Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




TROIS PREUVES DE LA RÉSURRECTION DE CHRIST

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles
le Jour du Seigneur, dimanche matin, le 18 avril 2010

« Car le roi connaît ces choses, devant qui je parle librement, car je suis persuadé qu’aucune de ces choses ne lui sont cachées, car ceci n’a pas été fait en secret (à l'écart, dans un coin). » (Actes 26:26).


Dans le 26ème chapitre du Livre des Actes, Luc raconte pour la troisième fois, le témoignage de la conversion de Paul. La raison pour laquelle Luc en a parlé trois fois est facile à comprendre. Aucun évènement, dans toute l'histoire du christianisme, n'est aussi important que la conversion de Paul, mise à part la résurrection de Christ.

Paul avait été arrêté parce qu'il prêchait,

«…un certain Jésus qui était mort, [et] que Paul affirmait être vivant » (Actes 25:19).

Ce jour-là Paul se tenait, les mains liées par des chaînes, devant le roi Agrippa. Agrippa était lui-même juif. C'est pour cela que Paul argumentait ce qu'il prêchait, sur la base des prophéties de la résurrection de Christ trouvées dans l'ancien testament. Paul justifiait également sa prédication en disant que le roi Agrippa ne pouvait ignorer la crucifixion et la résurrection de Christ. La crucifixion et la résurrection de Christ s'étaient passées presque trois ans auparavant. Tous les juifs le savaient, y compris le roi Agrippa. C'est pour cela que Paul disait,

« Car le roi connaît ces choses, devant qui je parle librement, car je suis persuadé qu’aucune de ces choses ne lui sont cachées, car ceci n’a pas été fait en secret (à l'écart, dans un coin). »
     (Actes 26:26).

« Car ceci n’a pas été fait en secret (à l'écart, dans un coin) » Ce qui a été traduit par « en secret » veut littéralement dire en grec « à l'écart, dans un coin. » Expression en usage chez les grecs de cette époque. Le Dr. Gaebelein le commente ainsi,

Le ministère de Jésus était largement connu en Palestine, et Agrippa en aurait entendu parler. On avait abondamment attesté de la mort de Jésus et de Sa résurrection, et l'évangile était prêché depuis déjà trois décades. Certainement le roi avait eu connaissance de ces choses, « parce que cela n'avait pas été fait ‘à l'écart, dans un coin’ » (Commentaire de la Bible explicative [The Expositor’s Bible Commentary], Frank E. Gaebelein, D.D., éditeur en chef, Zondervan Publishing House, 1981, volume 9, p. 554; remarque sur Actes 26:25-27).

Beaucoup de personnes pensent aujourd'hui que la résurrection de Christ est le fait de quelque évènement obscur dont ont témoigné une poignée de pêcheurs sans éducation. Mais rien n'est plus loin de la vérité ! La résurrection de Christ était connue de chaque juif d'Israël, et avait été commentée largement dans tout le monde romain pendant près de trente ans ! La résurrection de Christ n'était, en aucune manière, un secret !

«...car ceci n’a pas été fait en secret (à l'écart, dans un coin) »
      (Actes 26:26).

Le Dr. Lenski dit,

Tout cela s'est passé dans la capitale même du pays, et le Sanhedrin, et [le gouverneur romain] Pilate étaient impliqués, car Jésus était une figure nationale, dont la renommée s'était répandue dans tous les pays avoisinants. « Pas dans un coin »...pas une petite affaire dont personne ne sait rien, mais un évènement si vital, si public, dont les conséquences sont si importantes que le [roi] Agrippa fut obligé d'y porter toute son attention royale (R. C. H. Lenski, D.D., Interprétation du livre des Actes des Apôtres [The Interpretation of the Acts of the Apostles], Augsburg Publishing House, édition de 1961, p. 1053; remarque sur Actes 26:26).

«...car ceci n’a pas été fait en secret (à l'écart, dans un coin) »
       (Actes 26:26).

Les ennemis de Christ avaient eu trois décades pour faire la preuve qu'Il n'était pas ressuscité des morts. Et cependant, ils avaient échoué. Ses ennemis n'étaient pas arrivés à prouver, bien qu'ils aient fait tout leur possible, que Jésus était resté prisonnier de la mort et n'était pas ressuscité après Sa crucifixion. Au moment où Paul parlait au roi Agrippa, des milliers de juifs, et des dizaines de milliers de chrétiens proclamaient, « Christ est ressuscité d'entre les morts. »

La résurrection de Christ est la fondation de la foi chrétienne. S'il n'y avait pas eu de résurrection physique, et que le corps de Jésus soit resté dans la tombe, il n'y aurait aucune base pour le christianisme. L'apôtre Paul lui-même a dit,

« Et si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine [sans valeur] » (I Corinthiens 15:14).

Ce n'est pas étonnant que les ennemis de Christ aient essayé aussi fort de réfuter Sa résurrection ! Mais ils ont tous échoué. Je ne partage pas la même vision que Greg Laurie sur bien des sujets, mais je suis d'accord avec lui sur la résurrection de Christ. Greg Laurie donne trois raisons à l'échec des ennemis de Christ – trois évidences en faveur de la résurrection de Christ. (Greg Laurie, Pourquoi la résurrection ? [Why the Resurrection?] Tyndale House Publishers, 2004, pp. 13-24). Je vais en donner ici quelques paraphrases.

«...car ceci n’a pas été fait en secret (à l'écart, dans un coin) »
       (Actes 26:26).

I. Premièrement, la tombe vide.

La première preuve de la résurrection de Jésus est la tombe vide. Le fait que la tombe de Jésus fut vide trois jours après Sa mort constitue l'une des grandes preuves de Sa résurrection. Les auteurs des quatre évangiles s'accordent entièrement pour dire que la tombe était vide trois jours après Sa mort. Beaucoup d'autres témoins ont également vérifié le fait que la tombe était vide.

L'attaque la plus ancienne sur la résurrection de Christ vient des religieux eux-mêmes qui déclarèrent que le corps avait été volé. Les chefs des prêtres,

«…donnèrent une grande somme d’argent aux soldats, disant : dites : Ses disciples sont venus de nuit, et l’ont dérobé pendant que nous dormions.… Ils prirent donc l’argent, et firent ce qu’on leur avait enseigné ; et ce propos s’est répandu parmi les Juifs jusqu’à aujourd’hui » (Matthieu 28:12-15).

Mais pas beaucoup de gens furent convaincus par cet argument. Déjà, rien que le simple bon sens vous dira que les disciples n'ont pas volé le corps pour aller prétendre ensuite qu'Il était ressuscité. Trois jours avant, ils avaient fuit chacun de leur côté quand Christ avait été arrêté et crucifié. Il est fort peu vraisemblable que des hommes, sous l'emprise de la peur, puissent trouver assez de courage pour dérober le corps de Jésus – pour prêcher ensuite avec hardiesse qu'Il était ressuscité d'entre les morts – au risque de leur vie ! Non, cette conclusion est totalement invraisemblable ! Les faits ne concordent vraiment pas. Les disciples se terraient dans une pièce, derrière des verrous, « par crainte des juifs » (Jean 20:19). Ils étaient sous le coup de ce qui s'était passé. Ils ne croyaient pas qu'Il ressusciterait. Aucun de ceux qui suivaient Christ n'avait la foi ou le courage de défier le puissant gouvernement romain et dérober la dépouille de Jésus. C'est un facteur psychologique que l'on ne peut nier.

Maintenant, les seuls suspects qui auraient pu voler le corps de Christ, étaient Ses ennemis. Le problème, avec cette théorie, c'est que les ennemis de Christ n'avaient aucun motif pour aller chercher le corps dans la tombe. Les chefs des prêtres et autres responsables religieux s'étaient arrangé pour faire mettre Christ à mort afin de mettre fin à la menace qu'Il représentait envers leur système religieux et leur manière de vivre. La dernière chose que ces hommes voulaient, c'est que l'on puisse penser que Christ était en vie de nouveau ! C'est pour cela que ces hauts dignitaires religieux prenaient tant de précautions et déployaient tant d'efforts pour éliminer toute trace de Sa résurrection. L'évangile de Mathieu nous dit qu'ils allèrent voir le gouverneur romain, Ponce Pilate,

« Disant: Monsieur, nous nous souvenons que cet imposteur disait, quand il était encore en vie : dans trois jours je ressusciterai. Commande donc que le tombeau soit bien gardé jusqu’au troisième jour, de peur que ses disciples ne viennent de nuit, et ne le dérobent et qu’ils ne disent au peuple : Il est ressuscité des morts ; cette dernière imposture serait pire que la première » (Matthieu 27:63-64).

Pilate leur répondit de prendre des gardes et de rendre la tombe « sûre comme vous [le] pouvez » – c'est à dire de faire tout leur possible pour qu'elle soit inviolable (Matthieu 27:65). À cet effet, ils mirent un sceau à l'ouverture de la tombe, et placèrent des soldats devant pour la garder (Matthieu 27:66). C'est surprenant de voir que les chefs des prêtres et les autres religieux avaient plus de foi en la résurrection de Christ que Ses propres disciples !

De toute évidence, ces derniers prirent des mesures draconiennes pour empêcher que la dépouille de Christ ne soit dérobée. Ils voulaient démontrer que la promesse de Christ, Sa résurrection d'entre les mort, était un mensonge. Ils firent tout ce qui était en leur pouvoir pour éliminer toute possibilité pour que l'histoire d'une résurrection de Christ ne puisse voir le jour. Vu sous cet angle, on réalise que voler Son corps aurait bien été la dernière chose que Ses ennemis auraient faite. Mais s'ils avaient volé la dépouille de Christ, on peut être sûr qu'ils l'auraient exposée aux yeux de tous dès que les disciples auraient commencé à prêcher Sa résurrection. Mais les ennemis de Christ ne purent jamais montrer Son corps. Pourquoi ? La tombe était vide ! Christ était ressuscité des morts !

«...car ceci n’a pas été fait en secret (à l'écart, dans un coin) »
      (Actes 26:26).

La tombe vide est la première évidence de la résurrection de Christ, mais ce n'est pas tout !

II. Deuxièmement, le récit des témoins oculaires.

Après la crucifixion de Christ, Ses disciples étaient sans espoir. Leur foi était détruite. Ils n'avaient plus aucun espoir de Le revoir vivant. Puis Jésus vint,

«...et se tint au milieu d’eux, et leur dit, paix soit avec vous »
      (Jean 20:19).

Les disciples le virent, vivant, encore et encore.

« Il se montra Lui-même vivant après sa passion, par beaucoup de preuves infaillibles, étant vu par eux pendant quarante jours...» (Actes 1:3).

L'apôtre Paul dit que le Christ ressuscité a été vu,

«...de Céphas [Pierre], puis des douze ; ensuite, il a été vu par plus de cinq cents frères en même temps... Ensuite, il a été vu par Jacques, et puis par tous les apôtres ; et en dernier, il a été vu de moi aussi... » (I Corinthiens 15:5-8).

Le Dr. John R. Rice dit,

C'est un fait d'une ampleur absolument étonnante que littéralement des centaines de personne aient vu Jésus après Sa résurrection, certains même à plusieurs reprises, pendant un laps de temps de plus d'une quarantaine de jours, quarante neuf, pour être exact ! [Actes 1:3]. La Bible atteste de la crédibilité d'un fait « par la bouche de deux ou trois témoins, » et nous avons ici des centaines de témoins. Plus d'un homme a été condamné à mort sur la parole de deux ou trois témoins.
      Il ne faut que douze « bouches » pour un jury pour décider de l'issue d'un cas important. Ici nous avons des centaines de témoins qui sont tous d'accord pour déclarer que Jésus est ressuscité des morts. Absolument personne ne s'est jamais avancé pour dire qu'elle avait vu Sa dépouille après le troisième jour, ou contredire quoi que ce soit de cette évidence.
      Les attestations de ces témoins – témoins oculaires, et témoins qui ont touché le Seigneur, posé leur main sur Lui, et les blessures laissées par les clous sur Ses mains et Ses pieds, ceux qui L'ont vu manger, partagé leur vie avec Lui pendant plus de quarante jours – ce témoignage représente une évidence encore plus puissante que ce qui est demandé pour un cas porté devant la Cour Suprême des États Unis ou toute autre Cour de Justice d'un autre pays... L'évidence est tellement accablante que seuls ceux qui ne veulent pas croire et refusent de la vérifier, la rejettent. Il n'est pas étonnant de voir que la Bible déclare que Jésus « se montra Lui-même vivant après sa passion, par beaucoup de preuves infaillibles » Actes 1:3 (John R. Rice, D.D., La résurrection de Jésus Christ [The Résurrection of Jesus Christ], Sword of the Lord Publishers, 1953, pp. 49-50).

«...car ceci n’a pas été fait en secret (à l'écart, dans un coin) »
       (Actes 26:26).

La tombe vie, les centaines de témoins oculaires, sont des preuves de la résurrection de Christ. Mais il y a plus encore.

III. Troisièmement , le martyre des apôtres.

Si la résurrection est un mensonge, alors on peut se demander pourquoi tous les apôtres ont dû traverser de telles souffrances pour l'annoncer ? Non seulement ils ont continué de prêcher la résurrection de Christ, mais ils ont même accepté la mort plutôt que de renier ce qu'ils proclamaient ! Quand nous lisons l'histoire de l'Église, nous voyons que chaque apôtre (à l'exception de Jean – qui fut torturé et exilé) mourut d'une manière horrible parce qu'il avait prêché que Christ ressuscité. Le Dr. D. James Kennedy dit,

      Ceci est un fait d'une importance capitale, mais dans l'histoire de la psychologie, on n'a jamais vu quelqu'un vouloir donner sa vie pour quelque chose qu'il sait être un mensonge. Je me demandais autrefois pourquoi Dieu avait laissé les apôtres et les premiers chrétiens endurer de telles souffrances, des tortures aussi terribles qu'incroyables...mais nous avons la foi, la fidélité, le caractère trempé, les souffrances de tous ceux qui ont scellé leur témoignage de leur sang... Paul Little a dit, « Les hommes peuvent mourir pour ce qu'Ils savent être vrai, mais pas pour ce qu'ils croient un mensonge. » (D. James Kennedy, Ph.D., Pourquoi je crois [Why I Believe], Thomas Nelson Publishers, édition de 2005, p. 47).

Ces hommes sont morts parce qu'ils ont été témoins de la résurrection de Christ d'entre les morts.

Pierre – fut cruellement fouetté puis crucifié la tête en bas.
  André – fut crucifié sur une croix en forme de "X".
     Jacques le Fils de Zébédée eut la tête tranchée.
        Matthieu fut décapité.
           Jacques, le frère du Seigneur fut jeté du haut du Temple,
            puis roué de coups jusqu'à en mourir.
              Matthias fut lapidé puis décapité.
                 Marc fut traîné à terre jusqu'à ce que mort s'ensuive.
                    Paul fut décapité.
                       Jude fut crucifié.
                          Bartholomée fut battu puis crucifié.
                             Luc fut pendu à la branche d'un olivier.
                                Jean fut jeté dans un récipient rempli d'huile
                                 bouillante, puis exilé sur l'île de Patmos.
                                   Thomas fut transpercé de part en part de lances,
                                    puis jeté dans les flammes d'un four.
(« Le nouveau livre des martyrs par Foxe » [The New Foxe’s Book of Martyrs],
Bridge-Logos Publishers, 1997, pp. 5-10; Greg Laurie, Pourquoi la Résurrection ?
   
[Why the Resurrection?] Tyndale House Publishers, 2004, pp. 19-20).

Ces hommes endurèrent d'affreuses souffrances et une horrible mort parce qu'ils prêchaient que Christ s'était relevé d'entre les morts, ressuscité. Les hommes ne meurent pas pour quelque chose qu'ils n'ont pas vu ! Ces hommes ont vu Christ après qu'Il soit sorti du tombeau ! C'est pour cela que la torture et les menaces de mort ne pouvaient les empêcher de proclamer que « Christ est ressuscité d'entre les morts ! »

Pierre Le vit sur la berge,
Mangea avec Lui près de la mer;
Jésus lui disait, de Ses lèvres
Exsangues peu avant, « Pierre m'aimes-tu ? »
Celui qui était mort est vivant à nouveau !
Celui qui était mort est vivant à nouveau !
L'étreinte puissante et glacée de la mort est brisée –
Celui qui était mort est vivant à nouveau !
   « Vivant à Nouveau » [Alive Again] par Paul Rader, 1878-1938).

De lâches qu'ils étaient, ces hommes ont été transformés en véritables martyrs parce qu'ils avaient vu le Christ ressuscité, sorti du tombeau !

Thomas Le vit, là, dans la chambre,
L'appela Son maître et Seigneur,
Avança son doigt dans la plaie,
Que les clous et l'épée avaient faite.
Celui qui était mort est vivant à nouveau !
Celui qui était mort est vivant à nouveau !
L'étreinte puissante et glacée de la mort est brisée –
Celui qui était mort est vivant à nouveau !
   (Paul Rader, ibid.).

Combien j'aimerais que nos églises apprennent encore à chanter ce bel hymne de Paul Rader ! Si vous en voulez la musique, écrivez-moi et je vous l'enverrai. Adressez votre lettre à : Dr. R. L. Hymers, Jr., P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015, U.S.A – et demandez la partition de musique du chant de Paul Rader « Alive Again.»

On pourrait entasser encore plus d'évidences de la résurrection de Christ après Sa mort, mais cela ne vous convaincrait pas, si vous ne voulez pas croire. Parmi tous ceux qui ont vu Christ ressuscité après Sa mort, beaucoup « doutaient » encore (Matthieu 28:17). Vous devez venir à Christ par la foi. Le Christ pré incarné a dit,

« Et vous me chercherez, et vous me trouverez, après que vous m’aurez recherché de tout votre cœur » (Jérémie 29:13).

« Car c’est avec le cœur que l’homme croit et parvient à la droiture » (Romains 10:10).

J'ai rencontré le Christ ressuscité à 10:30 du matin, le 28 septembre 1961 dans l'auditorium de l'université de Biola, après avoir entendu un sermon par le Dr. Charles J. Woodbridge, qui avait quitté la faculté de théologie Fuller en 1957 à cause de son libéralisme naissant (voir Harold Lindsell, Ph.D., Le combat pour la Bible [The Battle for the Bible], Zondervan Publishing House, édition de 1978, p. 111). Vous aussi, vous pouvez connaître le Christ ressuscité – si vous le désirez assez pour « vous efforcez d’entrer par la porte étroite » (Luc 13:24). Quand vous venez à Christ, vos péchés sont rachetés par Son Sang – et vous êtes né de nouveau par Sa résurrection d'entre les morts. C'est ma fervente prière que vous veniez bientôt à Christ ! Amen.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine en ligne sur Internet
à www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Franҫais. »

Les Écritures avant le sermon ont été lues par le Dr. Kreighton L. Chan :Jean 20:24-31.
Le Solo avant le sermon a été chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Vivant à Nouveau » [Alive Again] par Paul Rader,1878-1938).


BREF APPERÇU DE

TROIS PREUVES DE LA RÉSURRECTION DE CHRIST

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Car le roi connaît ces choses, devant qui je parle librement, car je suis persuadé qu’aucune de ces choses ne lui sont cachées, car ceci n’a pas été fait en secret (à l'écart, dans un coin). » (Actes 26:26).

(Actes 25:19; I Corinthiens 15:14)

I.   Premièrement, la tombe vide, Matthieu 28:12-15; Jean 20:19;
Matthieu 27:63-64, 65, 66.

II.  Deuxièmement, le récit des témoins oculaires, Jean 20:19;
Actes 1:3; I Corinthiens 15:5-8.

III. Troisièmement, le martyre des apôtres, Matthieu 28:17;
Jérémie 29:13; Romains 10:10; Luc 13:24.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).