Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




LE SUJET CENTRAL ! LE SUJET INÉPUISABLE !

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
Dimanche matin, Jour du Seigneur, 7 février 2010

« Car j’étais déterminé de savoir autre chose parmi vous sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (I Corinthiens 2:2).


J'ai reçu mon diplôme d'une université très libérale, où je suis allé uniquement parce que je n'avais pas assez d'argent pour aller dans une université traditionnelle. J'étais déterminé à rester au plus près de la Bible et que rien ne m'en ferait dévier, quoique que soit l'enseignement – et c'est ce que fis, autant qu'il me le fut possible. Cependant, il y avait un auteur libéral qui me déconcertait. Karl Barth avait dit, « Prêchez avec le journal dans une main et la Bible dans l'autre. » À l'époque, cela me parut une bonne idée. En fait ce dernier pensait – pour que votre prédication soit pertinente, elle doit avoir un lien avec les nouvelles des journaux, etc. Mais aujourd'hui, je réalise que ce n'est pas un bon conseil, et je suis désolé de l'avoir écouté. Depuis, je l'ai abandonné depuis longtemps. Ce sermon vous montrera ce qui m'a fait changer d'avis.

Je suis toujours aussi surpris d'entendre beaucoup de prédicateurs conservateurs essayer de relier presque chaque nouvelle à une prophétie de la Bible. Il me semble qu'ils ont, sans le vouloir, opté pour la vision de ce libéral – sans le réaliser ! La seule référence à une « nouvelle » quelconque me servant de sujet de prédication aujourd'hui est un sermon contre l'avortement, et ceci tous les mois de janvier, pour rappeler la terrible décision de la Cour Suprême des États Unis ayant pris alors une décision permettant, en Amérique, l'assassinat de quelques 51 million d'enfants sans défense. Mais, même quand je prêche à l'encontre de cette iniquité, je le fais pour monter comment l'Amérique n'est plus une nation chrétienne, et la dépravation de l'homme – et que le seul espoir de libération de l'esclavage du péché, et de salut, est en Jésus Christ, et Jésus Christ crucifié !

Une raison pour laquelle j'ai arrêté de prêcher « avec le journal dans une main et la Bible dans l'autre » est que, de nos jours, bien peu de gens lisent encore le journal ! Les changements politiques et sociaux n'ont que très rarement un effet sur leur vie quotidienne. Récessions, mauvais présidents, guerres, conditions climatiques et autres « gros titres » d'aujourd'hui, seront vite oubliés demain. Ils paraissent importants maintenant, mais ils auront tôt fait de ne plus intéresser personne. Qui se rappelle encore des actes de Napoléon ? Qui se soucie de la guerre des Boers ou même de la première guerre mondiale ? Mais dans un millier d'âges d'aujourd'hui, la destinée des âmes éternelles dépendra du sujet de notre texte de ce matin – et par conséquent,

« Car j’étais déterminé de savoir autre chose parmi vous sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (I Corinthiens 2:2).

Néron, ce bandit assoiffé de sang était sur le trône de l'empire romain quand l'apôtre Paul écrivait ces mots, et pourtant ce dernier l'évoqua, non pas directement par son nom, mais d'une manière camouflée, en engageant le peuple de Dieu à prier « pour les rois, et tous ceux qui ont autorité » (I Timothée 2:2). Et il me semble évident que le prédicateur devrait laisser les sujets politiques aux reporters de la radio et des chaînes de télévision. Il me semble également que nous devrions suivre l'exemple de Paul et déterminer de rester concentré sur les grands sujets que les gens ne peuvent entendre nulle part ailleurs. C'est pourquoi nous sommes «...déterminés de ne savoir autre chose parmi vous sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. » Dans ce texte, trois groupes de mots attirent notre attention.

I. Premièrement, les mots « j'étais déterminé. »

« Car j’étais déterminé de savoir autre chose parmi vous sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (I Corinthiens 2:2).

« Déterminé » est la traduction en anglais (et en français, ndt) du mot grec « krinō » qui signifie « décider » (Strong). Paul décida que sa prédication serait Christocentrique – centrée sur le Christ. Ce n'était pas par hasard, mais c'était une décision délibérée de sa part, une décision de faire de Christ et de Sa crucifixion le sujet principal de ses prédications. Albert Barnes le dit très bien quand il écrit,

      Ceci devrait être la résolution de tout ministre de l'évangile. C'est là son affaire. Et non d'être un politicien, ou de s'engager dans les querelles et les controverses des hommes…ni d'être un homme cultivé ou un philosophe…ni encore un sage ou un mathématicien, mais faire de Christ crucifié l'objet principal de son attention, et chercher à le faire connaître partout et en tout temps. Où qu'il se trouve, il ne doit pas avoir honte de cette humble doctrine de Christ et de Sa crucifixion. Non, au contraire, il doit y trouver sa gloire. Bien que le monde le ridiculise, que les philosophes le raillent, que le riche et le bon vivant se moquent, c'est pourtant le plus grand objet d'intérêt pour lui, et à aucun moment, ni dans aucune circonstance ou rassemblement de personnes, il ne doit en avoir honte... Cette prédication, qui porte en elle cette mission divine concernant la dignité, les actes et la doctrine, la personne et l'œuvre d'expiation de Christ, est assurée de réussite. Il en était ainsi au temps des apôtres, il en était ainsi au temps de la Réformation, il en était ainsi au temps des missions Moraves, et il en a été ainsi dans tous les réveils. Il y a une puissance dans une prédication centrée sur Christ que la philosophie et le raisonnement humain ne possèdent pas. « Christ est le grand décret de Dieu pour le salut du monde, et nous confrontons les crimes et allégeons les maux du monde, en proportion à notre proclamation de la croix pour vaincre l'un et verser un baume de consolation sur l'autre (Albert Barnes, « Notes sur le nouveau testament » [Notes on the New Testament], Baker Book House, 1983 réimprimé, note sur I Corinthiens 2:2).

Paul a parfois parlé sur la prophétie, mais ce n'était pas son sujet majeur. Il a quelquefois parlé du mariage et de la famille, mais ce n'était pas son sujet majeur. Et il est clair qu'il n'a pas parlé non plus sur la manière de devenir prospère, ou comment se sentir bien, ou d'autres sujets qui sont devenus populaires dans les prédications « modernes » centrées sur l'homme. Le Dr. Michael Horton, dans son livre Christianisme sans Christ [Christless Christianity], dit que la plupart des prédications en Amérique, y compris celles des évangéliques, sont basées sur ce qu'il appelle « un déisme moral et thérapeutique. » Il explique que pour ce déisme moral et thérapeutique « le but central de la vie est d'être heureux et de se sentir bien » (Michael Horton, Ph.D., Christianisme sans Christ [Christless Christianity] Baker Books, 2008, p. 41). Il dit que cet objectif est visible dans les prédications américaines, conduisant les pasteurs à parler sur des sujets comme « Comment être en accord avec vous-même, » « Comment surmonter la dépression, » « Comment vivre une vie abondante et réussie, » « Apprendre à gérer votre argent, sans que l'argent vous gère, » « Les secrets d'une vie familiale heureuse, » « Comment surmonter le stress. » etc. (ibid., p. 49). Cette liste vient de matériel promotionnel qu'il a réuni auprès de l'église baptiste. Cela ne vous semble-t-il pas étrange que les apôtres n'aient jamais prêché sur de tels sujets ? Et pourtant les évangéliques modernes les prêchent régulièrement ! N'est-il donc jamais venu à l'esprit de quelqu'un que ce n'est vraiment pas une prédication apostolique, encore moins biblique ? Ces sujets modernes sont centrés sur l'homme, et non sur Christ. Ils sont faits pour aider psychologiquement, mais pas théologiquement. Je me rappelle avoir lu une déclaration du Dr. A. W. Tozer, qui disait, « Quand on va au fond des choses, tous les problèmes ont une base spirituelle. Tous les problèmes sont spirituels et si vous choisissez Dieu, alors tout le reste se règlera finalement. » (A. W. Tozer, D.D., « Des hommes qui ont rencontré Dieu » [Men Who Met God]). Je suis d'accord avec lui. Quand on lit les prédications de Paul dans la Bible on voit qu'il n'a jamais prêché sur ces sujets modernes, car Paul était toujours en train de prêcher « Christ, et Jésus-Christ crucifié, » parce que l'homme peut seulement venir à Dieu par Christ, et [seulement] Christ crucifié !

Encore et toujours, Paul était « déterminé » de garder « Christ, et Jésus-Christ crucifié » au cœur, c'est à dire centre de ce qu'il prêchait. Et cela depuis le début. Juste après que Paul soit converti et baptisé,

« Et aussitôt il prêcha dans les synagogues, que Christ est le Fils de Dieu » (Actes 9:20).

Et peu après,

« Et il parlait avec hardiesse au nom du Seigneur Jésus, et débattait avec les Grecs » (Actes 9:29).

Aux Corinthiens, Paul a dit,

« Mais nous, nous prêchons Christ crucifié »
       (I Corinthiens 1:23).

Aux Romains, il a dit,

« Car je n’ai point honte de l’évangile de Christ »
       (Romains 1:16).

À la vérité, comme Spurgeon l'écrivait, Paul était « L'homme d'une seule cause ! » Dans son sermon, Spurgeon disait,

      Paul était un homme très déterminé, et tout ce qu'il entreprenait, il le faisait de tout son cœur. Si on le laissait dire une seule fois « je suis déterminé, » vous pouviez être certain de le voir suivre un cours d'action vigoureux…et il ne faut pas être surpris de ce qu'il devint un disciple de ce même Jésus, qu'il avait persécuté, et devait…amener toutes ses facultés au service de la prédication de Christ crucifié. Sa conversion a été si définie, si totale, qu'on pouvait s'attendre à le voir...si complètement gagné à la foi en Jésus [qu'il entra] dans cette cause de tout son cœur et de toute son âme, et fut déterminé de ne savoir autre chose que Jésus Christ et Jésus Christ crucifié (C. H. Spurgeon, « L'homme d'une seule cause » [The Man of One Subject] « La Chaire du Tabernacle métropolitain » [The Metropolitan Tabernacle Pulpit], Pilgrim Publications, 1971 réimprimé, volume XXI, p. 637).

Quand j'ai commencé à prêcher, le retour de Christ était mon principal sujet – parce que j'avais été converti lors d'un message sur ce thème. Mais plus j'avance en âge, et plus je lis les Écritures, et plus je suis devenu moi-même,

«...déterminé de savoir autre chose parmi vous sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (I Corinthiens 2:2).

II. Deuxièmement, les mots « Jésus Christ. »

« Car j’étais déterminé de savoir autre chose parmi vous sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (I Corinthiens 2:2).

J'aime énormément lire le Dr. John Gill. Il a écrit un commentaire en neuf volumes sur la Bible – de la Genèse à l'Apocalypse. Mais si vous ouvrez n'importe lequel de ces commentaires, sur presque chaque page, vous y trouverez les mots de « Christ, » ou « Jésus Christ, » ou « Le Seigneur Jésus Christ, » ou « l'Évangile. » Bien que des critiques aient été faites contre le Dr. Gill, l'appelant un « hyper calviniste » (ce qui est certain) – il chantait les louanges du Seigneur Jésus Christ, et Le voyait à chaque page de l'Écriture. C'est de cette manière-ci que chaque chrétien devrait voir la Bible – car le grand thème central de la Bible est Jésus Christ ! Ce n'est pas comment devenir prospère...Absurde ! Ce ne sont pas les détails sur les prophéties, ni comment se sentir content de soi, ou avoir un foyer heureux, ou encore comment élever ses enfants – non, aucun des sujets qui semblent si importants à beaucoup de pasteurs aujourd'hui. Jésus Christ est le thème central de toute la Bible, du début à la fin ! Christ Lui-même a dit,

« Je suis l'Alpha et l'Oméga, le commencement et la fin, le premier et le dernier » (Apocalypse 22:13).

Mais revenons à Christ, comment épuiser le sujet ? Comment pourrions-nous être fatigués de Lui et de ce qui le concerne ? Comment pourrions-nous jamais trouver assez de temps pour prêcher sur tous les sujets qui ont à voir avec Lui ? Et comment penser, ou parler d'un autre sujet que de Jésus Christ ? Et on peut même se demander pourquoi nous le devrions, puisque Jésus Christ,

«...nous a fait sagesse de la part de Dieu, et droiture, et sanctification et rédemption; afin que, comme il est écrit, Celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur. »
       (I Corinthiens 1:30-31)

Puisque c'est Jésus Christ qui donne aux chrétiens toutes ces grâces,

«...j’étais déterminé de savoir autre chose parmi vous sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (I Corinthiens 2:2).

Le Dr. Gill a écrit que l'apôtre Paul a fait de Jésus Christ le centre de sa prédication,

… et il prenait une grande joie et un grand plaisir; à faire connaître ce qui relevait de la personne de Christ, c'est à dire qu'Il était Dieu, le Fils de Dieu, et pourtant totalement homme, Dieu et homme en une personne unique; et aussi de ce qui relevait de Sa fonction, qu'il était le Messie, le médiateur, le prophète, le prêtre et le Roi, la tête, l'époux, le Sauveur, et Rédempteur de Son église et de Son peuple; et encore de ce qui relevait de Son œuvre en tant que telle, comme les bénédictions de par Sa grâce qu'Il nous donne, de la justification de par Sa justice, du pardon de par Son Sang, de la paix, de la réconciliation et de l'expiation de par Son sacrifice, et du salut venant uniquement et entièrement par Lui. Sa détermination était de prêcher nul autre que Christ (John Gill, D.D., « Exposé du nouveau testament » [An Exposition of the New Testament] The Baptist Standard Bearer, édition de 1809 réimprimée en 1989, volume II, p. 607; note sur II Corinthiens 2:2).

Le Dr. Gill a donné assez de sujets concernant Jésus Christ pour remplir une année entière de prédications – non, encore mieux, une vie entière ! Il y a quelques années, j'ai prêché sept sermons l'un à la suite de l'autre sur Christ au jardin de Gethsémanée. Et pourtant, j'ai l'impression que je n'ai fait qu'effleurer le sujet ! En 2007 j'ai prêché quatorze sermons à la suite sur Jésus, le Serviteur de Dieu en proie aux souffrances, de Esaïe 52:13 à 53:12. Malgré cela, je suis sûr qu'il y aurait encore plusieurs sermons à prêcher sur ce passage de l'Écriture ! Il n'y a rien de plus merveilleux, de plus profond ou de plus salutaire pour nous que d'entendre prêcher sur Jésus, lire sur Jésus, et penser à Jésus ! Je suis totalement d'accord avec Samuel Medley, qui a écrit les paroles du cantique que Mr. Griffith a chanté il y a un moment,

Jésus ! Grave-le sur mon cœur,
   Que Toi seul est tout ce dont j'ai besoin:
Tout pourrait m'être enlevé,
   Mais pas Toi, mon Seigneur; jamais !
(«Jésus ! Grave-le sur mon cœur » [Jesus! Engrave It On My Heart]
   par Samuel Medley, 1738-1799; sur la mélodie de
     « Tel que je suis » [Just As I Am]).

Je vous ai donné ce texte de I Corinthiens 2:2. Si cela ne décrit pas un prédicateur que vous admirez, j'en suis désolé. Voici le texte. J'ai seulement redonné ce qu'a dit l'apôtre. C'est écrit ici, sur la page de la Bible ! Vous pouvez en faire ce que vous voulez – mais c'est écrit noir sur blanc !

« Car j’étais déterminé de savoir autre chose parmi vous sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (I Corinthiens 2:2).

Cependant, il y a encore une dernière partie dont nous pouvons tirer un enseignement ce matin.

III. Troisièmement, les mots « et Jésus Christ crucifié. »

« Car j’étais déterminé de savoir autre chose parmi vous sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (I Corinthiens 2:2).

L'apôtre n'a pas prêché au sujet d'un fantôme, d'un « Christ-esprit. » C'est du véritable Jésus Christ, fait de chair et d'os, et crucifié sur une croix ! Ce n'était pas le Saint Esprit, ni un exemple de Christ, ni le retour de Christ qui était au centre du message de Paul. Écoutez-moi attentivement – ce n'était pas même le Christ dont nous lisons le récit dans les pages de la Bible – car le Christ que Paul prêchait était une vraie personne, non pas un caractère de fiction décrit avec des mots. Jésus Lui-même a dit,

« Sondez les écritures, car en elles vous pensez avoir la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi »
       (Jean 5:39).

Paul prêchait à propos du véritable Jésus Christ, celui qui avait réellement souffert au jardin de Gethsémanée en acceptant que vos péchés soient placés sur Lui – et qui véritablement – dans l'obscurité de ce jardin, avait

«...Sa sueur...comme des grumeaux de sang coulant sur le sol »
       (Luc 22:44).

C'est ce véritable Jésus qui fut fouetté sur l'ordre de Pilate, et cloué sur une croix entre deux voleurs, c'est de Lui dont l'apôtre a parlé !

« Car j’étais déterminé de savoir autre chose parmi vous sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (I Corinthiens 2:2).

La crucifixion de Jésus n'est pas quelque chose dont nous devons nous rappeler seulement au moment ou nous prenons le repas du Seigneur [la Cène]. Ce n'est pas un sujet relatif uniquement au temps de la Pâques. Non ! La crucifixion de Jésus est le cœur même, l'essence du véritable christianisme ! Et c'est pour cette raison que la crucifixion est décrite en détail dans chacun des quatre évangiles. Et c'est encore pour cette raison que les apôtres, dans le livre des Actes et dans les Évangiles, ont parlé à plusieurs reprises de la crucifixion ! La crucifixion de Jésus Christ est le point de départ de l'Évangile, tel qu'annoncé par l'apôtre Pierre le jour de la Pentecôte, quand il a prêché à la foule assemblée.

« Lui [Jésus], ayant été livré par le conseil déterminé et la pré connaissance de Dieu, vous l’avez pris, et par des mains des iniques, l’avez crucifié et tué » (Actes 2:23).

Et l'apôtre Paul a dit,

« Mais nous, nous prêchons Christ crucifié »
      (I Corinthiens 1:23).

Le Dr. John MacArthur qui, bizarrement, s'est trompé au sujet de Christ pendant des années, niant Sa qualité éternelle de Fils ainsi que la réalité et la puissance éternelles de Son Sang, était cependant correct quand il a dit, « La prédication de la croix était si prédominante dans l'église primitive que les croyants ont été accusés d'adorer un mort. » (La Bible d'Étude de MacArthur [The MacArthur Study Bible], Word Bibles, 1997; note sur I Corinthiens 2:2). Je doute que l'on puisse encore le dire aujourd'hui de la plupart des églises, y compris la sienne.

Frères et sœurs, prions afin que l'on puisse dire cela de nous – comme il en a été des grands saints et martyrs de cette époque ! Prions que ceux qui sont dans notre église puissent toujours penser à Jésus, l'homme-Dieu, qui est mort sur la croix pour nos péchés !

Les inconvertis ne veulent pas penser à Jésus crucifié ! Les hommes charnels considèrent que leurs sentiments et leurs pensées sont plus importants que tout le reste. Pour eux, la crucifixion de Christ relève seulement d'une curiosité morbide ! Mais ils se trompent ! C'est une question de vie ou de mort ! C'est le sujet central de la Bible – et le sujet absolument le plus important que puissent confronter un homme ou une femme – dans cette vie, ou dans l'autre ! Écoutez-bien ceci, car il en va du salut de votre âme,

« Mais Dieu fait valoir son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous. Combien plus donc, étant maintenant justifiés par son sang, serons-nous sauvés de la colère par lui. » (Romains 5:8-9).

Jésus Christ est mort à votre place, pour payer la rançon de vos péchés sur la Croix. Saisissez cette vérité, et détournez-vous de vos propres pensées sur Jésus et vos péchés vous seront pardonnés, et vous serez sauvé ! Emparez-vous de cette vérité, et attachez-vous fermement à Lui, et Jésus Christ sera avec vous et vous fera traverser tous les orages et les afflictions de cette vie – et vous amènera en toute sécurité dans le Royaume de Dieu ! C'est pourquoi,

«...j’étais déterminé de savoir autre chose parmi vous sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (I Corinthiens 2:2).

La seule chose nécessaire est [Christ] ! Mon Roi !
   Ton nom je chanterai éternellement;
Gloire et louanges sans cesse Lui soient rendues,
   La seule chose nécessaire, c'est Jésus !
(« Jésus ! Grave-le sur mon Coeur » [Jesus! Engrave It On My Heart]
   par Samuel Medley, 1738-1799; arrangé par le Dr. Hymers;
     sur la mélodie de « Tel que je suis » [Just As I Am]).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine en ligne sur Internet
à www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Franҫais. »

Les Écritures avant le sermon ont été lues par le Dr. Kreighton L. Chan : Luc 23:32-36.
Le Solo avant le sermon a été chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith:
(« Jésus ! Grave-le sur mon Cœur » [Jesus! Engrave It On My Heart]
par Samuel Medley, 1738-1799 ) .


BREF APERÇU DE

LE SUJET PRINCIPAL ! LE SUJET INÉPUISABLE !

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Car j’étais déterminé de savoir autre chose parmi vous sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (I Corinthiens 2:2).

(I Timothée 2:2)

I.   Premièrement, les mots « j'étais déterminé. » I Corinthiens 2:2a;
Actes 9:20, 29; I Corinthiens 1:23; Romains 1:16.

II.  Deuxièmement, les mots « Jésus Christ. » I Corinthiens 2:2b;
Apocalypse 22:13; I Corinthiens 1:30-31.

III. Troisièmement, les mots « et Jésus Christ crucifié. » I Corinthiens 2:2c;
Jean 5:39; Luc 22:44; Actes 2:23; I Corinthiens 1:23; Romains 5:8-9.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).