Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




ÉVANGÉLISME DANS LES ÉGLISES PRIMITIVES :
UN MODÈLE POUR AUJOURD'HUI !

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles
le soir du Jour du Seigneur, le 10 juillet 2011

« Et il appela les douze à lui, et il commença à les envoyer deux par deux » (Marc 6:7).


Ces douze hommes n'étaient avec Jésus que depuis quelques semaines seulement, mais aussitôt, Il les envoya deux par deux pour prêcher (Marc 6:12). Au moment même où Jésus les appelait à le suivre, Il les envoya « afin qu’ils puissent [aller] prêcher » (Marc 3:14). Certainement vous savez que ces hommes n'étaient pas très spirituels. Certainement, vous savez aussi que Judas n'était pas converti, que Thomas ne croyait pas encore à l'Évangile, et que Pierre devait essayer d'empêcher Jésus d'aller à la Croix. Et pourtant on voit Jésus qui les envoie aussitôt évangéliser ! La première chose que Jésus dit à Pierre et André fut, « Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » Et eux, sur le champ laissèrent leurs filets, et le suivirent » (Matthieu 4:19-20).

De nouveau, un an plus tard, Christ appelait soixante dix de ceux qui marchaient avec Lui, «...et il les envoya deux par deux devant lui, dans chaque ville et dans tous les lieux où lui-même devait aller » (Luc 10:1). Veuillez ouvrir votre Bible à ce passage de Luc 10 et vous lever pour lire les versets 1 à 3 à haute voix.

« Après ces choses, le Seigneur en nomma aussi soixante et dix autres ; et il les envoya deux par deux devant lui, dans chaque ville et dans tous les lieux où lui-même devait aller. Et il leur disait : la moisson est vraiment grande ; mais il y a peu d’ouvriers ; priez donc le Seigneur de la moisson, qu’il envoie des ouvriers dans sa moisson. Allez, voici, je vous envoie comme des agneaux parmi les loups » (Luc 10:1-3).

Veuillez vous assoir.

Je pense que la méthode de Christ d'envoyer les gens évangéliser deux par deux est exactement ce que nous devons faire aujourd'hui. Remarquez qu'ils étaient des novices, des « bébés chrétiens » tout au plus, mais Il les a envoyé immédiatement. Il n'a pas passé des années à leur enseigner la Bible avant de les envoyer. Non ! Il leur dit, « Voici, je vous envoie comme des agneaux parmi les loups » (Luc 10:3).

Remarquez aussi que Christ a aussi dit à ces personnes inexpérimentées ce qu'il fallait prier. Et, au verset deux, Il nomme exactement ce pour quoi ils doivent prier,

« ...priez donc le Seigneur de la moisson, qu’il envoie des ouvriers dans sa moisson » (Luc 10:2).

Il a dit à ces soixante dix personnes inexpérimentées qui marchaient avec Lui de prier pour que Dieu envoie de plus en plus de monde dans la moisson ! Le Dr. John R. Rice le décrit très bien dans un de ses chants émouvants,

Nous devons prier le Seigneur de la moisson,
   « Des moissonneurs dans Ton champ. »
Peu sont moissonneurs ; blanche la moisson et bientôt abîmée
   Dans les champs, mais si riche et porteuse de grains.
Me voici ! Me voici ! Ô, envoie-moi, Seigneur de la moisson,
   Souffle sur moi Ton Esprit Saint.
Me voici ! Me voici !
   Envoie-moi aujourd'hui gagner une âme précieuse pour Toi.
(« Me voici » [Here Am I] par le Dr. John R. Rice, 1895-1980).

À la fin de son ministère terrestre, Christ leur a dit la même chose,

« Et Jésus s’approcha et leur parla, disant : toute puissance m’est donnée dans le ciel et sur la terre. Allez donc et enseignez toutes les nations, les baptisant dans le nom du Père, du Fils et de la Sainte Présence ; les enseignant à garder toutes les choses que je vous ai commandées ; et voici, Je suis avec vous toujours jusqu’à la fin du monde. Amen ! » (Matthieu 28:18-20).

À la fin de Marc, Christ a dit,

«Allez par tout le monde, et prêchez l’évangile à toute créature»
       (Marc 16:15).

À la fin de Luc, Christ a dit,

«...que la repentance et la rémission des péchés soient prêchées en son nom parmi toutes les nations, en commençant à Jérusalem»
     (Luc 24:47).

Vers la fin de l'Évangile de Jean, Christ a dit,

« Comme mon Père m’a envoyé, je vous envoie aussi »
       (Jean 20:21).

Et les dernières paroles de Christ, avant qu'Il ne remonte au Ciel vers Son Père, furent,

«...et vous serez mes témoins, aussi bien à Jérusalem que dans toute la Judée, et en Samarie, et jusqu’aux endroits les plus reculés de la terre » (Actes 1:8).

Il y eu un jour un homme qui fut à l'origine d'une scission dans son église, quand il déclara que ces commandements étaient uniquement pour les apôtres, et que les chrétiens n'avaient pas besoin de leur obéir aujourd'hui. Il revêtit ainsi le manteau de l'hyper-calvinisme pour attirer les gens à le suivre et quitter leur église. Mais rien de bon ne sortit de cette expérience, car la bénédiction ne peut jamais venir quand les paroles de Jésus sont tordues et prêtées à la désobéissance.

Spurgeon était un calviniste à cinq points, mais il n'était pas un hyper-calviniste. Comme nous le verrons, il y a une différence entre les deux. Spurgeon a dit,

Ô ! Comme je voudrais que l'Église entende le Sauveur lui adresser ces paroles aujourd'hui ; car les paroles de Christ sont des paroles vivantes, dont la puissance n'est pas celle pour Son époque seulement, mais pour celle d'aujourd'hui également. Les injonctions du Sauveur sont perpétuelles dans leur obligation : cet engagement n'était pas simplement un engagement pour les apôtres, mais pour nous également, et chaque chrétien reçoit cette obligation, « Allez donc et enseignez toutes les nations, les baptisant dans le nom du Père, du Fils et de la Sainte Présence. » Nous ne sommes pas exempts à présent du service demandé à ceux qui ont marché les premiers avec l'Agneau ; nos ordres de marche sont semblables aux leurs, et notre Capitaine nous demande la même obéissance, aussi prompte et parfaite qu'Il leur a demandé à l'époque (C. H. Spurgeon, La chaire du Tabernacle métropolitain, [The Metropolitan Tabernacle Pulpit], Pilgrim Publications, réimprimé en 1986, volume VII, p. 281).

Que chacun de nous puisse dire, avec le Dr. Rice,

Me voici ! Me voici ! Ô, envoie-moi, Seigneur de la moisson,
   Souffle sur moi Ton Esprit Saint.
Me voici ! Me voici !
   Envoie-moi aujourd'hui gagner une âme précieuse pour Toi.

Dans la parabole du Grand Souper, Jésus a dit, « Va dans les chemins et le long des haies, et contrains-les d’entrer, afin que ma maison soit remplie » (Luc 14:23). Dans la parabole de la Fête du Mariage, Jésus a dit, « Allez donc sur les routes, et invitez au mariage autant de personnes que vous trouverez » (Matthieu 22:9).

L'église locale que Jésus avait établie à Jérusalem adopta d'une manière littérale Son commandement d'aller évangéliser. Quelques semaines seulement après la Pentecôte, le grand prêtre se plaignait en ces mots, « ...voici, vous avez rempli Jérusalem de votre doctrine » (Actes 5:28). Puis, dans Actes 5:42 on lit, « Et chaque jour dans le temple, et de maison en maison, ils ne cessaient d’enseigner et de prêcher Jésus-Christ. » Et dans Actes 6:1, « ...le nombre des disciples se multipliait. » Plus loin, et plus tard, dans Actes 12:24, « ...la parole du Seigneur croissait, et se multipliait. » Le Dr. John R. Rice écrit,

      En Samarie, où le diacre Philippe était parti prêcher, on peut lire dans Actes 8:6, « Et le peuple, d’un commun accord, était attentif aux choses que Philippe disait...» Et encore au verset 12, « Mais quand ils crurent Philippe prêchant les choses concernant le royaume de Dieu et le nom de Jésus Christ, ils furent baptisés, aussi bien les hommes que les femmes. » Une telle marée de la puissance de Dieu et de personnes sauvées était quelque chose de normal pour les églises du Nouveau Testament.
      En fait, il est dit dans Actes 9:31, « Alors les églises étaient en paix ... étant édifiées et marchant dans la crainte du Seigneur ; et elles se multipliaient par l’encouragement de la Sainte Présence. »
      On voyait la « multiplication » des églises, c'est à dire qu'il y avait une multiplication des convertis, ce qui faisait croître les églises. On voit ici un modèle régulier et constant de ces églises du Nouveau Testament où les chrétiens avaient décidé de gagner à Christ toux ceux qu'ils pouvaient, et témoignaient quotidiennement de leur foi (John R. Rice, D.D., Pourquoi nos églises ne gagnent pas d'âmes, [Why Our Churches Do Not Win Souls], Sword of the Lord Publishers, 1966, p. 25).

Le Dr. Rice continue pour dire, « Malgré la persécution, au milieu des païens, des gens dont les yeux étaient encore fermés à l'évangile, ils ont gagnés des multitudes... La croissance extraordinaire des églises du Nouveau Testament est presque au delà de notre compréhension. » Warnock, dans son Histoire des missions protestantes, [History of Protestant Missions], dit qu'à la fin du premier siècle, soixante sept ans après la Pentecôte, il y avait environ 200 000 chrétiens. À la fin du troisième siècle, il y en avait 8.000.000 malgré une vigoureuse persécution et le martyre de milliers. Les chrétiens constituaient à peu près le quinzième de l'Empire romain ! [C'est à dire qu'une personne sur 15 était chrétienne]... malgré, encore, les persécutions sanguinaires qui avaient lieu dans tout l'Empire. Malgré le martyre d'Étienne et de Jacques à Jérusalem, et beaucoup d'autres, « persécuté[s] à mort [cette voie], liant et mettant en prisons tant les hommes que les femmes » (Actes 22:4), et aussi malgré les emprisonnements et la tentative d'assassinat de Paul, des milliers de Juifs furent gagnés à la foi. Malgré les persécutions sanguinaires de Néron, qui fit décapiter Paul et beaucoup d'autres, la persécution sous Hadrien et particulièrement sous Antonin le Pieux, Marc Aurèle et Septime Sévère, le feu ardent de l'évangélisation ne put être stoppé. Workman écrit,

      Pendant deux cent ans, devenir chrétien représentait un énorme renoncement, cela signifiait rejoindre une secte méprisée et persécutée, aller à contre courant du préjugé populaire, se mettre au ban de l'Empire et la possibilité d'être, à tout moment, emprisonné ou exécuté, sous une des formes les plus affreuses. Pendant deux cent ans, ceux qui voulaient suivre le Christ devaient payer le prix, et être prêt à le payer... de leur liberté ou de leur vie. Pendant deux cent ans, la seule profession d'être chrétien était en elle-même un crime » (Rice, ibid., pp. 27-28).

Le Dr. Rice écrit encore, « Au milieu des circonstances les plus hostiles, de la haine violente, des persécutions et des "portes fermée", les chrétiens du Nouveau Testament continuèrent à réaliser leur étonnant travail de gagneurs d'âmes. Pour nos églises d'aujourd'hui, de quelle manière ce travail de gagner des âmes peut-il être comparé d'avec les enseignements et la pratique néotestamentaires ? » (Rice, ibid.). « Comparées aux églises du Nouveau Testament et aux chrétiens du Nouveau Testament, nos églises actuelles, et les chrétiens, échouent désastreusement et indignement » (Rice, ibid., p. 29).

Le Dr. Rice dit aussi, « Seul un effort total peut égaler le travail de gagner des âmes, comme à l'époque du Nouveau Testament... Dans notre pauvre nature charnelle, il y a une fâcheuse tendance à dériver pour le travail de Dieu, de l'obéissance totale, et l'enthousiasme brûlant, vers le zèle tiède et la demi-mesure. Comme le dit un vieux cantique,

Enclin à vagabonder, Seigneur, je le sens,
Enclin à délaisser le Dieu que j'aime.

Encore et encore, les églises ont besoin d'un réveil du zèle, d'un réveil de la compassion pour gagner des âmes, d'un réveil de la puissance de Dieu sur nous. Il n'existe aucun autre moyen pour une église de gagner des âmes si ce n'est d'après le modèle du Nouveau Testament, par un effort total » (Rice, ibid., p. 149-150).

Je n'ignore pas qu'il y ceux qui disent que l'importance que met le Dr. Rice sur le fait que chaque personne doit faire de l'évangélisation ne « marchera » pas. Certains se sont tournés vers l'hyper-calvinisme – non le calvinisme à cinq points – mais l'hyper-calvinisme, l'idée qu'il n'est pas nécessaire d'aller chercher les âmes perdues ; que Dieu les amènera dans Sa grâce souveraine, sans que les chrétiens n'aient à faire un travail d'évangélisation. George Whitefield, William Carey, Spurgeon et d'autres gagneurs d'âmes étaient des calvinistes à cinq points, mais ils n'étaient pas des hyper-calvinistes. Ils croyaient que nous devons tous « fai[re] l’œuvre d’un évangéliste » (II Timothée 4:5). Je souhaite que tous les pasteurs de confession Protestante Réformée lisent, Spurgeon, contre l'hyper-calvinisme, Spurgeon v. Hyper-Calvinism, par le Rev. Iain H. Murray (Banner of Truth Trust, 1995). Cliquez ici pour le commander. C'est un livre merveilleux qui sera une inspiration, vous réchauffera le cœur et renouvèlera votre zèle pour l'évangélisation des perdus !

Le Dr. Rice n'avait pas tort en exhortant les chrétiens à mettre leur cœur et leur âme dans le travail d'évangélisation. Mais la faiblesse vint que la plupart des églises après lui n'accordèrent pas le temps nécessaire aux perdus que l'évangélisation amena dans l'église. Avant de baptiser les gens, on leur demandait généralement de dirent une « rapide prière » sans s'assurer d'une repentance, ou d'une véritable conversion en Jésus Christ. Le Dr. Cagan et moi-même avons écrit un livre sur le problème du « décisionisme » que vous pouvez lire gratuitement sur ce site web en cliquant ici [L'Apostasie aujourd'hui : ou comment le décisionisme détruit nos églises], Today’s Apostasy: How Decisionism is Destroying Our Churches.

Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain ! Je suis complètement d'accord avec les citations du Dr. John R. Rice que je donne ici. Nous avons besoin de réexaminer le zèle évangélique des églises primitives, et de suivre leur exemple ! Consacrons-nous à évangéliser les perdus ! Et, avant de les baptiser, soyons attentifs à nous assurer, autant que possible, qu'ils sont véritablement convertis ! Par dessus tout, souvenons-nous du commandement de Christ,

« Va dans les chemins et le long des haies, et contrains les d’entrer, afin que ma maison soit remplie » (Luc 14:23).

Veuillez vous lever pour chanter le très beau chant du Dr. Oswald J. Smith – « Évangélisez ! Évangélisez ! »

Donne-nous un cri de guerre pour cette heure,
   Un cri vaillant, un cri puissant,
Un cri de ralliement, une flamme, une torche,
   Qui appelle à la conquête ou à la mort
Un cri pour réveiller l’église de sa torpeur,
   Pour répondre à l’appel du Maître,
La trompette a sonné, l’appel est donné,
   Levez-vous les armées du Roi,
Voici notre devise « Évangélisez ! Évangélisez ! »

L’Évangile de la Bonne Nouvelle est proclamé sur toute la terre,
   Au nom de Jésus ;
Et cette parole retentit sous tous les cieux :
   « Évangélisez ! Évangélisez ! »
Aux hommes face à la mort, à la race déchue,
   Faites connaître le don de l’Évangile de grâce ;
Le monde gît encore dans l’obscurité,
   « Évangélisez ! Évangélisez ! »
(« Évangélisez ! Évangélisez ! » [Evangelize! Evangelize!]
   Paroles par le Dr. Oswald J. Smith, 1889-1986 ;
   chanté sur la mélodie de « Et comment cela se peut-il ? »
        [And Can It Be?]    par Charles Wesley, 1707-1788)

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here)
or you may write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015.
Or phone him at (818)352-0452.

Écriture lue avant le sermon par le Dr. Kreighton L. Chan : Luc 9:1-6.
Solo chanté avant le sermon par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Me voici » [Here Am I] (par le Dr. John R. Rice, 1895-1980).


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006])