Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




GETHSÉMANÉ – LE PRESSOIR

par Dr. R. L. Hymers, Jr.

Un sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles
Samedi soir, 4 Avril 2009

« J'ai été seul à fouler au pressoir, et nul homme d'entre les peuples n'était avec moi » (Ésaïe 63:3).


Dans un sermon intitulé, « Conquérir Sans Aucune Aide » Spurgeon disait qu'il fallait réfléchir longuement sur notre glorieux substitut, Celui qui a foulé au pressoir de la colère de Dieu, qui a souffert pour payer la rançon de nos péchés, en commençant pour cela dans le jardin de Gethsémané.

Ces péchés qui t'auraient broyé en pièces, Il a dû les fouler sous ses pieds. Combien son talon a-t-il été meurtri en foulant ces péchés! Avec quelle puissance a-t-Il foulé tes crimes, les réduisant à néant! Et quelle sueur n'a-t-elle pas coulé de Son front, non pas de l'eau comme nous, mais des gouttes de sang, au point qu'Il ait pu dire « J'ai terminé; la grande œuvre qui m'avait été confiée est maintenant achevée. ‘Tout est accompli’; ‘J'ai été seul à fouler au pressoir.’ »... Rejoins-Le à l'instant où Son sang commence à couler…au jardin de Gethsémané!…Viens donc toi, chef des pécheurs, regarde où gisent tes péché, et où gisent les miens, entassés ensemble en un gigantesque monceau! Mais [stop]; Celui qui foule entre, et y pose le pied. Oh! Regarde comment Il les foule; Le vois-tu à Gethsémané, réduire tes péchés à néant? (C. H. Spurgeon, « Conquérir Sans Aucune Aide » 24 avril 1898, The Metropolitan Tabernacle Pulpit, [La Chaire du Tabernacle Métropolitain] Pilgrim Publications, réimprimé en 1976, volume xliv, p. 183).

« J'ai été seul à fouler au pressoir, et nul homme d'entre les peuples n'était avec moi » (Ésaïe 63:3).

L'heure était tardive. Plus tôt dans la soirée, Jésus avait réuni ses disciples pour le repas de la Pâques, le « Dernier Souper ». Puis, peu après minuit, Il sortit avec eux. Ils traversèrent le ruisseau appelé Cédron et montèrent sur le Mont des Oliviers, au jardin de Gethsémané. Le jardin était obscur, et Jésus dit à huit de Ses disciples,

«Asseyez-vous ici, pendant que je m'éloignerai pour prier.» (Mathieu 26:36).

Le Dr. John R. Rice raconte:

Il prit avec Lui les trois autres disciples, Pierre, Jacques et Jean et partit un peu plus loin. Tous les disciples étaient fatigués et avaient sommeil. Ils étaient déprimés et tristes. Leur cœur était lourd et ils n'étaient pas en état de prier. Même Pierre, et…Jacques et Jean…s'endormirent. Jésus s'en alla « un peu plus loin » et se mit à prier seul. Personne ne peut aller aussi loin que Jésus. Bien que son âme désira le réconfort d'une présence et un partage dans la prière, Il était seul pour prier…Je crois que Dieu veut que nous entrions dans une communion avec Christ en méditant sur son expérience à Gethsémané et Sa mort sur la croix, pour essayer de comprendre Son affliction. (Dr. John R. Rice, The Gospel According to Matthew, [L'Évangile selon Mathieu] Sword of the Lord, 1980, pp. 439-440).

Les disciples étaient maintenant endormis. Jésus priait dans le jardin, seul, en proie aux tourments de l'agonie et du Sang.

« J'ai été seul à fouler au pressoir, et nul homme d'entre les peuples n'était avec moi » (Ésaïe 63:3)

Le nom « Gethsémané» signifie « pressoir à huile ». Cette nuit-là, le pressoir à huile devint un autre pressoir. Christ fut foulé comme le sont les olives pour que l'huile en coule. Mais ce ne fut pas des gouttes d'huile qui coulèrent de Son front dans le jardin cette nuit-là. Ce fut Son Sang. Et le pressoir où les olives sont broyées devint un pressoir pour le Fils de Dieu.

Gethsémané, le pressoir à olives!
(Pourquoi ce nom… que les Chrétiens se le demandent);
Endroit bien nommé, où la vengeance voulut s'exécuter
Qui, luttant avec force, fut pourtant étreinte par l'amour.
   (« Gethsémané, le Pressoir à Olives! » par Joseph Hart, 1712-1768).

Quand le pressoir à olives devint le pressoir pour Christ, Il entra alors dans des souffrances inimaginables. Notre raison humaine ne peut comprendre la souffrance que Christ endura dans ce pressoir.

Voyez les souffrances du Fils de Dieu,
Haletant, gémissant, le sang coulant de Son front!
De Ses souffrances, aussi intenses,
Même les anges n'en ont aucune connaissance.

Qui peut vraiment appréhender
Leur commencement et leur fin?
« Dieu, et Dieu seul
Connait le poids de Tes souffrances.
   (« Tes souffrances Inimaginables » par Joseph Hart, 1712-1768).

I. Premièrement, ce fut le pressoir de l'effroi.

Quand Christ entra dans le jardin de Gethsémané, Marc nous dit qu' « Il commença à éprouver une grande frayeur et des angoisses. » (Marc 14:33). Ekthambeisthai means « frappé de frayeur,» grandement surpris, affligé et alarmé. Par quoi notre Sauveur fut-Il tellement effrayé? Sûrement pas par la pensée de Sa crucifixion. Je pense que Son grand effroi vint de ce que Le Père… avait fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. » (Ésaïe 53:6). Dans le pressoir de Gethsémané notre Seigneur « "commença à être meurtri pour nos péchés »… et "fut grandement effrayé"; grandement surpris, affligé à la vue de tous les péchés de son peuple dont Il devait se charger…et on peut ajouter qu'il n'est pas surprenant qu'Il commença à être "grandement chargé à cause de ce fardeau "; du péché et de l'affliction. » (Dr. John Gill).

Le grand effroi ressenti par Jésus provenait de l'horreur de votre péché placé sur Lui. Ici, à cet instant, Christ devint la représentation même dont parle le livre du Lévitique, et fut transformé pour nous en bouc émissaire.

« Et Aaron posera ses deux mains sur la tête du bouc vivant, et il confessera sur lui toutes les iniquités des enfants d'Israël et toutes les transgressions par lesquelles ils ont péché; il les mettra sur la tête du bouc, puis il le chassera dans le désert, à l'aide d'un homme qui aura cette charge. Le bouc emportera sur lui toutes leurs iniquités dans une terre désolée; il sera chassé dans le désert. » (Lévitique 16:21-22).

Ce bouc était une figure de Christ, relâché seul dans le jardin de Gethsémané cette nuit-là. Ce bouc avait été domestiqué, élevé par des hommes. À ce moment-là, les péchés du peuple étaient placé sur lui, et on le relâchait, puis on le chassait loin de chez lui, dans un lieu désolé. L'anxiété et la peur de cet animal seul la nuit, dans l'étendue sauvage, n'est qu'un pâle reflet de l'anxiété que Jésus ressentit quand Il entra dans le jardin de Gethsémané pour nos péchés.

Là, mon Dieu se chargea de ma culpabilité;
Aisé à croire, puisque par grâce,
Mais les frayeurs qu'Il ressentit
Sont trop effrayantes pour être appréhendées.
Personne ne peut te pénétrer,
Gethsémané, lugubre et ténébreux.
Personne ne peut te pénétrer,
Gethsémané, lugubre et ténébreux.
   (« Toutes les Afflictions qu'Il a Endurées » Joseph Hart, 1712-1768).

« J'ai été seul à fouler au pressoir, et nul homme d'entre les peuples n'était avec moi » (Ésaïe 63:3).

II. Deuxièmement, ce fut le pressoir du sacrifice substitutif.

Luc nous dit que dans ce jardin de Gethsémané,

«Étant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre.»
      (Luc 22:44).

« En agonie » – en agōniai, un conflit intérieur causé par une souffrance intense.

Le jour de l'expiation, Aaron prenait deux boucs. Le premier était chassé dans une région sauvage et désertique. Le deuxième était sacrifié pour les péchés du peuple.

« Il égorgera le bouc expiatoire pour le peuple, et il en portera le sang au delà du voile. Il fera avec ce sang comme il a fait avec le sang du taureau, il en fera l'aspersion sur le propitiatoire et devant le propitiatoire ». (Lévitique 16:15).

Le deuxième bouc expérimenta l'agonie d'avoir la gorge tranchée comme victime expiatoire. La peur et la souffrance de cet animal n'est qu'un pâle rappel du type de Christ. Jésus, dans ses souffrances, est l'antitype, l'achèvement.

«Étant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre.»
      (Luc 22:44).

Le prophète Ésaïe dit,

« Il a plu à l'Eternel de le briser par la souffrance...: Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché » (Ésaïe 53:10).

Ce travail commença certainement dans le pressoir de Gethsémané!

Il est minuit, et pour le péché des autres,
   L'Homme de douleur verse des larmes de sang,
Pourtant, agenouillé dans son angoisse,
   Il n'est pas oublié de Son Dieu.
(« Il est Minuit, et au Jardin des Oliviers » par William B. Tappan, 1794-1849).

Jésus est allé fouler le pressoir pour vous et pour moi. C'est nous qui aurions dû y être, en agonie pour nos péchés. Et vous aussi passerez par une grande agonie, dans les flammes de l'enfer, à moins que vous ne vous tourniez vers Christ, et le choisissiez comme Sauveur. Quand vous placez votre confiance en Christ, votre agonie devient Son agonie. Ceci représente l'expiation au bénéfice d'autrui, c'est-à-dire à notre place. Une autre personne, Christ lui-même, prend sur Lui la punition que vous devriez recevoir. L'expiation au bénéfice d'autrui, où Christ s'offre pour vos péchés, commença dans le pressoir de Gethsémané.

Il est minuit, et pour le péché des autres,
   L'Homme de douleur verse des larmes de sang,

Si je vous demande de me dire ce que Jésus a fait pour vous, pouvez-vous me répondre,

« Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance...: Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché » (Ésaïe 53:10).

Si vous ne pouvez rien dire au sujet de l'expiation au bénéfice d'autrui où Christ s'offre pour vos péchés, pourquoi vous appelez-vous un Chrétien? Rejetez donc votre incrédulité et venez à ce Sauveur couvert de Sang pour vous!

Qu'est-ce qui peut laver mon péché?
Rien d'autre que le sang de Jésus.
   (« Rien d'Autre que le Sang » par Robert Lowry, 1826-1899).

«Étant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre.»
      (Luc 22:44).

Il est minuit, et pour le péché des autres,
   L'Homme de douleur verse des larmes de sang.

« J'ai été seul à fouler au pressoir, et nul homme d'entre les peuples n'était avec moi » (Ésaïe 63:3).

III. Troisièmement, ce fut le pressoir de l'abandonnement.

Mathieu nous dit qu'

« Il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses [grandement troublé] » (Mathieu 26:37).

Spurgeon fait les commentaires suivants sur les termes « des angoisses [grandement troublé] »:

Avec le terme grec adēmonein traduit par « grandement troublé » Goodwin fait remarquer qu'il y eu un moment de trouble, de séparation dans l'agonie du Sauveur, puisque la racine du mot signifie « séparé du peuple – séparé de l'humanité. » (C. H. Spurgeon, « Gethsémané, » numéro 493, The Metropolitan Tabernacle Pulpit, [La chaire du Tabernacle Métropolitain] Pilgrim Publications, 1979, volume xix, page 74).

« Il doit être seul à fouler au pressoir, et nul homme d'entre les peuples ne peut l'accompagner. » (Spurgeon, ibid., p. 73). Le Sauveur est à présent séparé de l'humanité, seul à pénétrer dans l'agonie de Ses souffrances pour nos péchés.

Il est abandonné par les disciples qui s'endorment aussitôt alors qu'Il est « grandement troublé » pour leurs péchés – et les nôtres.

« Il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses [grandement troublé] » (Mathieu 26:37).

Dr. Gill écrit,

À présent, Il est meurtri, et mis à l'agonie par son Père: ses souffrances ne commencent que maintenant, car elles ne s'achevèrent pas là, mais sur la croix, et ce ne fut que le tout début, car elles furent légères en comparaison de celles qui l'attendaient; car elles furent d'un poids immense, et semblent avoir été les plus pesantes de toutes; son cri de détresse vers son Père; sa sueur de sang et son agonie; son besoin d'assistance de la part d'un ange; et le réconfort et la force qu'Il reçut alors pour l'aider dans sa condition humaine: tout ceci, réuni ensemble, ne se retrouve nulle part ailleurs dans ses souffrances: et d'être à l'agonie, portant le poids des péchés de son peuple, et le sens de la colère divine, si pesante et écrasante pour Lui que son esprit s'était presque évanoui; Il était prêt à perdre connaissance, sombrer et mourir; son cœur lui faisait défaut…devant la colère de Dieu … son âme était assaillie par les péchés du peuple qui le pressaient, et l'environnaient de tous côtés… les afflictions de la mort et de l'enfer l'entouraient de toutes parts à tel point que tout secours lui fut refusé, ainsi que toute possibilité de secours, et son âme fut submergée de chagrin, son cœur prêt à éclater; Il fut abaissé à l'égal de la poussière de la mort; et ses souffrances ne voulaient pas le laisser, Il fut confondu, jusqu'à ce que son âme et son corps fussent séparés l'un de l'autre. (Dr. John Gill, An Exposition of the New Testament, [Un Exposé sur le Nouveau Testament] The Baptist Standard Bearer, réimprimé en 1989, volume I, p. 334).

Ce fut seul que le Sauveur pria dans le lugubre Gethsémané;
Complètement seul, il but la coupe amère, Et endura les souffrances pour moi;
Seul, toujours seul, Il les porta Lui seul;
Il se donna pour sauver les Siens;
Il souffrit, versa Son sang et mourut, Seul, toujours seul.
   (« Seul » par Ben H. Price, 1914).

« J'ai été seul à fouler au pressoir, et nul homme d'entre les peuples n'était avec moi » (Ésaïe 63:3).

Ainsi, regardons ce que Jésus endura pour nous sauver. Ses souffrances pour notre bénéfice commencèrent à Gethsémané, où Il reçut nos péchés, pour les prendre avec Lui sur la Croix.

«Et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous.»
      (Ésaïe 53:6).

Christ prit nos péchés de Gethsémané à la Croix où Il « mourut pour nos péchés, selon les Écritures ». (I Corinthiens 15:3).

Si vous êtes un Chrétien, contemplez et contemplez encore Ses souffrances, et vous serez fortifié à l'heure de la tentation, et encouragé en traversant les épreuves. Si vous n'êtes pas encore sauvé, venez à Christ et Il vous lavera de vos péchés par Son Sang.

Il est ma paix, et ici seulement,
Je n'ai nul autre besoin que de mon Sauveur;
Aucune œuvre de justice n'est mienne,
Non pas une seule à mon nom,
Aucune lueur d'espoir ne m'est donnée,
Qu'en Gethsémané.
   (« Toutes les Afflictions qu'Il a Endurées » par Joseph Hart, 1712-1768).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine en ligne sur
Internet à www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »


APERÇU RAPIDE DE

GETHSÉMANÉ – LE PRESSOIR

par Dr. R. L. Hymers, Jr.

« J'ai été seul à fouler au pressoir, et nul homme d'entre les peuples n'était avec moi » (Ésaïe 63:3).

(Mathieu 26:36)

I.   Premièrement, ce fut le pressoir de l'effroi, Marc 14:33;
Ésaïe 53:6; Lévitique 16:21-22.

II.  Deuxièmement, ce fut le pressoir du sacrifice substitutif,
Luc 22:44; Lévitique 16:15; Ésaïe 53:10.

III. Troisièmement, ce fut le pressoir de l'abandonnement, Mathieu 26:37; Ésaïe 53:6; I Corinthiens 15:3.

Note du traducteur: Toutes les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits).