Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




SOYEZ AFFLIGÉS, SOYEZ DANS LE DEUIL,
ET PLEUREZ

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
Dimanche, Jour du Seigneur, le 7 mars 2010

« Soyez affligés, et soyez dans le deuil, et pleurez; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse » (Jacques 4:9).


Au dos du livre de Joseph Alleine, « Un Guide véritable pour le Ciel » [A Sure Guide to Heaven], Iain H. Murray a écrit ces quelques mots :

Quand l'histoire spirituelle du monde occidental du 20ème siècle aura été écrite, cette époque apparaîtra peut être comme un temps de paresse et de sommeil spirituels. Les réalités éternelles ne semblent que très vaguement définies et bien éloignées de la vie quotidienne, quant à la conformité au monde, elle se caractérise tout simplement par une désinvolture et un manque d'intérêt pour les questions spirituelles. (Joseph Alleine, « Un Guide véritable pour le Ciel » [A Sure Guide to Heaven] The Banner of Truth Trust, réimprimé en 2007, back jacket).

Le titre original de son livre est « Un Avertissement aux Inconvertis » [An Alarm to the Unconverted]. Iain Murray écrit pour dire que ce livre a pour but d'« avertir et d'en réveiller beaucoup en ce qui concerne la vie et la mort » (ibid.).

De nos jours, des sermons comme les siens sont rarement entendus, et c'est pour cette raison qu'on peut dire que « l'histoire spirituelle du monde occidental du 20ème siècle... apparaîtra peut être comme un temps de paresse et de sommeil spirituels. » Si ceux qui sont perdus ne sont pas « inquiétés » par les prédications, ils ne seront pas convertis !

Je doute que beaucoup de pasteurs aujourd'hui oseraient s'exprimer sur ce texte,

« Soyez affligés, et soyez dans le deuil, et pleurez; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse » (Jacques 4:9).

Cependant Spurgeon, prêchant sur ce passage, disait,

      Je ne crois pas être méfiant sans raison, et si j'exprime en même temps une certaine réserve au sujet de cette prédication, assez commune ces derniers temps, qui dit « croyez seulement et vous serez sauvé, » je pense surtout qu'elle a été comprise incorrectement par ceux qui l'ont entendue. On peut voir des situations où de jeunes personnes vivent d'une manière assez légère..., sinon scandaleuse, tout en affirmant qu'ils croient en Jésus Christ. S'il vous arrive d'examiner leur vie un peu plus attentivement, vous voyez que leur croyance en Christ signifie, en fin de compte, qu'ils croient avoir été sauvés par Lui, alors que ceux qui les connaissent peuvent lire clairement dans leurs actions qu'ils ne sont pas sauvés du tout : alors je vous demande, qu'est-ce que leur foi si ce n'est croire en un mensonge ?...Ma foi ne m'enseigne pas à croire que je suis sauvé alors que devant moi, je peux voir de mes propres yeux l'évidence que je ne suis pas sauvé, puisque je vis dans le péché même dont je prétend être sauvé. Bien que nous ne voulons, pour une minute, jeter le doute sur la doctrine de la justification par la foi et le salut librement donné et gratuit, nous devons aussi prêcher, encore et toujours, sa vérité corollaire, « Vous devez être né de nouveau. » Nous devons ramener à notre mémoire le vieux concept « Repentez-vous. » oublié par certains évangélistes. La repentance est aussi essentielle au salut que ne l'est la foi... Une foi sans larmes ne verra jamais le Royaume de Dieu. Une sainte horreur du péché est toujours accompagnée par une foi d'enfant en Celui qui a porté nos péchés pour nous sur la croix (C. H. Spurgeon, « La raison pour laquelle beaucoup ne peuvent trouver la paix » [The Reason Why Many Cannot Find Peace] La Chaire du Tabernacle Métropolitain [The Metropolitan Tabernacle Pulpit], Pilgrim Publications, réimprimé en 1992, volume XXIV, p. 213).

« Soyez affligés, et soyez dans le deuil, et pleurez; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse » (Jacques 4:9).

Si nous désirons trouver une application à ce texte, je vous invite à considérer trois choses.

I. Premièrement, l'objection que c'est la « loi. »

Le tout premier sermon que j'ai prêché était tiré du livre de Jacques. Bien que je ne l'ai probablement pas expliqué correctement, car j'étais encore inconverti moi-même, je pense que, dans son ensemble, le sujet était exactement ce que ces jeunes avaient besoin d'entendre. Ils se disaient « sauvés » mais, dans les années qui suivirent, leur profession de foi se prouva aussi inutile que la mienne à l'époque. L'homme qui corrigea mon sermon vivait lui-même dans le péché, et allait certainement aussi directement en enfer que ceux à qui je prêchais ! Ce qui manquait dans cette église, c'était le genre de prédication « à l'ancienne » sur la loi de Dieu !

Vrai, ce n'est pas fait de garder, ou observer, la loi qui nous sauve – mais nous ne pouvons être sauvés sans l'avoir entendue ! Ceux qui ont des objections à la cette prédication de la loi ne verront que très peu de résultats quand on s'en passe. Nos églises sont pleines d'« études bibliques. » Mais qui oserait être en désaccord sur le fait que nous vivons actuellement dans un temps de la dispensation chrétienne du type « Laodicée »? La Bible d'étude de Scofield [The Scofield Study Bible] dit ceci, « Le message à l'église de Laodicée. Dernière étape de l'apostasie » (note #7, p. 1334). Le Dr. J. Vernon McGee a dit,

C'est la condition où se trouve l'église aujourd'hui, et malheureusement c'est la condition de beaucoup de soi-disant églises fondamentales, conservatives... et la chose absolument la plus étonnante, et même effrayante, que Christ a dit c'est « Je te cracherai de ma bouche. » En d'autres mots « Je te vomirai. » (J. Vernon McGee, Th.D., À travers la Bible [Thru the Bible], Thomas Nelson Publishers, 1983, volume V, p. 922).

Et la raison de cet engourdissement de « Laodicée » dans les églises est que la loi de Dieu n'est plus prêchée ! C'est pour cela que les gens pensent,

« Parce que tu dis : je suis riche, et j'ai accru mes biens, et je n'ai besoin de rien; et tu ne sais pas que tu es malheureux, et misérable, et pauvre, et aveugle, et nu » (Apocalypse 3:17).

Comment cela se fait-il qu'ils ne savent pas qu'ils sont malheureux et misérables, et pauvres et aveugles, et nus ? Et bien – simplement parce que ils ne l'ont jamais entendu, parce que cela ne leur a jamais été prêché ! Ils n'ont jamais entendu le coup de tonnerre de la loi – et n'ont donc jamais été véritablement convertis !

« Soyez affligés, et soyez dans le deuil, et pleurez; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse » (Jacques 4:9).

II. Deuxièmement, le besoin de la loi.

Depuis environ ces dernières cent vingt cinq années, les prédicateurs ont été conduits dans une fausse direction. Spurgeon l'avait déjà remarqué en 1878, quand il dit que beaucoup avaient été confus par la prédication « croyez seulement et vous serez sauvé. » (ibid.). Spurgeon et le Dr. J. Gresham Machen avaient tous les deux compris que votre âme doit être labourée par la loi avant que l'Évangile ne puisse prendre racine. Et je vous dis, cela vaut la peine d'acheter le livre pour lire le chapitre de Machen sur le travail de la loi sur l'homme. Dans ce chapitre il dit, « Devenir chrétien...commence par un cœur brisé, une prise de conscience de son péché. » (J. Gresham Machen, Ph.D., « Chrétienté et libéralisme » [Christianity and Liberalism], Eerdmans, réimpression en 1990 de l'édition de 1923, p. 65). C'est la loi de Dieu qui amène un pécheur sur le lieu des larmes et de la repentance ! L'apôtre Paul a dit,

« C’est pourquoi la loi a été notre instructeur pour nous amener jusqu'à Christ » (Galates 3:24).

Luther a fait ce très bon commentaire,

Quel maître d'école serait-il qui ne ferait que punir et frapper un enfant sans lui prodiguer quelque enseignement ? Et pourtant, tels étaient-ils autrefois, quand les écoles n'étaient que des prisons, un enfer même, des tyrans cruels et de véritables bouchers. Les enfants étaient toujours battus : ils apprenaient, si jamais ils arrivaient à apprendre, avec peine et grandes souffrances. La loi n'est pas un tel maître d'école. Car elle n'est pas là pour tourmenter ou terrifier mais, avec sa baguette de correction, nous amener à Christ... la loi n'est pas un maître qui nous conduit vers un autre législateur qui nous demande de faire des œuvres, mais à Christ, notre justificateur et Sauveur, afin que par la foi en Lui, nous soyons justifiés. (Martin Luther, Th.D., Commentaire sur la lettre aux Galates [Commentary on Galatians], Kregel Publications, édition de 1979, p. 217).

Et pourtant Luther n'avait pas complètement compris que le livre de Jacques est exactement le type de loi dont il parlait.

« Soyez affligés, et soyez dans le deuil, et pleurez; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse » (Jacques 4:9).

III. Troisièmement, la loi est nécessaire qui amène l'humilité de l'affliction, le deuil et les larmes.

L'apôtre Paul a dit, « car par la loi est donnée la connaissance du péché. » (Romains 3:20). Vous avez besoin de réaliser que vous n'êtes qu'un pécheur misérable, et de sentir que vous avez transgressé la loi de Dieu – et que, dans votre condition de perdu, vous ne pouvez êtes rien d'autre qu'un pécheur. Si vous pensez que vous pouvez être sauvé en apprenant le « plan du salut, » vous n'expérimenterez jamais la véritable conversion – parce que la conversion ne vient pas par la connaissance ! Il doit y avoir un brisement de votre volonté qui s'entête à vouloir faire son œuvre comme elle le veut,

« Parce que la pensée de la chair est inimitié contre Dieu; car elle ne se soumet pas à la loi de Dieu; et en effet, elle ne le peut » (Romains 8:7).

Votre volonté est obstinément opposée à Dieu ! C'est la condition naturelle dans laquelle vous êtes né. Vous devez être mis devant le fait accompli que vous êtes un transgresseur de la loi, que vous êtes né transgresseur de la loi (et sans une conversion donnée par Dieu) vous ne pouvez être rien d'autre qu'un transgresseur de la loi ! Quand votre cœur réalise et accepte qu'il n'est rien d'autre qu'un transgresseur de la loi, alors vous pouvez être amené à Christ pour qu'il vous purifie et vous justifie. Et alors seulement, dès que vous êtes brisé par la loi, vous pouvez crier,

« Ô misérable homme que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort ? » (Romains 7:24).

J'ai récemment parlé à une jeune femme qui avait appris à dire toutes les paroles qu'il faut. Elle avait appris le sacrifice de Jésus, prenant sa place, ses péchés, c'est à dire se substituant à elle sur la croix. Mais je n'ai pas osé lui dire qu'elle n'était pas sauvée ! Je peux dire qu'elle est encore inconvertie parce qu'elle n'a aucun sentiment de péché dans son témoignage. Elle a seulement appris la doctrine tout court. Il n'y a aucun ressenti de douleur pour ses péchés dans ses paroles, et je dois lui dire,

« Soyez affligés, et soyez dans le deuil, et pleurez; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse » (Jacques 4:9).

Spurgeon dit,

      Je suis attristé quand je rencontre quelqu'un qui me dit, « Je ne peux trouver la paix, je ne peux trouver le salut, » et ceci très poliment; mais dès que cette personne a passé la porte, elle pouffe de rire avec ses amis, comme si c'était quelque chose de drôle... Elles n'ont aucune pensée, aucune affliction de leur péché, aucune contrition devant Dieu... Vos rires, alors que vous vous exposez au danger d'être perdu pour toujours me semblent aussi effrayant et sinistre que si les démons de l'enfer devaient faire une représentation théâtrale et jouer la comédie... Comment pouvez-vous rire alors que votre péché reste non pardonné, alors que Dieu est courroucé par votre attitude ?... Allons, soyez un peu sérieux, commencez à songer à votre mort, au jugement, à la colère à venir... Si vous devez être sauvé, laissez votre esprit s'imprégner avec solennité des réalités éternelles. Soyez sérieux en ce qui concerne les questions de vie ou de mort; que la pensée du péché vous peine, vous humilie et vous afflige. (C. H. Spurgeon, ibid., page 215).

« Soyez affligés, et soyez dans le deuil, et pleurez; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse » (Jacques 4:9).

Spurgeon dit encore,

      Jésus Christ n'est pas venu pour guérir ceux qui sont en bonne santé, mais les malades, et Il n'est pas mort pour ceux qui n'ont pas été brisés, ou ressuscité pour ceux qui n'ont jamais été tué. Vous devez sentir en vous, et que Dieu vous l'accorde, un esprit brisé... Si votre cœur n'a jamais été brisé, comment peut-Il le réparer ? S'il n'a jamais été meurtri, comment peut-Il le guérir ? Ce sont des choses importantes, et je vous en parle... afin qu'aucun parmi vous ne se méprenne. Que Dieu vous aide à crier à Lui en disant, « Sonde-moi, ô Dieu et connais mon cœur ! Éprouve-moi et connais mes pensées ! Regarde si je suis sur une mauvaise voie.et conduis moi sur la voie de l'éternité » (Psaume 139:23-24) (C. H. Spurgeon, ibid., p. 216).

« Soyez affligés, et soyez dans le deuil, et pleurez; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse » (Jacques 4:9).

La seule et juste manière de venir à Jésus est celle de la femme pécheresse qui, lorsqu'elle est venue à Lui « se tenait...à ses pieds en pleurant » (Luc 7:38). Jésus dit, « Ses péchés, qui sont en grand nombre, sont pardonnés; car elle a beaucoup aimé; mais celui à qui peu est pardonné, aime peu. » (Luc 7:47).

« Soyez affligés, et soyez dans le deuil, et pleurez; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse. Humiliez-vous devant le Seigneur, et il vous élèvera » (Jacques 4:9).

J'ai longtemps résisté à Sa grâce,
   Craché en plein visage, sans aucune honte,
Sans vouloir prêter l'oreille à Ses appels,
   Attristé de mille manières.
Grandeur de Sa grâce ! Peut-elle
   Encore se tourner vers moi ?

Dispose-moi au repentir,
   Permet moi de pleurer sur mes péchés;
Déplorer mon ignoble révolte,
   Pleurer, croire et ne plus pécher.
Grandeur de Sa grâce ! Peut-elle
   Encore se tourner vers moi ?
(« Grandeur de la Grâce » [Depth of Mercy] par Charles Wesley, 1707-1788).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine en ligne sur Internet
à www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Franҫais. »

Les Écritures avant le sermon ont été lues par le Dr. Kreighton L. Chan : Jacques 4:4-10.
Le Solo avant le sermon a été chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Sonde-moi, Ô Dieu » (Psaume 139:23-24).


BREF APERÇU DE

SOYEZ AFFLIGÉS, SOYEZ DANS LE DEUIL,
ET PLEUREZ

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Soyez affligés, et soyez dans le deuil, et pleurez; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse » (Jacques 4:9).

I.   Premièrement, l'objection que c'est la « loi, » Apocalypse 3:17.

II.  Deuxièmement, le besoin de la loi, Galates 3:24.

III. Troisièmement, la loi est nécessaire qui amène l'humilité de l'affliction,
le deuil et les larmes, Romains 3:20; 8:7; 7:24; Luc 7:38, 47;
Jacques 4:9-10.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).