Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




AUTO-MUTILATION !

par Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles
Le soir du Jour du Seigneur, le 13 février 2011

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? » (Jérémie 47:5).


Jérémie a été appelé le « le prophète des lamentations. » Il dit, « Si vous n'écoutez pas, je pleurerai en secret, à cause de votre orgueil ; mes yeux fondront en larmes, parce que le troupeau de l'Éternel sera emmené captif. » (Jérémie 13:17). Dans le Livre des Lamentations, Jérémie dit, « C'est pour cela que je pleure, que mes yeux fondent en larmes » (Lamentations 1:16).

Jérémie a été appelé par Dieu pour être « un prophète pour les nations » (Jérémie 1:5). Quand il entend Dieu lui dire cela, il répond, « Ah ! Seigneur Éternel ! Voici, je ne sais point parler, car je suis un enfant » (Jérémie 1:6). Mais Dieu lui dit,

« Ne dis pas : je suis un enfant. Car tu iras vers tous ceux auprès de qui je t'enverrai, et tu diras tout ce que je t'ordonnerai. Ne les crains point, car je suis avec toi pour te délivrer, dit l'Éternel. Puis l'Éternel étendit sa main, et toucha ma bouche ; et l'Éternel me dit : voici, je mets mes paroles dans ta bouche. Regarde, je t'établis aujourd'hui sur les nations et sur les royaumes, pour que tu arraches et que tu abattes, pour que tu ruines et que tu détruises, pour que tu bâtisses et que tu plantes....»
     (Jérémie 1:7-10).

Dans les premiers 42 chapitres, nous voyons Jérémie en train de prêcher à ses propres frères d’Israël. Il leur dit,

« Ce peuple a un cœur indocile et rebelle ; ils se révoltent, et s'en vont.... Ils s'engraissent, ils sont brillants d'embonpoint ; ils dépassent toute mesure dans le mal, ils ne défendent pas la cause, la cause de l'orphelin, et ils prospèrent ; ils ne font pas droit aux indigents....» (Jérémie 5:23, 28-29).

Puis, dans les chapitres 46 à 51, Jérémie prêche contre les péchés de plusieurs autres nations – contre ceux de l’Égypte, ceux des Philistins, ceux de Moab, ceux des Ammonites, ceux d’Édom, ceux de Damas, ceux de Kédar, ceux d’Élam, ceux de Babylonie et de Chaldée.

Ici, dans notre texte, Jérémie prêche contre les péchés des Philistins. William MacDonald écrit,

Les Philistins [seraient bientôt] écrasés par l’invasion babylonienne venant du nord. Ils seraient alors coupés de Tyr et de Sidon, et leurs grandes villes de Gaza et Ashkelon, ils seraient plongés dans le deuil et frappés par l’épée du Seigneur (William MacDonald, Commentaire de la Bible du croyant Believer’s Bible Commentary, Thomas Nelson Publishers, 1990, p. 1023 ; commentaires sur Jérémie 47:1-7).

Ceci nous amène à notre texte, vers la fin du récit de Jérémie, au chapitre 47, verset 5,

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? »

Littéralement, combien de temps continuerez-vous à vous mutiler ainsi ? Le Dr. Gill écrit qu’ils se coupaient le visage, les bras et les autres parties du corps, se lamentant et pleurant sur leur misérable condition ; les mots de Jérémie signifient l’horreur de cette situation » (John Gill, D.D., Explication de l’Ancien Testament, Exposition of the Old Testament, The Baptist Standard Bearer, réimprimé en 1989, volume 5, p. 654 ; note sur Jérémie 47:5).

Ici, nous voyons que le prophète Jérémie parle à chacun des Philistins, eux qui seraient bientôt jugés par Dieu. Il leur dit, « Jusques à quand te feras-tu des incisions ? » Combien de temps continueraient-ils à provoquer le terrible jugement de Dieu sur eux-mêmes ?

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? »

Spurgeon dit, « La question est posée d’une manière qui ne laisse percevoir que peu d’espoir : comme si l’homme se torturant ainsi ne s’arrêterait jamais, mais continuerait à se mutiler sans fin » (C. H. Spurgeon, « La tendre demande d’un ami » [The Dear Inquiry of a Friend] La Chaire du Tabernacle métropolitain, The Metropolitan Tabernacle Pulpit, volume 34, Pilgrim Publications, édition de 1974, p. 290).

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? »

Ce soir, je voudrais partager avec vous quelques réflexions qui s’appliquent à la question de Jérémie.

I. Premièrement, je poserais cette question à nos prédicateurs.

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? »

Je pose cette question aux pasteurs qui ont fermé les portes de leur église le dimanche soir. Quelle est donc cette folie ? Pourquoi avez-vous mutilé votre église en vous coupant d’un service du soir ? Pourquoi vous êtes-vous amputés ainsi ? Savez-vous ce qui est arrivé aux Méthodistes et aux Presbytériens – les soi-disant dénominations « principales » ? Ils ont supprimé leurs services du dimanche soir dans les années 1920-1930 et le nombre de leurs membres a chuté d’une manière étonnante les décades qui suivirent, on peut même dire par millions ! Aujourd’hui, vous suivez imprudemment leur chemin. Où cela va-t-il vous mener ? D’abord, vous recevrez une offrande en moins. Chaque pasteur doit y penser, sachant que votre église perdra des milliers de dollars chaque année en ne recevant pas d’offrande les dimanches soirs. En ces temps de crise, des centaines d’églises doivent fermer leurs portes par manque de fonds. Se couper de l’offrande du dimanche soir sera certainement un facteur contributif à cette tragédie. Alors, on dira de vous ce qu’on disait d’Israël autrefois,

« Ce qui cause ta ruine, Israël, c'est que tu as été contre moi, contre celui qui pouvait te secourir » (Osée 13:9).

Deuxièmement, les jeunes s’en iront ailleurs, sans aucun but. Ceux qui ont 18 ans et plus sortiront le dimanche soir. Où iront-ils ? Iront-ils dans une autre église ouverte le dimanche soir ? Y entendront-ils parler de doctrines étranges ? Non, pire ! Sortiront-ils et pècheront-ils le dimanche soir ? Troisièmement, vous perdrez l’occasion d’avoir un service d’évangélisation le dimanche soir. Vous ne disposerez alors que d’une heure le dimanche pour enseigner les membres de votre propre église. Vous n’aurez plus l’opportunité de prêcher des sermons d’évangélisation pour les perdus. Et à cause de ce manque d’évangélisation, en quelques années, vous verrez une baisse significative du nombre de vos membres, seblable à qu’il s’est passé pour les dénominations principales quand elles se sont arrêtées de prêcher les dimanches soirs.

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? »

Alors, je demande aux parents : pourquoi n’allez-vous donc pas trouver votre pasteur et lui demander de recommencer les cultes du soir, parce que vos enfants en ont besoin ? Ne les laissez pas être retranchés, coupés de la prédication de la Parole de Dieu à leur jeune âge, et de la communauté des fidèles les dimanches soirs ! Allez dire à votre pasteur qu’en fait, les jeunes ont été comme « excommuniés » de la moitié des bénédictions qui devraient être les leurs. Dites-lui qu’ils ont besoin d’un service vivant le dimanche soir. Il n’est pas surprenant de voir 80 pour cent des jeunes entre les âges de 18 et 25 ans s’arrêter de venir dans nos églises pour ne plus revenir. Il n’y a rien pour eux les dimanches soirs !

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? »

Oui, je prêche sur internet. Presque trente mille pasteurs lisent ces sermons tous les mois. Quelqu’un a besoin de vous prêcher, à vous, les pasteurs. Et je vous demande, avez-vous ce qu’il faut, le courage, pour retourner la situation de vos églises ? Vraiment ? Alors c’est le moment de jeter vos vieux sermons et d’en préparer de nouveaux chaque semaine ! Alors c’est le moment de passer une heure tous les matins pour demander à Dieu de vous montrer ce que vous devez prêcher ! Alors c’est le moment de réinventer vos services du dimanche soir. Abandonnez la mauvaise musique. Conduisez vous-même les cantiques. Prêchez sur l’enfer, sur la dépravation totale, sur le Sang de Christ. Ne laissez pas votre église glisser vers sa perte ! Allez-y avec vos tripes ! Prêchez jusqu’à ce que l’eau ruisselle de votre front !

Sevrez-vous de cette nourriture artificielle et malsaine. Mangez sainement. Arrêtez-vous de boire tous ces sodas, buvez de l’eau ! Buvez du thé vert. Prenez un vrai petit déjeuner tous les matins. Pas de ces nourritures lourdes et grasses comme le bacon. Mangez des céréales, des œufs. Remettez-vous en forme ! Commencez à faire de l’exercice, courrez, nagez. Faites-le tous les jours. Perdez votre poids superflu, ces 10 kilos en trop – pour que vous puissiez prêcher jusqu’à plus soif ! Conduisez votre église à la victoire !

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? »

Prédicateurs, arrêtez de vous mutiler et jetez-vous à bras le corps dans l’œuvre du Seigneur ! Faites ce que vous aviez décidé de faire !

II. Deuxièmement, je poserais cette question aux personnes non converties qui sont parmi nous.

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? » (Jérémie 47:5).

Je me suis adressé aux prédicateurs, et maintenant je voudrais m’adresser aux peersonnes non converties qui sont parmi nous ! Certains d’être vous viennent à l'église parce que nous celebrons les anniversaires par un repas spécial. La raison de votre venue est simplement de vous amuser. Ce n’est pas mauvais en soi, mais ce n’est pas assez. Si vous venez juste pour vous divertir, vous allez droit en enfer ! Christ a dit,

« Et ceux-ci iront au châtiment éternel » (Matthieu 25:46).

Et certain d’entre vous iront – au « châtiment éternel » dans les flammes de l’enfer. Le moment est venu pour vous de commencer à écouter les prédications. Lorsque je vous donne la copie des sermons après la prédication, prenez-la et lisez-la plusieurs fois. Soyez sérieux ! Commencez à venir aux services du dimanche matin et du dimanche soir – et venez le samedi soir pour l'étude biblique et pour l’évangélisation. Soyez sérieux ! Ne cherchez plus votre satisfaction dans une vie médiocre sans signification, suivie par une éternité enfer.

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? »

Je vais parler maintenant à ceux d’entre vous qui refusent obstinément, et d’une manière rebelle, de se détourner du péché pour se tourner vers Jésus. Ce doit être très difficile pour vous de rester assis dimanche après dimanche pour écouter des sermons qui vous disent que vous n’avez aucun espoir. Je pense que cela doit pas mal vous troubler d’entendre ces paroles de Christ,

« Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu » (Jean 3:3).

Votre rejet de Christ vous a-t-il apporté la paix et la joie ? Êtes-vous heureux d’être encore perdu? Si vous n’êtes pas heureux en restant inconverti, pourquoi ne « vous efforcez-vous pas d’entrer » en Christ ? (Luc 13:24). Pourquoi vous coupez-vous de tout en ne vous efforçant pas de tout votre coeur d’entrer en Christ ? Pourquoi continuer dans ce péché de rébellion ? Pourquoi refuser de venir à Jésus ? « Jusques à quand te feras-tu de incisions ? »

D’autres pourront penser, « Je dois souffrir encore. Je n’ai pas encore assez de conviction pour venir à Jésus. » Il m’a toujours semblé très étrange que les gens aillent chez le docteur et prennent n’importe quel médicament que ce dernier leur perscrit, sans argumenter ni questionner son bien-fondé. Mais quand ils viennent voir un docteur en théologie, ils argumentent sans cesse et refusent de prendre le médicament. Alors, vous pensez qu’il vous faut encore un peu plus de souffrance et d’incisions de la part de la vie avant de venir à Christ. Je vous dis de venir à Christ maintenant, mais vous ne le voulez pas. Vous voulez un peu plus de sensations. Alors vous refusez le médicament et continuez dans votre condition de malade du péché. Certains d’entre vous ont déjà été convaincus de péché. Le Saint Esprit vous a déjà placé plusieurs fois sous la conviction de votre péché – et pourtant vous vous retenez pour ne pas venir à Christ – et en vous retenant, vous continuez à vous mutiler !

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? »

Joseph Hart l’a très bien décrit dans ces paroles,

Venez, vous qui êtes fatigués, et chargés,
   Meurtris et brisés par la Chute ;
Si vous attendez de vous sentir mieux,
   Jamais vous ne viendrez.
(« Venez, pécheurs » [Come, Ye Sinners] par Joseph Hart, 1712-1768).

Jésus dit, « Venez à moi » (Matthieu 11:28). Mais vous allez dire, « Je dois premièrement mieux le ressentir, je dois avoir une conviction plus forte. » « Mais si vous attendez de vous sentir mieux, jamais vous ne viendrez. »

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? » (Jérémie 47:5).

Venez à Jésus maintenant. Jésus, le Fils de Dieu, qui a été coupé juqu’à l’os à votre place, quand ils ont dénudé Son dos, et qu’ils L’ont fouetté cruellement. Quand ils L’ont cloué sur la Croix, Ses mains et Ses pieds ont été coupés, transpercés par les clous, à votre place, pour payer le prix du rachat de vos péchés. N’attendez plus, ne Le repoussez pas plus lontemps. Venez à Jésus.

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? »

Venez à Celui qui a été crucifié pour payer la dette de vos péchés. Jésus dit, « Tournez les yeux vers moi, que vous avez transpercé » (Zacharie 12:10). Arrêtez de tourner les yeux sur vous-même. Tournez les yeux vers le Christ crucifié. Venez à Lui – et vous serez sauvé !

Trébuchant sur les montagnes noircies par le péché et la honte
   Trébuchant vers la flamme sans repos du feu éternel,
Opprimé par la puissance de séduction du péché,
   Entendez la voix de Jésus « Viens prendre du repos. »
Viens à moi, et je te donnerai ce repos,
   Prends mon joug, écoute ma voix et sois bénis ;
Je suis doux et humble de coeur, viens à moi ;
   Viens mon joug est aisé, et mon fardeau léger.
(«Venez à moi » [Come Unto Me] par Charles P. Jones, 1865-1949 ;
     transformé par le pasteur).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine en ligne sur Internet
à www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here)
or you may write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015.
Or phone him at (818)352-0452.

Écritures avant le sermon lues par Dr. Kreighton L. Chan : Jérémie 13:17
Solo avant le sermon chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith : «Venez à moi »
[Come Unto Me] par Charles P. Jones, 1865-1949.


BREF APPERÇU DE

AUTO-MUTILATION !

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Jusques à quand te feras-tu des incisions ? » (Jérémie 47:5).

(Jérémie 13:17; Lamentations 1:16;
Jérémie 1:5, 6, 7-10; 5:23, 28-29)

I.   Premièrement, je poserais cette question à nos prédicateurs, Osée 13:9.

II.  Deuxièmement, je poserais cette question aux personnes non converties
qui sont parmi nous, Matthieu 25:46; Jean 3:3; Luc 13:24;
Matthieu 11:28; Zacharie 12:10.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006])