus leur dit que les païens se moqueraient de Lui, L’insulteraient, Le fouetteraient et Le feraient mourir. Et Il leur dit également que tout ceci avait déjà été écrit « par les prophètes. » Notre texte doit être l’un des versets auxquels Jésus faisait référence,

« J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe ; je n’ai pas dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats » (Ésaïe 50:6).

Et voyez comment cette prophétie s’est littéralement réalisée. Ponce Pilate, le gouverneur Romain, le fit fouetter. Puis les soldats romains,

« ...posèrent sur sa tête une couronne d’épines qu’ils avaient tressée. Puis ils se mirent à le saluer : Salut, roi des Juifs ! Et ils lui frappaient la tête avec un roseau, crachaient sur lui … »
       (Marc 15:17-19).

C’est ainsi que je suis absolument certain que c’est Jésus de Nazareth, notre Rédempteur, qui est Celui qui a accompli chaque parole de cette prophétie,

« J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe ; je n’ai pas dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats » (Ésaïe 50:6).

Nous laisserons Joseph Hart décrire cette scène,

Voyez la patience de Jésus, alors qu'Il
   Subit les insultes [dans cet horrible prétoire] !
Les pécheurs ont lié les mains du Tout Puissant,
   Et craché sur le visage de leur Créateur.

Ses tempes déchirées et béantes de sang,
   Laissent couler le flot vermeil de chaque plaie ;
Son dos est lacéré par les lanières du fouet, mais ce n'est rien
   Car Son cœur est lacéré plus profondément encore.
(Sa Passion (« His Passion » ) par Joseph Hart, 1712-1768;
     arrangé par le Pasteur).

« J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe ; je n’ai pas dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats » (Ésaïe 50:6).

Ce soir, je veux vous apporter les souffrances de notre Sauveur. Et je dis, avec Pilate « Voici l’homme. » Tournez votre coeur vers Lui et regardez-Le dans Sa Passion. Voyez qui Il est, quel exemple Il a laissé, et ce qu’Il a fait pour sauver des pécheurs totalement déchus des flammes éternelles.

I. Premièrement, regardez-Le comme le Dieu incarné.

Dieu est venu dans la chair pour vivre parmi les hommes, sur cette terre. Dans Ésaïe 50:2, Il dit, « Je suis venu. » Dieu le Fils « est venu » du Ciel et Il a vécu parmi nous.

« La Parole était Dieu... Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, (et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du F ils unique venu du père) pleine de grâce et de vérité » (Jean 1:1, 14).

« Dieu a été manifesté en chair » (I Timothée 3:16).

Les anciens chrétiens avaient raison de dire de Jésus, « Dieu venu de Dieu, lumière venue de la lumière, véritable Dieu venu du véritable Dieu, venu de Dieu et non créé. »

Songez-y et vous verrez que c’est la plus remarquable doctrine qui soit jamais venue à l’esprit de l’homme. Spurgeon a dit,

Si cela n’était pas aussi bien documenté et attesté, il serait absolument incroyable que le Dieu infini qui remplit toute chose, qui était, qui est, et qui vient, le tout Puissant, l’omniscient, et l’omniprésent, a véritablement daigné se voiler Lui-même sous les traits de notre humble argile. Il a créé toute chose, et Il a daigné revêtir la chair d’une créature en union avec Lui-même... L’humanité de notre Seigneur n’était pas un fantasme… non pas la simple apparence d’une forme humaine : au-delà de tout doute, « La Parole a été faite chair et a demeuré parmi nous. » « Touchez-moi et voyez » a-t-dit « un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai. » (C. H. Spurgeon, ‘Le grand mystère de la Divinité’ [The Great Mystery of Godliness], La chaire du Tabernacle métropolitain, The Metropolitan Tabernacle Pulpit, Pilgrim Publications, réimprimé en 1979, volume 28, p.698).

Jésus était Dieu en chair, par union hypostatique. Il est le Dieu incarné, la deuxième Personne de la Sainte Trinité, la Parole faite chair !

Ce qui révèle que notre texte est insondable pour l’esprit de l’homme ! Voici Dieu en chair qui se laisse Lui-même avilir et torturer ! C’est au-delà de tout esprit humain que le Dieu incarné puisse dire,

« J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe ; je n’ai pas dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats » (Ésaïe 50:6).

Voici le Créateur de l’univers, et tout ce qu’il renferme, qui permet à des hommes pécheurs de le battre de verges et de tirer les poils de Sa barbe ! Ici mon Dieu laisse de vils pécheurs cracher sur Son saint visage !

Voyez la patience de Jésus, alors qu'Il
   Subit les insultes [dans cet horrible prétoire] !
Les pécheurs ont lié les mains du Tout Puissant,
   Et craché sur le visage de leur Créateur.
(Sa Passion, « His Passion » par Joseph Hart).

II. Deuxièmement, regardez-Le comme notre exemple.

« J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe ; je n’ai pas dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats » (Ésaïe 50:6).

En tant que serviteur de Dieu, Jésus a laissé des pécheurs porter le fouet sur Son dos, arracher les poils de Sa barbe et Lui cracher au visage. Il aurait pu ouvrir la terre comme pour Coré, ou envoyer un feu dévorant pour les consumer, comme le fit Élie. Mais Il vint « semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent, Il n’a point ouvert la bouche » (Ésaïe 53:7). Et l’apôtre Pierre dit,

« Et c’est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces ; lui qui n’a point commis de péchés, et dans la bouche duquel il ne s’est point trouvé de fraude ; lui qui, injurié, ne rendaient point d’injures, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s’en remettait à celui qui juge justement » (I Pierre 2:21-23).

Nous voulons peut être donner à Dieu notre vie et notre argent, mais lorsqu’on prend avantage de nous, ou que l’on nous calomnie, nous avons tendance à nous retirer. Mais Jésus s’est laissé ridiculiser et traiter d’imposteur par les pires pécheurs sans essayer de Se défendre. Que faisons-nous quand nos amis et notre famille nous appellent des hypocrites et médisent sur notre compte parce que nous sommes chrétiens ? Nous devrions nous rappeler que Jésus « garda le silence, » n’ouvrant pas la bouche quand Il a été accusé par de faux-témoins le soir avant Sa crucifixion (Matthieu 26:63). Quand Pilate Lui dit, « N’entends-tu pas de combien de choses ils t’accusent ? » Jésus « ne lui donna de réponse sur aucune parole, ce qui étonna beaucoup le gouverneur » (Matthieu 27:13-14).

Moi-même, j’ai appris cette leçon avec beaucoup de peine le jour où j’ai dû défendre Jésus pendant notre démonstration contre le film blasphématoire « La dernière tentation de Christ. » De faux témoins, sortis de nulle part, m’accusèrent d’antisémitisme et de trahison. C’était complètement erroné. Depuis toujours, j’aime de tout mon coeur et de toute mon âme le peuple Juif et l’état d’Israël. Mais j’ai appris à souffrir ces abus en silence quand des amis de longtemps se détournèrent de moi parce que je prenais la défense de Jésus. Pendant vingt ans, je n’ai rien dit pour ma propre défense, mais récemment, j’ai fait une déclaration pour protéger le témoignage de notre église contre de faux accusateurs. Jésus a dit,

« Heureux serez-vous lorsque les hommes vous haïront, lorsqu’on vous chassera, vous outragera, et qu’on rejettera votre nom comme infâme, à cause du Fils de l’homme. Réjouissez vous en ce jour-là et trésaillez d’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans le ciel : car c’est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes » (Luc 6:22-23).

Ces paroles du Sauveur ont été d’un grand réconfort pour moi pendant les moments d’épreuve. Je ne pense pas que nous devrions nous défendre trop rapidement quand le monde nous accuse à cause du nom de Jésus. Pendant ces démonstrations (au sujet du film « La dernière tentation de Christ »), un homme me cracha au visage. Je restai là, devant des dizaines de cameras et de journalistes, le crachat dégoulinant sur ma joue. Jésus m’a appris à ne pas utiliser de représailles, car Il n’a pas détourné Son visage « des ignominies et des crachats. » Après, j’ai essayé d’être bon envers celui qui m’avait traité ainsi. Le pauvre ! Il a été assassiné ensuite. Dieu connait ma tristesse et les larmes que j’ai versées pour lui et pour sa famille.

Dans un sermon sur notre texte, Spurgeon a dit, « Vous devez vous abaisser de plus en plus, jusqu’au point d’être méprisé et rejeté des hommes, car c’est la voie de la gloire éternelle » (« La honte et le crachat » [The Shame and Spitting], La chaire du Tabernacle métropolitain, The Metropolitan Tabernacle Pulpit, Pilgrim Publications, réimprimé en 1972, volume 25, p. 431).

Dans ces jours mauvais, que chacun de nous se souvienne de l’exemple de Jésus quand les gens se moquent de nous ou parlent mal de nous parce que nous sommes des disciples de Christ. Spurgeon a dit,

Êtes-vous accablé de maux et de douleurs...? Jésus les connaît car Il a « livré son dos à ceux qui le frappaient. » Souffrez-vous de calomnies ? Il n’a pas « dérobé son visage aux ignominies et aux crachats. » Vous a-t-on ridiculisé ? Des hommes sans grâce se sont-ils moqués de votre sainte attitude ? Jésus peut vous comprendre. Tous les coups que vous devez recevoir, tout ce qui brise votre cœur, le Seigneur l’a déjà porté. Allez le Lui dire. Beaucoup ne vous comprendrons pas. Vous êtes un oiseau au plumage différent et ils vous donneront des coups de bec jusqu’au sang ; mais sachez que Jésus connaît ceci également, car Lui aussi était un oiseau d’un autre plumage. Allez le lui dire, et il vous donnera sa consolation (Spurgeon, ibid.).

Voyez la patience de Jésus, alors qu'Il
   Subit les insultes [dans cet horrible prétoire] !
Les pécheurs ont lié les mains du Tout Puissant,
   Et craché sur le visage de leur Créateur.

III. Troisièmement, regardez-Le comme le substitut des pécheurs.

« J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe ; je n’ai pas dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats » (Ésaïe 50:6).

Souvenez-vous que Jésus a subi ces souffrances pour aucun péché, car Il n’avait pas de péché.

« Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités : le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris » (Ésaïe 53:5).

Ce verset dans Ésaïe 53 nous dit simplement que Ses blessures et Ses meurtrissures, ainsi que Sa mort, ont été nécessaires pour le salut des pécheurs. Jésus a pris sur Lui notre péché. Et la Bible nous dit que Dieu « a fait devenir péché pour nous celui qui n’a point connu de péché, afin que nous devenions en lui justice de Dieu » (II Corinthiens 5:21). Quand Jésus a souffert, Il a souffert pour nos péchés, pour en payer le prix, afin que nous puissions être sauvés. Le péché est la pire chose. Le péché mérite d’être châtié. Le péché mérite que l’on crache dessus. Le péché mérite d’être cloué sur la croix. Et parce que Jésus a pris notre péché sur Lui, Il a mérité d’être châtié, Il a mérité de recevoir les crachats. Il a mérité d’être mis à honte. Si vous voulez savoir ce que Dieu pense du péché, vous n’avez qu’à regarder Son Fils, le dos lacéré par les coups du fouet, les poils de Sa barbe arrachés, le visages dégoulinant des crachats des soldats qui l’entouraient pendant qu’Il a été fait le sacrifice du péché pour nous. Si vous ou moi étions châtiés, fouettés, inondés de crachats pour nos péchés, ce ne serait pas une surprise. Mais Celui qui a porté notre péché était Dieu le Fils. Jésus a pris notre place, et « il a plut à Dieu de le briser par la souffrance… Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché » (Ésaïe 53:10). Même si notre péché a été mis sur Jésus par imputation, il Lui a causé la plus horrible souffrance et la plus profonde honte avant qu’il ne soit payé sur la croix.

Remarquez que notre texte dit, « J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient. » Jésus s’est livré de Sa propre volonté à ceux qui le frappaient, à ceux qui ont arraché les poils de Sa barbe, et ceux qui ont craché sur son visage. Il s’est offert volontairement pour mourir sur la croix. Personne ne l’a obligé à souffrir pour nos péchés. Il l’a fait de Sa propre volonté. Le Fils de Dieu est volontairement devenu malédiction à notre place, comme un substitut, pour payer la rançon de notre péché – afin que nous puissions être pardonnés par Dieu et rendus juste à Ses yeux

Comment pouvons-nous l’entendre et ne pas en être grandement étonné ? Comment pouvons-nous penser au Fils de Dieu qui a été battu, qui a eu la barbe arrachée, sur qui on a craché et ne pas être rempli d’émerveillement, de révérence et de louanges ? Lui qui couvre le ciel de nuages n’a pas couvert Son visage contre l’humiliation et les crachats. Lui qui a créé le dos des montagnes n’a pas épargné le Sien aux lacérations des verges qui faisaient gicler Son Sang. Lui qui a enchaîné la puissance des océans et des vents, a Lui-même été enchaîné par les hommes qu’Il avait créés. Quand les anges du Ciel élèvent leurs voix pour chanter Ses louanges qui résonnent d’un bout à l’autre de la Création, comment est-il possible de Le voir cloué sur une croix ? Je pense que c’est pour cette raison que les marques des clous seront éternellement visibles sur Ses mains et Ses pieds afin que nous ne puissions jamais oublier, quand nous serons au Ciel, ce qu’Il a fait pour nous. Comment pourrons-nous jamais regarder Son visage sans nous rappeler que des pécheurs ont arrachés des touffes de Sa barbe et que les crachats coulaient sur ses Saintes joues !

Voyez la patience de Jésus, alors qu'Il
   Subit les insultes [dans cet horrible prétoire] !
Les pécheurs ont lié les mains du Tout Puissant,
   Et craché sur le visage de leur Créateur.

Son visage ! Pourquoi ne pas cracher sur les anges ? N’y avait-il donc aucun autre endroit pour lancer vos crachats que sur Son merveilleux visage ? Son visage ! Dieu nous vienne en aide ! Son visage ! Ils ont craché sur le merveilleux visage de Jésus ! Spurgeon a dit, « Je désirerais que l’homme n’ai jamais été créé, ou bien…qu’il ait été transporté dans le néant plutôt que de vivre pour commettre une telle horreur (ibid., p. 428). Dieu nous vienne en aide ! Ils ont craché sur le visage de notre Rédempteur !

Si vous êtes perdu, je plaide avec vous pour que vous placiez votre confiance en Lui maintenant. Votre péché se termine quand vous placez votre confiance en Lui, parce qu’Il a porté toutes vos iniquités et votre culpabilité quand Il est cloué sur la croix. Votre châtiment a été enlevé, car Jésus l’a ôté et l’a porté - sur Son dos, sur Ses joues, sur Son visage, sur les blessures de Ses mains et de Ses pieds. Mettez votre confiance en Lui et tout châtiment causé par votre péché sera ôté, et vous serez sauvé, justifié pour toujours et à perpétuité par Son amour rédempteur ! Levons-nous et chantons le cantique numéro 7, « Oh quelle fontaine » par le Dr. John R. Rice.

Écoutez l'histoire d'un amour incomparable,
   Qui dit aux pécheurs comment être pardonnés
Pardon libre et gratuit pour lequel Jésus a souffert,
   Dont Il a fait l'expiation sur la Croix du Calvaire.
Oh, quelle fontaine de grâce coule maintenant,
   Du Sauveur crucifié jusqu'aux hommes,
Sang précieux qu'Il a versé pour nous racheter,
   Grâce et pardon pour tous nos péchés.
(« Oh, Quelle Fontaine! » [Oh, What a Fountain!] Dr. John R. Rice, 1895-1980).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here) – or you may
write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015. Or phone him at (818)352-0452.

Écriture lue avant le sermon par le Dr. Kreighton L. Chan : Luc 18:31-33.
Solo chanté avant le sermon par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Conduisez-moi au Calvaire » (“Lead Me to Calvary”)
par Jennie Evelyn Hussey, 1874-1958).


BREF APERÇU DE

LE FOUET, LA HONTE ET LES CRACHATS

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe ; je n’ai pas dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats » (Ésaïe 50:6).

(Actes 8:34; Luc 18:31-33; Marc 15:17-19)

I.   Premièrement, regardez-Le comme le Dieu incarné, Ésaïe 50:2;
Jean 1:1, 14; I Timothée 3:16.

II.  Deuxièmement, regardez-Le comme notre exemple, Ésaïe 53:7;
I Pierre 2:21-23; Matthieu 26:63; 27:13-14; Luc 6:22-23.

III. Troisièmement, regardez-Le comme le substitut des pécheurs,
Ésaïe 53:5; II Corinthiens 5:21; Ésaïe 53:10.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).