Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




LE ZÈLE DE JÉSUS – NOTRE GRAND EXEMPLE !

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles
le samedi soir, le 30 juillet 2011

« Le zèle de ta maison m'a dévoré » (Jean 2:17).


Quand Jésus arriva à Jérusalem, la ville était remplie d'une foule de gens. Ils étaient venus pour célébrer la Pâques. Il entra dans le Temple et vit les marchands et ceux qui changeaient l'argent. On y vendait des bœufs, des brebis et des colombes destinés aux sacrifices. Jésus vit les changeurs d'argent, à l'intérieur de la cour du Temple, faire leurs affaires et le profit qu'ils en tiraient. Sur le champ, Il improvisa un fouet et les chassa,

« Et il dit à ceux qui vendaient les colombes, ôtez ces choses d’ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de marchands» (Jean 2:16).

Et alors les disciples se rappelèrent de la prophétie du Psaume 69:9, « Le zèle de ta maison m'a dévoré » (Jean 2:17). On pourrait aussi le traduire par, « Le zèle de ta maison me dévore. » Le terme grec traduit par « zèle » signifie « ferveur. » La racine est un terme qui signifie, « être brûlant, ardent, fervent. »

La Bible dit que Christ nous a laissé « un exemple afin que nous suivions ses pas » (I Pierre 2:21). Jésus était zélé, vrai, brûlant et fervent pour l'honneur de la maison de Dieu. Et nous devrions suivre Son exemple. Nous devrions être zélé, vrai, brûlant et fervent pour « la maison de Dieu, qui est l’église du Dieu vivant, le pilier et le soutien de la vérité » (I Timothée 3:15). Nous devrions être « zélé pour les bonnes œuvres » (Tite 2:14) « dans l'église du Dieu vivant. »

I. Premièrement, la prédication doit être remplie de zèle.

On dirait que nous tirons notre notion de Jésus prêchant avec une voix douce et affable, comme dans les films d'Hollywood. Mais un peu de bon sens nous montre que cela n'était certainement pas le cas. Il prêchait à des milliers de gens à la fois. Comment aurait-Il pu prêcher à de telles multitudes sans élever Sa voix ? Dans Jean 7:37, nous lisons,

« Jésus se trouvait là, et criait, disant, si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive » (Jean 7:37).

Il « criait » Le terme grec signifie « crier fort, d'une voix rauque, ou d'une manière pressante » George Ricker Berry) ; « crier très fort, interpeler, hurler, pousser des cris » (Strong). Le Puritain William Perkins (1558-1602) écrit, « Quand nous exposons une doctrine dans un sermon, nous nous devons d'être modéré, mais dans l'exhortation, nous devons être fervent et véhément » (William Perkins, L'art de prophétiser, The Art of Prophesying, The Banner of Truth Trust, réimprimé en 2002, p. 75). Le Dr. John R. Rice dit,

Le plus grand problème des églises s'appelle le « problème du prédicateur »...Prédicateurs qui n'ont pas le feu divin, la passion de Jésus, la hardiesse de Jean Baptiste, le zèle pressant de Paul, la dotation de la puissance du Saint Esprit, qui mettent le feu aux églises de Dieu... Ce dont nous avons tous besoin, si nous voulons plaire à Dieu et œuvrer pour Lui efficacement, c'est le feu du Ciel, le feu jusque dans nos os, comme l'avait Jérémie... afin que nous ne puissions nous retenir dans notre prédication (John R. Rice, D.D., Le feu de celui qui gagne des âmes, The Soul Winner’s Fire, Sword of the Lord Publishers, 1969, pp. 53-54).

Amen ! Et amen !

On se souvient souvent du Dr. Martyn Lloyd-Jones pour sa prédication explicative. Ceci parce que la plupart de ses livres viennent de ses sermons du matin, dirigés aux chrétiens. Seuls, quelques uns de ses sermons du dimanche soir ont été imprimés. Mais si vous écoutez des bandes audio de ses sermons du dimanche soir, vous entendrez de beaux exemples de ce que la prédication devrait être. Bien plus de personnes venaient l'écouter les dimanches soirs que les dimanches matins. En parlant d'un prédicateur, dont il n'avait pas cité le nom, il avait dit, « On ne sentait aucun zèle, pas d'enthousiasme... Toute son attitude semblait détachée, académique et guindée... Où était donc la passion qui caractérisait les grandes prédications du passé ? Pourquoi les prédicateurs modernes ne sont-ils pas émus et emportés par le zèle, comme les grands prédicateurs du passé l'étaient généralement ?...Qu'est-ce que la prédication ?...C'est de la théologie en feu... Prêcher c'est de la théologie venant d'un homme, mais d'un homme animé par le feu » (D. Martyn Lloyd-Jones, M.D., Prédications et prédicateurs, Preaching and Preachers, Zondervan Publishing House, 1981, pp. 88, 90, 97). Amen ! Et amen !

J'ai maintenant soixante dix ans. Je dois marcher une demi-heure tous les jours, et nager une autre demi-heure aussi tous les jours ; je en dois manger de la viande rouge que rarement – pour rester en forme pour prêcher. Je dois passer de longues heures à étudier, prier et lire – pour rester en forme pour prêcher. On ne peut pas le deviner, en lisant ces sermons par écrit, mais quand ils sont prêchés, ils le sont avec un grand zèle. Ils sont prêchés, phrase par phrase, tout en étant traduits en deux autres langues. Je prêche une phrase en anglais, puis c'est au tour de Mr Strong qui la traduit en chinois mandarin, puis de Mr Mencia qui la traduit en espagnol – puis c'est de nouveau à mon tour de reprendre la prédication. Ces sermons, avec leurs deux traductions, durent environ cinquante minutes. Ils seraient très ennuyeux si chacun de nous n'y mettait pas tout son cœur, animé d'un zèle évangélistique, même « véhément » certaines fois – comme William Perkins le recommandait !

Hier soir, mon épouse, mon fils et un des jeunes hommes de notre église regardions une vidéo du Dr. W. A. Criswell prêchant à la Première Église Baptiste [First Baptist Church] de Dallas, Texas le 9 juin 1985. Le Dr. Charles Stanley se tenait sur l'estrade, en tant que président de la Convention Baptiste du sud. Le Dr. Paige Patterson, aujourd'hui président de la Faculté baptiste de théologie du sud-ouest [Southwestern Baptist Theological Seminary] faisait les annonces. L'imposante chorale chantait et des prières montaient.

Ce n'était en aucun cas un service charismatique ou celui d'une église dite « émergente. » Ce n'était qu'un service baptiste un peu démodé. Mais il y avait quelque chose qui manque à beaucoup d'églises aujourd'hui. C'était tout simplement passionnant ! L'assemblée à la Première Église Baptiste se mit à applaudir quatre fois avant même que le Dr. Criswell ne commence à prêcher sur « La Parole infaillible de Dieu. » Trois fois, pendant le sermon, on entendit des applaudissements qui vinrent interrompre le service, ponctué de « amen » retentissants. La prédication était passionnante et sensationnelle, et débordante de zèle. Alors que je regardai, je me mis à penser, « Que nous n'ayons jamais honte d'applaudir à la vérité ! Que nous n'ayons jamais honte de montrer notre zèle pour Dieu ! » Oui, il y a des gens qui applaudissent pendant mes sermons. Et pourquoi pas ? Si c'était bon pour le Dr. Criswell, alors c'est aussi bon pour moi ! Mais quoique nous prêchions, et bien, que ce soit plein de zèle et d'enthousiasme, car les effets sur les perdus ne seront que passagers à moins que Dieu n'intervienne et utilise les sermons.

« Le zèle de ta maison m'a dévoré » (Jean 2:17).

Ce qui nous amène au point suivant.

II. Deuxièmement, les prières doivent être remplies de zèle.

De quelle manière remplie de zèle priaient les premiers chrétiens ! Par exemple, si nous prenons Actes 4:24,

« ... ils élevèrent leur voix à Dieu d’un commun accord »
      (Actes 4:24).

Remarquez qu'ils « ils élevèrent leur voix. » Le terme grec signifie qu'ils élevaient leur voix et priaient d'une voix forte. Et puis remarquez, un peu plus loin, on peut lire, « ils élevaient leur voix à Dieu d’un commun accord. » La plupart des commentateurs ne savent pas comment l'interpréter ! Seul Charles John Ellicott semble en deviner la signification. Pour moi, cela signifie très certainement que l'un d'eux « élevait sa voix » plus fort, au dessus de celle des autres, qui se joignaient à lui en répondant « amen. » Remarquez que la seule chose qu'ils demandaient dans la prière était, « donne à tes serviteurs qu’ils puissent avec toute hardiesse dire ta parole » (Actes 4:29). C'était leur seule requête de prière. Peut être, aussi, quand l'un avait exprimé ce vœux dans la prière, ils joignaient tous leur voix pour demander la même chose. On dirait que le verset 24 implique cette notion de « commun accord. » C'est ce qui arrive souvent dans des temps de réveil, comme le grand réveil en Corée en 1910. J'ai vu un tel réveil lorsque j'étais à l'Église Baptiste Chinoise. Nous devons tous prier avec zèle pour que Dieu utilise la prédication pour convertir les perdus ! Que nous puissions prier avec un zèle entier, comme Jésus le fit dans le jardin de le Gethsémané,

« Et étant en agonie, il priait plus intensément » (Luc 22:44).

« Le zèle de ta maison m'a dévoré » (Jean 2:17)

III. Troisièmement, les chants doivent être remplis de zèle.

Le psaume 81:1 dit, « Chantez à haute voix à Dieu, notre puissance ; faites entendre un joyeux retentissement au Dieu de Jacob. » Si le chant n'est pas entrepris avec zèle, alors le cœur des perdus ne sera pas ému. Si le chant est mécanique et mou, je ne pense pas que Dieu en sera heureux. Je crois que le chant doit être chanté fort, et avec zèle ! « Chantez à haute voix à Dieu, notre puissance; faites entendre un joyeux retentissement au Dieu de Jacob » (Psaume 81:1). Le Dr. John R. Rice disait, « C'est dommage que nos églises n'aient pas de musique remplie de l'Esprit et qui touche le cœur, car cela n'aide pas à gagner des âmes » (John R. Rice, D.D., Pourquoi nos églises ne gagnent pas des âmes, Why Our Churches Do Not Win Souls, Sword of the Lord Publishers, 1966, p. 126).

Que nous puissions chanter, de toute notre force, tous les chants – et à chaque service, à la gloire de Dieu. « Chantez à haute voix à Dieu notre puissance : faites entendre un joyeux retentissement au Dieu de Jacob » ! ! !

IV. Quatrièmement, nous devons avoir un zèle passionné pour nous occuper des perdus qui viennent à nos services.

Malheureusement, nous voyons souvent dans nos propres églises ce que David disait dans le psaume 142,

« Je regardais à ma main droite, et je contemplais, mais il n’y avait personne qui me reconnaisse ; tout refuge me manquait ; personne ne s’inquiétait de mon âme » (Psaume 142:4).

Une personne encore perdue peut entrer dans une église semblable et trouver que ses membres ne sont intéressés que par eux-mêmes. Ils ont leur place attitrée pour s'assoir. Ils n'ont pas appris à être chaleureux et accueillants envers les nouvelles personnes. Ils peuvent vous serrer la main et vous dirent quelques mots, mais leurs actions montrent qu'ils ne soucient pas vraiment de vous. « Personne ne s’inquiétait de mon âme. » Ô, puissions nous être zélés, ardents, et fervents en prenant soin des perdus quand ils viennent dans nos services ! Pensons un peu moins à nous-mêmes et pensons à les entourer, et aidons-les à se sentir chez eux dans notre église ! Soyons comme Jésus, qui recherchait toujours les pécheurs. « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Luc 19:10). Que l'on puisse dire de nous ce qu'on pouvait dire de Lui,

« Le zèle de ta maison m'a dévoré » (Jean 2:17).

Je vous invite à vous lever et chanter le numéro 6 sur votre feuille de chants.

Secourez ceux qui périssent, prenez soin des mourants,
   Avec compassion, arrachons-les au péché et à la tombe,
Pleurez sur les perdus, relevez ceux qui tombent,
   Parlez-leur de Jésus, le Puissant qui les sauve.
Secourez ceux qui périssent, prenez soin des mourants,
   Jésus est miséricordieux, Jésus est Celui qui les sauvera.
(« Secourez ceux qui périssent » [Rescue the Perishing]
      par Fanny J. Crosby, 1820-1915)

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here)
or you may write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015.
Or phone him at (818)352-0452.

BREF APERÇU

LE ZÈLE DE JÉSUS – NOTRE GRAND EXEMPLE !

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Le zèle de ta maison m'a dévoré » (Jean 2:17).

(Jean 2:16; Psaume 69:9; I Pierre 2:21;
I Timothée 3:15; Tite 2:14)

I.   Premièrement, la prédication doit être remplie de zèle, Jean 7:37.

II.  Deuxièmement, les prières doivent être remplies de zèle,
Actes 4:24, 29; Luc 22:44.

III. Troisièmement, les chants doivent être remplis de zèle,
Psaume 81:1.

IV. Quatrièmement, nous devons avoir un zèle passionné pour nous
occuper des perdus qui viennent à nos services, Psaume 142:4;
Luc 19:10.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).