Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




ROB BELL ET LE « POÈME DE LA GENÈSE »

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le soir du Jour du Seigneur, le 22 mai 2011

« Comme par l’offense d’un seul, le jugement à la condamnation est venu sur tous les hommes » (Romains 5:18).


Je dois revenir une fois de plus au livre intitulé Love Wins (HarperOne, 2011) de Rob Bell, à cause du remue ménage qu'il a causé ces quelques dernières semaines. Le thème central du livre se révèle là où Mr. Bell écrit, « Éventuellement, l'amour de Dieu fera fondre même les cœurs les plus durs. » (p. 108), et quand il fait favorablement référence à « un nombre de personnes qui insiste sur le fait que l'histoire n'est pas tragique, que l'Enfer n'est pas éternel et que l'amour, à la fin, gagne et tous seront réconciliés avec Dieu. » (p. 109). Origène, qui vécu de 185-254, fait partie de ceux auxquels Mr. Bell fait référence. Un enseignant catholique, qui s'est castré lui-même, il croyait que ceux qui étaient en Enfer, y compris Satan, seraient sauvés un jour. Origène fut condamné en tant qu'hérétique par l'Église catholique pour ses enseignements. Mr. Bell écrit qu'il a beaucoup appris d'Origène (L'amour gagne, Love Wins, p. 107).

Mais la racine des fausses idées de Mr. Bell vient surtout du fait qu'il a une compréhension erronée du Livre de la Genèse, et des commentaires sur la Genèse exposés dans Romains 5 et I Corinthiens 15. Si votre vision de la Genèse est incorrecte, tout ce que vous enseignerez le sera aussi. Voici ce que Rob Bell dit à propos de la Genèse,

Dans le poème de la Genèse qui ouvre le livre de la Bible, la vie est une réalité dynamique, en évolution, en progrès, effervescente... simplement parce que les choses, au niveau le plus fondamental, tendent vers un but (L'amour gagne, Love Wins, ibid., p. 44).

C'est une manière étrange, tordue de décrire la Genèse ! Et ce serait juste « un poème. » Non pas une histoire réelle. Non pas une description d'évènements qui se sont passés, mais juste « le poème de la Genèse. » Je suis sûr qu'il a appris ce terme à l'Institut théologique Fuller, [Fuller Theological Seminary] où il a reçu sa maîtrise il y a quelques années. Mais regardons le texte de plus près, Rob Bell dit de la Genèse qu'elle a « une réalité effervescente, dynamique, en évolution (?), en progrès, (ibid.). » Je trouve cette description risible. En fait, j'ai ri tout seul quand je l'ai lue ! Mais non, le Livre de la Genèse n'est rien de la sorte ! En fait, la Genèse est l'histoire la plus triste, le livre le plus désespéré des livres jamais écrits. Adam et Ève ont péché, et ont été chassés du Jardin vers un monde déchu. Leur premier fils (Caïn) tua son frère. Le fils de Caïn construisit une ville édifiée sur la revanche et le meurtre. Adam mourut. Seth mourut. Enosch mourut, Kénan mourut. Mahalaleel mourut. Jéred mourut. Hénoc fut enlevé. Methuschélah mourut. Lémec mourut. Puis « Le Seigneur vit que la perversité de l’homme était grande sur la terre, et que toute l’imagination des pensées de son cœur n’était que continûment mauvaise » (Genèse 6:5). Puis Dieu envoya un déluge « [pour détruire] le monde des impies » (II Pierre 2:5). Noé et son fils commirent des péchés tous les deux. Les hommes élevèrent la tour de Babel pour défier Dieu, et « Dieu les dispersa loin de là, sur la surface de toute la terre » (Genèse 11:8). Les ancêtres d'Abraham vécurent et moururent. Dieu appela Abraham, qui passa par une succession d'échecs. Sodome et Gomorrhe furent détruites par le feu. Lot commit l'inceste avec une de ses filles. L'épouse d'Abraham, Sara, mourut. Abraham mourut. Les deux fils d'Isaac étaient des hommes pécheurs. Isaac mourut. Jacob éleva une bande de renégats comme fils, qui s'empressèrent de vendre leur frère comme esclave à des Égyptiens. Jacob mourut. Et la Genèse se termine avec ces sombres paroles,

« Ainsi Joseph mourut, étant âgé de cent dix ans; et on l’embauma, et on le mit dans un cercueil en Égypte »
       (Genèse 50:26).

Le Dr. J. Vernon McGee dit, « Voici la manière dont la Bible termine le Livre de la Genèse. La Genèse commence avec Dieu créant les cieux et la terre, et se termine par un cercueil en Égypte. Qu'est-il arrivé à la famille humaine ? Le péché a fait intrusion dans la création de Dieu » (J. Vernon McGee, Th.D., À travers la Bible, Thru the Bible, Thomas Nelson Publishers, 1981, volume I, p. 198; commentaire sur Genèse 50:26).

Comment Mr. Bell peut-il appeler la Genèse un beau « poème » où la vie « est une réalité dynamique, en évolution, en progrès...» qui tend vers quelque chose ? (L'amour gagne, Love Wins p. 44). La vie n'était pas en train de progresser, mais de régresser ! La vie n'évoluait pas, elle dégénérait ! Et le seul endroit vers où la vie « tendait » était la tombe ! La Genèse se termine sur un mort « embaumé... dans un cercueil en Égypte » !

Et c'est ici que Mr. Bell se trompe lourdement. Il est passé complètement à côté de la signification de la Genèse ! Le message de la Genèse est sombre, lugubre et sans espoir. Et tout cela a commencé avec Adam montrant le poing à Dieu pour délibérément et volontairement défier le Dieu qui l'avait créé. Et si vous n'avez toujours pas compris cela, vous ne pouvez rien comprendre du reste de la Bible.

« C’est pourquoi comme par l’offense d’un seul, le jugement à la condamnation est venu sur tous les hommes »
       (Romains 5:18).

Rob Bell a compris cela d'une manière incorrecte, et c'est pour cela que tout son livre est lui aussi incorrect ! Mr Bell ne comprend pas que « par un seul homme le péché est entré dans le monde, et la mort par le péché » (Romains 5:12). Mr Bell ne comprend pas que « par l’offense d’un seul, le jugement à la condamnation est venu sur tous les hommes » (Romains 5:18). Mr Bell ne comprend pas que « par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs » (Romains 5:19). Mr Bell ne comprend pas que « en Adam tous meurent » (I Corinthiens 15:22). C'est pour cette raison que Mr. Bell ne croit pas que les hommes sont « morts dans leurs péchés » (Éphésiens 2:5). Il n'est pas étonnant que Mr. Bell pense que l'humanité entière a la capacité, même en Enfer, de prendre « une décision » qui les sauvera. Rob Bell ne croit pas qu'en Adam, l'humanité a été déchue. Il ne croit pas que tous les humains sont « enfants de la colère » (Éphésiens 2:3). Il ne croit pas que la race humaine est sous la malédiction du péché, et que l'homme est tellement aveuglé et déchu, et corrompu, que de lui-même il ne cherchera jamais Dieu.

« Il n’y en a personne qui comprenne; il n’y en a aucun qui cherche Dieu » (Romains 3:11).

Aucun ! Aucun sur la terre, et aucun en Enfer ! Aucun ! Point final ! Fin de l'histoire !

« Il n’y en a personne qui comprenne; il n’y en a aucun qui cherche Dieu » (Romains 3:11).

Mr. Bell pense que l'homme est libre comme un oiseau de « choisir » (un de ses mots favoris). Il dit « Nous avons ce type de liberté, ce type choix » (L'amour gagne, Love Wins, p. 72). Il pense que nous « avons ce type de liberté » parce qu'il ne croit pas le Livre de la Genèse. Pour lui, c'est seulement un « poème » (L'amour gagne, Love Wins, p. 44).

La position de Rob Bell a un nom. Elle s'appelle « pélagianisme », du nom d'un moine du quatrième siècle, Pélagie. Les Unitariens universalistes en enseignent sa vision générale. La théorie de Pélagie soutient que « le péché d'Adam n'a affecté que lui-même, que chaque âme humaine est... créée innocente... et que la seule conséquence du péché d'Adam sur sa postérité est celle d'un mauvais exemple » (H. C. Thiessen, Ph.D., Introduction aux lectures de théologie systématique, Introductory Lectures in Systematic Theology, Eerdmans Publishing Company, édition de 1963, p. 260).

Le pélagianisme enseigne également que l'homme a la capacité, à tout moment, de choisir Christ et d'être sauvé, de par les choix qu'il fait. C'est très clairement ce que croit Rob Bell, qu'un homme peut être sauvé n'importe quand, n'importe où, même en Enfer, en faisant un « choix » ou une « décision. » C'est la forme la plus extrême du « décisionisme. » En fait, pélagianisme est un autre terme pour « décisionisme. » Il a infecté et fait beaucoup de mal dans nos églises. Le « décisionisme » à la fin, conduit vers l'universalisme, comme dans le cas de Mr. Bell. Cliquez ici pour lire mon sermon (en Anglais), « Rob Bell and the Jehovah’s Witnesses. » Cliquez ici pour lire notre livre (en anglais) sur le “decisionisme”, Today’s Apostasy: How Decisionism is Destroying Our Churches.

Mr. Bell dit, « Nous avons ce type de liberté, ce type choix » (L'amour gagne, Love Wins, p. 72). C'est du pur pélagianisme. Ce n'est pas ce qu'enseigne la Bible. Cela n'a pas été enseigné par les Réformateurs, les Puritains, Bunyan, Whitefield, Wesley et Spurgeon. Le pélagianisme n'a jamais été tenu pour vrai par nos ancêtres Protestants et Baptistes. Ils ont prêchés contre le pélagianisme et l'universalisme jusqu'à la fin de leur vie : et nous aussi !

« C’est pourquoi comme par l’offense d’un seul, le jugement à la condamnation est venu sur tous les hommes »
       (Romains 5:18).

Veuillez écouter comment, de manière claire et scripturaire, le Dr. Isaac Watts explique Romains 5:18 dans l'un de ses hymnes, écrit à l'époque du Premier grand réveil,

De notre premier père, Adam, nous tenons notre sang impur,
Le poison règne en nous,
Nous rendant opposés à ce qui est bon,
Esclaves empressés du péché.

Nous vivons loin de Dieu, coupé de Lui,
Sans être dérangés par cette distance ;
Nous nous précipitons sur la route dangereuse,
Qui conduit au péché et à l'Enfer.

Tous les jours, nous transgressons la loi sainte de Dieu,
Et rejetons Sa grâce ;
Soumis à la cause de Satan,
Devant la face de Dieu.
   (« Notre état non régénéré » [Our Unregenerated State]
      par le Dr. Isaac Watts, 1674-1748;
        sur la mélodie de “O Set Ye Open Unto Me”).

L'avez-vous jamais ressenti ? Avez-vous jamais ressenti que vous aviez hérité du « sang impur » d'Adam ? Avez-vous jamais ressenti que « Le poison [du péché] règne en vous » ? Avez-vous jamais ressenti que vous étiez « esclaves empressés du péché » ? Avez-vous jamais ressenti que vous aimiez rester loin de Dieu, et que n'aviez pas réellement envie que Dieu vous regarde ou vienne près de vous ? N'êtes vous jamais « dérangés par cette distance » et aimez-vous cette distance ?

Je vous avertis! Dieu a dit, « Mon Esprit ne contestera pas toujours avec l’homme » (Genèse 6:3). Je vous avertis ! Un jour arrivera où Dieu ne vous convaincra plus de péché. Et vous êtes déjà condamné alors que vous êtes encore en vie ! Ce jour peut déjà être ici pour certains d'entre vous. Je vous avertis ! Dieu a dit, « Mon Esprit ne contestera pas toujours avec l’homme. »

« C’est pourquoi comme par l’offense d’un seul, le jugement à la condamnation est venu sur tous les hommes »
       (Romains 5:18).

Comment pouvez-vous continuer comme vous êtes ? Comment pouvez-vous supporter de vivre avec le sang empoisonné d'Adam dans vos veines ? Comment pouvez-vous vivre en étant esclaves empressés du péché ? Comment pouvez-vous dormir alors que vous savez que vous êtes sur cette route dangereuse de l'Enfer ?

Oui, je sais que vous vous souvenez de quelque grand péché que vous avez commis. Dans votre esprit, un péché particulier se détache. Je sais que cela vous dérange parfois. Mais l'épée du Seigneur doit aller chercher plus profondément. Vous devez expérimenter que c'est votre cœur même qui est pécheur – que vous êtes pécheur par nature – que vous devriez aimer Dieu, mais ne l'aimez pas et vous ne pouvez point l'aimer – que vous ne pouvez point plaire à Dieu – que vous ne pouvez pas vous changer vous-même. Vous devez ressentir une véritable conviction – et ceci plus que les mauvaises actions – vous avez une nature mauvaise. Il vous faut ressentir que votre cœur est mauvais. Il vous faut ressentir que vous avez besoin de plus que le pardon – que vous avez besoin d'un nouveau cœur et d'une nouvelle nature – et que vous êtes incapable de le réaliser pour vous-même. Il vous faut ressentir ce que David a senti. Il vous faut être poussé à vous écrier, comme il l'a fait, « Ô Dieu, crée en moi un cœur pur » (Psaume 51:10). Il vous faut ressentir votre besoin pour Jésus, et comment Son Sang peut vous laver ! Il vous faut ressentir ce dont parle le Dr. Watts dans ce chant. Je l'ai légèrement changé pour y mettre le pronom personnel. C'est le numéro 8 sur votre feuillet. Il faut le chanter sur la mélodie de « O Set Ye Open Unto Me.»

Grand Dieu de gloire et de grâce, Je reconnais, avec une humble honte,
Combien ma race est dégénérée, Que du nom de mon premier père,

D'Adam, je tiens mon sang impur ; Le poison règne en moi,
Me rendant opposé à ce qui est bon, Et esclave empressé du péché.

Tous les jours, je transgresse la sainte loi de Dieu, Et rejette Sa grâce ;
Soumis à la cause de Satan, devant la face de Dieu.

Je vis loin de Dieu, coupé de Lui, sans que cette distance ne me préoccupe ;
Je me précipite sur la route dangereuse, Qui conduit au péché et à l'Enfer.

J'élève très haut le nom de mon Père, Qui a envoyé Son propre Esprit
Pour amener les pécheurs près de Lui, et changer les ennemis de Christ en amis.

Ces rebelles peuvent-ils être rétablis, Et la lumière briller sur cet aveuglement ?
Ô Seigneur, laisse-moi voir Ton Fils, Et sentir Son divin Sang.
   (« Notre état non régénéré » [Our Unregenerated State]
    par le Dr. Isaac Watts, 1674-1748;
       changé par le pasteur sur la mélodie de “O Set Ye Open Unto Me”).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here)
or you may write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015.
Or phone him at (818)352-0452.

Écriture lue avant le sermon par le Dr. Kreighton L. Chan : Romains 5:12-19.
Solo chanté avant le sermon par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Seigneur, combien je suis vil, j'ai été conçu dans le péché »,
“Lord, I am Vile, Conceived in Sin” (par Dr. Isaac Watts,
1674-1748; d'après le Psaume 51).

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).