Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




UNE MAUVAISE INTERPRÉTATION DE LA PARABOLE
DU FILS PRODIGUE

(SERMON NUMÉRO 2 SUR LE FILS PRODIGUE)
MISINTERPRETING THE PRODIGAL SON
(SERMON NUMBER 2 ON THE PRODIGAL SON)
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
Le soir du Jour du Seigneur, le 25 août 2013.

« Car mon fils, que voici, était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.… » Et ils commencèrent à se réjouir » (Luc 15:24).


La parabole du fils prodigue est l'une des histoires les plus aimées de la Bible. Mais elle est aussi un des passages les plus mal compris aujourd'hui. Je voudrais faire un bref exposé de la parabole, et ensuite je vous dirai comment elle a été changée et pervertie, même par des prédicateurs bien intentionnés.

Dans le message ce soir, je traiterai cette parabole de deux manières différentes. D'abord, je montrerai comment elle a été pervertie par le « décisionisme. » En second lieu, je montrerai ce qu’elle signifie vraiment. Et alors je montrerai aussi de quelle manière elle s'applique à votre cas, mais nous allons commencer par regarder la parabole dans son entier.

Jésus raconte le récit d'un homme qui a deux fils. Le plus jeune va voir son père et lui demande sa part d'héritage, et cela avant sa mort. Le père en convient, et donne à son fils la moitié qui lui revient. Il prend donc tout ce qui lui revient et quitte la maison paternelle, puis il s'en va dans un pays lointain et y gaspille tout son argent en menant une vie dissolue.

Après avoir tout dépensé, une famine survient tout à coup sur le pays et il meurt presque de faim. Il va chez un habitant de ce pays qui l'embauche pour garder ses porcs. Il manque tellement de nourriture qu'il voudrait pouvoir assouvir sa faim avec les cosses de maïs que les porcs mangent, mais personne ne pense à lui donner quelque chose à manger.

Alors il revient à lui et se rend compte que les domestiques de son père ont assez de pain à manger, alors que lui meurt de faim. Il décide donc de retourner à la maison de son père et de lui dire, « Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, et je ne suis plus digne d'être appelé ton fils ; reprends moi comme un de tes serviteurs. » Il se lève alors et s'en va trouver son père. Au moment où il approche de la maison paternelle, son père le voit, court vers lui et l'embrasse. Son père le fait revêtir d'habits somptueux, lui met un anneau au doigt, et de belles chaussures aux pieds. Le père fait tuer un veau gras et fait un grand festin en son honneur. Le père dit,

« Car mon fils, que voici, était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.… Et ils ont commencé à se réjouir » (Luc 15:24).

Voici donc les grandes lignes de la parabole. Maintenant, je voudrais retourner et vous montrer comment cette parabole a été mal interprétée aujourd’hui, puis je vous en donnerai la véritable signification.

I. Premièrement, de quelle manière cette parabole a été mal interprétée par beaucoup de prédicateurs modernes.

J'ai horreur de dire que le Dr. J. Vernon McGee a mal interprété cette parabole, mais c'est pourtant vrai. Le Dr. McGee dit à ce sujet, « Ceci n'est pas une image d'un pécheur qui obtient le salut… Dans cette histoire, notre Seigneur nous dit qu’il n'y a pas de remise en question pour savoir si le jeune est un fils ou pas… il est un fils, sans arrêt… le seul qui veut aller à la maison du père est le fils ; et un jour le fils dit, ‘je me lèverai et j'irai chez mon père’ » (J. Vernon McGee, Th.D., Thru the Bible, À travers la Bible, Thomas Nelson Publishers, 1983, volume IV, pp. 314, 315; note sur Luc 15:11 - 19).

Le Dr. McGee a incorrectement dit que ce jeune homme était déjà sauvé. Il s'est rebellé et il est entré dans une vie de péché prolongé, mais il était toujours sauvé. Plus tard il s'est repenti de son péché et a re-confirmé sa vie.

Je suis désolé de devoir dire que tout cela montre comment le Dr. McGee a été influencé par le « décisionisme » moderne. Voici la manière dont cette parabole a été mal interprétée par beaucoup de prédicateurs modernes, dont Billy Graham. Pourquoi donc ? Ils l'ont fait parce que des dizaines de milliers de personnes ont pris des « décisions » pour Christ et sont ensuite retombées dans le péché. La seule manière dont ces prédicateurs peuvent l'expliquer c'est de dire qu'ils sont comme le fils prodigue, et qu'un certain jour ils se réveilleront et re-confirmeront leur première décision. Vous les entendez dire qu'il y a des alcooliques « sauvés, » des toxicomanes « sauvés, » et même des prostituées « sauvées. » Puisque 88% de tous les « enfants élevés dans l'église » partent de leur église « pour ne jamais y retourner » (Barna) et que tous ont pris une « décision » pour Christ, les pasteurs donnent le faux espoir à leurs parents en parlant d'eux comme des fils prodigues, sauvés mais retombés dans le péché. Ils disent de toutes ces personnes qui vivent profondément dans le péché et ne vont pas à l'église, qu'elles « sont sauvées. » Tout ce qu'elles doivent faire est de revenir et de re-confirmer leur décision un jour ou l’autre. Mais même si elles ne le font pas, elles sont toujours sauvées. Comme le dit le Dr. McGee, « Le fait que le jeune homme soit un fils n'a jamais été remis en question. Il est resté fils tout le temps. » Ainsi, Bill Clinton, un baptiste, était un « fils » même pendant qu'il avait des relations sexuelles avec Monica Lewinsky dans le bureau ovale de la Maison Blanche. Également un autre baptiste, Jimmy Carter, était un « fils » même alors qu'il niait l'infaillibilité de la Bible et disait que les Mormons sont de véritables chrétiens ! Il y a quelques années une femme à la tête d'une maison de prostitution, ici à Los Angeles, a dit qu'elle était « une chrétienne née de nouveau. » Un leader évangélique m'a dit, « Ne la jugez pas. » Quelle folie ! Cette marque confuse d'évangélisme s'appelle « antinomianisme, » et vient de la croyance qu'on peut vivre dans le bourbier du péché et être en même temps un enfant de Dieu. Ces derniers sont de prétendus « chrétiens charnels. » Mais le Dr. Martyn Lloyd-Jones dit, « C'est une interprétation erronée de [Romains 8:5-8] de dire que ‘ceux qui marchent selon la chair’ sont, soi-disant, des chrétiens ‘charnels’… car on peut voir que ce que l'apôtre dit à leur propos montre qu'il [est] impossible qu'ils puissent être chrétiens… être chrétien, nous l'a souvent dit l'apôtre, implique un changement radical dans la nature de l'être humain » (D. Martyn Lloyd-Jones, M.D., Romans : An Exposition of Chapter 8:5-17, Romains : une exposition du chapitre 8:5-17, The Banner of Truth Trust, édition de 2002, p. 3).

Je suis vraiment désolé d'avoir à corriger le Dr. McGee. Il m'a beaucoup enseigné sur la Bible pendant les années 60 et 70, quand je l'écoutais tous les jours à la radio. Je répugne littéralement à la pensée de le corriger sur sa vision de la parabole du fils prodigue. Mais je n'ai pas d'autre choix. Le Dr. McGee dit qu'il avait été sauvé par un « prédicateur évangéliste d'Oklahoma, il y a bien des années, qui avait l'habitude de citer cette parabole pour présenter l'Évangile… un soir, il a prêché sur le fils prodigue, et c'est le soir où je me suis avancé pour prendre une décision pour Jésus » (ibid., P. 314). Puis le Dr. McGee dit, « Cette parabole ne montre pas comment un pécheur obtient le salut » (ibid.). Il dit que cela a « principalement » à voir avec la façon dont Dieu « reprend un fils qui est dans le péché. »

Le Dr. McGee n'a pas pris cette idée du prédicateur démodé qui l'a sauvé plus tôt en Oklahoma. Non, il a eu cette idée des prédicateurs modernes du nouvel-évangélisme comme Billy Graham, qui demandent des « re-confirmations » plutôt que des conversions nettes et bien définies. Cette « nouvelle » manière de regarder la parabole a produit un océan grouillant de prétendus « chrétiens déchus » qui n'ont été jamais convertis. Comme le dit le Dr. Lloyd-Jones, « il est absolument impossible qu'ils puissent être chrétiens. »

J'ai récemment lu un article par un évangéliste qui dit,

Je vis en Caroline du Sud, et j'aime le Sud, et je ne me moque pas de qui que ce soit qui vient de cet état, mais il lui semble que là-bas, tout le monde dit qu'il est sauvé !...Dans certains états du Sud, il y a une église à presque chaque coin de rue. Même nos politiciens et nos vedettes de cinéma déclarent qu'ils sont sauvés… Pourtant nous y voyons plus de meurtres, de viols, de drogues, de pornographie, de divorces, de mensonges, et de vols que jamais… Alors, qu'est-ce qui ne va pas ? Pourquoi nos églises locales diminuent-elles en croissance et en influence? … Quel est le problème ? (Jerry Sivnksty, « Gospel Soaked or Gospel Thirsty? Imbibés d'Évangile ou assoiffés d'Évangile ? » Frontline Magazine, Juillet/août 2013, p. 38).

Je vais vous dire quel est le problème - nous avons des dizaines de milliers de personnes qui ont pris des « décisions » pour Christ mais qui ne sont pas converties ! Voilà le problème ! Et cela ne se produit pas simplement dans le Sud, mais partout en Amérique ! Un prédicateur m'a récemment dit que presque chaque fois qu'il frappe à une porte, lors d’une tournée d'évangélisation, les gens lui disent de partir parce qu'ils sont déjà sauvés ! Il dit qu'ils ne viendront pas à l'église et ils ne se repentiront pas - parce qu'ils pensent qu’ils sont déjà sauvés ! C'est le résultat de décennies de « décisionisme » et l'idée complètement fausse que « les fils prodigues » sont réellement des chrétiens ! Je dis, « Assez de ce faux Évangile ! C'est ce qui a littéralement ruiné l'Amérique ! À bas ce faux évangélisme ! Assez de cela ! Dehors ! Il a damné des millions d'âmes, estropiés nos églises, et a entraîné la ruine spirituelle de notre nation ! Je me moque de ceux qui en font la promotion - le Dr. McGee, Billy Graham, le pape François, ou l'Antéchrist - c'est une doctrine diabolique, pleine de poison satanique ! » Ce qui nous rappelle notre texte,

« Car mon fils, que voici, était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.… Et ils ont commencé à se réjouir » (Luc 15:24).

(Cliquez ici pour lire mon sermon intitulé, « L'archétype de la conversion. » Vous devriez le lire avec ce sermon).

II. Deuxièmement, cette parabole a été donnée par Christ pour montrer comment des pécheurs perdus, complètement morts dans leurs iniquités et leurs péchés, sont sauvés !

J'ai connu une fois un homme qui avait quitté son épouse pour partir avec une autre femme. Ensuite, il a volé une banque avec un révolver et a été envoyé en prison pendant plusieurs années pour ce vol. Il était adultère, bandit et voleur de banque. Mais, pendant tout ce temps, il déclarait qu'il était sauvé ! Je lui ai demandé ce qui se serait produit si l'Enlèvement s'était produit tandis qu'il volait cette banque avec une arme. Sans sourciller, il m'a dit, « le révolver serait tombé à terre quand j'aurai été enlevé pour rencontrer le Seigneur dans les airs ! » Je lui ai dit qu'il avait tort, qu'il n'avait jamais été converti. Il a fait appel à la parabole du fils prodigue et en a donné la fausse interprétation que je vous ai expliquée il y a un moment et il a dit qu'il était toujours resté un « fils. » J'ai ouvert la Bible. J'ai pris son index dans ma main et j'ai mis l'extrémité de son doigt sur Luc 15:24. Je lui ai ensuite dit, « Lisez-le. » J'ai dû le lui dire trois ou quatre fois avant qu'il ne le lise finalement en hésitant,

« Car mon fils, que voici, était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.… (Luc 15:24).

Il m'a regardé fixement avec un regard sauvage dans les yeux, comme s'il avait été pris sur le fait ! Alors il a laissé échapper ces mots, « Mais ce n'est pas ce que cela veut dire ! » J'ai dit, « Je ne vous ai pas dit ce que cela signifie. Je vous ai seulement dit de le lire. » Alors je le lui ai lu,

« Car mon fils, que voici, était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.…

Puis je lui ai dit, « Le propre père de ce jeune homme a dit qu'il était ‘mort’. Oui, le propre père de ce jeune homme a dit qu'il était ‘mort’. Si son propre père l'a dit, qui êtes-vous pour le contredire ? » D'ailleurs, si vous regardez le Commentaire du Dr. McGee, vous verrez qu'il n’y a aucune note sur Luc 15:24 ! Il ne le pouvait pas en écrire ! Il aurait complètement détruit sa fausse théorie ! Dans Luc 15:24 le père dit que son fils était « mort » c'est à dire « mort dans ses fautes et ses péchés » (Éphésiens 2:1, 5). Alors le père a dit, « il était perdu. » Comment aurait-il pu être plus clair ? Le fils prodigue illustre un pécheur perdu !

C'est la troisième d'une liste de trois paraboles que Jésus a données dans Luc 15 en réponse aux Pharisiens. Ils s'étaient plaints qu'Il mangeait avec des pécheurs (Luc 15:2). Il a donné ces trois paraboles pour montrer comment Dieu se réjouit quand un pécheur est sauvé ! Chacune de ces trois paraboles montre que Dieu reçoit et pardonne les pécheurs perdus. Il a donné la parabole de la brebis perdue dans les versets 3 à 7. Il a donné la parabole de la pièce de monnaie perdue dans les versets 8 à 10. Et puis Il a donné la parabole du fils perdu dans les versets 11 à 32. Le point principal dans chacune de ces trois paraboles est que Dieu se réjouit considérablement pour « un pécheur qui se repend » (Luc 15:7, 10, 24). Étrangement, même le Dr. Ryrie n'était pas en accord avec le Dr. McGee et Billy Graham. Le Dr. Ryrie a compris cette parabole correctement. Dans sa note sur Luc 15:24, il dit « perdu » huit fois dans ce chapitre, l'état de perdition où se trouvait ce fils est souligné, versets 4 [deux fois], 6, 8, 9, 17, 24, 32 » (Charles C. Ryrie, Th.D., Ph.D., The Ryrie Study Bible, La Bible d'étude de Ryrie, Moody Press, 1978, p,1978, P. 1576; note sur Luc 15:4). « L'état de perdition du fils est souligné. » Complètement correct !

Le Dr. McGee a excessivement souligné le fait que le prodigue est appelé « un fils. » Dans cette parabole « fils » ne signifie pas qu'il ait été sauvé. Le Dr. John MacArthur est correct sur ce point particulier quand il dit que cette parabole « décrit tous les pécheurs (lié à Dieu le Père par la création) qui gaspillent leurs privilèges potentiels et refusent toute relation avec Lui [Dieu], choisissant à la place une vie d'auto indulgence pécheresse » (John MacArthur, D.D., The MacArthur Study Bible, La Bible d'étude de MacArthur, Word Bibles, 1997, P. 1576; note sur Luc 15:4).

Le Dr. MacArthur dit également et correctement que le fils prodigue « était un candidat pour le salut » quand il « est revenu à lui » (ibid., note sur Luc 15:17). Ceci prouve que le Dr. MacArthur comprend correctement que le fils prodigue était perdu. Sur beaucoup de questions, je suis très souvent d'accord avec le Dr. McGee contre le Dr. MacArthur, en particulier au sujet du Sang de Christ. Le Dr. McGee est correct sur cet important sujet du Sang, et John MacArthur ne l'est pas. Mais sur la conversion du fils prodigue, notre texte me force à être d'accord avec John MacArthur,

« Car mon fils, que voici, était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.… (Luc 15:24).

D'ailleurs, dans cette parabole, tous les anciens commentaires disent que le fils prodigue était perdu, et a été converti. Aucun des anciens commentateurs ne disent qu'il a « re-confirmé » sa vie à Christ et qu'il était sauvé avant ce moment-là ! Matthew Poole (1624-1679) dit de notre texte, « une âme pécheresse est une âme morte… la conversion d'un pécheur est comme la résurrection d'entre les morts. Et aucune âme n'est capable de véritable joie, jusqu'à ce qu'elle ne soit réconciliée avec Dieu par le Sang de Christ » (note sur Luc 15:24 ; A Commentary on the Holy Bible, Un commentaire sur la Sainte Bible, The Banner of Truth Trust, réimpression de 1990, volume III, p. 247).

Matthew Henry (1662-1714) dit, « La parabole représente Dieu en tant que Père commun à toute l'humanité, à la famille entière d'Adam… » Matthew Henry continue pour dire que le fils prodigue représente « un pécheur, c’est à dire chacun de nous dans son état naturel… que la condition du fils prodigue… représente pour nous un état de pécheur, cet état malheureux dans lequel l'homme est tombé. » Puis Matthew Henry continue pour donner neuf illustrations du fils prodigues en tant que personne perdue (Matthew Henry’s Commentary on the Whole Bible, Commentaire de la Bible entière par Matthew Henry, Hendrickson Publishers, réimpression de 1996, volume 5, pp. 599-600).

Le Dr.John R. Rice a voulu revoir l'ancienne manière que l’on trouve dans les commentaires classiques pour expliquer cette parabole. Il n'était pas d'accord avec le Dr. McGee qui dit que « ce n'est pas la véritable image d'un pécheur qui est sauvé. » En fait, le Dr. Rice dit exactement le contraire. Le Dr. Rice dit, « Le fils prodigue illustre un pécheur perdu » (John R. Rice, D.D., The Son of Man, Le Fils de l’Homme, Sword of the Lord Publishers, 1971, p 1576; note sur Luc 15:4).

C. H. Spurgeon, le prince des prédicateurs, déclare la même chose dans son sermon The Prodigal’s Climax, le Point culminant de la parabole du fils prodigue, The Metropolitan Tabernacle Pulpit, Pilgrim Publications, réimpression de 1975, volume XLI, pp. 241-249). Notre texte dit :

« Car mon fils, que voici, était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.… Et ils ont commencé à se réjouir » (Luc 15:24).

Spurgeon dit de notre texte, « La conversion d'une âme est une chose assez extraordinaire pour inonder de joie éternelle le cœur des justes » (ibid., Exposition du chapitre, p. 251). D'ailleurs, le poids des arguments de tous ces commentateurs montre clairement que celui qui est perdu, dans cette parabole, est bien le fils prodigue et montre également qu'il a été converti. C'est l'avis donné par les érudits traditionnels tout au long des âges - jusqu'à ce que le « décisionisme » de notre temps rende la conversion « confuse » !

III. Troisièmement, cette parabole montre ce qui devrait vous arriver dans le cas d'une vraie conversion.

Si vous comptez être converti, et devenir un vrai chrétien, vous allez devoir passer par la même chose que le fils prodigue. Sinon, Dieu ne pourra pas vous dire,

« Car mon fils, que voici, était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.… (Luc 15:24).

Maintenant vous êtes resté assis pendant toutes ces explications, et vos pensées dérivent loin d’ici. Hommes, femmes, asseyez-vous le dos bien droit et ressaisissez- vous ! C'est à vous que je parle ! Vous devez passer au moins par une partie des difficultés que le fils a vécu ou vous irez en enfer ! Vous devez éprouver ce qu'il a éprouvé, ou vous passerez l'éternité dans les flammes sulfureuses, tourmenté par des démons, et déchiré par votre propre conscience ! Voici par où vous devez passer, au moins dans une certaine mesure, pour être sauvé. Jésus est mort à votre place sur la Croix pour payer le prix de votre péché. Il s'est relevé d'entre les morts pour vous donner la vie. Mais il y a habituellement une lutte pour venir à Christ. Les points suivants sont tirés de la parabole du fils prodigue :

1.   Vous avez à admettre à vous-même que votre cœur est vraiment égoïste et veut rester aussi loin de Dieu que possible. Nous avons connu des gens qui sont venus à la salle de prière et de partage et ont dit qu'ils voulaient être sauvés et qui, en même temps, projetaient de partir de l'église ! C'est une profonde auto-illusion. Pourquoi Dieu devrait-il donner la grâce du salut à une personne qui pense retourner de nouveau dans le monde ? « Si un homme aime le monde, l'amour du Père n'est pas en lui » (I Jean 2:15). « Un homme de double pensée, est instable dans toutes ses manières » (Jacques 1:8).

2.   Priez pour que Dieu vous montre le vide de ce monde. Il n’est pas nécessaire de devenir un sans logis dans la rue pour réaliser que vous ne désirez pas y aller ! Dieu peut vous montrer la vanité de tout style de vie matérialiste. Demandez à Dieu de vous montrer le vide d'une vie sans Lui. « Vous n'avez pas, parce que vous ne demandez pas » (Jacques 4:2).

3.   Réveillez-vous ! Revenez à vous-même ! Priez pour que Dieu vous montre que vous « périssez de faim, » tandis que vous pourriez avoir la paix et la joie ! La manière dont vous êtes actuellement ne vous donne aucune paix intérieure ! Pourquoi continuez-vous dans le péché alors que vous pourriez être pardonné par Christ ? « Il n'y a aucune paix, dit mon Dieu, pour les méchants » (Ésaïe 57:21).

4.   Pensez à votre péché. Pensez à vos différents péchés, aussi bien que votre cœur pécheur. Pensez profondément à votre péché jusqu'à ce que vous puissiez dire avec le fils prodigue, « J'ai péché contre le Ciel, et contre toi » (Luc 15:18). Mon pasteur le Dr.Timothy Lin n'a pas été sauvé jusqu'à ce qu'il n'ait écrit une longue liste de ses péchés. Il est revenu à plusieurs reprises sur cette liste jusqu'à ce que Dieu l'ait convaincu de péché, et qu'il sache qu'il était un pécheur perdu ! Je ne dis pas que vous deviez le faire, mais cela pourrait peut être en aider quelques uns d’entre vous.

5.   Jetez-vous dans les bras du fils de Dieu, « Car il n’y a qu’un médiateur entre Dieu et les hommes, l’Homme Jésus Christ » (I Timothée 2:5). Jésus dit, « Nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14:6). « Efforcez-vous d’entrer » en Christ (Luc 13:24). Ceux qui ne pensent pas sérieusement venir à Christ ne seront pas sauvés. Ce doit être la chose la plus importante de votre vie ! « Efforcez-vous d’entrer ! » Quand vous aurez trouvé Christ, tous vos efforts seront bien récompensés, tout ce que vous vous êtes « efforcé » de faire pour trouver Christ. Jésus dit, « Venez à moi… et je vous donnerai du repos » (Matthew 11:28). « Et le Sang de Jésus nous purifie de tout péché » (I Jean 1:7).

Que cet ancien cantique soir votre prière ce soir,

Je me suis écarté loin de Dieu,
   Aujourd’hui, je reviens à la maison ;
Trop longtemps j’ai marché sur les sentiers du péché,
   Seigneur, je reviens à la maison.

J’ai gaspillé mes précieuses années,
   Aujourd’hui, je reviens à la maison ;
Mes larmes de repentance sont amères,
   Seigneur, je reviens à la maison.

Je reviens à la maison, je reviens à la maison,
   Jamais plus pour repartir,
Ouvre tout grand Tes bras d’amour,
   Seigneur, je reviens à la maison.
« Lord, I’m Coming Home » (Seigneur, je reviens à la maison)
      par William J. Kirkpatrick, 1838-1921).

Si vous désirez devenir un véritable chrétien, veuillez vous lever et venir maintenant vers le fond de l'auditorium. Le Dr. Cagan vous emmènera dans un endroit calme où nous pourrons parler et prier avec vous. Dr. Chan, voudriez-vous prier pour ceux qui veulent mettre leur confiance en Jésus maintenant. Amen !

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

Vous pouvez également envoyer un courriel au Dr. Hymers à rlhymersjr@sbcglobal.net
(Cliquez ici) – ou vous pouvez lui écrire à son adresse postale à : P.O. Box 15308, Los
Angeles, CA90015. Ou encore lui téléphoner au 818)352-0452 (en mettant devant
l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays).

Écriture avant le Sermon lue par Mr. Abel Prudhomme : Luc15:21-24.
Solo avant le sermon chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Now I Belong to Jesus » (Maintenant, j’appartiens à Jésus)
par Norman J. Clayton, 1903-1992).


GRANDES LIGNES DE

UNE MAUVAISE INTERPRÉTATION DE LA PARABOLE
DU FILS PRODIGUE
(SERMON NUMÉRO 2 SUR LE FILS PRODIGUE)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Car mon fils, que voici, était mort, et il est revenu à la vie; il était perdu, et il est retrouvé.… » Et ils commencèrent à se réjouir » (Luc 15:24).

I.    Premièrement, de quelle manière cette parabole a été mal interprétée par beaucoup de prédicateurs modernes, Luc 15:24.

II.   Deuxièmement, cette parabole a été donnée par Christ pour montrer comment des pécheurs perdus, complètement morts dans leurs iniquités et leurs péchés, sont sauvés !
Éphésiens 2:1, 5; Luc 15:7, 10, 24.

III. Troisièmement, cette parabole montre ce qui devrait vous arriver dans le cas d'une vraie conversion, I Jean 2:15; Jacques 1:8; 4:2; Ésaïe 57:21; Luc 15:18; I Timothée 2:5; Jean 14:6; Luc 13:24; Matthieu 11:28; I Jean 1:7.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).