Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




« PRESQUE » CHRÉTIEN – ADAPTÉ D'UN SERMON
DU PASTEUR GEORGE WHITEFIELD, M.A.

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le Jour du Seigneur, le matin du 25 juillet 2010

« Tu me persuades presque d’être un chrétien » (Actes 26:28).


La plupart des prédications, de nos jours, ont peu de puissance en comparaison de celles du 18ème siècle. Malgré des centaines d'hommes sortant des facultés de théologie ou d'écoles bibliques, on n'en voit vraiment pas beaucoup osant s'affranchir du reste de ceux qui suivent le mouvement, comme des moutons, pour prêcher le dimanche aux perdus – qui donnent la place à des études insipides, versets par versets, destinées à de soi-disant « chrétiens. »

Je peux dire que la plupart de nos prédicateurs aujourd'hui ont oublié comment préparer un sermon d'évangélisation s'adressant à des pécheurs. Ou peut être, en premier lieu, n'ont-ils jamais appris ! Je sais que la génération un peu plus jeune que moi n'a que très peu d'idée sur la manière d'en prêcher un. Mais, comment faites-vous pour prêcher un sermon d'évangélisation ? Beaucoup n'en ont pas la moindre idée ! De nos jours, la plupart des sermons ont le même son de cloche. Ils « enseignent » – mais très peu savent encore comment vraiment « prêcher. »

Et les églises se vident peu à peu devant ce nombre de prédications médiocres. De nos jours, on ne voit qu'une église sur dix qui tient un service du soir le dimanche. En 1958 toutes les églises Baptistes (Baptistes de la Convention du nord, Baptistes de la Convention du sud, Baptistes traditionnels, Baptistes indépendants) avaient un service le dimanche soir. Je le sais par directe observation. J'étais là ! En 1958, toutes les églises Baptistes avaient un service le dimanche soir. Que s'est-il passé ? Ce ne peut pas être le fait de la télévision qui les aurait détournés ! En 1958, [aux États Unis] nous étions juste dans « L'Âge d'or de la Télévision » comme on l'appelle maintenant. Mais aujourd'hui, avec plus de 150 chaînes ou plus, la télévision est devenue, comme le dit si bien Newton Minow, « un vaste désert. » Non, la raison pour laquelle les gens ne viennent plus au service du dimanche soir, ce n'est pas parce qu'il y a quelque chose de croustillant à la Télé ! La raison en est plutôt que les pasteurs ne prêchent plus de sermons assez puissants pour attirer une foule !

Quelle différence avec ce grand prédicateur George Whitefield (1714-1770) ! Lorsqu'il annonçait qu'il allait prêcher, en quelques heures des milliers de personnes se rassemblaient, et même parfois attendaient debout dans la neige, dès 5 heure du matin, pour écouter son sermon. Et de plus, il n'y avait jamais de chorale, de projecteur, même pas de micro – et certainement pas de chaises pour s'assoir ! Et pourtant, invariablement, ils arrivaient par mille, par dix mille, pour écouter cet homme George Whitefield prêcher un sermon plein de fougue et de feu.

Le Dr. J. C. Ryle donne une des raisons pour expliquer la popularité de ses prédications : « Whitefield prêchait un évangile singulièrement pur. Très peu d'hommes n'ont jamais donné à leurs auditeurs autant de « blé » et si peu de « paille. » Il ne montait pas en chaire pour parler de n'importe quoi. Il ne vous parlait que de vos péchés, de votre cœur et de Jésus Christ… « Oh, la vertu de Jésus Christ ! » disait-il souvent » (J. C. Ryle, « La nouvelle naissance »). Dites-moi, qui prêche comme ceci aujourd'hui ? Ce n'est pas étonnant que nos églises restent fermées le dimanche soir !

Vous trouverez ci-après une version abrégée et revue d'un sermon de George Whitefield intitulé « Presque un chrétien » que je vous donne comme spécimen d'une véritable prédication pour l'évangélisation. Mais si vous la donnez dans votre église, vous ne devez pas simplement la lire. Il faut qu'elle soit assaisonnée de feu – comme lorsque Whitefield la prêchait !

« Tu me persuades presque d’être un chrétien » (Actes 26:28).

L'apôtre Paul savait que Christ avait dit à ceux qui Le suivaient qu'ils seraient menés « devant les rois et devant les gouverneurs, à cause de mon nom » (Luc 21:12). Ces souverains n'auraient jamais la possibilité d'entendre l'Évangile si les apôtres n'étaient arrêtés et traduits devant eux, leur donnant ainsi la chance d'entendre une prédication sur Jésus et Sa résurrection.

Quand Paul fut appelé devant Festus, un gouverneur païen, pour se défendre et devant le roi Agrippa, il saisit cette opportunité pour se défendre lui-même – et leur prêcher l'Évangile, par la même occasion. Et il le fit avec une telle puissance que Festus lui cria, « Paul...ton grand savoir te rend fou » (Actes 26:24). Mais le courageux apôtre répondit, « Je ne suis pas fou, très excellent Festus; mais je parle expressément des paroles de vérité et de conviction. » (Actes 26:25).

Voyant que le roi Agrippa était plus intéressé par son sermon que Festus, Paul se tourna vers lui pour lui parler directement : « Car le roi connaît ces choses [Que Christ devait souffrir, et qu’il devait être le premier qui soit ressuscité des morts, Actes 26:23]…car je suis persuadé qu’aucune de ces choses ne lui sont cachées » (Actes 26:26). Puis Paul parla au roi Agrippa d'une manière ferme et précise, disant, « Roi Agrippa, crois-tu aux prophètes ? Je sais que tu y crois » (Actes 26:27). Et lorsque Paul eut prononcé ces paroles, les sentiments du roi furent tellement touchés qu'il cria, « Tu me persuades presque d’être un chrétien » (Actes 26:28).

Encore aujourd'hui, quand l'Évangile est prêché avec zèle et puissance, des personnes comme Festus sont trop orgueilleuse et légères pour le recevoir. Ils pensent que le prédicateur est « fou » ou excessif. D'autres, comme le roi Agrippa, sont presque convaincus de devenir des chrétiens ? Ils se disent dans leur cœur,

« Tu me persuades presque d’être un chrétien » (Actes 26:28).

C'est à vous, qui êtes presque convaincus de devenir un chrétien, que je m'adresse ce matin. Je crois qu'il est hautement nécessaire de vous avertir du danger qu'il y a d'être presque » un chrétien. Et à partir de ce texte, je vais vous montrer trois choses importantes.

I. Premièrement, qu'est-ce que l'on entend par « presque » un chrétien.

Un presque chrétien est une personne qui oscille entre deux opinions; qui hésite entre Christ et le monde. L'apôtre Jacques le décrit comme,

« Un homme de double pensée » (Jacques 1:8).

Le presque chrétien est une personne qui respecte et suit seulement les apparences extérieures de la religion. Il se dit à lui-même, « Je lis la Bible, je vais à l'église, n'est-ce pas assez ? » Il se croit juste. Il se croit meilleur que les autres personnes de sa connaissance. Mais en même temps, il est vraiment étranger à la véritable religion intérieure, celle du cœur. Il a «...une apparence de piété, mais en a renié la puissance » (II Timothée 3:5). Et il continue, mois après mois, à aller à l'église, et pourtant il n'est jamais véritablement converti : il devient pire avec les mois et les années.

Le presque chrétien pensent que cela suffit d'être « bon » et se contente de dire qu'il ne fait de mal à personne. Et pourtant, il oublie ce que Christ a dit, « Jetez le serviteur inutile dans les ténèbres du dehors; là seront les pleurs et les grincements de dents » (Matthieu 25:30). Il oublie que le figuier stérile fut maudit et sécha de ses racines à la cime, non parce qu'il avait produit de mauvais fruits, mais parce qu'il n'avait produit aucun fruit.

Un presque chrétien est honnête et strict avec lui-même, mais ces deux choses-là, honnêteté et droiture émanent seulement de son amour pour lui-même. C'est vrai, il ne pèche pas extérieurement, mais ce n'est pas par obéissance aux lois de Dieu, mais plutôt parce que son tempérament n'aime pas les péchés excessifs, ou bien il ne veut pas perdre sa réputation, ou encore il ne veut pas se rendre inapte à l'exercice de son métier. C'est aussi vrai qu'il n'est pas un ivrogne, mais il n'est capable d'aucune abnégation chrétienne. Il est plus guidé par le monde que par la Parole de Dieu. Il agit selon ce qui sert le mieux ses désirs corrompus, ne cherchant pas à faire la volonté de Dieu, mais se conformant uniquement aux demandes superficielles de sa religion.

Bien que je ne vous ai donné qu'un aperçu du caractère d'un presque chrétien, j'espère que vous découvrirez que cela vous décrit dans quelques unes de vos caractéristiques. Et je prie pour que vous rejoignez l'apôtre dans ses paroles et que votre désir soit non pas d'être un « presque, » mais un « tout à fait » chrétien (Actes 26:29).

II. Deuxièmement, pourquoi sont-ils si nombreux à ne pas être plus qu'un « presque chrétien. »

Pourquoi certains d'entre vous restent-ils des chrétiens nominaux, chrétiens de nom seulement ? Pourquoi certains d'entre vous demeurent-ils rien de plus que des « presque chrétiens » ?

1.  Parce que vous avez une fausse idée de ce qu'est un chrétien. Certains d'entre vous pensent que c'est aller à l'église. D'autres pensent que c'est croire certaines choses. Quelques uns, très peu, savent que c'est un changement de nature, la réception d'une vie divine, une union vitale, vivante, avec Christ; je veux dire, la nouvelle naissance en Christ. Et pourtant vous dites, avec Nicodème, « Comment ces choses peuvent-elles se faire? » (Jean 3:9). Et parce que vous ne vous êtes pas efforcé «...d’entrer par la porte étroite; car beaucoup, je vous dis chercheront à y entrer, et ne pourront pas » (Luc 13:24) vous restez un chrétien nominal, un presque chrétien seulement.

2.  Une autre raison pour laquelle vous restez un presque chrétien seulement, est que certains d'entre vous ont une mentalité d'esclave, une peur servile de l'homme – la peur d'une ou des personnes qui vous tiennent en sujétion, et vous gardent esclave du péché, vous éloignant de Christ. Il y en a qui ont peur de ce que leurs parents diraient si ils efforçaient d'entrer en Christ. D'autres encore ont peur des commentaires de leurs amis. Et encore d'autres pourraient même avoir peur de ce que les jeunes personnes non converties de l'église pourraient penser s'ils devenaient sérieux dans leur entreprise. C'est de vous que Christ a parlé quand Il a dit, « Comment pouvez-vous croire, vous qui recevez l’honneur l’un de l’autre ? » (Jean 5:44). L'apôtre Jacques a dit, « Quiconque voudra donc être ami du monde est l’ennemi de Dieu » (Jacques 4:4). Ce n'est pas étonnant que vous ne soyez qu'un presque chrétien puisque vous aimez «...plus la gloire qui vient des hommes, que la gloire de Dieu » (Jean 12:43). Ainsi, il y en a beaucoup qui prient, et cherchent Christ sans jamais Le trouver parce qu'ils refusent de quitter leurs amis perdus et mondains !

3.  Il y a encore une autre raison pour laquelle certains d'entre vous continuent d'être des presque chrétiens, et c'est parce que vous aimez les plaisirs. Vous êtes «...aimant les plaisirs plutôt que d’aimer Dieu » (II Timothée 3:4). Mais Chris a dit, « Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même » (Luc 9:23). Lorsque vous entendez ces paroles, certains d'entre vous s'en retournent attristés, parce que vous avez un trop grand amour pour les plaisirs de ce monde. D'autres pensent qu'ils peuvent quand même aller au Ciel sans se battre contre leurs inclinaisons charnelles. Et ceci est encore une raison qui fait de vous, et bien d'autres, des presque, sinon tout à fait chrétiens.

4.  La dernière raison que je vais vous donner et qui s'applique à beaucoup qui forment le reste des presque chrétiens, est un tempérament instable et changeant.
      Nous pleurons et gémissons sur le nombre prometteur de futurs convertis, qui semblent être sauvés et qui, quelque temps plus tard, se détournent et finissent dans les œuvres de la chair, sans Christ. Je tremble d'avoir à leur faire part de cet avertissement terrible, «...mais si quelqu’un se retire, mon âme ne prendra pas plaisir en lui » (Hébreux 10:38), et encore, « Car il est impossible pour ceux d'Israël qui ont été une fois éclairés, et qui ont goûté du don céleste, et qui ont été faits participants de la Sainte Présence, et qui ont goûté la bonne parole de Dieu, et les puissances du monde à venir, s’ils retombent à se justifier par la loi, soient renouvelés de nouveau à repentance.…» (Hébreux 6:4-6). Ils semblent bien commencer, mais à cause de leur tempérament changeant et instable, ils se retirent et finissent dans la damnation éternelle.

III. Troisièmement, la folie, l'impressionnante démence, de ne pas vouloir être plus qu'un presque chrétien.

1.  La première preuve que je vais vous donner, c'est que vous ne pouvez pas recevoir le salut de cette manière. Ces personnes sont presque chrétiennes, mais toucher presque le but, c'est ne pas le toucher du tout, en fait, c'est le manquer. Que dira votre famille chrétienne lorsque vous serez mort ? « Il était presque sauvé ! »

« Presque » ne peut suffire;
   « Presque » ne sert de rien;
Tristes, tristes, ces amers gémissements,
   « Presque » – et cependant perdu.
(« Presque persuadé, » [Almost Persuaded]
     par Philip P. Bliss, 1838-1876).

2.  La seconde preuve de cette folie de demeurer un presque chrétien, c'est le tort fait aux autres. Un presque chrétien est la créature la plus dangereuse au monde. C'est un loup dans un déguisement d'agneau. Il est un faux prophète. Les presque chrétiens « n'entrent pas dans le Royaume de Dieu, et ceux qui y entrent, ils les en empêchent. » Ces derniers sont de plus grands ennemis de Christ que les athées, ou les musulmans, ou même les mormons. Parce que tout le monde peut se garder d'un athée, ou d'un musulman, ou d'un mormon, mais un presque chrétien, dans son hypocrisie subtile, attire beaucoup de personne à lui qui n'auraient jamais suivi un musulman, un athée ou un mormon. Ainsi un presque chrétien peut s'attendre à recevoir une damnation plus grande, une punition pire en enfer qu'un mormon, un athée ou un musulman – parce qu'un presque chrétien fait bien plus pour détruire l'œuvre de Dieu qu'un adorateur de culte, ou un athée ne le pourrait jamais. La fosse la plus profonde de l'enfer est donc réservée pour le presque chrétien.

3.  La troisième preuve de folie pour celui qui s'obstine à rester un presque chrétien représente la plus grande forme d'ingratitude envers notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ.
      Jésus est descendu du Ciel pour nous sauver. Il a été humilié, méprisé, de la sueur de Sang s'est répandu à Gethsémanée dans Son agonie, il a été arrêté, tourné en dérision, fouetté et laissé à moitié mort, puis cloué sur une croix, pour mourir à notre place. Il a versé Son précieux Sang pour nous laver de notre péché. Oh, comment pouvez-vous Lui dire que vous L'aimez quand votre cœur n'est pas complètement avec Lui ? Comment pouvez-vous reconnaître ce qu'Il a souffert pour vous sauver d'une misère et d'une punition éternelle, et ne pas vous donner entièrement à Lui ?
      Offrez à Jésus votre cœur tout entier. Arrêtez-vous de tergiverser entre deux opinions. Pourquoi devriez-vous rester loin de Lui plus longtemps ? Pourquoi devriez-vous être aussi enamouré de l'esclavage du péché que vous ne vous détournez pas du monde, de la chair et du diable – qui, comme des chaînes spirituelles, lient votre âme et l'empêche de s'envoler vers Christ ? De quoi avez-vous peur ? Pourquoi ne pas vous donner totalement à Christ ? Croyez-vous donc que des rester un demi-chrétien vous rendra heureux ? Croyez-vous que de vous jeter complètement dans les bras de Christ vous rendra misérable ?
      C'est une grande illusion que de penser que d'osciller entre Christ et le monde peut vous satisfaire. Non – un tel comportement vous empêche d'expérimenter le grand réconfort que Christ vous offre. C'est seulement quand vous donnez votre cœur totalement à Christ que vous pouvez avoir la paix avec Dieu.
      En conclusion, je vous exhorte à vous détourner de cette existence de presque chrétien. Fuyez la colère et le jugement de Dieu. Quel que soit le coût, fuyez vers Christ. Puis efforcez-vous de vous donner de plus en plus à Lui. Soyez fidèle dans la prière, vous préparant toujours à une plus grande compréhension et un plus grand plaisir de Le connaître, car en Sa « présence, il y a plénitude de joie, et à Sa main droite il y a des plaisirs pour toujours » (Psaume 16:11). Amen !


Ce sermon, « Le presque chrétien » fut prêché par George Whitefield lors du Premier Grand Réveil (1730-1760). Je l'ai édité et simplifié pour le rendre plus aisé à comprendre pour les esprits de formation moins littéraire d'aujourd'hui. Puissiez-vous le relire, et prendre le temps d'y réfléchir. Puissiez-vous vous détourner de la voie du « presque chrétien. » Que Dieu Lui-même fasse de vous un véritable, un « tout à fait » chrétien (Actes 26:29), et qu'on ne puisse un jour dire en parlant de vous,

« Presque persuadé, » l'heure de la moisson est passée !
   « Presque persuadé, » et la mort vient enfin !
« Presque » ne sert de rien;
   « Presque » n'est plus que ruine !
Tristes, tristes, ces amers gémissements,
   « Presque » – et cependant perdu.
(« Presque persuadé, » [Almost Persuaded] par Philip P. Bliss, 1838-1876).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine en ligne sur Internet
à www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Franҫais. »

Écritures avant le sermon lues par le Dr. Kreighton L. Chan : Actes 26:19-29.
Solo avant le sermon chanté par M. Benjamin Kincaid Griffith :
“Almost Persuaded” (par Philip P. Bliss, 1838-1876).

BREF APERÇU DE

« PRESQUE » CHRÉTIEN – ADAPTÉ D'UN SERMON
DU PASTEUR GEORGE WHITEFIELD, M.A.

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Tu me persuades presque d’être un chrétien » (Actes 26:28).

(Luc 21:12; Actes 26:24, 25, 23, 26, 27, 28)

I.   Premièrement, qu'est-ce que l'on entend par « presque »
un chrétien, Jacques 1:8; II Timothée 3:5; Matthieu 25:30;
Actes 26:29.

II.  Deuxièmement, pourquoi sont-ils si nombreux à ne pas être
plus qu'un « presque chrétien », Jean 3:9; Luc 13:24;
Jean 5:44; Jacques 4:4; Jean 12:43; II Timothée 3:4; Luc 9:23;
Hébreux 10:38; 6:4-6.

III. Troisièmement, la folie, l'impressionnante démence, de ne pas
vouloir être plus qu'un presque chrétien, Actes 26:29.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).