Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




LE SENS DE CES PAROLES LEUR ETAIT CACHE

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le soir du Jour du Seigneur, le 27 mars 2011

« Et ils ne comprirent rien à cela ; et le sens de ces paroles leur était caché, et ils ne comprirent pas non plus les choses dont Jésus parlait » (Luc 18:34).


C’est la troisième fois dans l’Évangile de Luc, que Jésus dit à Ses douze disciples qu’il allait mourir (Luc 9:22; 9:44). Dans Luc 18:31-33, Jésus l’exprime très clairement alors qu'Il dit,

« Puis il prit à lui les douze, et leur dit : voici, nous montons à Jérusalem, et toutes les choses qui sont écrites par les prophètes, concernant le Fils de l’homme, seront accomplies. Car il sera livré aux Gentils, il sera moqué, et méchamment injurié, et on crachera sur lui ; et ils le fouetteront, et le mettront à mort : et le troisième jour il ressuscitera » (Luc 18:31-33).

On ne peut être plus clair ! Et pourtant, « ils ne comprirent rien à cela, et le sens de ces paroles leur était caché ; et ils ne comprirent pas non plus les choses dont Jésus parlait » (Luc 18:34). Marc 9:32 dit, « Mais ils ne comprenaient pas la signification de ces paroles. » Le Dr. A. T. Robertson donne ce commentaire sur Marc 9:32, « Ils continuaient à ne rien comprendre. Ils étaient agnostiques [incroyants] au sujet de la mort et de la résurrection de Christ » (A. T. Robertson, Litt.D., Images de la Parole dans le Nouveau Testament, Word Pictures in the New Testament, Broadman Press, 1930, volume I, p. 344; note sur Marc 9:32).

L’apôtre Paul le dit brièvement et simplement, quand il parle de l’Évangile de Christ,

« Christ est mort pour nos péchés, selon les écritures ; et il a été enseveli, et il est ressuscité le troisième jour, selon les écritures »
       (I Corinthiens 15:3-4).

Cependant, à ce moment-là, les douze disciples ne comprenaient ni ne croyaient l’Évangile.

« Et ils ne comprirent rien à cela ; et le sens de ces paroles leur était caché, et ils ne comprirent pas non plus les choses dont Jésus parlait » (Luc 18:34).

Comme le Dr. Robertson le dit, « Ils étaient agnostiques [incroyants] au sujet de la mort et de la résurrection de Christ » (ibid.). Les douze disciples ne croyaient pas encore l’Évangile ! Dans un commentaire sur Marc 9:30-32, le Dr. J. Vernon McGee dit, « Ce n’est pas la première fois qu’Il leur annonçait Sa mort et Sa résurrection, et ils ne comprenaient toujours pas » (J. Vernon McGee, Th.D., Dans la Bible, Thru the Bible, Thomas Nelson Publishers, 1983, volume IV, p. 201; note sur Marc 9:30-32).

« Et ils ne comprirent rien à cela ; et le sens de ces paroles leur était caché, et ils ne comprirent pas non plus les choses dont Jésus parlait » (Luc 18:34).

Trois mots laissent transparaître leur incrédulité pour l’Évangile.

I. Premièrement, ils ne comprirent pas l’Évangile.

« Et ils ne comprirent rien à cela. » Le terme grec traduit par « comprendre » signifie « compréhension intellectuelle » (Strong). Bien que Christ parlât clairement et littéralement, les disciples étaient incapables de saisir la signification de ce qu’Il disait. Le texte explique, « Ils ne comprirent rien à cela. » Matthew Poole écrit, « Les mots étaient pourtant assez faciles à comprendre » (Un commentaire de la Bible entière, A Commentary on the Whole Bible, The Banner of Truth Trust, réimprimé en 1990, volume 3, p. 258; note sur Luc 18:34), et pourtant, ils ne comprirent rien à cela ! Les disciples ne comprenaient pas que Christ « serait livrés aux Gentils [païens]. »

Ils ne comprenaient pas qu’Il « serait moqué, et méchamment injurié, et on cracherait sur lui. » Ils ne comprenaient pas que Son dos serait « battu de verges » jusqu’à l’os. Ils ne comprenaient pas qu’Il « serait mis à mort sur une croix. » Ils ne comprenaient pas qu’Il se relèverait d’entre les morts « le troisième jour. » Comme le dit l’Évangile de Marc,

« Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes, et ils le feront mourir ; et après qu’il aura été mis à mort, il ressuscitera le troisième jour. Mais ils ne comprenaient pas ces paroles, et ils avaient peur de l’interroger » (Marc 9:31-32).

La réponse humaine de leur ignorance est expliquée par William MacDonald,

Leur esprit étaient si rempli des pensées temporelles d’un libérateur qui les délivrerait de Rome, et proclamerait le royaume immédiatement, qu’ils refusaient d’imaginer d'autres évènements. (William MacDonald, Commentaire de la Bible du croyant, Believer’s Bible Commentary, Thomas Nelson Publishers, édition de 1989, p. 1440; note sur Luc 18:34).

Leur esprit était fermé à l’idée d’un Messie qui souffrirait (Messie Ben Joseph) parce que la grande majorité des Juifs de cette époque cherchait un Messie qui les délivrerait Rome (Messie Ben David). Ils ne réalisaient pas que les deux Messies ne font qu’un. Voir mon sermon, “The Fear of the Disciples”. (« La peur des disciples» : cliquer pour le lire en anglais). Mais il y a une autre raison pour leur ignorance de l’Évangile.

II. Deuxièmement, l'Évangile leur était caché.

« Et ils ne comprirent rien à cela ; et le sens de ces paroles leur était caché... » (Luc 18:34).

Ici, le terme « caché » est la traduction d’un terme grec qui signifie « abrité des regards, caché » (Strong). C’est exactement le même terme grec trouvé dans Jean 8:59 où on voit que, « Jésus se cacha. » Ainsi également dans notre texte, « et le sens de ces paroles leur était caché », il y a ici un élément surnaturel également quand Jésus se cacha, lorsqu’ils ramassèrent des pierres pour les lui jeter, alors qu’Il était dans le Temple. Et dans notre texte il y a également un élément surnaturel, « et le sens de ces paroles leur était caché. » Dans son commentaire sur ces paroles de Luc 18:34, le Dr. Frank Gaebelein dit, « Pour Luc l’ignorance des disciples ressemble plutôt à une manifestation surnaturelle de « cacher » quelque chose à leur compréhension » (Frank E. Gaebelein, D.D., éditeur en chef, Commentaire de la Bible du Conférencier, The Expositor’s Bible Commentary, Zondervan Publishing House, édition de 1984, volume 8, p. 1005; note sur Luc 18:34). C’est exactement ce que je pense que signifie le texte. C’était « cacher » quelque chose de surnaturel à leur compréhension. « Le sens de ces paroles [l’Évangile] leur était caché... »

À cette époque, il est clair que les disciples n’avaient pas la stature de grands saints. Ils étaient seulement des hommes. Et comme des hommes ils étaient, ainsi que nous le sommes aussi, descendants d’Adam. Aussi ils étaient comme « morts dans leurs fautes et dans leurs péchés » tout comme je le fus moi-même pendant sept ans, avant que je ne fusse sauvé ; et certains d’entre vous le sont encore (Éphésiens 2:1, 5). Comme descendants d’Adam, leurs esprits charnels font que « la pensée de la chair est inimitié contre Dieu » (Romains 8:7). Comme descendants d’Adam ils étaient seulement des hommes naturels, « Mais l’homme naturel ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu » (I Corinthiens 2:14). Comme descendants d’Adam, « la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent » (I Corinthiens 1:18). Aussi vrai que Christ ait dit à Nicodème, « Tu dois naître de nouveau » (Jean 3:7), ainsi les disciples « devaient naître de nouveau. » Ils ne pouvaient naître de nouveau en laissant leur occupation et en suivant Christ. Ce serait le salut par les œuvres ! C'est la manière dont les catholiques romains l’interprètent ! Mais nous croyons au salut par grâce, aussi ils n’auraient pu être sauvé en Le suivant !

« Car par grâce vous êtes sauvés, par la foi ; et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu : non par les œuvres, afin que personne ne se vante » (Éphésiens 2:8-9).

Judas était l’un des douze disciples. Était-il né de nouveau ? Christ a dit qu’il était « perdu » et l'avait appelé « le fils de perdition » (Jean 17:12). Thomas était-il né de nouveau ? Après la résurrection Thomas est celui qu'on entend dire obstinément, « je ne le croirai pas » (Jean 20:25). Je sais que Pierre reçu une sorte d'illumination de Dieu (Matthieu 16:17), mais quelques minutes plus, il reprit Jésus qui leur disait qu'Il serait « mis à mort mis à mort, et qu’il [serait] ressuscité le troisième jour.» (Matthieu 16:21-22), et Jésus « dit à Pierre : Va-t-en derrière moi, Satan, tu es une offense contre moi; car tu n’apprécies pas les choses de Dieu, mais seulement celles des hommes » (Matthieu 16:23). Manifestement, Pierre renia l'Évangile, et subit l'influence de Satan en rejetant la crucifixion et la résurrection de Christ.

« Et ils ne comprirent rien à cela ; et le sens de ces paroles leur était caché... » (Luc 18:34).

L'apôtre Paul dit,

« Mais si notre évangile est caché, il est caché pour ceux qui sont perdus : en qui le dieu de ce monde a aveuglé les pensées de ceux qui ne croient pas...» (II Corinthiens 4:3-4).

Oui, il y avait un aveuglement « surnaturel », un aveuglement satanique des disciples, lié à un aveuglement dû également à leur propre nature charnelle, leur nature adamique. Jésus dit, « Si vous ne vous convertissez, et ne devenez comme des petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume du ciel » (Matthieu 18:3). Et à qui dit-Il ceci ? Il le dit aux « disciples » (Matthieu 18:1). Veuillez vous lever et lire Matthieu 18:1-3,

« À cette même heure les disciples vinrent à Jésus, disant : qui est le plus grand dans le royaume du ciel ? Et Jésus appela à lui un petit enfant, et le mit au milieu d’eux, et dit : en vérité je vous dis, si vous ne vous convertissez, et ne devenez comme des petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume du ciel »
       (Matthieu 18:1-3).

Vous pouvez vos assoir. Les disciples voulaient connaître lequel d'entre eux serait le plus grand dans le royaume des cieux. (Matthieu 18:1). Jésus leur dit, « si vous ne vous convertissez... vous n’entrerez pas dans le royaume du ciel » (Matthieu 18:3).

« Et ils ne comprirent rien à cela ; et le sens de ces paroles leur était caché... » (Luc 18:34).

III. Troisièmement, ils n'avaient pas fait l'expérience de l'Évangile.

La fin de notre texte dit, « ils ne comprirent pas non plus les choses dont Jésus parlait » (Luc 18:34). Le terme grec traduit par « connaître » signifie « être conscient, être sûr, être au courant par expérience » (George Ricker Berry, Un lexique grec-anglais des synonymes du Nouveau Testament, A Greek-English Lexicon of New Testament Synonyms, codé par Strong, numéro 1097). On revoit le même terme dans Philippiens 3:10, « Afin que je puisse le connaître, et la puissance de sa résurrection, et la participation de ses souffrances, étant devenu conforme à sa mort...» Les disciples n'avaient pas expérimenté l'Évangile ; ils avaient entendu des paroles, mais n'avaient pas expérimenté la réalité de l'Évangile. Si vous voulez bien vous lever et lire à nouveau dans Luc 18:31-34.

« Puis il prit à lui les douze, et leur dit : voici, nous montons à Jérusalem, et toutes les choses qui sont écrites par les prophètes, concernant le Fils de l’homme, seront accomplies. Car il sera livré aux Gentils, il sera moqué, et méchamment injurié, et on crachera sur lui : et ils le fouetteront, et le mettront à mort ; et le troisième jour il ressuscitera. Et ils ne comprirent rien à toutes ces choses ; et le sens de ces paroles leur était caché, et ils ne comprirent pas non plus les choses qui étaient dites »
       (Luc 18:31-34).

Vous pouvez vous assoir.

Est-ce clair pour vous maintenant ? « Et ils ne comprirent rien à toutes ces choses ; et le sens de ces paroles leur était caché, et ils ne comprirent pas non plus [par expérience] les choses qui étaient dites. »

Écoutez le témoignage de C. H. Spurgeon. Il fut élevé dans le foyer d'un prédicateur qui prêchait l'Évangile : son père. Il passait ses étés chez son grand-père, qui était un prédicateur qui prêchait l'Évangile. Il a entendu l'Évangile prêché chaque dimanche, durant toute sa vie. Et pourtant, il était inconverti, tout comme les disciples l'étaient avant la résurrection. Il dit,

J'avais entendu le plan du salut par le sacrifice de Jésus depuis ma jeunesse mais, au plus profond de mon âme, je n'en savais pas plus que si j'étais né [dans un pays païen]. Cette nouvelle révélation m'arriva soudainement, aussi fraîche que si je n'avais jamais lu les Écritures... [Puis] je compris et je vis par la foi que Celui qui est le Fils de Dieu s'était fait homme et, dans Sa propre Personne bénie, Il avait porté mon péché sur le bois [sur la Croix]...Avez-vous jamais vu cela ? (C. H. Spurgeon, Comment un Dieu juste peut-Il justifier un homme coupable, How Can a Just God Justify Guilty Man?, Chapel Library, Pensacola, Florida).

Spurgeon avait entendu parler de Christ. Il avait entendu parler du plan du salut; Mais il « ne comprenait rien à cela ; et le sens de ces paroles [l'Évangile] lui était caché, et ils ne comprenait pas non plus [par expérience] les choses dont Jésus parlait. » L'Évangile le surprit soudainement, avec une telle force, que, dit-il, « Cette nouvelle révélation m'arriva soudainement, aussi fraîche que si je n'avais jamais lu les Écritures...»

C'est ce qui s'appelle la véritable conversion : quand votre âme expérimente le poids de votre péché, et que vous êtes attiré au Christ ressuscité. Quelqu'un me demanda une fois, « Où la Bible enseigne-t-elle que les disciples furent convertis en rencontrant le Christ ressuscité ? » La réponse est simple : à la fin des quatre évangiles, dans Matthieu 28; dans Marc 16; dans Luc 24 (spécialement ici, aux versets 36 à 45) ; et dans Jean 20:19-22. Le Dr. J. Vernon McGee, l'enseignant de la Bible le plus connu d'Amérique, dit de Jean 20:22, « Je crois personnellement qu'au moment où Jésus souffla sur eux et dit, 'Recevez le Saint Esprit' ces hommes furent régénérés [nés de nouveau]. Avant cela, ils n'avaient pas l'Esprit de Dieu en eux. » (J. Vernon McGee, Th.D., À travers la Bible, Thru the Bible, Thomas Nelson Publishers, volume IV, p. 498; note sur Jean 20:21). Vous pouvez écouter le Dr. McGee sur Internet à www.thruthebible.org.

Et notre prière est que vous soyez convaincu de votre péché par le Saint Esprit, et que l'Esprit de Dieu ouvre votre cœur, et vous attire à Jésus Christ, Le Fils ressuscité de Dieu, pour être lavé de votre péché par Son Sang Précieux. Amen.

Tous les programmes du Dr. McGee finissent sur le cantique de « Jésus a tout payé. » Le numéro sept sur votre feuille de chants. Veuillez vous lever et chanter.

J'ai entendu le Sauveur dire, « Ta force est insignifiante,
Enfant de faiblesse, veille et prie, trouves en moi ce qu'il te faut. »
Jésus a tout payé, je lui dois tout,
Mon péché était rouge, il est blanc comme neige.

Seigneur, j'ai trouvé Ta puissance, seule la Tienne peut changer,
Mes taches de lépreux, et fondre mon cœur de pierre.
Jésus a tout payé, je lui dois tout,
Mon péché était rouge, il est blanc comme neige.

Car je n'ai rien de bon, je ne peux que demander Ta grâce :
Pour rendre blancs mes vêtements, lavés dans le Sang de l'Agneau.
Jésus a tout payé, je lui dois tout,
Mon péché était rouge, il est blanc comme neige.

Et quand, devant le trône, je me tiendrai enfin comme Lui,
Mes lèvres répèteront : Jésus est mort pour sauver mon âme.
Jésus a tout payé, je lui dois tout,
Mon péché était rouge, il est blanc comme neige.
   (Jesus a tout payé, [Jesus Paid It All] par Elvina M. Hall, 1820-1889).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here)
or you may write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015.
Or phone him at (818)352-0452.

Écriture lue avant le sermon par le Dr. Kreighton L. Chan : Luc 18:31-34.
Solo chanté avant le sermon par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
Ouvre mes yeux [Open My Eyes] (par Clara H. Scott, 1841-1897).


BREF APERÇU DE

LE SENS DE CES PAROLES LEUR ETAIT CACHE

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Et ils ne comprirent rien à cela ; et le sens de ces paroles leur était caché, et ils ne comprirent pas non plus les choses dont Jésus parlait » (Luc 18:34).

(Luc 18:31-33; Marc 9:32; I Corinthiens 15:3-4)

I.   Premièrement, ils n'avaient pas compris l’Évangile, Luc 18:34a;
Marc 9:31-32.

II.  Deuxièmement, l'Évangile leur était caché, Luc 18:34b; Jean 8:59;
Éphésiens 2:1, 5; Romains 8:7; I Corinthiens 2:14; 1:18;
Jean 3:7; Éphésiens 2:8-9; Jean 17:12; 20:25; Matthieu 16:17;
Matthieu 16:21-22, 23; II Corinthiens 4:3-4; Matthieu 18:1-3.

III. Troisièmement, ils n'avaient pas fait l'expérience de l'Évangile,
Luc 18:34c; Philippiens 3:10.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).