Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .


UN NOUVEAU SQUELETTE PROUVE-T-IL QUE
« L'HOMME DESCEND DU SINGE » SELON DARWIN?

(SERMON N°59 SUR LE LIVRE DE LA GENÈSE)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
Dimanche matin, Jour du Seigneur, 11 Octobre 2009

« Et Dieu créa l’homme » (Genèse 1:27).


Et bien voilà, ils recommencent! Depuis des années, ils nous montrent la représentation graphique de « La filiation de l'Homme [descendant du Singe] » montrant des êtres humains « descendant » d'une petite créature ressemblant à un anthropoïde et les différents stages de sa transformation – pour finir par l'homme moderne.



Une illustration tirée du livre de Darwin
«La Filiation de l'homme» (1871).


Une interprétation moderne du livre de
Darwin «La Filiation de l'homme»


Et maintenant, ils nous disent que cette représentation est incorrecte! Selon le journal Los Angeles Times, la récente découverte d'un squelette fossilisé dans un désert d'Éthiopie « renverse de manière spectaculaire les idées habituellement reçues sur l'évolution de l'homme et comment ce dernier s'est mis à marcher en position verticale (debout).» (Los Angeles Times, [Journal de Los Angeles] 2 octobre, 2009, p. A1). La découverte du « squelette [presque complètement fossilisé] d'un ancêtre de l'homme…démontre que nos ancêtres les plus anciens ne ressemblaient en rien à des chimpanzés ou autres grands primates, comme on le croyait généralement jusqu'à aujourd'hui [parce que c'est ce qu'ils nous ont enseigné à croire!]. Au contraire, la découverte de ce squelette laisse à penser que le dernier ancêtre commun aux humains et aux primates…était une créature primitive qui partageait quelques traits avec les membres actuels de chacun des deux groupes. » (ibid.). « La découverte…indique également que nos ancêtres commencèrent à marcher debout dans des régions boisées et non dans des savanes herbeuses comme l'ont [supposé] des générations de scientifiques auparavant. » (ibid., pp. A1, A18).

L'article du Los Angeles Times dit aussi que « Les témoignages fossilisés des ancêtres de l'homme…sont souvent incomplets. » (ibid. p. A18). Le paléo anthropologiste Andrew Hill de l'université de Yale (U.S.A.) a dit, « Il est si rare d'obtenir un squelette plus ou moins [fossilisé]. Il n'y en a seulement que trois ou quatre ...pour couvrir en entier tout le cours de l'évolution humaine. » (ibid.). C. Owen Lovejoy de l'université de Kent State (U.S.A.) a dit, « Toute la théorie de la savane est à jeter au panier en terme d'explication sur la manière dont l'homme est venu à marcher debout…Et l'idée que nous avons évolué à partir de quelque chose ressemblant à un chimpanzé est à rejeter également. » En d'autres termes, tout ce qu'on nous a enseigné au sujet de l'évolution de l'homme doit être jeté par la fenêtre! Lovejoy a dit que ce nouveau squelette est en train de « retourner l'évolution sens dessus dessous. » « Les interprétations de Lovejoy sur ce que le fossile signifie en terme du comportement » selon Andrew Hill, de l'université de Yale, sont d'un « non sens manifeste. » (ibid., p. A18).

Quant à moi, toute cette histoire me semble un « non sens manifeste! » La plupart des gens ne réalise pas le peu de solidité et de contenu de cette « évidence » au regard de cette représentation graphique de la « Filiation de l'Homme [descendant du Singe] », que nous avons tous étudiée dans nos livres de classe. Comme le dit si justement Andrew Hill de l'université de Yale, « il n'y a seulement que trois ou quatre [squelettes]...pour couvrir en entier tout le cours de l'évolution humaine. » (Los Angeles Times, p. A18). Pensez-y! Toute la théorie de l'évolution de l'homme est basée seulement sur « trois ou quatre » squelettes! En voilà pour la représentation graphique de la filiation de l'Homme! Je suis tenté de citer le Dr. Hill, hors de contexte, pour dire que cette représentation graphique est d'un « non sens manifeste! »

L'un des problèmes de la vision de Darwin sur la « filiation de l'homme » (ou l'homme descendant du singe...) est qu'elle repose sur si peu « d'évidences » – une dent ici, un petit fragment d'os par là, et comme le dit Andrew Hill, « Il est si rare d'obtenir un squelette plus ou moins [fossilisé]. Il n'y a seulement que trois ou quatre [squelettes] pour [couvrir] en entier tout le cours de l'évolution humaine. » (Los Angeles Times, ibid., p. A18). Pourquoi dit-il « seulement trois ou quatre »? S'il y en avait quatre, il l'aurait dit! Ce qui signifie qu'au moins l'un d'entre eux n'est rien de plus qu'un fragment. Ce qui veut encore dire qu'avec ce « nouveau » squelette fossilisé on a, tout au plus, seulement quatre squelettes plus ou moins complets. Et voilà les seuls rudiments sur lesquels s'appuient la théorie de l'évolution de l'homme depuis son origine, c'est à dire que l'homme « descendrait du singe » – « seulement trois ou quatre » squelettes! Cela me semble être une « évidence » vraiment très mince, une preuve très insuffisante et assez superficielle pour une théorie si largement acceptée!

La théorie complète de l'évolution humaine reposerait alors sur « trois ou quatre » squelettes seulement et quelques fragments d'os. Comment pouvons-nous savoir si ces « trois ou quatre » n'étaient pas tout simplement des singes d'une race maintenant disparue? Comment pouvons-nous savoir s'ils avaient un lien avec les humains? Cela relève de la simple supposition, à mon humble avis. Ou bien s'ils étaient reliés quelque tant soit peu à l'homme moderne, comment pouvons-nous savoir si ces « trois ou quatre » n'étaient pas des nains, puisque ce « nouveau » squelette mesure « moins de 4 pieds » (environ 122cm) de haut. (Los Angeles Times, ibid., p. A18)? Ou comment pouvons-nous savoir si ces « trois ou quatre » n'étaient pas des êtres estropiés, difformes, peut être en raison d'une consanguinité ou parce qu'ils avaient été coupés du reste de la troupe? J'ai pu voir des gens, marchant dans les rues de Los Angeles, qui semblent être la réplique de « l'Homme de Néandertal. » Comment pouvons-nous savoir que ces « trois ou quatre » fossiles n'étaient justement pas comme eux? Nous ne le pouvons pas!

Quand j'avais six ans, mon père m'a emmené voir le « Défilé du Père Noël » sur Hollywood Boulevard. Il m'a soulevé et m'a mis sur ses épaules pour voir « le Père Noël » alors que son char décoré passait devant nous. Quand mon père m'a déposé sur le trottoir, un nain, qui avait la même taille que moi, passa juste devant nous. Il fumait un gros cigare et vendait des journaux. Comme je le regardais, il tira sur son cigare et me lança un nuage de fumée en disant « Salut, le mioche! » Si on trouvait le squelette de ce petit homme quelque milliers d'années plus tard, ces scientifiques pourraient aussi bien l'appeler « un descendant de l'homme. » Ils pourraient baptiser son squelette du nom de « Hollywoodicus Pithecus » – « l'Anthropoïde d'Hollywood »! Vous riez, sans nul doute, mais n'est-ce pas ce qui est arrivé avec le soi-disant « Homme du Nebraska »?

Quelle était la preuve scientifique pour cet « Homme du Nebraska »? Un homme appelé Harold Cook découvrit un fossile au Nebraska, et une nouvelle race d'hommes préhistoriques furent nommés d'après ce fossile. On l'appela alors le « Hespero Pithecus Haroldcookii » – « Hespero » signifie « occidental. » « Pithecus » signifie « grand singe. » Et « Haroldcookii » vient d'Harold Cook, qui découvrit le fossile. Nous avons donc Hespero Pithecus Haroldcookii qui signifie littéralement « le grand singe occidental découvert par Harold Cook. » Plus familièrement connu sous le nom de « l'Homme du Nebraska. » Le Dr. W. A. Criswell écrit,

Au procès Scopes sur l'Évolution [1925] William Jennings Bryan [défendant la Création telle qu'enseignée par la Bible] fut confronté par une troupe de grandes autorités scientifiques conduite par le professeur H. H. Newman de l'université de Chicago. Mr. Bryan fut stupéfié par les soit disant faits avancés par le professeur Newman au sujet de « l'Homme du Nebraska » [lequel, dit le professeur] qui était un de ceux qui appartenaient à une race d'hommes qui vivaient [aux États Unis] il y a un million d'années. Bryan [dit] qu'il pensait que « l'évidence » était vraiment trop mince pour servir à des conclusions d'une aussi grande portée, et il demanda un surcroît de temps et d'informations. (W. A. Criswell, Ph.D., « Les Impostures de l'Anthropologie » [The Hoaxes of Anthropologie], « Messages de mon Cœur » [Messages From My Heart], REL Publications, 1994, p. 48).

Un journal anglais envoya un reporter en Amérique pour s'informer sur « l'Homme du Nebraska. » Ce dernier écrivit un article pour l'Illustrated London News. Sur la couverture du journal on voyait des représentations d'un mâle et d'une femelle de « l'Homme du Nebraska. » Clarence Darrow, l'avocat du procès Scopes sur l'Évolution de l'Homme éleva triomphalement le journal représentant « l'Homme du Nebraska. » en disant que cette toute dernière « évidence scientifique » prouvait que Bryan était un imbécile de croire en la Bible. Le Dr. Criswell écrit,

      Les experts se moquaient [de Bryan]; ils se riaient de lui et en faisaient des gorges chaudes. Les plus grandes sommités scientifiques savaient que l'âge de l'Homme du Nebraska était d'un million d'année (Criswell, ibid., p. 48).

Mais toute l'évidence sur laquelle reposait l'Homme du Nebraska était seulement fondée sur une unique dent! Et cependant, cela paraissait suffisant pour satisfaire des scientifiques! Criswell écrit encore,

      Le Dr. William K. Gregory, conservateur du Musée Américain d'Histoire Naturelle [American Museum of Natural History], et professeur de paléontologie à l'université de Columbia, l'appelait « la dent valant un million de dollars », et la décrivait comme appartenant à un être humain d'une telle ancienneté qu'un million d'années était une estimation encore assez conservatrice.
       Le Dr. Fairfield Osborn, le plus grand paléontologiste d'Amérique... dans son discours adressé à la Société Philosophique d'Amérique [American Philosophical Society] à Philadelphie, le 27 avril 1927, avait placé le « Hespero Pithecus » [Homme du Nebraska] au tout premier échelon de l'arbre « généalogique » de l'homme.
       Et qu'était donc cette dent que Harold Cook avait découverte dans le Nebraska…qui créa une certitude aussi extrême de la part de ces soit disant scientifiques qui rirent de William Jennings Bryan et se moquèrent abondamment de lui avec leur évidence scientifique? Qu'est-ce qu'Harold Cook avait donc découvert, au juste?
       [Quelques années après] le procès Scopes, le squelette entier de cet animal [fut] découvert. Cette dent appartenait …à une espèce de cochon [aujourd'hui disparu]… C'était la dent d'un cochon! Et c'était ces hommes-là qui se riaient de William Jennings Bryan! Et c'était ces hommes-là qui créèrent de toute pièce la race entière des humains à partir de la dent d'un cochon…et qui allèrent jusqu'à évaluer l'âge de l'humanité, représenté par cette dent, à un millions d'années. Voilà bien une des falsifications de l'anthropologie! (Criswell, ibid., p. 49).

Depuis que les scientifiques ont désespérément essayé de dénicher une preuve à la théorie de Darwin, on a vu beaucoup de ce genre de « mystifications. » Et c'est ce qui me semble basiquement incorrect. La « méthode scientifique » suppose premièrement la collecte de ou des évidence(s), puis la théorie est ensuite évoluée à partir de cette (ces) évidence(s). Mais avec cette théorie de Darwin que l'homme descendait du singe, on voit que la « méthode scientifique » n'a pas été pas appliquée. Au lieu de récolter premièrement l'évidence, et d'en faire ensuite une théorie, les évolutionnistes ont tout d'abord élaboré la théorie – et depuis ce moment-là, ils essayent désespérément de trouver une évidence pour l'étayer! C'est pour cela qu'il y a eu tellement de falsifications en anthropologie, comme l'Homme du Nebraska, l'homme-singe de Java [les os d'un gibbon], la mâchoire de Heidelberg [faite en plâtre de Paris] et l'Homme de Piltdown [une dent de grand singe usée à la lime, teinte artificiellement avec du bichromate de potassium]. Ces canulars de l'anthropologie parurent dans des musées distingués du monde entier, comme dans tous les livres d'école. J'ai lu ces textes dans mes livres de collège et de lycée, et j'y ai cru moi aussi! Il me semble qu'aujourd'hui, il y ait un « écran de fumée » placé astucieusement pour empêcher le public de découvrir la supercherie, et que toute la théorie de « l'homme descendant du singe » n'est manifestement qu'une tromperie.

Et aujourd'hui, il y a à peine quelques jours, l'Ardipithecus Ramidus a été dévoilé comme une nouvelle découverte extraordinaire et la preuve de l'évolution de l'homme. Le Dr. Owen Lovejoy, de l'université Kent de l'état de l'Ohio salue ce nouveau squelette en disant, « Il va falloir récrire les livres de classe au sujet des origines de l'homme. » (USA Today, 2 octobre 2009, p. 1A).

Pas si vite! Charles Darwin publia son livre, La Filiation de l'Homme [The Descent of Man], en 1871. Ses partisans de la communauté « scientifique » ont eu 138 ans pour prouver cette théorie. Et en fin de compte, ils n'ont pu que réaliser une série de mascarades et de soit disant évidences où, comme le dit si bien le Dr. Andrew Hill de l'université de Yale, « il n'y a seulement que trois ou quatre [véritables squelettes] » (Los Angeles Times, ibid., p. A18). Et ces scientifiques ne peuvent même pas se mettre d'accord sur la signification de ce « nouveau » squelette. Ce même Dr. Andrew Hill déclare ces suppositions, telles que celles du Dr. Owen Lovejoy, de l'université Kent, un «non sens manifeste » (Los Angeles Times, ibid.).

Comme je l'ai dit plus tôt, l'ensemble de la notion de Darwin que « l'homme descend du singe » est un non sens manifeste! Les scientifiques ont eu 138 années pour prouver leur théorie préconçue (établie sans jugement critique), et ils n'ont pas réussi à le faire convenablement. C'est bien la raison pour laquelle tant de membres de la communauté scientifique osent maintenant remettre en question les idées de Darwin. Mais ils prennent de gros risques – car ils peuvent perdre leur position et leur emploi en le faisant. On peut en voir la preuve dans le film de Ben Stein, « Expulsé: Aucune Intelligence Permise » [Expelled: No Intelligence Allowed].  Ben Stein remercie ses spectateurs pour en avoir fait le « documentaire numéro un de l'année 2008.» Le documentaire de Stein montre de quelle manière le monde académique est « soudé » aux idées de Darwin et les remettre en question signifie pour les étudiants d'être sanctionnés académiquement, et pour les professeurs d'être renvoyés ou expulsés de leur chaire universitaire. Cliquez sur le lien pour voir une bande annonce et les commentaires du film « Expelled » [Expulsé] et commander le film.

Et pourtant nous savons bien qu'on peut être chrétien et pouvoir quand même finir ses études universitaires. Pour cela, vous devez garder vos commentaires pour vous (c'est à dire ne pas ouvrir la bouche!), apprendre leurs âneries, et les restituer aux examens. Vous n'êtes pas obligé de croire dans l'évolution de l'homme! J'ai étudié et reçu mes diplômes à Los Angeles City College [Université de la Ville de Los Angeles] et à Cal State L.A. [Université de l'État de Californie, campus de Los Angeles], et deux facultés de théologie extrêmement libérales, sans jamais croire tout ce qu'ils enseignent sur l'évolution de l'homme à partir « du singe. » Le Dr. Chan et le Dr. Judith Cagan ont tous les deux fait leurs études médicales, et ont reçu leur diplôme de la faculté de médecine sans jamais le croire non plus. Dr. Cagan a un doctorat en mathématiques de UCLA [Université de Californie à Los Angeles], et ne le croit pas également. Et bien d'autres personnes dans notre église sont diplômées d'universités séculaires sans le croire non plus, et vous aussi! Nous croyons tous ce que dit la Bible dans Genèse 1:27,

« Et Dieu créa l’homme…» (Genèse 1:27).

Dans notre église nous croyons que l'homme a été créé par un acte direct de Dieu. C'est pour cette raison que nous rejetons la fiction scientifique, encore non prouvée, de Darwin « L'homme descend du Singe » (1871). La science fiction ne rejette pas la Bible!

Et le Dr. Criswell faisait remarquer que

      Notre Seigneur Jésus Christ a approuvé le [Récit de la Genèse] de la création de [l'homme] (Matthieu 19:4-6). [Christ] a confirmé la divine inspiration du récit de la création de la Genèse… Notre divin Sauveur pouvait certainement faire la différence entre un mythe et l'histoire.
       Le récit divinement inspiré de la création de l'homme dans la Genèse a également été endossé par Paul qui écrivit sous la divine inspiration du Saint Esprit. Comparez Romains 5:14. Lisez I Corinthiens 15:21-22, 45, 47. [L'apôtre Paul] regardait…la Genèse comme [une] révélation historique venant de Dieu. (W. A. Criswell, Ph.D., « Fait ou Fable de la Genèse » [Fact or Fable in Genesis], « Pourquoi je Prêche que la Bible est Littéralement Vraie » [Why I Preach that the Bible is Literally True], Broadman Press, édition de 1973, pp. 129-130).

Vous pouvez trouver le livre du Dr. Criswell dans notre librairie. Le très bon livre du Dr. Henry M. Morris, « Le Témoignage de la Genèse » [The Genesis Record] s'y trouve également ainsi que « Le Déluge de la Genèse » [The Genesis Flood] par le Dr. John C. Whitcomb et le Dr Morris. Ces livres vous aideront à voir pourquoi nous croyons dans la création directe de l'homme par Dieu Lui-même.

« Et Dieu créa l’homme…» (Genèse 1:27).

Cependant, le meilleur des motifs pour croire le récit de la création de l'homme qui de trouve dans la Bible, vient d'une rencontre directe et personnelle avec le Seigneur Jésus Christ. Quand vous venez à Christ, vous êtes né de nouveau, vous êtes lavé de votre péché par Son sang précieux, qu'Il a versé à la croix pour vous. Quand vous êtes né de nouveau, les merveilleuses vérités de la Création deviennent réelles pour vous. Je prie pour que cela devienne votre expérience. Amen. Je vous invite à chanter le cantique, « Vous Devez Naître de Nouveau » [Ye Must Be Born Again]!

Vous devez naître de nouveau,
   Vous devez naître de nouveau;
En vérité, en vérité je vous le dis,
   Vous devez naître de nouveau.
(«Vous Devez Naître de Nouveau » [Ye Must Be Born Again]
   par William T. Sleeper, 1819-1904).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine en ligne sur Internet
à www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermon Manuscripts »

Les Écritures avant le sermon ont été lues par le Dr. Kreighton L. Chan: Genèse 1:26-27.
Le Solo avant le Sermon a été chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith:
(«Vous Devez Naître de Nouveau » [Ye Must Be Born Again] par William T. Sleeper, 1819-1904).

Note du traducteur: Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible King James – (Traduction en Français, par Nadine Stratford; traduction basée sur le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu [Texte Majoritaire] Grec pour le Nouveau Testament [2006]).