Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




LES SOUFFRANCES DE CHRIST

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché à Calvary Road Baptist Church, Monrovia, Californie,
le matin du Jour du Seigneur, le 26 décembre 2010

« Duquel salut les prophètes qui ont prophétisé de la grâce qui devait venir à vous, se sont enquis et l’ont diligemment cherché : recherchant quand où à quel moment l’Esprit de Christ qui était en eux signifiait, quand il témoignait d’avance les souffrances de Christ, et la gloire qui devait suivre » (I Pierre 1:10-11).


L'apôtre Pierre nous dit que les prophètes de l'Ancien Testament ont écrit sous l'inspiration de l'Esprit de Christ. Nous voyons ici un des nombreux passages de la Bible déclarant que l'Ancien Testament a été donné sous l'inspiration de Dieu. Les prophètes ont écrit des choses qu'ils ne comprenaient pas eux-mêmes. Ils en cherchaient la signification avec diligence. Ésaïe 53, le psaume 22, et encore bien d'autres versets de l'Ancien Testament parlent prophétiquement des « souffrances de Christ » (I Pierre 1:11).

Je voudrais que vous fassiez très attention à ces quatre mots, situés à la fin du verset onze « les souffrances de Christ, » « ta eis christon pathemata, » les « pathemata » de Christ. Ce terme grec signifie « douleurs » ou « souffrances. » Il est au pluriel – plus d'une douleur, plus d'une souffrance. « Les souffrances de Christ. »

L'apôtre Pierre parlait des souffrances que Christ avait expérimentées dans Sa passion, à la fin de sa vie sur terre. Il endura beaucoup de souffrances pour nous sauver de nos péchés.

I. Premièrement, Ses souffrances dans le jardin de Gethsémanée.

Ses souffrances commencèrent la nuit précédant Sa crucifixion. Le dernier repas (la Cène) s'était terminé vers minuit. Jésus prit Ses disciples et sortit. Ils marchaient dans une épaisse obscurité. Ils traversèrent le ruisseau du Cédron et commencèrent la montée au Mont des Oliviers, et pénétrèrent dans la nuit noire du Jardin de Gethsémanée. Jésus dit à Ses huit disciples, « Asseyez-vous ici pendant que je vais prier un peu plus loin » (Matthieu 26:36). Il prit Pierre, Jacques et Jean et ils s'enfoncèrent dans le Jardin. Puis Il laissa les trois et s'en alla sous les oliviers, où Il pria seul, à Dieu.

C'est alors que « les souffrances de Christ » commencèrent vraiment (I Pierre 1:11). Notez, aucun homme n'avait encore porté la main sur Lui. Notez, Ses souffrances commencent quand Il est seul dans l'obscurité, sous les oliviers de Gethsémanée. Là, dans le Jardin, tout le poids du péché de l'humanité fut placé sur Lui et Il le porterait « en Son propre corps » le matin, jusqu'à la Croix.

« Ô mon Père, s’il est possible que cette coupe passe loin de moi» (Matthieu 26:39).

L'interprétation habituelle de cette prière est que Jésus demandait à Son Père d'être délivré de la Croix. Mais je ne trouve rien dans les Écritures qui puisse valider cette hypothèse. Je préfère l'interprétation du Dr. John R. Rice et du Dr. J. Oliver Buswell qui me paraît plus correcte. L'évangéliste Dr. Rice et le théologien Dr. Buswell pensent que la prière de Christ, « que cette coupe passe loin de moi » » signifie la « coupe » de la mort par la souffrance causée par le poids du péché – là, à Gethsémanée !

Jésus se trouvait dans un tel état de choc qu'Il allait peut être mourir là, dans le Jardin. Le Dr. Buswell dit que Jésus priait pour être « délivré de la mort dans le Jardin, de manière à ce qu'Il puisse accomplir l'œuvre de la Croix pour laquelle Il était venu. » (J. Oliver Buswell, Ph.D., Théologie systématique de la religion chrétienne, [Systematic Theology of the Christian Religion], Zondervan, 1971, part III, p. 62). Le Dr. Rice dit virtuellement la même chose, « Jésus a prié pour que la coupe de la mort ne Le trouve pas ce soir-là, mais qu'Il puisse vivre afin de mourir sur la Croix le lendemain » (John R. Rice, D.D., Litt.D., L'Évangile selon Matthieu, [The Gospel According to Matthew], Sword of the Lord Publications, 1980, p. 441). « Sans la force qu'Il reçut surnaturellement dans Son corps pour l'aider, Christ serait certainement mort dans le Jardin cette nuit-là » (Rice, ibid., p. 442). Le fardeau de votre péché L'aurait tué à Gethsémanée.

« Et étant en agonie, il priait plus intensément; et sa sueur était comme des grumeaux de sang coulant sur le sol » (Luc 22:44).

Cette nuit-là, Jésus a expérimenté de funestes angoisses lorsque vos péchés ont été posés sur Lui. Son agonie était si épouvantable que de «gosses gouttes de sang s'écoulaient de son front. » Le prophète Ésaïe dit,

« Vraiment il a porté nos souffrances, et s’est chargé de nos douleurs » (Ésaïe 53:4).

« Le Seigneur a placé sur lui l’iniquité de nous tous »
       (Ésaïe 53:6).

Avec quelle rapidité ne lisons-nous pas Jean 3:16,

« Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique...» (Jean 3:16)

et passons sans broncher sur la souffrance et l'horreur de Gethsémanée! Comment pouvons-nous n'accorder qu'une pensée superficielle aux horribles souffrances que Jésus dût porter pour nous cette nuit-là ! Joseph Hart écrit,

Voyez le Fils de Dieu en souffrance,
   Respirant à peine, gémissant,
Des grumeaux de sang suintant de Son front !
   Profondeurs insondables de l'amour divin !
Jésus, quel amour est donc le Tien !
    (« Tes souffrances inconnues » [Thine Unknown Sufferings]
    par Joseph Hart, 1712-1768, sur la mélodie de
      « Il est minuit, et sur le Mont des Oliviers »
        [Tis Midnight, and on Olive’s Brow].

« Les souffrances de Christ » (I Pierre 1:11).

Pour moi, souvent je pense que ces premières souffrances ici, à Gethsémanée, furent les plus grandes de toutes. Aucune main humaine ne L'avait encore touché. Non, ce fut quand votre péché fut placé sur Lui par Dieu, que Son esprit se fut comme brisé, et que Son sang s'écoula librement des pores de Sa peau ! William Williams écrit,

Le terrible fardeau de la culpabilité humaine,
   Fut posé sur les épaules du Seigneur,
Et de douleur, comme un vêtement,
   Pour les pécheurs, fut revêtu.
Pour les pécheurs, fut revêtu.
    (« L'Amour à l'Agonie » [Love In Agony] par William Williams, 1759).

« Les souffrances de Christ » (I Pierre 1:11).

Premièrement, Ses souffrances au Jardin de Gethsémanée.

II. Deuxièmement, Ses souffrances d'humiliation.

« Les souffrances de Christ » avaient tout juste commencé. Combien ne devait-il pas encore en avoir ensuite... Les gardes vinrent au Jardin, portant des torches allumées. Ils arrêtèrent Jésus sur de fausses accusations. Ils l'emmenèrent sans ménagement devant le Grand Prêtre.

« Puis ils lui crachèrent au visage, et lui donnèrent des coups de poing, [alors que] d’autres le frappaient avec la paume de leurs mains, disant : prophétise-nous Christ, qui est celui qui t’a frappé ? » (Matthieu 26:67-68).

« Et quelques-uns se mirent à cracher sur lui, à lui couvrir le visage, et à le frapper à coups de poings, et lui dire : prophétise : et les serviteurs le frappaient avec les paumes de leurs mains » (Marc 14:65).

Joseph Hart écrit,

Voyez la patience de Jésus, alors qu'Il
   Subit les insultes [dans cet horrible prétoire] !
Les pécheurs ont lié les mains du Tout Puissant,
   Et craché sur le visage de leur Créateur.
(« Sa Passion » [His Passion] par Joseph Hart,
     1712-1768 sur la mélodie de « Il est minuit, et sur le Mont des Oliviers »
         [Tis Midnight, and on Olive’s Brow].

« Et les soldats l’emmenèrent dans la salle, appelée Prétoire, et ils y assemblèrent toute la cohorte ; et ils le revêtent de pourpre, et tressèrent une couronne d’épines, et la lui mirent sur sa tête, et ils se mirent à le saluer : salut, Roi des Juifs ! Et ils lui frappaient la tête avec un roseau, et crachaient sur lui, et pliant leurs genoux l’adoraient » (Marc 15:16-19).

Jésus dit, par la bouche du prophète Ésaïe,

« J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient le poil; je n’ai pas caché mon visage aux outrages ni aux crachats » (Ésaïe 50:6).

Le prophète Michée dit,

«...ils frapperont le juge d’Israël avec une verge, sur la joue»
       (Michée 5:1).

« Alors les soldats du gouverneur amenèrent Jésus dans la salle commune, et ils assemblèrent autour de lui toute la bande de soldats. Et ils le dévêtirent, et lui mirent une robe d'écarlate. Et après avoir tressé une couronne d’épines, ils la lui mirent sur sa tête, avec un roseau dans sa main droite, et ils s’agenouillèrent devant lui, et se moquaient de lui, disant : Salut, Roi des Juifs ! Et ils crachaient sur lui, et prenaient le roseau et lui en frappaient la tête » (Matthieu 27:27-30).

Pour Lui, aucune couronne d'or ou d'argent,
   Aucun diadème à placer sur Son front ;
Juste le Sang pour orner Sa tête, et en porter les taches,
   Couronne donnée par des pécheurs.
Et une Croix grossière devint Son trône,
   Son royaume n'était pas de ce monde;
Il écrivit Son amour en rouge sang,
   Les épines taillant la chair de Ses tempes.
(« Une couronne d'épine » [A Crown of Thorns]
     par Ira F. Stanphill, 1914-1993).

« Et Pilate prit Jésus et Le fit frapper de verges »
       (Jean 19:1).

Jésus dit, par la voix du prophète Ésaïe,

« J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient »
      (Ésaïe 50:6).

Ils réduisirent Son dos en lambeaux. C'était horrible. Des gens mourraient quand on leur infligeait un tel traitement. On pouvait voir les os de Ses côtes. Ils entaillèrent Son dos jusqu'aux os.

Ses tempes déchirées et béantes de sang,
   Laissent couler le flot vermeil de toute part ;
Son dos est lacéré par les lanières du fouet, mais ce n'est rien
   Car Son cœur est lacéré plus profondément encore.
(« Sa Passion » [His Passion] par Joseph Hart sur la mélodie de
    « Il est minuit, et sur le Mont des Oliviers »
        [Tis Midnight, and on Olive’s Brow]).

« Les souffrances de Christ » (I Pierre 1:11).

Premièrement, Ses souffrances à Gethsémanée. Deuxièmement, Ses souffrances d'humiliation.

III. Troisièmement, Ses souffrances sur la Croix.

Après que les grumeaux de Sang exsudèrent comme de grosses gouttes tombant à terre, dans le Jardin de Gethsémanée, Jésus fut frappé au visage. Puis Il fut fouetté jusqu'à ce que la chair de Son dos tombe en lambeaux. Une couronne faite d'épines fut sauvagement enfoncée sur Sa tête, Son Sang s'écoulant des coupures causées par les épines, et ruisselant dans Ses yeux.

Sûrement, Il était déjà à moitié mort quand ils eurent fini avec Lui et le menèrent à Golgotha.

« Et portant sa croix, il s’en alla à un endroit appelé l’endroit du Crâne, qui est appelé en hébreu Golgotha…où ils le crucifièrent » (Jean 19:17-18).

Avec des marteaux, ils enfoncèrent de larges clous dans Ses mains et dans Ses pieds, le clouant au bois de la Croix. Ils dressèrent la Croix et Jésus resta là, pendu au bois et souffrant. Joseph Hart écrivit,

Cloué et nu sur le bois maudit,
   Exposé publiquement à la Terre et au Ciel,
Un spectacle de souffrances et de sang,
   Vision douloureuse et insoutenable de l'amour en Croix.

Écoutez ! Ses cris d'agonie ont affecté les anges,
   Qui assistaient à Son supplice
Ses amis L'abandonnèrent dans la nuit,
   Et maintenant Son Dieu l'abandonne aussi !
(« Sa passion » [His Passion] par Joseph Hart, 1712-1768 ; sur la mélodie de
    « Il est minuit, et sur le Mont des Oliviers »
        [Tis Midnight, and on Olive’s Brow]).

« Et...Jésus s’écria d’une voix forte, disant : Élie, Élie, lama sabachthani ? C’est-à-dire : mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Matthieu 27:46).

Notre esprit ne peut appréhender une telle agonie. Luther écrivit que cela ne pouvait s'exprimer par des mots humains. D'une manière qu'il nous est difficile à comprendre, le Père se détourna du Fils – et Jésus mourut pour payer le prix de nos péchés, Seul !

« Car Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, le juste pour les injustes, afin qu’il nous amène à Dieu…»
       (I Pierre 3:18).

« Mais il a été blessé pour nos transgressions, il a été meurtri pour nos iniquités ; le châtiment de notre paix a été sur lui, et par les coups qu’il a reçus nous sommes guéris » (Ésaïe 53:5).

Voilà la doctrine de l'expiation pour notre profit – Christ mourant sur la Croix pour racheter le prix à payer pour le péché des hommes. Il est mort à notre place, pour payer la pénalité de vos péchés ! La Bible dit,

« Christ est mort pour nos péchés, selon les écritures »
       (I Corinthiens 15:3).

« Homme de douleur » quel nom
   Pour le Fils de Dieu venu
Pour racheter les pécheurs !
   Alléluia ! Quel Sauveur !

Supportant la honte, et les rudes insultes,
   Il se tient, condamné à ma place,
Il a scellé mon pardon de Son Sang ;
   Alléluia ! Quel Sauveur !

Élevé sur la Croix, telle fut Sa mort,
    « Tout es accompli » tel fut Son cri;
Maintenant au Ciel, à la plus haute place ;
   Alléluia ! Quel Sauveur !
(«Alléluia ! Quel Sauveur ! » [Alleluiah! What a Savior!]
   par Philip P. Bliss, 1838-1876).

Voulez-vous être sauvé de la condamnation et du châtiment que vous vaut votre péché ? Alors vous devez venir à Jésus simplement par la foi. Venez à Lui qui est maintenant assis à la droite de Dieu dans les Cieux. Je plaide avec vous avec mon cœur, avec mon âme, venez à Jésus simplement par la foi. Reposez-vous en Lui. Donnez-Lui votre confiance. Il lavera chacun de vos péchés, pour toujours. Il effacera tout ce qui tachait votre vie. Il sauvera votre âme pour tous les temps, et pour toute l'éternité – monde sans fin. Vous ! Oui, vous ! Vous pouvez être sauvé de la condamnation et du châtiment de votre péché par « les souffrances du Christ » (I Pierre 1:11). Venez à Jésus. Il lavera votre péché et sauvera votre âme. Amen.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine en ligne sur Internet
à www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here)
or you may write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015.
Or phone him at (818)352-0452.

Écritures avant le sermon lues par le Dr. Hymers : Ésaïe 53:1-6.
Solo avant le sermon chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Une couronne d'épines » [A Crown of Thorns] (par Ira F. Stanphill, 1914-1993)
« L'Amour à l'agonie « [Love in Agony] (par William Williams, 1759).


BREF APERÇU DE

LES SOUFFRANCES DE CHRIST

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Duquel salut les prophètes qui ont prophétisé de la grâce qui devait venir à vous, se sont enquis et l’ont diligemment cherché : recherchant quand où à quel moment l’Esprit de Christ qui était en eux signifiait, quand il témoignait d’avance les souffrances de Christ, et la gloire qui devait suivre » (I Pierre 1:10-11).

I.   Premièrement, Ses souffrances dans le jardin de Gethsémanée,
Matthieu 26:36; I Pierre 2:24; Matthieu 26:38, 39; Luc 22:44;
Ésaïe 53:4, 6; Jean 3:16.

II.  Deuxièmement, Ses souffrances d'humiliation, Matthieu 26:67-68;
Marc 14:65; Marc 15:16-19; Ésaïe 50:6; Michée 5:1;
Matthieu 27:27-30; Jean 19:1.

III. Troisièmement, Ses souffrances sur la Croix, Jean 19:17-18;
Matthieu 27:46; I Pierre 3:18; Ésaïe 53:5; I Corinthiens 15:3.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006].)