Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




CHAGRIN, ABATTEMENT ET PROFONDE TRISTESSE

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché à Calvary Road Baptist Church, Monrovia, Californie,
le matin du Jour du Seigneur, le 1er janvier 2011

« Car la tristesse fervente, produit une repentance au salut, et dont on ne se repent jamais; mais la tristesse du monde produit la mort » (II Corinthiens 7:10).


Deux types de tristesses apparaissent dans ce texte, la tristesse selon Dieu et la tristesse selon le monde. Dans notre texte, le terme grec traduit par « tristesse » est « lupē », ce qui signifie « chagrin, abattement, profonde tristesse.» Ici nous nous trouvons donc en présence de deux genres de tristesses.

I. Premièrement, la tristesse selon le monde.

« La tristesse selon le monde conduit à la mort. » Le Dr. John Gill (1697-1771) écrit que la tristesse selon ce monde est celle qui est « commune aux hommes, comme Caïn, Pharaon, Judas, et les autres, et issue des principes de ce monde...et qui n'est rien de plus que le souci de perdre une chose que nous avons ici bas, une déconvenue de ne pas avoir obtenu ce que l'on recherchait des plaisirs...de ce monde terrestre » (John Gill, D.D., Une exposition du Nouveau Testament [An Exposition of the New Testament], The Baptist Standard Bearer, réimprimé en 1989, volume II, p. 804; note sur II Corinthiens 7:10). Ce n'est pas une tristesse à salut d'avoir péché contre un Dieu Saint. C'est une tristesse égoïste qui vient d'un apitoiement sur vous-même, mais non de votre péché. C'est la tristesse de Caïn quand il dit,

« Ma punition est plus grande que je ne puis porter »
       (Genèse 4:13).

Caïn avait désobéit à Dieu en lui apportant délibérément un mauvais sacrifice. Quand il fut rejeté, montra-t-il une tristesse selon Dieu ? Non ! Il fut rempli de colère contre Dieu. Quand il tua son frère Abel, éprouva-t-il une tristesse selon Dieu ? On pourrait penser qu'il ressentit du chagrin, un abattement, une profonde tristesse pour avoir commis ce terrible péché. Mais non ! Sa pitié était pour lui, il s'apitoyait sur son sort, mais pas pour son péché. Il s'écria vers Dieu,

« Ma punition est plus grande que je ne puis porter »
       (Genèse 4:13).

Remarquez l'égoïsme de cet homme ! « Ma punition est plus grande que je ne puis porter. » Remarquez les deux pronoms personnels, « Ma » et « Je. » Sa tristesse était à son égard, pour lui-même – mais il n'était pas triste pour son péché. Horrible! Déplorable !

Et quelques uns d'entre vous ne sont pas meilleurs que lui. Vous avez les larmes aux yeux à chacune de nos réunions. Mais ce ne sont pas des larmes de tristesse pour les péchés que vous avez commis. « Pauvre de moi. » votre cœur égocentriste dit,

« Ma punition est plus grande que je ne puis porter »
       (Genèse 4:13).

Vous ne pensez pas à la tristesse que vous avez causée aux autres par vos péchés. Vous ne pensez pas au chagrin, à l'abattement, la profonde tristesse que vous aves causée à vos parents, vos amis, aucune tristesse pour la peine et les souffrances que Christ a endurées pour vous sauver de vos péchés. Aucune ! Rien de rien ! Vous êtes seulement attristé par votre sort, vous n'avez aucune tristesse pour les péchés que vous avez commis contre un Dieu Saint, et Son Fils qui a souffert pour vous.

« Ma punition est plus grande que je ne puis porter »
       (Genèse 4:13)

reste votre lamentation égocentriste. Une personne qui reste égoïste à cœur, comme Caïn, ne peut jamais se convertir, car « la tristesse du monde produit la mort » (II Corinthiens 7:10). Vous resterez « mort[s] dans vos fautes et dans vos péchés, » (Éphésiens 2:1) et à la fin votre âme tombera en enfer, où vous continuerez, pour toute l'éternité, à être attristé par votre propre sort, et non par votre péché. Notez ! Le riche en enfer demeura triste, non sur ses péchés, mais sur son sort. Il ne pleura pas sur ses péchés. Non ! Non !

« Et il s’écria, et dit : Père Abraham, aie pitié de moi...car je suis tourmenté dans cette flamme» (Luc 16:24).

« Moi. » « Je. » Egocentriste jusqu'au bout ! Comme Caïn, il était un homme qui n'a jamais ressenti de tristesse pour ses péchés. Et même en enfer, il ne ressentit que de la tristesse pour lui-même. Il ne ressentit jamais de la tristesse pour ses péchés. « La tristesse selon le monde conduit à la mort » – la deuxième mort, dans les flammes de l'enfer. Aucun salut ne peut atteindre l'homme qui est en enfer. Il est éternellement dans un état qui ne lui permet jamais plus d'être sauvé, trop tard pour être sauvé. Pour toujours et à jamais, vous crierez avec Caïn, votre égocentrisme révélé par ces paroles,

« Ma punition est plus grande que je ne puis porter. »

Pour toujours et à jamais, vous crierez avec l'homme riche,

«...aie pitié de moi...car je suis tourmenté dans cette flamme. »

Mais il n'y aura pour vous aucune pitié, parce que vous avez fini de vivre votre vie, vous avez « expérimenté » votre mort, sans jamais avoir été convaincu dans votre cœur des péchés que vous avez commis contre un Dieu Saint. « La tristesse du monde conduit à la mort. »

C'est ce que j'ai vu soir après soir, dans de telles réunions. Un étudiant chinois pleure soir tous les soirs. Il ne pleure pas sur ses nombreux péchés. Non, il pleure parce qu'il ne comprend pas comment venir à Christ. « Pauvre de moi ! » « Pauvre de moi ! » « Je n'arrive pas à comprendre, » pleure-t-il dans son coeur. Quel apitoiement ! C'est « la tristesse selon le monde qui conduit à la mort. » S'il était convaincu de ses péchés, qu'il a commis contre un Dieu Saint, il serait attiré à Christ par Dieu Lui-même.

Il y a une jeune fille qui vient pleurer à tous les services du soir. Mais elle ne pleure pas sur ses péchés. Elle pleure parce que ses parents la pressent de reconsidérer sa vie. Elle veut qu'ils la laissent tranquille pour pouvoir continuer à vivre dans cet état de non conversion, comme il lui plaît. Elle n'éprouve pas de tristesse pour ses péchés. Elle est attristée quant à son sort, désolée que ses parents l'obligent à venir à l'église !

Il y a une dame qui vient pleurer à tous les services du soir. Mais ce ne sont pas des pleurs de conviction de péché. Elle est, par nature, très émotionnelle. Alors elle laisse couler ses larmes. Mais ce ne sont pas plus les larmes d’une conviction que les larmes d'un bébé. Ma mère les appelaient cela des « larmes de crocodile », fruits d'une émotion enfantine, qui ne sont pas plus que celles de « la tristesse du monde [qui] produit la mort. »

Nous en avons vu qui pleurent parce qu'ils ont peur de finir en enfer. Etrange que cela puisse paraître, ces larmes aussi viennent de « la tristesse du monde [qui] produit la mort. » La peur de l'enfer est différente de la tristesse issue du péché. Elle aussi est égocentrique, « Je ne veux pas aller en enfer ! » C'est une tristesse née de l'égoïsme. Ce n'est pas la conviction que vous avez péché contre un Dieu Saint ! Ce n'est pas la tristesse qui dit à Dieu,

« Car mon péché est toujours devant mes yeux…»
       (Psaume 51:3-4).

C’est le fruit de la peur, et non de la tristesse ou de l'abattement qui vient de la réalisation de son péché contre un Dieu Saint.

« Car la tristesse fervente, produit une repentance au salut, et dont on ne se repent jamais; mais la tristesse du monde produit la mort. » (II Corinthiens 7:10).

II. Deuxièmement, une tristesse selon Dieu qui produit la repentance
 menant au salut.

Matthew Henry a écrit, « le précurseur de la vraie repentance est une tristesse selon Dieu. Ce n'est pas la repentance elle-même, mais c'est une bonne préparation à la repentance, et en quelque sorte, la cause qui produit la repentance...C'est une tristesse selon Dieu, parce que c'est une tristesse causée par le péché, comme une offense contre Dieu...La tristesse selon Dieu...finira en salut, mais la tristesse selon le monde conduit à la mort...L'humilité et la tristesse selon Dieu sont nécessaire pour le salut. » (Commentaire de la Bible complète par Matthew Henry [Matthew Henry’s Commentary on the Whole Bible], Hendrickson Publishers, édition de 1991, volume 6, p. 505; note sur II Corinthiens 7:10). Iain H. Murray a dit, « Personne n'a jamais été converti sans en n'avoir ressenti le besoin. » La régénération se passe généralement quand les individus viennent sous la conviction » (Iain H. Murray, Le vieil Evangélicalisme [The Old Evangelicalism], The Banner of Truth Trust, édition de 2005, page 22).

Pouvez-vous être véritablement converti sans jamais ressentir de tristesse pour votre péché ? Pouvez-vous devenir un véritable chrétien sans ressentir du « chagrin, de l’abattement et une grande tristesse » à cause de votre péché contre un Dieu Saint ? Ainsi on voit « une femme dans la ville, qui était une pécheresse » (Luc 7:37). Regardez-la alors qu’elle s’approche de Jésus, « se tenant derrière, à ses pieds en pleurant, » (Luc 7:38). Est-ce que Jésus la reprend pour son péché ? Non ! Il ne le fait pas ! Au contraire, Il dit à cette pécheresse en pleurs, « Tes péchés sont pardonnés. » (Luc 7:48). Le Dr. Martyn Lloyd-Jones écrit, « Un homme peut-il se regarder comme un pécheur méritant l’enfer sans ressentir d’émotion ? Un homme peut-il entendre le grondement de tonnerre de la loi sans ne rien ressentir ? Ou, inversement, un homme peut-il contempler l’amour de Dieu manifesté en Christ et ne rien ressentir ? Cette seule hypothèse [que vous ne puissiez ressentir aucune émotion] est complètement ridicule. » (D. Martyn Lloyd-Jones, M.D., Prédications et prédicateurs [Preaching and Preachers], Zondervan Publishing House, edition de 1981, p. 95).

Quand la tristesse du péché vient sur quelqu’un, il devient intensément troublé. Son cœur s’élève vers Dieu en criant « Contre toi, contre toi seul j’ai péché ! » (Psaume 51:4). Son cœur continue en criant « Malheur à moi ! Je suis perdu » (Isaïe 6:5). Et encore, « Tu as fait passer devant toi nos iniquités, et devant la lumière de ta face nos fautes cachées » (Psaume 90:8). Il expérimentera ce que Jérémie priait, « Que les larmes coulent de nos yeux, que l’eau ruisselle de nos paupières » (Jérémie 9:18). Il dira aussi avec Paul, dans un cri d’angoisse « Misérable que je suis ! Qui me délivrera de ce corps de mort ? » (Romains 7:24).

J’ai été le témoin oculaire de deux réveils envoyés par Dieu. Je peux dire que j’ai vu ce qui a déjà été parfaitement bien décrit par William Gibson concernant le Réveil d’Ulster de 1859 en Irlande du Nord. Gibson écrit « Les homes tombaient comme si Le Seigneur avait soufflé sur eux. Ils étaient tout d’abord rempli d’émerveillement et de crainte – puis ils étaient baignés de larmes – pour être ensuite remplis d’un amour impossible à décrire » (cité par Iain H. Murray dans La Pentecôte aujourd’hui ? La base biblique pour comprendre le réveil [Pentecost Today? The Biblical Basis for Understanding Revival], The Banner of Truth Trust, 1998, p. 22).

C’est exactement ce que j’ai vu. Des personnes qui étaient sous une telle conviction de péché « qu’elles étaient baignées de larmes. » C’est exactement ce qui est en train de se passer actuellement dans en Chine. J’ai vu des vidéos du réveil de Chine, et ils sont là, en grandes foules, sous une telle conviction de leur péché qu’ils sont « baignés de pleurs. » Ce n’est pas du Pentecôtisme. Ce n’est pas de la soi-disant « adoration. » C’est l’œuvre de Dieu donnant aux pécheurs une profonde conviction de péché. Les larmes du réveil en Chine sont des larmes de chagrin, d’abattement et de grande tristesse pour le péché !

« Car la tristesse fervente, produit une repentance au salut...»
       (II Corinthiens 7:10).

Et je dis que vous devez ressentir une « tristesse selon Dieu. » Je dis que votre cœur doit se fondre sous une conviction, venue de Dieu, pour votre péché. Je dis qu’il y en a certains d’entre vous ici ce soir, dont le cœur a besoin d’être « travaillé » comme ceux qui l’ont été à la Pentecôte, quand des hommes mûrs ont été « touchés tout au fond de leur cœur, et dirent à Pierre et au reste des apôtres « Hommes et frères, que feront-nous ? » (Actes 2:37). Des « ministres » secs, et comme déjà morts, peuvent l’appeler du « fanatisme » quand ils vous voient verser des larmes en prenant conscience que vous avez péché contre un Dieu Saint. Mais la Bible l’appelle « une tristesse selon Dieu [qui] produit une repentance qui conduit au salut » (II Corinthiens 7:10).

«…le sacrifice agréable à Dieu est un esprit brisé…Ô Dieu, tu ne méprises pas le cœur contrit et brisé ! » (Psaume 51:17).

Ö, que vous soyez brisé par l'Esprit de Dieu ! Ô, qu’Il vous donne un cœur contrit et brisé ! Ô, que des larmes de tristesse coulent de vos yeux et puissiez-vous ressentir la « tristesse selon Dieu » pour avoir enfreint la loi de Dieu et péché devant Lui.

Vous restez assis, sans émotions, pensant que vous pouvez apprendre à devenir chrétien avec votre intelligence. Mais la Bible dit « C’est en croyant du cœur qu’on vient à la justice » (Romains 10:10). Votre « cœur » doit être brisé. Votre « cœur » doit pleurer. Vos yeux peuvent ne pas vraiment pleurer, mais votre cœur doit ressentir la tristesse causée par vos péchés.

Toutes ces années, vous avez péché contre un Dieu Saint. Toutes ces années vous avez refusé de verser une larme pour avoir rejeté Jésus, qui a été « brisé pour vos transgressions, qui a été meurtri pour vos iniquités » (Isaïe 53:5). Il est mort sur la Croix pour racheter votre péché. Il a versé Son Saint Sang pour vous laver de vos péchés. Il a subit la torture et l’agonie pour sauver votre âme éternelle des flammes de l’enfer et d’un châtiment éternel. Ne pouvez-vous ressentir de la tristesse pour l’amour qu’Il a montré en votre faveur ?

Quand Dieu a agi d’une manière puissante en Corée, un missionnaire écrivait au sujet de la réunion : « Comme la prière continuait, un esprit d’abattement et de tristesse à cause du péché tomba sur l’audience. Vers un côté de la foule, une personne commença à pleurer, et peu de temps après, tout le monde pleurait aussi. L’un après l’autre, les hommes…étaient brisés et se mettaient à pleurer…puis se jetaient par terre et frappaient des poings sur le sol comme en agonie sous la conviction de leurs péchés. Mon propre cuisinier…se mit à pleurer, et de l’autre côté de la pièce me cria “ Pasteur, y a-t-il quelque espoir pour moi? Puis-je être pardonné ? ” Et il se jeta à terre et pleura à chaudes larmes, en criant presque dans les affres d’une terrible agonie » (Brian H. Edwards, Le Réveil : un peuple saturé de Dieu [Revival: A People Saturated With God], Evangelical Press, édition de 2004, p. 115).

A la première Eglise Baptiste Chinoise, j’ai vu des jeunes chinois qui n’avaient jamais été à l’église de leur vie pleurer et crier sous la conviction de péché, confessant leurs péchés, et criant devant Dieu des heures et des heures, soir après soir. Une autre fois, quand la conviction de péché tomba lors d’une réunion dans une église baptiste, je vis des jeunes gens essayer de chanter, pour tomber, brisés, versant des pleurs abondants – sous la conviction de leurs péchés. Je vis un vieil homme, pourtant membre de l’église depuis de nombreuses années, descendre l’aile sur les genoux en criant de toutes ses forces « Je suis perdu ! Je suis perdu ! Je suis perdu ! » Et c’est souvent ce qui arrive dans les moments de réveil envoyés par Dieu.

«…le sacrifice agréable à Dieu est un esprit brisé…Ô Dieu, tu ne méprises pas le cœur contrit et brisé ! » (Psaume 51:17).

« Car la tristesse fervente, produit une repentance au salut…»
       (II Corinthiens 7:10).

Vous ne viendrez pas à Dieu à moins que votre cœur ne soit brisé. Vous ne pourrez mettre votre confiance dans le Sauveur jusqu’à ce que vous soyez profondément attristé et le cœur abattu à la vue de votre péché. C’est seulement quand vous ressentirez votre besoin pour Jésus que vous viendrez à Lui et serez sauvé. Amen.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine en ligne sur Internet
à www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

Écritures avant le sermon lues par le Dr. Kreighton L. Chan: Psaume 51:1-9.
Solo avant le sermon chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Sondes-moi, Ô Dieu » [Search Me, O God] (Psaume 139:23-24).

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here)
or you may write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015.
Or phone him at (818)352-0452.


BREF APERÇU DE

CHAGRIN, ABATTEMENT ET GRANDE TRISTESSE

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Car la tristesse fervente, produit une repentance au salut, et dont on ne se repent jamais; mais la tristesse du monde produit la mort » (II Corinthiens 7:10).

I.   Premièrement, la tristesse selon le monde, Genèse 4:13;
Ephésiens 2:1; Luc 16:24; Psaume 51:3-4.

II.  Deuxièmement, la tristesse selon Dieu produit la repentance
qui mène au salut, Luc 7:37, 38, 48; Psaume 51:4; Isaïe 6:5;
Psaume 90:8; Jérémie 9:18; Romains 7:24; Actes 2:37;
Psaume 51:17; Romains 10:10; Isaïe 53:5.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006])