Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




LA PRIÈRE DE CHRIST À GETHSÉMANI

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le matin du Jour du Seigneur le 17 avril 2011

« Qui durant les jours de sa chair, lorsqu’il offrit avec de grands cris et des larmes, des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été entendu en ce qu’il craignait » (Hébreux 5:7).


Il est étonnant de voir le nombre de commentaires suscités par ce verset seulement. À peu près tous disent qu'ils font référence à la prière de Christ à Gethsémani. Cependant, beaucoup pensent que Jésus priait Dieu de l'épargner de la mort sur la Croix le lendemain. Le Dr. Lenski liste, et répond, à plusieurs de ces théories troublantes et conflictuelles, qui seraient soi-disant issues d'interprétations de la lettre aux Hébreux 5:7 (R. C. H. Lenski, Ph.D., L'interprétation de l'Épître aux Hébreux et de l'Épître de Jacques, The Interpretation of the Epistle to the Hebrews and the Epistle of James, Augsburg Publishing House, édition de 1966, p. 162-165; note sur Hébreux 5:7).

Si vous voulez bien, prenons le temps d'examiner le texte phrase par phrase, car on y trouve énormément d'information sur la prière solitaire de Christ dans le Jardin de Gethsémani, la nuit précédant Sa crucifixion.

« Qui durant les jours de sa chair, lorsqu’il offrit avec de grands cris et des larmes, des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été entendu en ce qu’il craignait » (Hébreux 5:7).

I. Premièrement, le texte nous parle de Christ « durant les jours de sa chair. »

Cette phrase nous montre que le texte ne fait pas référence à quelque chose qui serait arrivé à Jésus lors de son état de pré incarnation, avant qu'Il ne descende du Ciel. Il montre également qu'il ne fait pas référence non plus à quoi que ce soit qu'Il pourrait avoir expérimenté quand Il fut reçu au Ciel, après Son ascension. Le texte se concentre sur le moment où Jésus priait « avec de grands cris » durant « les jours de Sa chair. »

Le Nouveau Testament nous parle de trois occasions où Jésus versa des larmes. L'une était devant la tombe de son ami Lazare. La Bible dit, « Jésus pleura » (Jean 11:35). La deuxième fut quand Il pleura à la vue de Jérusalem,

« Et quand il s’approcha, il regarda la ville, et pleura sur elle »
       (Luc 19:41).

Le Dr. J. Vernon McGee dit, « la troisième fois qu'Il pleura, ce fut dans le Jardin de Gethsémani » (J. Vernon McGee, Th.D., À travers la Bible, Thru the Bible, Thomas Nelson Publishers, 1983, volume V, p. 540; note sur Hébreux 5:7). Il est clair que notre texte ne se réfère pas à Jésus lorsqu'Il versa des larmes devant le tombeau de Lazare, ni lorsqu'Il pleura lorsqu'Il aperçût la ville de Jérusalem. Cela nous ramène à la référence faite dans notre texte au moment de Sa douleur dans le Jardin de Gethsémani, la nuit précédant Sa crucifixion.

« Homme de douleur » quel nom
   Pour le Fils de Dieu venu
Pour racheter les pécheurs !
   Alléluia! Quel Sauveur ! »
(«Alléluia! Quel Sauveur ! » [Halleluiah! What a Savior !]
     par Philip P. Bliss, 1838-1876)

Il est minuit, et pour la culpabilité des autres
   L'Homme de douleur verse des larmes dans le sang ;
Mais Celui qui s'agenouille ainsi, l'angoisse au cœur,
   N'est pourtant pas abandonné de Son Dieu.
(« Il est minuit, et sur le Mont des Oliviers »
     [Tis Midnight, and on Olive’s Brow] par William B. Tappan, 1774-1849).

« Qui durant les jours de sa chair, lorsqu’il offrit avec de grands cris et des larmes, des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été entendu en ce qu’il craignait » (Hébreux 5:7).

II. Deuxièmement, le texte nous parle de la prière de Christ adressée à Dieu qui, à Gethsémani, pouvait Le sauver de la mort.

Écoutez bien ce que dit Matthieu 26:36-38.

« Alors Jésus alla avec eux dans un lieu appelé Gethsémani ; et dit aux disciples : asseyez-vous ici pendant que je vais prier un peu plus loin. Et il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à être attristé et très angoissé. Alors il leur dit : mon âme est extrêmement attristée, même jusqu’à la mort; demeurez ici et veillez avec moi...» (Matthieu 26:36-38).

Le Dr. John MacArthur a écrit quelques excellents commentaires sur Hébreux 5:7, mais il se trompe au sujet de la dernière phrase de ce verset, quand il dit, « Jésus demandait à être sauvé d'avoir à demeurer dans la mort, c'est à dire ressuscité (John MacArthur, D.D., La Bible d'étude Mac Arthur, The MacArthur Study Bible, Word Bibles, 1997, p. 1904; note sur Hébreux 5:7).

Jésus ne priait pas d'être « sauvé d'avoir à demeurer dans la mort » par le biais de la résurrection ! Non, Matthieu 26:38 nous dit clairement que Jésus était « extrêmement attristé, même jusqu’à la mort » – au point de mourir – à cet endroit-ci, dans le Jardin de Gethsémani – Jésus était sur le point de mourir ! Il priait pour être sauvé de la mort, ici même, à Gethsémani! L'Évangile de Luc nous dit, « Sa sueur était comme des grumeaux [grosses gouttes] de sang qui tombaient à terre » (Luc 22:44). Jésus était dans un tel état de souffrance que Sa sueur était de sang ; cette nuit-là, à Gethsémani, la nuit précédant Sa crucifixion, Il fut véritablement sur le point de mourir. Joseph Hart dit,

Voyez le Fils de Dieu en souffrance,
   Respirant à peine, gémissant, Ses grumeaux de sang !
Profondeurs insondables de l'amour divin !
   Jésus, quel amour est donc le Tien !
(« Tes souffrances inconnues » [Thine Unknown Sufferings] par Joseph Hart,
   1712-1768, sur la mélodie de « Il est minuit, et sur le Mont des Oliviers »
     [Tis Midnight, and on Olive’s Brow] par William B. Tappan, 1774-1849).

« Alors il leur dit : mon âme est extrêmement attristée, même jusqu’à la mort; demeurez ici et veillez avec moi. Et il alla un peu plus loin, et tomba sur son visage, et pria, disant : Ô mon Père, s’il est possible que cette coupe passe loin de moi ; toutefois, non pas comme je veux, mais comme tu veux » (Matthieu 26:38-39).

Une interprétation habituelle de cette prière dit que Christ demandait à Dieu de Lui épargner la Croix. Mais je suis sûr que ce n'est pas ce qu'enseigne la Bible. Le Dr. J. Vernon McGee, l'enseignant de la Bible le plus respecté d'Amérique, dit à ce propos,

Dire que notre Seigneur essayait d'éviter d'aller à la croix est ...faux. Dans Son humanité, Il éprouvait une grande répugnance et une terrible horreur de voir les péchés du monde placés sur Lui... (J. Vernon McGee, Th.D., À travers la Bible, Thru the Bible, 1983, Thomas Nelson Publishers, volume IV, p. 141; note sur Matthieu 26:36-39).

Le Dr. J. Oliver Buswell, un théologien bien connu, dit aussi,

Une transpiration aussi abondante, telle que décrite par Luc, est caractéristique d'un état de choc dans lequel la personne est sous la menace proche d'un collapsus [diminution rapide des forces et de la pression artérielle d'une personne], et même de la mort...Notre Seigneur Jésus Christ, se trouvant dans cet état physique d'extrême choc, priait pour être délivré de la mort dans le Jardin, de manière à pouvoir accomplir Sa mission sur la croix [le lendemain] (J. Oliver Buswell, Ph.D., Une théologie systématique de la religion chrétienne, A Systematic Theology of the Christian Religion, Zondervan Publishing House, 1962, part III, p. 62).

« Et il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à être attristé et très angoissé. Alors il leur dit : mon âme est extrêmement attristée, même jusqu’à la mort ; demeurez ici et veillez avec moi... » (Matthieu 26:37-38).

Après avoir soigneusement étudié ces deux versets avec soin, le Dr. John R. Rice donne une version amplifiée de celles que donnent le Dr. J. Vernon McGee et le Dr. J. Oliver Buswell. Le Dr. Rice dit,

      Si vous ne remarquez pas les versets 37 et 38 [de Matthieu 26], vous pouvez passer complètement à côté de la signification de la prière de Gethsémani. Dans le Jardin, Jésus était « attristé et très angoissé » et Son âme était « extrêmement attristée, même jusqu’à la mort, » à tel point qu'Il était littéralement en train de mourir d'angoisse. La coupe mentionnée aux versets 39 et 42 était la coupe de la mort, la mort cette nuit-là, dans le Jardin de Gethsémani. Hébreux 5:7 nous le montre d'une manière très claire quand il est dit que Jésus « offrit avec de grands cris et des larmes, des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été entendu en ce qu’il craignait. » Sur le point de mourir dans le Jardin de Gethsémani, Jésus priait que la coupe de mort de Gethsémani soit écartée de Lui cette nuit-là afin qu'Il puisse vivre, pour ensuite mourir sur la croix le lendemain. L'Écriture nous dit, « Il fut entendu » ! Dieu répondit à Sa prière...Si Jésus était mort dans le Jardin de Gethsémani, alors nous n'aurions pas l'Évangile du Salut, car l'Évangile c'est, « Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures » [kata tas graphas], I Corinthiens 15:3. Aucune autre mort ne peut suffire ; la mort de Christ doit être selon les Écritures car...Jésus doit avoir la barbe arrachée (Ésaïe 50:6). Il doit être battu sévèrement (Ésaïe 53:5)...Il doit mourir entre deux malfaiteurs sur la croix [Ésaïe 53:12; Zacharie 12:10; Zacharie 13:6]. Ils doivent percer Ses mains et Ses pieds (Psaume 22:16)...Et même Son cri, sur la Croix, « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? »... a été annoncé par les Écritures (Psalm 22:1). Les railleries des chefs des prêtres et des gens [lorsqu'Il était sur la Croix] doivent s'accomplir à la lettre, comme il avait été prédit (Psaume 22:7-8). [Les soldats] devaient tirer au sort Ses vêtements (Psaume 22:18).
      Si Jésus n'était pas mort, littéralement « selon les Écritures » alors, Il ne pourrait être notre Sauveur. Grâce soit rendue à Dieu, qui répondit à Sa prière au Jardin de Gethsémani ! La coupe de la mort...passa à côté de Lui [pour qu'Il puisse aller] à la croix, pour que nous soyons sauvés...Luc 22:43 nous dit « un ange lui apparut du ciel pour le fortifier. » S'Il n'avait pas été affermit dans Son corps surnaturellement, Christ serait certainement mort dans le Jardin cette nuit-là (John R. Rice, D.D., L'Évangile selon Matthieu, The Gospel According to Matthew, Sword of the Lord Publishers, édition de 1980, pp. 441-442; notes sur Matthieu 26:36-46).

Nous ne pourrions être sauvés de nos péchés si Jésus était mort dans le Jardin de Gethsémani, avant d'aller à la Croix,

« Qui durant les jours de sa chair, lorsqu’il offrit avec de grands cris et des larmes, des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été entendu en ce qu’il craignait » (Hébreux 5:7).

III. Troisièmement le texte nous dit que Christ fut entendu de Dieu.

Jésus fut« entendu en ce qu’il craignait » (Hébreux 5:7). Je pense que cela veut dire qu'Il avait une crainte révérencielle de Dieu, et Il avait peur de désobéir à Dieu en mourant avant qu'Il ne puisse aller à la Croix. La Bible dit que Jésus, « en échange de la croix qui lui était réservée, [il] a souffert la croix. » (Hébreux 12:2). Jésus n'est pas mort par hasard. Non, Il alla à la Croix délibérément et de Sa pleine volonté pour payer toute la peine, la sanction, que nous devaient nos péchés.

Alors, quelle est la raison de Sa terrible agonie et de Ses souffrances « même jusqu'à la mort » dans le Jardin de Gethsémani (Matthieu 26:38) ? Pourquoi était-Il « attristé » et « très angoissé » ? Pourquoi était-Il « sous l'effroi de cette menace imminente » (Marc 14:33) ? Pourquoi était-Il « en agonie » (Luc 22:44) ? Pourquoi, à Gethsémani, Sa sueur était-elle « comme des grumeaux de sang » (Luc 22:44) ?

Je crois que c'est cette nuit-là, dans le Jardin de Gethsémani, que Dieu plaça les péchés de Son peuple sur Jésus, l'Agneau de Dieu. La Bible dit « L'Éternel a fait retomber sur Lui l'iniquité de nous tous » (Ésaïe 53:6). Je crois que c'est ce qui arriva à Gethsémani. Vos péchés furent placés « en Son corps » cette nuit-là, et Il les porta sur la Croix le lendemain matin, pour payer la rançon de vos péchés. Voilà Jésus, « Lui qui a porté lui-même nos péchés en Son corps sur le bois » : sur la Croix (I Pierre 2:24). Voyez-Le dans Son agonie extrême, des grumeaux de sang coulant de Son front là, à Gethsémani, quand Dieu « a fait retomber sur Lui l'iniquité de nous tous. » Regardez-Le marcher de Gethsémani à la Croix, portant vos péchés « en son corps sur le bois. » Rejetterez-vous un Sauveur aussi grand que Lui ? Ou viendrez-vous à Lui, qui a souffert et qui est mort à votre place, pour que vous puissiez être pardonné et sauvé de la pénalité du péché ?

Voyez le Fils de Dieu en souffrance,
   Respirant à peine, gémissant, Ses grumeaux de sang !
Profondeurs insondables de l'amour divin !
   Jésus, quel amour est donc le Tien !
(« Tes souffrances inconnues » [Thine Unknown Sufferings] par Joseph Hart,
   1712-1768, sur la mélodie de « Il est minuit, et sur le Mont des Oliviers »
       [Tis Midnight, and on Olive’s Brow] par William B. Tappan, 1774-1849).

Je vous invite à vous lever et chanter le cantique numéro 7 sur votre feuillet de chants.

Tant de détresses n'a-t-il pas endurées, et tant de tentations traversées,
Patient, et habitué à la douleur : mais la plus sévère des épreuves
Était encore de te supporter, sombre et lugubre Gethsémani !
Était encore de te supporter, sombre et lugubre Gethsémani !

La nuit terrible vint enfin, où la vengeance à la verge de fer
Fut prête à frapper son coup terrible, pour meurtrir l'Agneau de Dieu.
Vois, mon âme, vois ton Seigneur, prostré à Gethsémani !
Vois, mon âme, vois ton Seigneur, prostré à Gethsémani !

Mon Dieu porta là toute ma faute, que seule la grâce peut me faire comprendre ;
Mais les horreurs qu'il ressentit sont même trop vastes pour être imaginées.
Personne ne peut pénétrer ta profondeur, funèbre et sinistre Gethsémani !
Personne ne peut pénétrer ta profondeur, funèbre et sinistre Gethsémani !

Péchés contre un Dieu Saint ; péchés contre Ses justes lois ;
Péchés contre Son amour, Son Sang ; péchés contre Son nom et Sa cause ;
Péchés aussi vastes que l'océan ; Ô cache moi en ton sein, Gethsémani !
Péchés aussi vastes que l'océan ; Ô cache moi en ton sein, Gethsémani !

Voici ma demande, et elle seule ; Mon Sauveur est mon besoin le plus cher ;
Ouvres de justice, je n'en ai point ; non, pas une seule œuvre juste à déclarer :
Aucune lueur d'espoir pour moi, sinon en Gethsémani !
Aucune lueur d'espoir pour moi, sinon en Gethsémani !
   («Tant de détresses n'a-t-il pas endurées » [Many Woes He Had Endured]
     par Joseph Hart, 1712-1768 ; sur la mélodie de
        « Venez, pécheurs » [Come, Ye Sinners]).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here)
or you may write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015.
Or phone him at (818)352-0452.

Écriture lue avant le sermon par le Dr. Kreighton L. Chan : Matthieu 26:36-39.
Solo chanté avant le sermon par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
«Gethsémani, le pressoir à olives ! » [Gethsemane, the Olive-Press ! ]
(par Joseph Hart, 1712-1768).


BREF APERÇU DE

LA PRIÈRE DE CHRIST À GETHSÉMANI

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Qui durant les jours de sa chair, lorsqu’il offrit avec de grands cris et des larmes, des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été entendu en ce qu’il craignait » (Hébreux 5:7).

I.   Premièrement, le texte nous parle de Christ « durant les jours de sa chair »
 Jean 11:35 ; Luc 19:41.

II.  Deuxièmement, le texte nous parle de la prière de Christ adressée à Dieu qui,
 à Gethsémani, pouvait Le sauver de la mort, Matthieu 26:36-39 ;
Luc 22:44 ; I Corinthiens 15:3 ; Ésaïe 50:6; 53:5, 12 ;
Zacharie 12:10 ; 13:6 ; Psaume 22:16, 1, 7-8, 18; Luc 22:43.

III. Troisièmement, le texte nous dit que Christ fut entendu de Dieu,
Hébreux 12:2 ; Matthieu 26:38 ; Marc 14:33 ; Luc 22:44 ;
Ésaïe 53:6 ; I Pierre 2:24.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).