Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




CETTE GÉNÉRATION ERRANTE

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le matin du Jour du Seigneur, le 5 septembre 2004

« Mais toi, Daniel, ferme ces paroles et scelle ce livre, à savoir jusqu’au temps de la fin : beaucoup courront çà et là, et la connaissance sera augmentée » (Daniel 12:4).


J'ai déjà prêché ce sermon de nombreuses fois, dans notre église. Je le considère [Cette génération errante] comme l'un des sermons les plus importants que je n'ai jamais prêché et ce soir, je vous demanderai de l'écouter avec attention.

Le texte dit,

« Mais toi, Daniel, ferme ces paroles et scelle ce livre, à savoir jusqu’au temps de la fin... » (Daniel 12:4).

La complète signification de ce verset ne devait être comprise « qu’au temps de la fin. » Elle serait « scellée » ou dérobée aux regards [de la connaissance] jusqu’au temps de la fin. Vous remarquerez que Daniel n'a pas compris la prophétie qui lui était donnée.

« Et moi j’entendis, mais je ne compris pas ; et je dis : Ô mon Seigneur, quelle sera l’issue de ces choses ? Et il dit : va, Daniel, car ces paroles sont closes et scellées jusqu’au temps de la fin»
     (Daniel 12:8-9).

C’est seulement au 20ème siècle que la signification prophétique de ces paroles a commencé à devenir plus claire. Le Dr. W. A. Criswell écrit que Daniel 12:4 parle ici « d'une époque de mobilité étonnante et d'une augmentation extraordinaire de connaissance [est] prédite pour les derniers jours » (La Bible d'étude Criswell, Criswell Study Bible, note sur Daniel 12:4).

« Mais toi, Daniel, ferme ces paroles et scelle ce livre, à savoir jusqu’au temps de la fin ; beaucoup courront çà et là, et la connaissance sera augmentée » (Daniel 12:4).

De nos jours, les gens sont très intéressés par les prophéties de la Bible à cause des évènements survenant au Moyen Orient, des actes de terrorisme que nous voyons dans différentes parties du monde, et des évènements en Israël. Les problèmes relatifs à l'écologie et la surpopulation, ainsi que ceux concernant les grands défis sociaux et psychologiques de l'humanité, ont également causés beaucoup à se tourner vers les prophéties bibliques pour y trouver une réponse. On demande souvent, « La Bible a-t-elle quelque chose à dire au sujet des évènements que nous lisons dans le journal ? » Je dois vous avouer que si je ne croyais pas en la Bible, je serais assurément grandement découragé et effrayé par ce qui se passe actuellement dans le monde. Nous avons besoin de savoir ce que la Bible dit concernant la prophétie : c'est à dire ce qui va se passer dans le futur. Que dit la Bible ?

I. Premièrement, la Bible donne un grand nombre de signes qui montrent que nous sommes actuellement en train de vivre dans le « temps de la fin », ce temps dont parle Daniel 12:4.

Notre texte dit,

« Mais toi, Daniel, ferme ces paroles et scelle ce livre, à savoir jusqu’au temps de la fin...» (Daniel 12:4).

Je crois que nous sommes actuellement dans ce temps-là, le « temps de la fin. » Chaque signe semble indiquer que nous vivons dans une époque très proche de la fin du monde, ce monde tel que nous le connaissons.

Premièrement, il y a des signes écologiques qui montrent que la fin est proche. Jésus a prédit,

« ...de grands tremblements de terre... en divers endroits, et des famines et des pestes ; des observations épouvantables, et de grands signes dans le ciel. Et il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles ; et sur la terre une détresse des nations en perplexité : la mer et les flots rugissants. Les cœurs des hommes dérailleront de peur, dans l’attente des choses qui surviendront sur la terre ; car les puissances du ciel seront ébranlées » (Luc 21:11 et 25-26).

Jésus a dit que le cœur des hommes « déraillerait » en voyant ce qui est en train d'arriver « sur la terre. » Il a dit aussi que l'anxiété serait grande à cause des problèmes écologiques auxquels l'humanité doit faire face !

Deuxièmement, Christ a dit que les luttes raciales seraient un signe que la fin est proche.

« Puis il leur dit : nation [‘ethnos’ ou ‘groupe ethnique’] s’élèvera contre nation, et royaume [‘basilean’ or ‘national group’] contre royaume [‘national group’] » (Luc 21:10).

Groupe ethnique contre groupe ethnique, groupe national contre groupe national : n'est-ce pas ce que nous avons sous nos yeux aujourd'hui ? Toute notre sagesse humaine, notre technologie et notre science, ne nous permettent pas d'arrêter les luttes de races et les guerres entre les nations !

Troisièmement, la Bible nous dit qu'Israël sera une pierre d'achoppement pour toutes les nations, au temps de la fin. Dieu a dit :

« Je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples»
     (Zacharie 12:3).

Les véritables chrétiens, à notre époque, doivent se ranger du côté d'Israël. Mais la Bible prédit qu’à la fin des temps, les nations du monde se lèveraient contre Israël. La tension croissante au sujet d'Israël est un signe que nous sommes dans ce temps de la fin.

Quatrièmement, la Bible dit qu’un accroissement de la persécution contre les chrétiens serait aussi un signe du temps de la fin. Jésus a dit,

« ...ils mettront leurs mains sur vous, et vous persécuteront, vous livrant... aux prisons » (Luc 21:12).

C'est ce qui est en train d'arriver, en ce moment même, dans la République populaire de Chine, au Soudan, en Indonésie, au Moyen-Orient, et dans beaucoup d'autres parties du monde. Je crois, pour ma part, que la terrible persécution que subissent les chrétiens aujourd'hui à l'échelle planétaire, et dont nous sommes les témoins, est un signe que la fin est proche.

Cinquièmement, il y a le signe de l'apostasie religieuse. La Bible dit :

«Que personne ne vous trompe en aucune manière; car ce jour-là ne viendra pas que [l’apostasie] ne soit arrivée d’abord»
       (II Thessaloniciens 2:3).

Bien que des centaines de milliers de personnes affluent dans les églises en Chine, Afrique et autres parties du monde, au même moment, dans notre monde occidental, on voit une grande apostasie, un abandon du véritable christianisme. C'est encore un signe que nous sommes près de la fin, et que ce monde, tel que nous le connaissons, est en train de passer pour faire place à la deuxième venue de Jésus-Christ.

Les signes les plus importants sont en place. Les prédictions de la Bible se sont accomplies. C'est pour cela que je suis convaincu que nous vivons maintenant « le temps de la fin », tel qu'on le voit dans Daniel 12:4.

II. Deuxièmement, le texte nous dit que la connaissance et les déplacements augmenteront au temps de la fin.

« Mais toi, Daniel, ferme ces paroles et scelle ce livre, à savoir jusqu’au temps de la fin : beaucoup courront çà et là, et la connaissance sera augmentée » (Daniel 12:4).

L'accroissement de la connaissance de l'homme ces dernières 150 années a rendu possible une augmentation de la mobilité et des déplacements. Le prophète Daniel n'a jamais voyagé qu'à la vitesse d’un cheval, peut être 20 km/h, tout au plus. Mais avec l'invention du moteur à vapeur, de la puissance électrique, les hommes ont commencé à voyager sur les routes et descendre les rivières pour la première fois, à des vitesses avoisinant 30 à 50 km/h. Puis Henry Ford rendit populaire le moteur à combustion interne, et finalement on atteignit des vitesses de 55, 75 et même 105 km/h. Aujourd'hui, des automobiles peuvent faire des pointes de vitesse élevée, jusqu'à plus de 900 km/h. Des avions qui se déplacent à plus de 3 000 km/h et des navettes spatiales à près de 38 000 km/h. Aujourd'hui, un avion à réaction peut faire le tour du monde en moins de 24 heures. Un homme, dans un engin spatial, peut faire le tour du monde en 80 minutes. Et un message radio peut aller d'un bout à l'autre de la planète en moins d'une seconde On parle déjà de la possibilité de voir un homme voyager à la vitesse de la lumière, ou faire 7 fois le tour du monde en une seconde seulement. Et nous le verrons dès que les engins anti-gravité seront développés. Pensez-y !

W. E. Blackstone, dans son livre devenu un classique, Jésus vient, Jésus is Coming, disait en 1917:

Maintenant, si nous considérons les évidences nous faisant croire que son retour est proche, et à partir de là, que la fin du monde tel que nous le connaissons est également proche, nous pouvons donner sept raisons, qui sont les suivantes : premièrement la prédominance des déplacements et de la connaissance.

Je vous rappelle que ceci a été écrit en 1917. Puis Blackstone cite Daniel 12:4, et dit,

Si on compare ces récentes années avec le présent, on voit un important accroissement des voyages, ou déplacements, et de la connaissance.

Il continue,

On raconte l'histoire d'une femme, en Angleterre qui, après mûre réflexion, décida de faire un voyage. Des amis se rassemblèrent pour l'aider dans ses préparatifs. Une grande foule marcha plus d'un kilomètre et demi pour venir lui dire au revoir et pourtant, son voyage ne devait pas faire plus de 80 kilomètres.

Et ils vinrent tous lui dire au revoir, parce qu'ils savaient qu'ils ne la reverraient plus ! Et pourtant aujourd'hui, si l'anti-gravité était découverte, l'homme voyagerait à la vitesse de la lumière : ou 7 fois autour du monde en une seule seconde !

Et Blackstone continue :

De nos jours, l'invention a uni les puissantes forces de la vapeur et de l'électricité à des engins magnifiques, sur terre et sur mer, de sorte que l'on peut faire le tour du monde, confortablement, en moins de 60 jours.

Ceci semblait étonnant à Blackstone en 1917. Et juste quelques années auparavant, Jules Verne avait écrit son célèbre roman de fiction, Autour du monde en quatre vingt jours, [Around the World in Eighty Days]. On en a fait un film, qui passe toujours à la télévision, avec l'acteur David Niven. Et quand Jules Verne avait écrit son roman, les gens avaient rit à l'idée de faire le tour du monde en ballon, en 80 jours. Aujourd'hui, cela semble vieux jeu et passé de mode que de faire le tour du monde en 80 jours, parce qu'il est parfaitement normal pour les gens de faire le tour du monde en 20 heures. Et un homme dans une navette spatiale peut le faire encore plus rapidement !

Notre texte dit,

« Mais toi, Daniel, ferme ces paroles et scelle ce livre, à savoir jusqu’au temps de la fin : beaucoup courront çà et là, et la connaissance sera augmentée » (Daniel 12:4).

On l'a vu au 20ème siècle, du temps de mes parents et de mes grand parents. Lorsque ma grand'mère est née, il n'y avait pas encore d'automobiles. L'homme n'avait pas encore inventé les avions. Ma grand'mère se rappelait les deux premiers hommes ayant volé dans un avion : les frères Wright. Et pourtant, elle vécut assez longtemps pour voir un homme faire le tour de la terre dans un satellite en orbite. Et tout ceci dans le cours d'une seule vie ! Cette augmentation en connaissance scientifique, en vitesse et en déplacements est un signe que nous approchons de la fin du temps de notre monde, tel que nous le connaissons.

Le Dr. M. R. DeHaan, dans son livre, Les signes du temps, The Signs of the Times, dit ceci :

Daniel donne deux signes de la fin du temps. Les voici : (1) Beaucoup courront çà et là, et (2) la connaissance augmentera. Je les appellerai le signe des déplacements et le signe de l'éducation. Le temps de la fin sera caractérisé par un accroissement en déplacements jamais expérimenté jusque là, et de progrès en connaissance, éducation, découvertes scientifiques inconcevables jusqu'à maintenant. Daniel dit, « Beaucoup courront çà et là. » Il a prédit que ce serait un âge de voyages et de déplacements impensables jusqu‘alors. Il est surprenant de lires ces paroles écrites il y a plus de 2 500 ans par le prophète Daniel. Et pourtant, il décrit complètement notre âge moderne, tel que nous le connaissons. Le monde a rétréci ses limites. C'est un âge de vitesse et de voyages. La vapeur est venue la première, puis l'électricité. Puis le train et ensuite les diesels. Les automobiles. Les bateaux rapides. Les avions. Et maintenant les avions à réaction, suivis par les satellites. On ne peut simplement ignorer la signification de ces paroles, « beaucoup courront çà et là. »

Mais je vous invite à entrer un peu plus loin dans cette prophétie de Daniel et son accomplissement, tel que nous le voyons dans le monde aujourd'hui.

III. Troisièmement, le texte nous parle de l'agitation de l'humanité dans le temps de la fin.

« Mais toi, Daniel, ferme ces paroles et scelle ce livre, à savoir jusqu’au temps de la fin : beaucoup courront çà et là, et la connaissance sera augmentée » (Daniel 12:4).

Posez-vous la question, pourquoi les gens courent-ils ça et là ? Pourquoi se déplace-t-on tellement aujourd'hui ? Je pense que l'une de ces raisons c'est parce que les gens sont poussés, comme si quelque chose dans leur cœur les poussait à ce changement constant.

Souvenez-vous de ce que Caïn a dit dans le livre de la Genèse :

« Voici, tu m’as chassé aujourd’hui de dessus cette terre, et je serai caché de devant ta face, et je serai fugitif et vagabond sur la terre » (Genèse 4:14).

Caïn avait commis un péché. Il avait tué son frère. En raison de son péché, il fut chassé comme un fugitif sur la terre, se déplaçant constamment, jamais satisfait de rester dans un lieu.

Je suis convaincu que la raison principale pour laquelle les gens se déplacent tellement de nos jours, c'est parce qu'ils sont poussés par le péché. La raison majeure pour laquelle les gens viennent en Amérique est à cause du péché, le péché de convoitise. Les gens de viennent pas en Amérique pour devenir de bons chrétiens ! Ils viennent ici par avidité, par convoitise, pour faire plus d'argent. C'est pour cette raison qu'il est virtuellement impossible de voir les étudiants chinois qui viennent étudier ici devenir de véritables chrétiens. Actuellement se passe en Chine le plus grand réveil chrétien que le monde moderne ait jamais vu. Mais quand ces étudiants viennent ici, la seule chose qui les intéresse est de faire de plus en plus d'argent. Ils veulent courir à Las Vegas les week-ends : pour jouer aux jeux d'argent. Ils veulent travailler plutôt que de venir à l'église : pour faire de plus en plus d'argent. L'argent devient leur dieu : de même qu'il est devenu le dieu des Américains.

Les personnes de langue espagnole sont toujours en train de déménager, changeant constamment. C'est la ruine pour leurs enfants et pour eux-mêmes. Restez en place ! Restez ici avec nous !

A. W. Tozer parle des véritables chrétiens que nous avions autrefois en Amérique :

L'époque du solide diacre qui passait sa vie entière dans le même comté, où il était né, est bien révolue pour de bon. Il existait avant les jours du nomade moderne… Son erreur était qu'il avait besoin d'un changement et de repos… mais n'ayant jamais entendu parler de ces merveilleuses aides à la santé et à la longévité, il restait penché sur son travail, élevait dix enfants, travaillait sa ferme et trouvait encore le temps de lire un ou deux bons livres tous les mois. Il pouvait encore, à quatre vingt sept ans, tirer un écureuil sur un châtaignier à 100 mètres sans lunettes et courir quand il le fallait. Et quand la mort arrivait, il était sincèrement regretté par sa famille et une foule d'amis et de voisins, qui avaient appris à apprécier sa valeur intrinsèque, en vivant près de lui une vie entière. Dire que son petit fils, qui déménage tous les deux ans et passe ses étés à enfumer le paysage par l'échappement de sa voiture, est l'égal de ce caractère masculin que fut son grand-père, est vraiment au delà de ma compréhension ! (A. W. Tozer, « Folie estivale » dans Dieu parle à l'homme qui veut bien l'écouter, God Tells the Man Who Cares, Christian Publications, édition de 1970, p. 127).

Pourquoi, en Amérique, les gens bougent-ils tellement ? Pourquoi abandonnent-ils leur église et déménagent-ils à l'autre bout du pays ? C'est presque toujours parce qu'ils sont avides de plus, et encore plus, d'argent. Je ne suis pas d'accord avec Billy Graham sur bien des choses, mais je suis complètement d'accord avec lui quand il dit que le plus grand péché de l'Amérique est celui de la convoitise, le désir de toujours plus d'argent.

Vous les jeunes, ce changement et ce déménagement constant, et ce désir pour plus d'argent ont nuit à votre génération. Vos parents vous déracinent, vous retirent de votre école, vous séparent de vos amis, et ce qu'il en reste, c'est pourquoi vous vous retrouvez tout seul. C'est une grande tragédie. La plupart des jeunes en Amérique sont terriblement seuls. Vous ne pouvez avoir une stabilité dans votre foyer, et avec vos amis, si vous déménagez constamment.

Ne les laissez pas vous dire d'aller chercher une école ou une université loin d'ici ! Il y a au moins quinze facultés, ou universités, proches de cette église. Restez ici et allez étudier ! Restez dans cette église et faites vous des amis ici même ! Pourquoi rester seul ? Venez à la maison, chez vous : à l'église ! La chose la plus importante que vous pouvez faire est de devenir un véritable chrétien – et rester ici dans cette église baptiste et nous aider à avoir un impact positif sur Los Angeles ! Ne partez pas. Vous ne ferez que vous retrouver seul – une fois de plus. Pourquoi rester seul ? Venez à la maison, chez vous – à l'église – et restez-y !

Quand vous quittez votre église, vous coupez vos racines. Vous laissez derrière tout ce qui compte réellement dans la vie. C'est ce qu'à fait Caïn. Et cela a détruit sa vie et celle de ses enfants. Ils devinrent des païens – les premiers païens de la terre – parce que Caïn s'en alla de la présence du Seigneur pour aller vivre dans le pays de Nod. Voici ce que le Dr. DeHaan nous dit sur ce lieu :

Le pays de Nod signifie littéralement « la terre de l'errance. » C'est ce que veut dire ce terme hébreu. Il implique un mouvement d'un endroit à un autre. La tradition raconte que Caïn s'en alla jusqu'en Inde, et même en Chine, et des contrées encore plus lointaines... L'interprétation générale est qu'il voyagea loin de chez lui. Cela suggère une agitation constante, une inquiétude.

Bouger, bouger, bouger. C'est ce que faisaient les gens au temps de Caïn, à l'époque précédant le Déluge. Et Christ nous dit que les actions de la progéniture de Caïn, avant le Déluge, seraient une caractéristique des gens vivant dans la fin des temps. Il dit,

« Mais comme il en était aux jours de Noé, ainsi sera aussi la venue du Fils de l’homme » (Matthieu 24:37).

Et c'est juste ce que nous voyons aujourd'hui. Les gens bougent constamment, comme les jours précédant le Déluge. C'est exactement ce qui se fait aujourd'hui.

«...beaucoup courront çà et là, et la connaissance sera augmentée» (Daniel 12:4).

Pourquoi les gens changent-ils autant de place ? J'ai déjà mentionné plus haut que pour la grande partie, cela s'explique par la convoitise et l'avidité [gloutonnerie] pour toujours d’avantage d'argent. La Bible dit :

« Sache ceci aussi, que dans les derniers jours des temps difficiles surviendront. Car les hommes seront épris d’eux-mêmes, pleins de convoitises ...» (II Timothée 3:1-2).

Les gens, dans le temps de la fin sont littéralement des hommes « aimant l'argent » et « épris d’eux-mêmes » – ce qui est le terme grec exact. Et j'ai déjà dit que ce désir constant de bouger vient d'une convoitise pour une chose ou une autre. Les gens disent, « Je peux prendre un travail ici, et rester dans cette église, mais je ferai plus d'argent si je vais ailleurs. » Ils disent encore, « Je pourrai fréquenter cette école/université, elle est pas mal. Mais j'aurai une meilleure situation et je ferai plus d'argent si je vais dans cette école/université – de l'autre côté du pays. » Et vous avez cette errance et cette mouvance constantes caractéristiques d'une génération matérielle, avide et égoïste.

Jésus en a parlé en ces termes,

« Mais cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa droiture, et toutes ces choses seront ajoutées par-dessus »
       (Matthieu 6:33).

C'est ce que Mr. Mencia a fait. C'est ce que Mr. Griffith a fait. C'est ce que le Dr. Chan a fait. C'est ce que le Dr. Cagan a fait. C'est ce que Mme. Salazar et la Dr. Judith Cagan ont fait. C'est ce que mon épouse a fait. Tous les responsables de notre église ont mis le Royaume de Dieu à la première place, dans leur vie. Et bien voyez aujourd'hui quelles familles normales et heureuses elles sont devenues ! Et c'est ce que je voudrais que vous fassiez, vous aussi. Ne partez pas encore ailleurs. Demeurez ici et cherchez premièrement le Royaume de Dieu. Comme l'a chanté Mr. Griffith il y a un moment :

Un coeur content, un esprit satisfait,
Sont des trésors que l'argent ne peut acheter.
Si vous avez Jésus, vous avez plus de richesse dans votre âme,
Que des vallées de diamants et des montagnes d'or.

Cela fait plus de soixante ans que je suis ici à Los Angeles, dans le centre de la ville. Presque toutes mes quarante cinq années de ministère se sont passées ici, dans le coeur de Los Angeles, d'abord dans une église de la communauté blanche, puis dans une église de la communauté chinoise, puis dans notre église actuelle. J'ai souvent eu envie de partir de Los Angeles. Mais Dieu voulait que je reste. Il y a bien des fois où il a été extrêmement dur de rester, lors de difficultés financières ou émotionnelles. Mais j'ai trouvé qu'il est plus important d'être dans la volonté de Dieu, que dans un « meilleur » endroit. C. T. Studd, le grand missionnaire en Chine et en Afrique disait, « L'endroit le plus sûr, c’est de se trouver au centre de la volonté de Dieu. » Et je suis complètement d'accord avec lui !

Et tous ceux qui ont été à l'école avec moi sont partis de cette ville. Les membres de ma famille sont soit décédés, soit partis au loin. Aucun n'est resté à Los Angeles ; pourtant ils étaient nombreux. Aujourd'hui, si ce n'est mon épouse et mes deux garçons, je suis la seule personne qui porte le nom de Hymers à Los Angeles. Je suis le seul de ma génération dans une ville où on en comptait bien des douzaines. Mais ceux qui ont déménagé, et ceux qui sont partis n'ont pas eu une meilleure vie pour cela, ni trouvé ce qu'ils cherchaient. Et aujourd'hui, ma vie est plus remplie et plus riche et bien meilleure que ceux qui se sont « échappés » de cette ville. Restez dans la ville. Et je pense que les pasteurs doivent prêcher ce message d'un bout à l'autre de l'Amérique, dans nos grandes villes. Restez dans cette ville ! Demeurez dans l'église locale ! Il n'y a rien pour vous là-bas !

Il y a des prédicateurs qui mettent un jour spécialement de côté pour le « retour à la maison » où tous ceux qui étaient partis de l'église y reviennent. Je l'ai entendu faire dans de nombreuses églises, où ils célèbrent ce jour-là, lorsque tout le monde revient. Je ne pense pas que nous devrions le faire ; pour ma part, je ne voudrais pas faire un jour spécial pour ceux qui sont partis de leur ville et ont délaissé leur église. Ce que nous devrions avoir est un jour spécial pour ceux qui « restent à la maison » et ne sont pas partis. Avoir une journée pour honorer ceux qui sont restés, et non ceux qui sont partis. Jamais. Ne jamais les mentionner, si ce n'est qu'ils s'apparentent à des renégats.

Que pensez-vous qu'il est arrivé à nos églises ? Qu'est-il arrivé à l'Amérique ? Les communautés blanches ont abandonné les villes. Elles ont délaissé leurs églises. Nous devons nous élever et prêcher contre cela. C'est ce qui a presque tué l'Amérique. Rien n'a détruit notre nation davantage que les communautés blanches abandonnant les villes, abandonnant leurs églises, pour se sauver. On appelle cela « l’envol blanc. » Et cela a détruit l'Amérique ! Arrêtez-vous de fuir ! Restez dans la cité ! C'est ce que nous devons prêcher. Ce n'est pas un message que les gens aiment à entendre, mais quelqu’un doit le faire. Et que devons-nous faire, faut-il prêcher seulement ce que les gens aiment entendre ? Non, il vaut mieux que nous prêchions ce que les gens doivent entendre !

Aujourd'hui, je suis le seul à être resté ici, et ma vie est plus remplie et plus riche, et bien meilleure que ceux qui se sont « échappés » et quittés cette ville. Et je vous encourage à ne pas faire comme eux. Allez à contre courant. Posez vos bagages ici, enfoncez vos racines là où vous êtes.

Et une autre raison, en plus du matérialisme, est aussi le manque de « contrôle de soi. » On voit dans Daniel « ...beaucoup courront çà et là, et la connaissance sera augmentée. » La Bible dit que les gens de cette génération seraient « Sans affection naturelle, implacables, ne tenant pas leurs engagements, calomniateurs, incontinents [indécents] » (II Timothée 3:3). Le terme « incontinents » signifie qu'ils ne peuvent se contrôler. Un grand nombre de personnes sont continuellement en mouvement, souvent parmi les hispaniques. Ils ne peuvent rester en place ! Ils doivent déménager tous les trois ou quatre mois. Ce n'est pas une manière de vivre !

Bien que le père de ma mère, c'est à dire mon grand’père, ait été un homme formidable dans beaucoup de domaines, il était malheureusement de ce genre là. Il a eu sept enfants, et chacun d'eux est né dans un état différents de l’Amérique. Il déménageait constamment. Ma mère naquit en Oklahoma. Un de ses frères naquit dans le Nevada. Deux d'entre eux naquirent dans le Canada de l'Ouest. Bouger, bouger, bouger. Ce n'est pas étonnant qu'à la fin de sa vie, il se retrouva sans rien . Ce n'est pas une manière de vivre ! J'ai vu ce qui est arrivé à la famille de ma mère, et à la famille de mon père, avec tous leurs déménagements, et j'ai pris la ferme décision que je ne changerais pas mes enfants de place comme eux. Un soir, avant de m'endormir, je comptais avec mon épouse, le nombre d'écoles que j'avais fréquentées. J'en comptais 28 jusqu'à ce que je reçoive mon diplôme de fin d'études [jusqu'à mon baccalauréat]. Et ainsi, j'ai vécu enfant dans beaucoup de maisons différentes et je décidais que, quand je serais adulte, je «prendrai racine » et resterai dans un seul endroit. Je ne vois pas ce que les gens gagnent à bouger autant. Si vous avez déménagé ici, et bien que ce soit la dernière fois. Prenez-en la ferme décision et dites, « C'est bon. Cette fois-ci, c’est la dernière fois que j’ai déménagé. »

On raconte qu’un jour, Aldous Huxley s’en allant à une réunion en Irlande était arrivé très tard, le train ayant pris du retard. Il sauta en toute hâte dans un taxi de l’époque, c’est-à-dire une calèche tirée par deux chevaux. Il dit au cocher, « Je vous demanderais de faire galoper les chevaux aussi vite que possible. » Le cocher fit exactement cela, il fouetta les chevaux autant qu‘il le pût, et ils filèrent tout droit, la calèche tressautant sur les pavés des ruelles. Au bout d’un moment, Huxley cria au cocher, « Savez-vous où vous allez ? » Le cocher lui répondit, « Non, je ne sais pas où je vais, mais je vais aussi vite que je peux. » Et il en est ainsi de l’homme moderne, « Je ne sais pas où je vais, mais je vais aussi vite que je peux. »

L’un de ceux qui marchait dans l’armée de Coxe, alors qu’il allait vers Washington, essayait d’expliquer sa mission en disant, « Nous ne savons pas ce que nous voulons, mais je sais que nous le voulons vraiment avec force, et nous le voulons vraiment tout de suite. » Et c’est ainsi avec beaucoup de jeunes gens aujourd’hui. « Je ne sais pas ce que je veux, mais je le veux aussi vite que je peux me le procurer. » Et à ce propos, où votre vie vous mène-t-elle ? Vous allez aussi vite que vous pouvez, mais allez-vous vraiment ? Vous vivez votre vie dans la voie rapide. Mais où cela vous mène-t-il ? Où serez-vous dans vingt cinq ans ? Où serez-vous dans cinquante ans ? Vous vivez aussi vite que vous le pouvez, mais où serez-vous dans cent ans ? Où passerez-vous l’éternité ? Vous vivez aussi vite qu’il est possible de le faire, mais où allez-vous vraiment ? Que voulez-vous de la vie ? Vous savez, les grandes questions philosophiques de la vie sont toujours : Qui suis-je ? Pourquoi suis-je sur la terre ? Où est-ce que je vais ? Et si vous n’avez pas de réponses à ces questions, quelque soit votre niveau d’éducation, cela ne vous servira de rien, en fin de compte. Qui êtes vous ? Pourquoi êtes-vous sur la terre ? Où allez-vous ? Où passerez-vous l’éternité ?

Il y a quelque temps, je parlais à une personne qui me dit, « Avant de venir à cette église, je ne savais pas pourquoi j’étais ici. » Elle ajouta, « J’allais travailler et je revenais chez moi. J’allais travailler et je me levais le matin. J’allais travailler. Je revenais à la maison. Je me couchais. Je me levais. Et je me demandais, ‘Quel est le but de tout cela ?’ Pourquoi suis-je ici ? Où est-ce que je vais ? » Et elle me dit aussi, « C’est seulement quand je suis venue dans cette église, que j’ai réalisé quel était le but de ma vie, et la raison de ma présence sur la terre. » C’est-ce dont vous avez besoin. Pourquoi rester seul et sans but ? Venez à la maison – à l’église !

Une fois, un vieux chrétien s’était assis pour parler avec un jeune homme. Ce jeune croyait qu’il avançait dans la vie. Il gagnait de l’argent. Le vieil home lui demanda, « Que pensez-vous faire de votre vie. » Le jeune homme répondit, « Et bien, je vais travailler dur. » Le vieil homme le regarda en disant, « Et puis ? » Le jeune homme lui dit, « Et bien, je pense que je vais ensuite me marier. » Et encore le vieil homme lui demanda, « Et puis ? » Et le jeune continua, « Je suppose que j’aurais des enfants et que je les élèverai. » « Et quoi encore ? » « Et bien ensuite je pense que j’aurai ma retraite et que je profiterai de ce que j’ai fait de ma vie. » « Et puis ? » « Et alors je pense que je mourrai, comme tout le monde. » « Et ensuite ? » Cette idée hanta le jeune homme longtemps. Il ne pouvait la chasser de ses pensées.

Et c’est-ce que vous devez faire. Vous vous êtes déjà demandé, « Quelle est la raison d’être de ma vie ? Où donc tout cela me mène-t-il ? Je suis allé ça et là, mais où ma vie me conduit-elle ? »

C’est pour cette raison que je veux que vous reveniez à l’église dimanche prochain. Je veux que vous vous fassiez des amis solides dans cette église. C’est le seul moyen de guérir la solitude. L’église n’est pas un endroit parfait, parce qu’elle est peuplée d’êtres humains, et les êtres humains ne sont pas parfaits. Mais l’église est « l’endroit le plus joyeux de la terre. » C’est ce qu’ils disent à propos de Disneyland, mais ils ont tord. L’église locale est le lieu le plus heureux de la terre !

Vous devez vous impliquer dans l’église locale. Votre solitude ne guérira pas si vous venez pour quelque temps, pour repartir ensuite. Vous devez vous joindre à une église et continuer à venir, chaque semaine, quoiqu’il arrive. Ce genre d’engagement est nécessaire pour assurer un mariage stable – et il est nécessaire pour faire part de la famille de l’église ! Les gens souffrent de solitude parce qu’ils sont trop égoïstes et cupides pour s’engager envers les autres. Ils finissent comme le vieux Scrooge, dans le Conte de Noël [A Christmas Carol] de Dickens. Ils sont si égoïstes et cupides qu’ils finissent complètement seuls : coincés dans une maison de retraite quelque part, complètement coupés des relations qui pourraient donner une signification à leur vie. Et cela commence maintenant, pendant que vous êtes jeunes. Inscrivez-le comme l’un des grands principes de la vie : si vous ne vous engagez pas envers un groupe stable de personnes, vous serez toujours seul. Et aucune place n’est plus solitaire que l’Enfer; L’homme riche qui s’était retrouvé en Enfer était si seul, qu’il supplia un mendiant de venir lui donner un peu d’eau à boire. Vous devez venir dans cette église locale et y demeurer si vous voulez avoir raison de votre solitude.

Et puis vous devez venir à Jésus-Christ, le fils de Dieu. Il est mort sur la Croix pour payer le prix de vos péchés. Il a versé Son précieux Sang pour que vos péchés soient lavés plus blancs que neige. Il est ressuscité d’entre les morts et Il est maintenant assis à la droite de Dieu, au Ciel. Mais vous devez vous détourner de votre style de vie païenne, égoïste, et vous devez venir à l’église chaque dimanche, sans jamais manquer. Voilà la véritable repentance ! C’est ce que cela signifie ! Et vous devez venir à Christ, totalement, pour être lavé par son Sang ! Voilà le véritable salut ! Voilà un christianisme digne du Nouveau Testament ! Voilà la réponse aux grandes questions de la vie ! Voilà comment vivre pour toujours ! Sortez de cette génération errante ! Abandonnez-la ! Venez dans cette église locale, cette église néo-testamentaire baptiste ! Venez à Christ ! Venez ! Venez ! Venez ! Et que Dieu vous bénisse à jamais !

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

Écritures lues avant le sermon par le Dr. Kreighton L. Chan : Daniel 12:1-4, 8-10.
Solo chanté avant le sermon par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Vallées de diamants » [Acres of Diamonds] (par Arthur Smith, 1959).

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here)
or you may write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015.
Or phone him at (818)352-0452.


BREF APERÇU DE

LA GÉNÉRATION ERRANTE

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Mais toi, Daniel, ferme ces paroles et scelle ce livre, à savoir jusqu’au temps de la fin : beaucoup courront çà et là, et la connaissance sera augmentée » (Daniel 12:4).

(Daniel 12:8-9)

I.   Premièrement, la Bible donne un grand nombre de signes qui
montrent que nous sommes actuellement en train de vivre dans
le « temps de la fin », ce temps dont parle Daniel 12:4, Daniel 12:4a;
Luc 21:11, 25-26; Luc 21:10; Zacharie 12:3; Luc 21:12;
II Thessaloniciens 2:3.

II.  Deuxièmement, le texte nous dit que la connaissance et les
déplacements augmenteront au temps de la fin, Daniel 12:4b.

III. Troisièmement, le texte nous parle de l'agitation de l'humanité dans
le temps de la fin, Genèse 4:14; Matthieu 24:37;
II Timothée 3:1-2; Matthieu 6:33; II Timothée 3:3.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006])