Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




FUYEZ LA COLÈRE À VENIR – D'APRÈS UN SERMON
DU PASTEUR GEORGE WHITEFIELD, M.A.

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le Jour du Seigneur, le matin du 25 juillet 2010

«...qui vous a averti de fuir la colère à venir ? »
(Matthieu 3:7).


Ce sermon a été adapté et édité à partir d'un sermon que le grand évangéliste George Whitefield (1714-1770), a prêché à Glasgow, Écosse, en 1753.

«...qui vous a averti de fuir la colère à venir ? » (Matthieu 3:7).

Ces paroles font partie d'un court sermon prêché par Jean Baptiste, celui qui annonçait la venue du Fils de Dieu. Quelques uns de ceux qui l'ont écouté prêcher ont certainement eu leur conscience saisie d'une conviction de péché suite à ce qu'ils ont entendu, car il nous est dit qu'ils «...étaient baptisés par lui [Jean Baptiste] dans le Jourdain, confessant leurs péchés » (Matthieu 3:6). Mais quand ce dernier regarda la foule de ceux qui étaient venus l'écouter, il en aperçut certains qu'il ne s'attendait plutôt à ne pas être là, car Matthieu rapporte que,

«...quand il vit venir à son baptême beaucoup des pharisiens et des sadducéens, il leur dit : Oh génération de vipères, qui vous a averti de fuir la colère à venir? » (Matthieu 3:7).

Les pharisiens et les sadducéens étaient les légalistes de cette époque. Ils avaient de la religion plein la tête, mais leurs cœurs étaient vides. Ils croyaient tout savoir, car ils étaient justes à leurs propres yeux. Ils étaient suffisants, se croyant justes selon les lois juives, et cela leur donnait à penser qu'ils étaient bons. On dirait plutôt qu'ils étaient venus écouter Jean Batiste par curiosité. Alors Jean, voyant la pourriture de leur cœur, les interpela par ces mots « oh, génération de vipères. » Puis il leur dit, en les regardant, « Qui vous a averti de fuir la colère à venir ? » Et vous, au nom du Dieu vivant, qui vous a donc amené ici ? Pourquoi êtes-vous venus écouter un pauvre Baptiste prêcher ? Mais comment se fait-il que vous soyez ici aujourd'hui, et en quoi ma prédication pourrait-elle vous alarmer ?

Ces mots furent les premiers prêchés par Jean. Mais ils pourraient aussi bien s'appliquer à certains d'entre vous ici ce soir. « Qui vous a averti de fuir la colère à venir ? »

I. Premièrement, je vais vous montrer qu'il y a bien une colère à venir, et à quoi elle ressemble.

Je vais vous ouvrir l'Enfer et vous montrer à quoi il ressemble. Je sais que certains disent que l'Enfer n'existe pas. Mais la Bible nous parle clairement de la colère à venir. Quelle est-elle ? Je vous répondrai, avec les vieux érudits protestants, que c'est un châtiment qui touche la perte, les sens et les sentiments. En premier, il agit sur la perte, par les aiguillons d'une conscience qui se condamne elle-même. Même les anciens païens, avant de venir à Christ, en avaient une certaine compréhension. Je me rappelle le châtiment de Prométhée, un des leurs, qui avait grandement péché à leurs yeux. Il était près d'une rivière et un oiseau de proie lui rongeait le foie. Sa souffrance était infinie. Aussi vite que l'oiseau mangeait son foie, celui-ci repoussait. Il gisait là, avec cet horrible vautour qui lui déchirait les entrailles sans jamais s'arrêter, sans jamais être rassasié. C'est seulement un peu de ce que Dieu leur a laissé entrevoir, afin qu'ils comprennent la signification de ce « ver » qui ne meurt pas, « Où leur ver ne meurt pas, et où le feu ne s’éteint pas » (Marc 9:44).

« Fuyez la colère à venir » (Matthieu 3:7).

Je sais que certaines personnes disent qu'il n'existe aucun lieu semblable à l'Enfer. Ils préfèrent dirent que cela fait uniquement référence aux manifestations d'une mauvaise conscience après la mort. Mais savez-vous ce qu'est une mauvaise conscience ? Un homme avec plus de sagesse que vous a dit une fois, « un esprit blessé, qui peut le supporter ? » (Proverbes 18:14). Supposez qu'il n'y ait pas d'autre Enfer qu'une mauvaise conscience. Cela serait-il assez pour vous effrayer ? En effet, qu'elle expérience infernale aurait une personne qui s'accuserait elle-même, pour l'éternité, d'être l'auteur de sa propre perte !

Il n'y a pas très longtemps, un homme très célèbre fut condamné à mort. Je l'ai vu sur le chemin de son exécution. Au moment de dire adieu à sa femme, à sa vieille mère et à ses amis, il s'écria que c'était sa propre folie qui l'avait amené à devoir finir de cette manière horrible. Si ce sont les sentiments d'un homme sur le point d'être pendu, à plus forte raison, quelles doivent être ceux d'un homme qui doit finir en Enfer ?

Christ nous a raconté l'histoire du vieil homme riche et de Lazare. Quand le riche vit Lazare au Ciel, il cria, «...je suis tourmenté dans cette flamme » (Luc 16:24). Quant à moi, j'en suis venu à penser qu'une vision semblable fera partie de la terrible misère que devront endurer les damnés. Ils verront Christ au Ciel, qu'ils ont rejeté, alors qu'ils auront perdu tout espoir de retour en arrière. C'est ce que les vieux érudits appelaient le châtiment de la perte.

« Fuyez la colère à venir » (Matthieu 3:7).

Mais il y a également le châtiment des sens, perceptible par le corps physique. Les Écritures sont claires à ce sujet-là, et il y aura un véritable feu pour tourmenter le corps, pour accompagner la douleur de la conscience. Comme le dit le Sauveur, il vaut mieux aller au Ciel avec un seul œil ou une seule main, qu'aller en Enfer ou le ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas.

Les Témoins de Jéhovah nient que l'Enfer est un lieu de tourments éternels. Et pourtant Christ a dit, « Retirez-vous de moi, au feu sans fin, préparé pour le Diable et ses anges » (Matthieu 25:41). Il y a donc « une colère à venir » et non seulement après la mort, mais elle sera comme continuellement sur le point de revenir, et après des millions d'années passées en Enfer à souffrir, les damnés crieront toujours, « La colère ne cesse de revenir. »

Cette colère ne sera jamais épuisée, elle continuera sans cesse à revenir. C'est ce qui arrache ses cris à l'homme riche d'être ainsi tourmenté au milieu des flammes, ces horribles flammes noires, ces flammes insatiables qui ne s'éteignent jamais. Il ne voulait pas que ses frères le rejoignent un jour, et il voulait les avertir. Il pensait, « J'étais leur frère aîné. J'ai été un mauvais exemple pour eux. Si mes frères viennent ici, alors les souffrances de ma propre conscience seront cinq fois plus vives, et ce n'est déjà pas supportable maintenant ! » Ce sujet est trop horrible pour qu'un pasteur ne s'y attarde longtemps. Quand j'y pense, mon sang se glace dans mes veines. Mais les pécheurs doivent le savoir. Jean Baptiste en a parlé, Christ en a parlé. Et je dois en parler moi aussi,

« Fuyez la colère à venir » (Matthieu 3:7).

II. Deuxièmement, je vais vous montrer de quelle manière Dieu vous avertit de fuir la colère à venir.

Premièrement, Dieu nous avertit en piquant la conscience naturelle, comme avec un aiguillon. Certains essayent de supprimer ces sentiments. Lorsque Dieu a commencé à travailler mon cœur, j'ai essayé à chaque fois de ne pas écouter ma conscience. Et pourtant celle-ci ne me laissait pas tranquille, même dans mon lit, et elle me troublait, que je le veuille ou non. Puis Dieu nous avertit par notre propre conscience. Je me demande si certains d'entre vous ici aujourd'hui ont déjà commis des péchés en secret – et vous pensiez alors avoir soigneusement caché votre péché, mais votre conscience ne vous disait-elle pas, « Si tu continues comme ça, tu iras droit en Enfer ? » Et Dieu nous avertit à la lumière de nos consciences naturelles. Vous qui êtes jeunes, vous devriez écouter la voix de votre conscience, car Dieu l'utilise pour vous avertir de fuir la colère à venir.

Et alors que Dieu nous avertit par le biais de notre conscience, il nous avertit également par Sa Parole, spécialement la prédication de Sa Parole. Beaucoup ne se soucient pas plus que cela de se rappeler une prédication qu'ils ont entendue. Mais je vous dis que Dieu écrit dans Ses livres chaque sermon que vous écoutez sans y prêter attention. Jean Baptiste a été envoyé pour avertir les gens de «la colère à venir. » Tout véritable prédicateur est appelé à suivre son exemple. S'il y avait un feu près de chez vous, ne seriez-vous pas fâché si je ne vous en avertissais pas et ne vous dise de fuir les flammes au plus vite ? Ainsi, un prédicateur fidèle à sa charge doit en faire de même, parce que les feux de l'Enfer doivent venir, et que vous pouvez être certain d'être tourmenté par les flammes ardentes, à moins que vous ne fuyiez vers Christ.

Et Dieu vous avertit par Sa Parole, et Il vous avertit aussi par Son Esprit. Oh, que l'Esprit de Dieu vous travaille à cette heure-ci pour vous avertir ! Alors que je vous adresse ces paroles, je pourrais tout aussi bien parler à des corps morts ou avertir des squelettes, à moins que Dieu n'envoie Son Esprit pour émouvoir vos cœurs. Sans cette conviction de péché que donne l'Esprit de Dieu, rien de ce que je puisse dire ou faire ne pourra vous aider. Je prie pour que vous n'éteigniez pas la flamme du Saint Esprit de Dieu quand que je vous parle.

«...Qui vous a averti de fuir la colère à venir ? »
      (Matthieu 3:7).

Qui vous a averti ? Et bien, c'est votre conscience ! Et puis c'est la Parole de Dieu qui vous a averti ! Et aussi l'Esprit de Dieu !

III. Troisièmement, je vais vous montrer vers qui vous devez fuir pour éviter la colère à venir.

Je vais maintenant vous prêcher l'Évangile. Tout ce que je viens de vous dire jusque là n'est que pour vous préparer à entendre l'Évangile de Jésus Christ. Fuir la colère à venir implique que vous croyez que Christ peut vous sauver du châtiment que vous réserve votre péché. Et Christ est Celui dont je vous avertis de fuir vers; et la colère à venir est ce dont je vous avertis de fuir loin de.

Une fois, j'ai prêché à un groupe de mille cinq cent jeunes. Et pendant que je prêchais, leurs parents priaient pour eux, suppliant Dieu et levant leurs mains vers Lui. Certains jeunes reçurent la révélation et furent « réveillés. » Parents, je vous supplie de lire la Bible à vos enfants et de prier pour eux. Gardez-les dans vos pensées et prenez soin d'eux pendant les réunions d'évangélisation. Assurez-vous qu'ils ne sont pas en train de regarder les téléchargements ou les jeux sur leur portable, ou de surfer sur Internet. Assurez-vous qu'ils lisent de la littérature chrétienne et prient avec persévérance pour leur propre conversion.

Vous, les jeunes hommes, j'en appelle à vous pour fuir la colère à venir. Quand j'avais votre âge, je ne prêtais que peu d'attention à mon âme. Mais Dieu m'a arrêté sur cette voie sans issue. Que Dieu vous arrête vous aussi. Jeunes hommes, ne soyez pas en colère contre moi. Et si cela vous arrive, je suis sûr que vous ne le serez pas pour l'éternité. Vous serez en colère avec vous-mêmes, pour ne pas avoir écouté mes avertissements, mais vous ne serez pas en colère avec moi pour vous avoir parlé de la colère à venir. Jeunes hommes, donnerez-vous votre santé et votre force au Diable ? Continuerez-vous à vous détourner de Dieu comme des ingrats, Lui qui a envoyé Son Fils pour vous racheter ? Je sais que certains d'entre vous pensent pouvoir remettre ce choix à plus tard, et fuir la colère à venir, quand vous aurez un peu plus d'âge. Mais, allez-vous continuer à penser ainsi ? J'ai connu une fois un jeune homme qui disait qu'il se convertirait avant de mourir. Mais il mourut juste trois heures plus tard, et non converti ! Et comment savez-vous que cela ne pourrait pas vous arriver, à vous aussi ? Pour l'amour de Dieu, jeunes hommes, fuyez la colère à venir, fuyez pour sauver votre vie. Fuyez la colère à venir, car vous ne savez pas si Dieu ne vous laissera pas à votre entêtement obstiné, et que vous ne tomberez pas dans le feu qui ne s'éteint jamais. Un jeune homme à qui j'avais prêché retourna chez lui et ce même soir, il était raide mort avant minuit. Comment savez-vous qu'il ne pourrait pas en être de même pour vous ?

Et vous jeunes femmes, qui négligez votre âme, je vous avertis solennellement de fuir la colère à venir. Je sais que le Diable vous tentera de retourner à vos amis/es perdus/es dans le péché, pourtant, rappelez-vous ce que dit l'Écriture, « Quiconque...voudra donc être ami du monde est l’ennemi de Dieu » (Jacques 4:4). Mais nous, nous sommes vos véritables amis, qui vous avertissent contre eux; ils sont vos véritables ennemis qui vous encouragent à continuer dans le péché, en leur compagnie. Je vous avertis solennellement ici, maintenant, au nom de Dieu, fuyez la colère à venir.

C'est maintenant l'heure propice, c'est aujourd'hui le jour du salut. Je vous avertis encore de fuir la colère à venir. Oh Dieu, à quel déchirement n'assisterons-nous pas quand certains d'entre nous iront au Ciel et les autres en Enfer ! Et vous, irez-vous en Enfer ? Serez-vous damné ? Tomberez-vous dans les flammes éternelles au moment où l'Enfer s'ouvrira devant vous ? Comme Ésaü, vendrez-vous votre privilège pour une simple assiette de soupe ? Serez-vous damné, malgré les invitations répétées de Dieu ? Entendrez-vous comment Christ est mort pour payer la dette de vos péchés, pour vous racheter, et comment Il est ressuscité pour votre justification – et malgré tout cela, vous continueriez à vivre et à mourir comme un non converti ?

J'attends la mort depuis plusieurs années, et bien que je veuille aller au Ciel au plus vite, cela ne me ferait rien d'attendre un peu plus si je pouvais persuader l'un d'entre vous ce soir de fuir vers Jésus. Oh, venez avec moi. Fuyez vers Jésus. Je vous commande de fuir vers Lui ! Le jugement vient. Pensez un peu à la rapidité avec laquelle le jugement pourrait survenir. Et si vous n'avez pas fui vers Jésus de la colère à venir, il sera trop tard pour le faire après votre mort. Par la grâce de Dieu, ne fuirez-vous donc pas ? Vous pouvez peut être vous dire maintenant que vous fuirez un jour... Mais par la grâce de Dieu, ne fuirez-vous donc pas ce soir même ? Changez le texte de cette prédication en prière, et dites : « Seigneur Jésus, aide-moi à fuir la colère à venir. Seigneur Jésus, attire moi à Toi, lave-moi de mes péchés par Ton Sang, que je puisse vivre éternellement avec Toi. » Que le Seigneur accorde cette grâce à votre âme précieuse à Ses yeux. Amen.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine en ligne sur Internet
à www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermon Manuscripts. »

Écritures avant le sermon lues par le Dr. Kreighton L. Chan : Luc 16:19-26.
Solo avant le sermon chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Éternité » (par Elisha A. Hoffman, 1839-1929).


BREF APERÇU DE

FUYEZ LA COLÈRE À VENIR – D'APRÈS UN SERMON
DU PASTEUR GEORGE WHITEFIELD, M.A.

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

«...qui vous a averti de fuir la colère à venir ? »
(Matthieu 3:7).

(Matthieu 3:6)

I.   Premièrement, je vais vous montrer qu'il y a bien une colère à venir,
et à quoi elle ressemble, Marc 9:44; Proverbes 18:14; Luc 16:24;
Matthieu 25:41.

II.  Deuxièmement, je vais vous montrer de quelle manière Dieu vous
avertit de fuir la colère à venir, Matthieu 3:7.

III. Troisièmement, je vais vous montrer vers qui vous devez fuir pour
éviter la colère à venir, Jacques 4:4.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006])