Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




LA DÉSAPPROBATION DES FILS D'ÉLI,
ET LE SALUT DE SAMUEL

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles
Le matin du Jour du Seigneur, le dimanche 29 janvier 2012

« Or, les fils d'Éli étaient des fils de Bélial ; ils ne connaissaient point le Seigneur » (I Samuel 2:12).

« Or, Samuel ne connaissait point encore le Seigneur, et la parole du Seigneur ne lui avait point encore été révélée. Et le Seigneur appela encore Samuel pour la troisième fois ; et il se leva, et s'en alla vers Éli, et dit : me voici, car tu m'as appelé. Et Éli comprit que le Seigneur appelait cet enfant. Alors Éli dit à Samuel : va, et couche-toi. Et si l'on t'appelle, tu diras : parle, Seigneur, car ton serviteur écoute. Samuel s'en alla donc, et se coucha en son lieu. Et le Seigneur vint, et se tint là, et appela, comme les autres fois, Samuel, Samuel ! Et Samuel dit : parle, car ton serviteur écoute » (I Samuel 3:7-10)

.

J'ai presque intitulé ce sermon, « L'enfant qui se tient à part et les enfants nés dans l'église. » Le jeune Samuel était l'étranger qui venait d'arriver au Tabernacle. Hophni et Phinehas, qui étaient les fils du prêtre Éli, étaient là depuis longtemps : ils étaient les « enfants nés dans l'église. » Vous penserez peut être que je suis un peu trop dur sur ces enfants-là. Mais souvenez-vous qu'une étude de George Barna montre que 88% de tous les jeunes qui sont élevés dans l'église la quitte avant l'âge de vingt cinq ans, pour ne jamais y revenir. Puisque seulement 1 sur les 10 restant deviennent indépendants, je crois qu'il est raisonnable de les comparer à Hophni et Phinehas, les fils d'Éli, qui « ne connaissaient pas le Seigneur. » Et il est raisonnable de comparer Samuel à un jeune qui viendrait du monde dans l'église, se convertit, est sauvé, et sert le Seigneur pour le restant de sa vie. Ce sermon fera le contraste entre une personne non sauvée qui vient de l'extérieur, du monde, et ceux qui sont « nés dans l'église. » Si vous êtes une nouvelle personne d'un milieu séculier et qui vient dans cette église, vous aurez le désir d'écouter attentivement ce sermon. Si vous êtes un « enfant né dans l'église », non sauvé, et que vous êtes dans l'église depuis très longtemps, ce sermon doit vous servir d'avertissement - bien que je pense que vous ne l'écouterez probablement pas, parce qu'il semble que vous avez déjà été laissé de côté par Dieu.

C'est ce qui est arrivé à Phinehas et Hophni, les fils d'Éli. Leur père les avait faits prêtres du Tabernacle. Mais ils étaient inconvertis. La Bible dit, « les fils d'Éli étaient des fils de Bélial ; ils ne connaissaient point le Seigneur » (I Samuel 2:12). Le Dr. McGee dit, « les garçons d'Éli étaient "fils de Bélial," ce qui signifie fils du diable. Ils n'étaient pas sauvés. On a donc les fils du Grand Prêtre, allant et venant autour du Tabernacle, et y accomplissant un ministère, vraiment ! » (J. Vernon McGee, Th.D., À travers la Bible, Thru the Bible, Thomas Nelson Publishers, 1982, volume II, p. 127; note sur I Samuel 2:12).

N'oubliez jamais que les jeunes élevés dans l'église ont encore besoin de conversion. Les fils d'Éli n'avaient aucune expérience personnelle ni aucune communion avec Dieu. Ils n'avaient jamais pensé sérieusement à Dieu. La Bible dit, « Le méchant, à travers l’orgueil de sa contenance, ne cherchera pas Dieu : Dieu n’est pas du tout dans ses pensées » (Psaume 10:4). Ce qui revient à dire qu'il n'y a pas de place pour Dieu dans toutes ses pensées ! Tels étaient Hophni et Phinehas. « Ils ne connaissaient point Dieu » et ils n'étaient même pas intéressés de le connaître ! Il n'y avait pas de place pour Dieu dans leurs pensées ; ils étaient dans le Tabernacle ; leur père connaissait le Seigneur, mais ses deux fils étaient des hommes perdus, non sauvés, des « fils de Bélial, qui ne connaissaient point Dieu. » Ils étaient des hommes charnels qui ne se préoccupaient que d'accaparer ce qu'ils pouvaient prendre, et sexuellement impurs de surcroît (I Samuel 2:22). Il n'y avait absolument aucune place pour Dieu dans leurs pensées. Quand leur père Éli essaya de les corriger, « ...ils n'obéirent point à la voix de leur père, car le Seigneur voulait les faire mourir » (I Samuel 2:25). Dieu leur avait donné tout le temps qu'il fallait pour se repentir, mais à présent, Il les avait abandonnés.

« Et comme ils ne se sont même pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a abandonnés à une intelligence dépravée...»
      (Romains 1:28).

Dieu met une limite à votre initiative de rejet à l'appel que vous fait le St Esprit. Dieu dit « Mon esprit ne contestera pas toujours avec l’homme » (Genèse 6:3). Il viendra un temps où Dieu vous abandonnera. Alors vous n'écouterez plus la prédication et ni l'appel du repentir. « Mais ils n'obéirent point à la voix de leur père, car le Seigneur voulait les faire mourir. »

Je vais parler maintenant des « enfants nés dans l'église, » les jeunes qui ont grandi dans l'église sans se convertir. Ceci s'applique également aux jeunes qui viennent à l'église, mais deviennent rapidement comme ces jeunes « nés dans l'église. » Il y a peu de temps, j'ai vu une photographie de jeunes comme cela. Certains avaient été élevés dans l'église. D'autres venaient de l'extérieur, mais étaient devenus comme les premiers. Attention sur qui vous prenez modèle ! Cela ne suffit pas de venir à l'église et de tenir une belle Bible sous le bras. Vous devez vous écarter des jeunes dans l'église qui ne connaissent pas le Seigneur ! Vous devez sortir «...du milieu d’eux, et soyez séparés, dit le Seigneur » (II Corinthiens 6:17). Samuel était dans le Tabernacle, avec Hophni et Phinehas, mais il n'avait aucune communion avec eux. Certainement, ils passaient du temps ensemble dans le Tabernacle, mais pourtant il n'y a aucune de trace de Samuel leur adressant, fut-ce qu'un mot ! S'il ne l'a jamais fait, ce n'était qu'un mot ou deux, sans importance. Éloignez-vous des « enfants nés dans l'église » qui sont encore dans le monde ! « Sortez du milieu d’eux, et soyez séparés, dit le Seigneur. »

Maintenant, je m'adresse aux jeunes inconvertis de l'église. Faites-vous de la place à Dieu dans vos pensées ? Pensez-vous à Dieu quand vous vous retrouvez seuls ? Souvenez-vous que ce qui compte, c'est quand vous êtes seuls. Oui, vous pouvez parler de Dieu quand vous êtes à l'église. Mais pensez-vous « sérieusement » à Dieu quand vous êtes seuls ? N'éprouvez-vous jamais un sentiment de culpabilité quand vous êtes seuls, sachant que Dieu connait tous vos péchés ? Ou êtes-vous comme Hophni et Phinehas, ne pensant jamais sérieusement à Dieu ?

Ce soir, je prêcherai sur la conversion d'Adoniram Judson (1788-1850), le premier missionnaire à Burma (Cliquer ici pour lire ce sermon). Son père était pasteur. Il fut élevé dans l'église. Mais Dieu n'était pas réel pour lui. Tout ce qu'il pensait, en fin de compte, n'avait rien d'autre à voir que le Dieu de son père. Lui-même n'avait aucune réalisation personnelle de Dieu, jusqu'à une certaine nuit où il se retrouva seul, loin de chez lui. Il fut comme Jacob, qui un soir dans le désert, alors qu'il se trouvait seul eu conscience de Dieu. Dieu devint soudainement réel pour lui. Alors Jacob dit, « Assurément, le Seigneur est en cet endroit... Et il eut peur » (Genèse 28:16-17).

Lorsque j'avais 15 ans, je m'enfuis de la tombe ouverte de ma grand'mère, loin sur une colline. Je tombai à terre, haletant, la transpiration coulant de mon visage, en larme. Et Dieu vint.... j'eu une conscience profonde de Sa terrible présence. J'aurais pu dire avec Jacob, « Assurément, le Seigneur est en cet endroit... Et [j'eus] peur. » Je n'étais pas encore converti. Mais j'avais conscience du Dieu de Jacob. Pensez-vous parfois au grand et terrible Dieu de Jacob quand vous êtes seuls ? Vous sentez-vous jamais coupables quand vous êtes seuls, sachant que le Dieu terrible de Jacob a vu vos péchés ? Si vous avez déjà eu de telles pensées sur Dieu, comment pouvez-vous vous convertir ? La Bible dit, « Car celui qui vient à Dieu doit croire » qu'Il existe réellement ! (Hébreux 11:6). Et je ne parle pas du gentil petit « Bon Dieu » du catéchisme. Ô non ! « Car notre Dieu est un feu consumant » (Hébreux 12:29). Comme Moïse, vous devez réaliser « le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, et le Dieu de Jacob. Et Moïse cacha son visage, car il craignait de regarder vers Dieu » (Exode 3:6). Seulement lorsque vous prenez conscience de la réalité de Dieu quand vous êtes seuls, et que craignez de lever les yeux sur Lui, serez-vous réellement éveillés et convaincus de votre péché. Luther dit,

Si vous voulez vous convertir, il est nécessaire que vous deveniez terrifiés, c'est à dire que votre conscience soit alarmée (Ce que dit Luther, What Luther Says, Concordia Publishing House, édition de 1994, p. 343; note sur Psaume 51:13).

C'est ce qui est arrivé au jeune Adoniram Judson quand il était seul dans l'obscurité. Pensées de la mort à minuit, pensées de son corps pourrissant dans la tombe, et l'éternité, tout cela remplit son esprit d'horreur. N'éloignez pas ces pensées. Cultivez ces pensées. Prenez le temps de les contempler. Laissez ces pensées vous faire peur, vous secouer et vous alarmer, vous remplir d'horreur. Dans avoir de telles pensées, vous ne trouverez jamais la paix avec Dieu par le Sang du sacrifice de Christ !

Mais Hophni et Phinehas n'expérimentèrent jamais de telles pensées. Ils étaient « fils de Bélial : ils ne connaissaient par le Seigneur. » Et « ils n'obéirent point à la voix de leur père, car le Seigneur voulait les faire mourir. »

Quelle différence avec le jeune Samuel ! Il n'était pas un « enfants né dans l'église. » Sa mère l'avait laissé avec Éli, au Tabernacle. Il était un enfant de grande sensibilité, il était loin de chez lui. Il était tard un soir quand Dieu l'appela.

« Et il arriva un jour qu'Éli était couché en son lieu. Or ses yeux commençaient à se ternir, et il ne pouvait plus voir. La lampe de Dieu était presque éteinte, et Samuel était couché dans le temple du Seigneur, où était l'arche de Dieu. Alors le Seigneur appela Samuel, et il répondit : "Me voici !" » (I Samuel 3:2-4).

Dans l'obscurité grandissante du Tabernacle, alors que la lampe vacillait et menaçait de s'éteindre et que Samuel était sur sa couche, Dieu l'appela. Le Christ pré-incarné « vint, et se tint là, et appela » (I Samuel 3:10). Et Samuel fut converti, et il connut le Seigneur pour lui-même, « car le Seigneur se manifestait à Samuel » (I Samuel 3:21). Souvenez-vous des paroles chantées avant ce sermon par Mr. Griffith.

Parle, Seigneur, à cette heure tranquille,
   Je suis ton serviteur, Seigneur
Rends mon cœur docile à Ta parole,
   Et à l'attente de Ta voix.

Parle, Ô Maître béni,
   À cette heure paisible ;
Laisse-moi voir Ton visage, Seigneur,
   Et sentir Ta puissance.

Parle, ton serviteur écoute,
   Ne reste pas silencieux, Seigneur ;
Je suis Ton serviteur,
   Prêt à obéir à Ta Parole.
(« Parle, Seigneur, à l'heure tranquille » [Speak, Lord, in the Stillness]
      par E. May Grimes, 1868-1927;modifié par le pasteur).

Ô, jeunes gens, Dieu est réel ! Christ est réel ! Ô, combien nous prions pour que vous ne restiez pas des fils et des filles de Bélial ! Combien nous prions pour que vous expérimentiez des « terreurs nocturnes » comme Jacob et Adoniram Judson – comme nous le verrons dans le sermon de ce soir. Combien nous prions pour que vous puissiez vous aussi être dans une situation où vos pensées puissent se tourner vers votre mort, l'éternité, sur le terrible Dieu de Jacob et de Moïse ! Combien nous prions pour que vous expérimentiez quelques unes des « terreurs existentielles » comme eux, que vous soyez convaincus de péché face au jugement de Dieu ! Combien nous prions pour que de telles horribles pensées vous travaillent à chercher Jésus, qui Seul peut vous laver de vos péchés par Son Sang Précieux ! Combien nous prions pour que vous puissiez dire à votre tour,

Quittant mes liens, ma tristesse et ma nuit,    Jésus, je viens, Jésus, je viens ;
Dans Ta liberté, Ta joie, et Ta lumière,    Jésus, je viens à Toi...

Loin de ma honte et de ma perte,
   Jésus, je viens, Jésus, je viens ;
Au bénéfice de Ta glorieuse Croix,
   Jésus, je viens à Toi...

Loin de la peur et de la crainte du tombeau,
   Jésus, je viens, Jésus, je viens ;
Dans la joie et la lumière de Ta maison,
   Jésus, je viens à Toi...

Loin des profondeurs de ruines sans fond,
   Entrer dans la paix de Ton troupeau,
Pour toujours contempler Ta face,
   Jésus, je viens à Toi.
(« Jésus, je viens à Toi.» [Jesus, I Come] par William T. Sleeper, 1819-1904).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here) – or you may
write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015. Or phone him at (818)352-0452.

Écriture lue avant le sermon par le Dr. Kreighton L. Chan : I Samuel 3:1-10.
Solo chanté avant le sermon par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Parle, Seigneur, dans le calme » [Speak, Lord, in the Stillness]
(par E. May Grimes, 1868-1927 et modifié par le pasteur).


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).