Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




POURQUOI LES HOMMES NATURELS REJETTENT-ILS
LA RÉSURRECTION CORPORELLE DU CHRIST

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles
Le matin du Jour du Seigneur, le 27 juin 2010

« Mais comme Pierre et Jean parlaient au peuple, les prêtres, et le capitaine du temple et les Sadducéens vinrent vers eux. Étant mécontents de ce qu’ils enseignaient le peuple, et de ce qu’ils prêchaient par Jésus la résurrection des morts. Et ils mirent les mains sur eux, et les firent garder jusqu’au lendemain, car c’était déjà le soir. Cependant beaucoup de ceux qui avaient entendu la parole crurent, et le nombre d’hommes était d’environ cinq mille. » (Actes 4:1-4).


Pierre et Jean vinrent au Temple à trois heures de l'après midi. Il s'y trouvait un homme dont les pieds et les chevilles étaient déformés de naissance. Tous les jours, on le portait à la Porte du Temple pour qu'il puisse y mendier quelque aumône. Et comme Pierre et Jean arrivaient, cet homme leur demanda de l'argent.

« Alors Pierre dit : je n’ai ni argent, ni or; mais ce que j’ai, je te le donne. Au nom de Jésus Christ de Nazareth, lève-toi et marche. Et il le prit par la main droite, et le leva; et immédiatement les os de ses pieds et de ses chevilles s’affermirent. Et sautant, il se tint debout, et marcha, et entra avec eux dans le temple, marchant, sautant et louant Dieu. Et tout le peuple le vit marchant et louant Dieu : et ils reconnurent que c’était lui qui était assis demandant l’aumône à la Belle porte du temple; et ils furent remplis d’admiration et d’étonnement de ce qui lui était arrivé. Et comme l’homme boiteux qui avait été guéri, ne quittait pas Pierre et Jean, tout le peuple grandement étonné accourut à eux au portique appelé de Salomon. Et lorsque Pierre le vit, il répondit au peuple : vous hommes d’Israël, pourquoi vous émerveillez-vous de ceci ? Ou pourquoi vous nous regardez si intensément, comme si [c'est] par notre propre puissance, ou par notre sainteté [que] nous avons fait marcher cet homme ? » (Actes 3:6-12).

Les gens s'attroupèrent pour voir cet homme, « marchant, sautant et louant Dieu » (Actes 3:8). Ils le connaissaient et l'avaient vu comme un pauvre handicapé déformé, mendiant tous les jours à la même place depuis des années. Comment pouvait-il marcher, et encore plus sauter ? Une large foule regardait cette chose merveilleuse, et pierre commença à leur prêcher. Mais il ne se concentra pas sur le miracle. Rapidement, il laissa le sujet de la guérison pour leur donner le message de l'Évangile. Et Pierre dit à la foule,

«...mais vous avez renié le Seul Saint et le Juste, et avez désiré qu’on vous accorde un meurtrier » (Actes 3:14-15).

En ce seul verset, Pierre leur donna les deux parties de l'Évangile : la mort de Jésus et Sa résurrection,

« Et vous avez tué le Prince de la vie, que Dieu a ressuscité des morts: duquel nous sommes témoins » (Actes 3:15).

Dans I Corinthiens 15:1-4, l'apôtre Paul présente la mort de Christ et Sa résurrection comme deux parties inséparables de l'Évangile, terminant par ces mots,

«…Car je vous ai transmis avant toutes choses ce que j’avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les écritures » (I Corinthiens 15:3-4).

C'est le même Évangile que Pierre prêcha à la foule qui s'était massée à l'entrée du Temple. Il prêcha sur la mort et la résurrection de Christ, et son sermon se termina par ces paroles,

« A vous premièrement, Dieu ayant suscité son Fils Jésus, l’a envoyé pour vous bénir, en détournant chacun de vous de ses iniquités » (Actes 3:26).

Alors, le sermon de Pierre provoqua deux réactions.

1.  Les prêtres et les autres responsables religieux du Temple furent « mécontents que [Pierre et Jean] prêchent par Jésus la résurrection des morts » (Actes 4:2).

2.  Mais cinq mille furent convertis !

« Cependant beaucoup de ceux qui avaient entendu la parole crurent, et le nombre d’hommes était d’environ cinq mille » (Actes 4:4).

Voilà les deux réactions à l'Évangile, toutes deux semblables à celles que nous retrouvons, plus ou moins, tout au long du Livre des Actes – et bien sûr dans toute l'histoire chrétienne – et encore aujourd'hui. Certains sont vraiment troublés par l'Évangile et rejettent Christ. D'autres croient en l'Évangile et sont convertis. Le résultat de ces réactions sont résumées dans les paroles de Christ, souvent citées par Spurgeon,

« Celui qui aura cru et qui aura été baptisé, sera sauvé; mais celui qui ne croira pas sera damné » (Marc 16:16).

Voilà les deux réactions à l'écoute de l'Évangile : les gens sont soit attristés et troublés, ou alors ils croient en Jésus et sont convertis. En conséquence, ils sont soit « sauvés » ou soit « damnés. » (Marc 16:16).

C'est une erreur assez commune de l'homme moderne que de penser qu'il était plus facile aux gens d'autrefois d'être convaincus de la résurrection de Jésus, alors qu'aujourd'hui, étant donné que l'homme est plus « scientifique » et sophistiqué, ils pensent qu'il est bien plus difficile pour l'homme moderne de croire à la résurrection corporelle de Christ. Mais pourtant cette théorie n'est pas vraie du tout, et on peut s'en apercevoir facilement en lisant la Bible et l'histoire de la chrétienté. Je vous invite à examiner avec moi brièvement, comment ce rejet de la résurrection s'est manifesté autrefois, aussi bien que de nos jours, pour en donner ensuite les raisons et finalement l'antidote.

I. Premièrement, le rejet de la résurrection corporelle de Christ par les anciens aussi bien que les modernes.

Il est clair, d'après notre texte du début, que les anciens responsables religieux rejetaient la prédication de Pierre sur la résurrection,

« Mais comme Pierre et Jean parlaient au peuple, les prêtres, et le capitaine du temple et les Sadducéens vinrent vers eux, étant mécontents de ce qu’ils enseignaient le peuple, et de ce qu’ils prêchaient par Jésus la résurrection des morts. Et ils mirent les mains sur eux, et les firent garder jusqu’au lendemain, [en prison] car c’était déjà le soir » (Actes 4:1-3).

Pierre et Jean furent mis en prison parce que s'ils prêchaient la résurrection de Christ. On appelle ceci la « première persécution. »

À nouveau, quelques jours plus tard, les apôtres furent mis en prison par ces responsables religieux, parce que s'ils prêchaient la résurrection de Christ, pendant la « deuxième persécution. »

« Alors Pierre et les autres apôtres répondirent et dirent: Nous devons obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous avez tué, et pendu à un arbre» (Actes 5:29-30).

La « troisième persécution commença quand Etienne prêcha le Christ ressuscité,

« Mais lui, étant plein de la Sainte Présence, regarda fixement vers le ciel, il vit la gloire de Dieu, et Jésus se tenant à la main droite de Dieu; et il dit : voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme se tenant à la main droite de Dieu. Alors eux crièrent à haute voix, et bouchèrent leurs oreilles, et se jetèrent sur lui d’un commun accord, et le traînèrent hors de la ville, et le lapidèrent; et les témoins étendirent leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme dont le nom était Saul » (Actes 7:55-58).

La réaction de Saul en entendant les paroles d'Etienne sur la mort et a résurrection de Christ fut rapide,

« Quant à Saul, il faisait d’énormes ravages dans l’église, entrant dans chaque maison; et traînant de force les hommes et les femmes, il les mettait en prison » (Actes 8:3).

Je pourrais continuer longtemps comme ceci, à travers tout le Livre des Actes, pour montrer combien de responsables religieux, et même combien de gens du commun en Israël, rejetèrent la prédication de la résurrection de Christ.

La prédication des apôtres sur la résurrection de Christ fut aussi rejetée par les païens. À Lystre, « ayant lapidé Paul, [les juifs le] traînèrent hors de la ville, croyant qu’il était mort » (Actes 14:19). À Philippe, des Romains battirent Paul et Silas et les mirent en prison (Actes 16:23). À Athènes, sur la colline de Mars, Paul prêcha aux grecs que Dieu « l’a ressuscité des morts » (Actes 17:31). La majorité de ces Grecs, soit se moquèrent de Paul pour prêcher sur la résurrection de Christ, soit voulaient simplement écouter cette « histoire » comme la dernière nouvelle du jour, « Ainsi Paul sortit du milieu d’eux » (Actes 17:33.) Dans la ville d'Éphèse, il y eu une grande émeute parmi les Romains quand Paul prêcha sur « le chemin » – qui devait certainement diriger leur attention sur la crucifixion et la résurrection de Christ (Actes 19:23-41). Quand Paul retourna à Jérusalem, il fut fait prisonnier parce qu'il prêchait sur « un certain Jésus qui était mort, et que Paul affirmait être vivant » (Actes 25:19).

L'Histoire nous raconte la persécution continue contre les chrétiens principalement parce qu'ils prêchaient la résurrection et la Seigneurie de Christ. Il y eu dix grandes persécutions, où plusieurs milliers de chrétiens furent crucifiés, brûlés vifs, ou jetés dans des arènes de province, et dans le Colisée à Rome, où ils furent mis en pièce par des animaux sauvages – simplement parce qu'ils croyaient en la résurrection et la Seigneurie de Christ.

Mais, si vous le voulez bien, revenons un peu en arrière quelques instants. Avant qu'Il ne mourut sur la Croix, Jésus avertis Ses disciples plusieurs fois qu'Il serait crucifié et ressusciterait d'entre les morts. Mais chaque fois que Jésus leur dit ce qui Lui arriverait, ils ne crurent pas. Par exemple, dans Luc 18:31-34 nous lisons que Jésus leur dit,

« Puis il prit à lui les douze, et leur dit : voici, nous montons à Jérusalem, et toutes les choses qui sont écrites par les prophètes, concernant le Fils de l’homme, seront accomplies. Car il sera livré aux Gentils, il sera moqué, et méchamment injurié, et on crachera sur lui : et ils le fouetteront, et le mettront à mort. Et le troisième jour il ressuscitera. Mais ils ne comprirent rien à toutes ces choses; et ce propos leur était caché, et ils ne comprirent pas non plus les choses qui étaient dites » (Luc 18:31-34).

Même après Sa résurrection des morts, il est clair, et ceci dans les quatre évangiles, que les disciples ne crurent qu'Il était ressuscité des morts qu'après qu'Il les eu confronté sous Sa forme ressuscitée corporellement, chair et os,

« Et comme ils parlaient, Jésus lui-même se tint au milieu d’eux, et leur dit : paix soit avec vous. Mais ils étaient effrayés et remplis de crainte, et croyaient voir un esprit. Et il leur dit: Pourquoi êtes-vous troublés ? Et pourquoi s’élève-t-il des pensées dans vos cœurs ? Voyez mes mains et mes pieds, que c’est moi-même; touchez-moi et voyez; car un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai. Et comme il leur parlait ainsi, il leur montra ses mains et ses pieds. Et comme, dans leur joie, ils ne croyaient pas encore, et s’étonnaient, il leur dit : avez-vous ici quelque nourriture ? Et ils lui donnèrent un morceau de poisson rôti et du miel en rayon. Et il le prit, et mangea devant eux » (Luc 24:36-43).

Qu'est-ce que ceci nous montre ? Et bien, ceci nous montre que même Ses propres disciples rejetèrent Sa résurrection physique jusqu'à ce qu'ils fussent forcés de l'admettre ! Et les anciens Juifs et les anciens Romains réagirent fortement contre la résurrection, encore et encore, rejetant la résurrection corporelle de Christ; il est donc bien insensé, pour l'homme moderne, de penser que les anciens pouvaient être facilement convaincus, à leur époque, de la résurrection physique de Christ.

De plus les Docetistes et les Gnostiques naissants étaient des hérétiques dans les églises, et rejetaient la résurrection corporelle de Christ – enseignant toujours que Jésus s'était relevé des morts comme un esprit, et non avec le même corps de chair et d'os selon ce qu'enseigne l'Écriture,

« Voyez mes mains et mes pieds, que c’est moi-même; touchez-moi et voyez; car un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai » (Luc 24:39).

De même, on ne peut être surpris que les érudits libéraux modernes aient rejetés la résurrection physique, littérale de Christ sous la forme de chair et d'os ! Nous ne devrions pas être étonné que le libéral Harry Emerson Fosdick ai appelé la résurrection corporelle de Christ un « blasphème, » Rudolf Bultmann « un mythe, » ou que le Dr. George Eldon Ladd de la Faculté de théologie Fuller [Fuller Seminary] ai dit que Sa résurrection « n'était pas la revivification [c. à d. résurrection] d'un corps mort, revenant à la vie physique. » (Ces citations sont tirées de Norman L. Geisler, Ph.D., La Bataille pour la Résurrection [The Battle for the Resurrection], Wipf and Stock, 1992, pp. 87-107 – Je recommande hautement le livre du Dr. Geisler ! Vous pouvez le trouver chez Amazon.com). Ceci nous amène au point suivant, le deuxième.

II. Deuxièmement, pourquoi les anciens comme les modernes rejettent la résurrection corporelle de Christ.

Oui, de nos jours ils rejettent la résurrection corporelle de Christ pour les mêmes raisons qu'ils le faisaient autrefois – parce qu'ils sont des hommes à l'état naturel, sans régénération, aveuglés par le péché. Le Dr. Martyn Lloyd-Jones dit,

L'homme n'a aucunement changé. Tous les changements dont l'homme se glorifie n'ont à voir seulement qu'avec l'extérieur. Ils ne sont pas des changements qui se seraient passés intérieurement, dans l'homme lui-même, non ce ne sont que des changements qui touchent seulement son mode d'activité, son environnement… L'homme, en tant qu'homme ne change pas; depuis la Chute, il continue d'être le même être contradictoire (D. Martyn Lloyd-Jones, M.D., La Vérité, inchangée, et sans changement, (Truth Unchanged Unchanging), James Clark Publishers, 1951, pp. 110, 112).

« Mais l’homme naturel ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu; car elles sont folie pour lui, il ne peut les connaître non plus, parce qu’elles se discernent spirituellement »
       (I Corinthiens 2:14).

Et encore le Dr. Lloyd-Jones ajoute,

L'homme a tourné le dos à Dieu, et il est devenu son ennemi tout en essayant de vivre dans le monde sans Dieu et séparé de Lui…Et vous pouvez trouver cette longue histoire se dérouler dans les pages de la Bible et elle est la clé pour comprendre l'histoire séculière, l'homme luttant contre Dieu, refusant de s'humilier devant Lui et faisant exactement l'opposé d'une manière arrogante et orgueilleuse, et la Bible raconte le conflit entre un Dieu glorieux et l'homme pécheur (D. Martyn Lloyd-Jones, M.D., « Surement, la colère de l'homme te glorifiera » [Surely the Wrath of Man Shall Praise Thee] sermon sur le Psaume 76:10).

L'homme, dans son état de péché est un « homme naturel » (I Corinthiens 2:14a). Il refuse de croire en la résurrection corporelle de Christ, et dans le reste de l'Évangile, « il ne peut le reconnaître non plus » car il est dans son état de pécheur et d'inconverti (I Corinthiens 2:14b). Comme le dit le Dr. Lloyd-Jones, « L'homme n'a pas changé. » Les hommes modernes refusent la résurrection corporelle de Jésus pour les mêmes raisons que les anciens la rejetaient – parce qu'ils sont dans leur condition « naturelle » n'ayant jamais été convertis ! Ce qui nous amène au dernier point.

III. Troisièmement, le miracle de la résurrection corporelle de Christ ne peut être connu que par celui qui est converti.

Le miracle de la résurrection corporelle de Christ sera toujours caché pour l'homme qui reste dans son état naturel de péché. L'apôtre Paul dit,

« Mais si notre évangile est caché, il est caché pour ceux qui sont perdus, » (II Corinthiens 4:3).

Vous devez être converti pour connaître la réalité et l'importance de la résurrection corporelle de Christ. Une véritable conversion donne tout d'abord le désir de connaître Christ. Et cela vient en entendant la Parole de Dieu, suivi d'une conviction de péché, pour culminer en plaçant sa confiance en Christ. La puissance du péché dans l'intellect et le cœur est brisée, et le converti vient à Christ, croit en Lui, est régénéré, né de nouveau dans une « communion avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ » (I Jean 1:3).

Puis, dans une conversion réelle, vous Le connaîtrez, Celui qui est mort sur la Croix comme rançon de votre péché, et qui est ressuscité pour votre justification – dans le même corps de chair et d'os qui fut cloué à la Croix. Et je sais que c'est ce qui se passe, car cela m'est arrivé, et je sais que c'est le cas pour beaucoup d'autres qui sont dans cette église, lorsqu'ils ont été convertis. Quand vous venez à Christ, lors d'une véritable conversion, vous saurez alors qu'Il est ressuscité comme Il l'a dit !

Sentez-vous le vide et le désespoir d'une vie sans Christ ? Sentez-vous la mainmise du péché sur votre cœur et votre vie ? Ressentez-vous la peur de vivre et de mourir, « n’ayant pas d’espérance, et sans Dieu dans le monde » ? (Éphésiens 2:12). Sentez-vous le besoin de recevoir le pardon de vos péchés de la perte de Christ, afin qu'Il vous donne un cœur nouveau, régénéré, converti ?

« Celui qui aura cru et qui aura été baptisé, sera sauvé; mais celui qui ne croira pas sera damné » (Marc 16:16).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine en ligne sur Internet
à www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Franҫais. »

Écritures avant le sermon lues par le Dr. Kreighton L. Chan : Actes 4:1-12.
Solo avant le sermon chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith : « Blessé pour moi »
      [Wounded For Me] (par W. G. Ovens, 1870-1945, et Gladys W. Roberts, née 1888).


BREF APERÇU DE

POURQUOI LES HOMMES NATURELS REJETTENT-ILS
LA RÉSURRECTION CORPORELLE DU CHRIST

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Mais comme Pierre et Jean parlaient au peuple, les prêtres, et le capitaine du temple et les Sadducéens vinrent vers eux. Étant mécontents de ce qu’ils enseignaient le peuple, et de ce qu’ils prêchaient par Jésus la résurrection des morts. Et ils mirent les mains sur eux, et les firent garder jusqu’au lendemain, car c’était déjà le soir. Cependant beaucoup de ceux qui avaient entendu la parole crurent, et le nombre d’hommes était d’environ cinq mille. » (Actes 4:1-4).

(Actes 3:6-12; 8, 14-15; I Corinthiens 15:3-4;
Actes 3:26; 4:2-4; Marc 16:16)

I.   Premièrement, le rejet de la résurrection corporelle de Christ par les
anciens aussi bien que les modernes, Actes 4:1-3; 5:29-30; 7:55-58;
8:3; 14:19; 16:23; Actes 17:31, 33; 19:23-41; 25:19; Luc 18:31-34;
24:36-43,39.

II.  Deuxièmement, pourquoi les anciens comme les modernes rejettent
la résurrection corporelle de Christ, I Corinthiens 2:14.

III. Troisièmement, le miracle de la résurrection corporelle de Christ ne peut
être connu que par celui qui est converti, II Corinthiens 4:3; I Jean 1:3;
Éphésiens 2:12; Marc 16:16.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006])