Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




L'ARCHÉTYPE DE LA CONVERSION

(SERMON NUMÉRO 1 SUR LE FILS PRODIGUE)
THE ARCHETYPE OF CONVERSION
(SERMON NUMBER 1 ON THE PRODIGAL SON)
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le Jour du Seigneur, le dimanche matin 25 août 2013

« Étant revenu à lui-même... » (Luc 15:17).


La parabole du fils prodigue est une des mieux aimées de toutes les histoires de la Bible. Mais aujourd'hui, elle est souvent mal interprétée. J'essayerai de corriger cette erreur ce soir dans mon sermon, « mauvaise interprétation de la parabole du fils prodigue. » J'espère que vous reviendrez pour l'écouter à 18:30. Nous vous invitons aussi à rester avec nous pour le dîner après la prédication, alors… revenez donc ce soir !

Tous les anciens commentaires disent que le fils prodigue était perdu. Ils disent que cette parabole décrit sa conversion. Mais Billy Graham et d'autres disent que ce n'est pas une image de la conversion. Les décisionistes disent que c'est vraiment une image de la reconsécration d'un chrétien refroidi. Comment tous ces anciens commentaires pourraient-ils être erronés ? Mais, ils ne le sont pas. C'est l'interprétation moderne qui est erronée. Vous voyez, ces prédicateurs modernes ont dû en faire une reconsécration parce qu'ils n'ont jamais vu une conversion de ce type. C'est pourquoi même un grand professeur de la Bible comme le Dr. McGee s'est trompé - comme je le montrerai en détail dans le sermon de ce soir.

Au vingtième siècle, le « décisionisme » a fait de la conversion une chose bon marché - levez seulement la main et vous serez sauvé. Récitez seulement une prière rapide comme un perroquet et vous serez sauvé. Aussi, au vingtième siècle, les prédicateurs n'ont plus vu de conversions comme celle du fils prodigue. Et, comme un résultat direct du « décisionisme, » Billy Graham et les autres ont dû donner une nouvelle interprétation de la parabole, qui est alors devenue une reconsécration plutôt qu'une conversion. Au lieu de laisser la parabole parler pour elle-même, ils la regardent maintenant à travers les « verres » du « décisionisme. » Même un grand professeur de la Bible comme le Dr. McGee a été dérouté par le décisionisme. C'est ainsi qu'il a dit, « Ce n'est pas l'image d'un pécheur qui est sauvé… regardons d'abord ce dont parle principalement la parabole. La parabole ne parle pas de la manière dont un pécheur est sauvé ; elle révèle le cœur d'un Père qui sauvera non seulement un pécheur, mais reprendra à lui un fils qui a péché » (J. Vernon McGee, Th.D., Thru the Bible, À travers la Bible, Thomas Nelson Publishers, 1983, volume IV, P. 314; notes sur Luc 15:14).

Je crois que le Dr. McGee était probablement victime d’une certaine confusion à cause de Lewis Sperry Chafer, le fondateur du séminaire théologique de Dallas (Dallas Theological Seminary). Le Dr. Chafer était un grand adversaire de la crise de la conversion, « de type ancien. » Il enseignait une forme de « Sandémanianisme » – l'idée que pour être sauvé, il faut simplement q» ue vous croyiez ce que dit la Bible sur Christ. Il semble que le Dr. McKee ait tiré son idée de la « reconsécration du fils prodigue de Lewis Sperry Chafer. Si quelqu'un lisant ce sermon recherchait ce qu’a dit le Dr. Chafer au sujet du fils prodigue et m'en envoie la source, je serais très heureux. Au vingtième siècle, cette idée erronée est devenue très répandue. Billy Graham a parlé du fils prodigue comme d’une personne qui a abandonné la foi (ou « chuté ») et qui revient à Dieu. Il dit, « Je vous demande de re-confirmer votre confirmation. Je vous demande de revenir à Dieu ce soir. » Dans toutes ses grandes croisades, il a dit ce genre de chose chaque fois qu'il prêchait sur la parabole du fils prodigue et pendant plus de cinquante ans, ses émissions étaient retransmises à la télévision aux heures d'écoute dans toute l'Amérique. Tant et si bien, qu'aujourd'hui, c'est exactement ce que pense la moyenne des évangéliques de la parabole du fils prodigue. Mais c'est quand même extrêmement déroutant ! Pourquoi ? Parce que la parabole du fils prodigue ne parle pas de reconsécration ! Elle parle d'une vraie conversion - et les deux ne sont pas la même chose ! La conversion est quelque chose que Dieu vous fait. La reconsécration est quelque chose que vous faites, vous. Dans la conversion, l'Esprit de Dieu réveille le pécheur et le travaille pour qu'il abandonne la porcherie du péché, l'attirant à Christ. Si une personne ne fait que reconsacrer sa vie elle ira en enfer. Pourquoi ? Tout simplement parce que le salut est par grâce, et le reconsecration est par les œuvres. Et les œuvres n'ont jamais sauvé quiconque !

Tous les anciens commentaires écrits avant le décisionisme disent que le fils prodigue était perdu. Par exemple, le Commentaire d'Henry Matthew dit que le mot « fils » ne signifie pas qu'il ait été sauvé, mais « représente Dieu en tant que Père commun à toute l'humanité. » Henry a également dit que la parabole a été donnée « pour montrer combien la conversion d'un pécheur est satisfaisante pour Dieu » (Hendrickson Publishers, édition de 1996, volume 5, P. 598 ; notes sur Luc 15:11 - 32). C'est de cette manière que tous les commentaires classiques, avant le décisionisme du vingtième siècle, expliquaient la parabole.

Dépassons maintenant le manque de profondeur du décisionisme du vingtième siècle, je vous invite à réfléchir sur la véritable signification de la parabole. Cette parabole est la troisième d'une liste de trois paraboles que Jésus a données au Pharisiens. Ils raillaient Jésus parce qu'Il « recevait des pécheurs et mangeait avec eux » (Luc 15:2). Pour expliquer pourquoi Il recevait des pécheurs et mangeait avec eux, Jésus leur a donné trois paraboles - trois petites histoires, avec une leçon dans chacune d'elle. D'abord, Il a donné la parabole du mouton perdu (Luc 15:3 - 7). Deuxièmement, Il a donné la parabole de la pièce de monnaie perdue (Luc 15:8 - 10). Troisièmement, il a donné la parabole du fils perdu - que nous appelons souvent « le prodigue » (Luc 15:11 - 32). Chacune de ces trois paraboles parle du salut d'une personne perdue. Chacun convient que les deux premières paraboles parlent d'une personne qui est perdue et obtient le salut. Et chaque commentateur, avant le vingtième siècle, a dit que la troisième parabole était également au sujet d'un homme perdu obtenant le salut ! La note de Scofield l'appelle la « parabole du fils perdu » (The Scofield Study Bible, La Bible d'étude de Scofield, édition de 1917). Et c'est exactement ce qu'il est. Dans Luc 15:24, le propre père du jeune homme dit qu'il était spirituellement mort, et qu'il était bel et bien perdu !

« …mon fils était mort, et il est vivant [la nouvelle naissance] ; il était perdu, et il est trouvé… » (Luc 15:24).

La parabole du fils prodigue a été donné par Christ comme un archétype - un modèle, un exemple de la vraie conversion. La conversion de Paul a suivi ce modèle. Et l'exemple de la conversion du fils prodigue a été expérimenté par tous grands prédicateurs chrétiens jusqu'au vingtième siècle - à l'exception de l'hérétique Finney le Pélagian. Prenez un peu le temps de lire une petite histoire chrétienne et vous verrez comment tous ces grands chrétiens ont eu une conversion basée sur le modèle de la conversion du fils prodigue. La conversion de Saint Augustin a suivi ce modèle. Ainsi que la conversion de Luther, Bunyan, Whitefield, les deux frères Wesley, tous ceux qui ont été convertis dans le premier et deuxième Grands Réveils (1730-1840), aussi bien que la conversion de C. H. Spurgeon, R. A. Torrey, et un des plus grands prédicateurs de tous les temps, l'évangéliste Dr. John Sung de Chine. Tous ces hommes ont été convertis quand ils ont connu la conversion sur le modèle de celle du fils prodigue.

D'ailleurs, je pense que c'est l'une des raisons pour laquelle Christ a donné la parabole du fils prodigue - pour nous donner une image de la conversion. Nulle part ailleurs, dans les quatre Évangiles, Christ nous donne une description détaillée de la manière dont une conversion se produit. Oui, le témoignage de Paul est décrit trois fois dans le livre des Actes - mais j'affirme que la conversion de Paul a suivi le modèle, établi par Christ, bien des années avant que Paul ne soit converti, c’est à dire quand le Seigneur nous a donné la parabole du fils prodigue.

Cliquez ici pour lire mon sermon intitulé, « Mauvaise interprétation de la parabole du fils prodigue. » (Vous devriez le lire avec ce sermon-ci).

Comme je l'ai dit au commencement, la parabole du fils prodigue est une des histoires préférées de la Bible. La raison en est parce qu'elle montre au pécheur perdu le modèle qu'il doit expérimenter pour être sauvé. Et après cette longue introduction, venons-en au corps du sermon lui-même. Le texte dit simplement,

« Quand il revint à lui » (Luc 15:17).

Maintenant je veux dire ici que la conversion du fils prodigue est un archétype, parce qu'elle décrit tous les éléments qui arrivent quand une personne est vraiment convertie. Le texte est simple,

« Quand il revint à lui » (Luc 15:17).

Il y a différentes étapes dans la conversion, et nous le voyons dans l'expérience du fils prodigue. D'abord, il y a l'étape où le jeune homme a décidé d'être indépendant de son père. Il ne veut plus que son père le commande. Il veut être « libre. » Le fils prodigue ne nie pas l'existence de Dieu. Dans son enfance, il a probablement assisté aux services religieux avec ses parents. Mais profond dans son cœur se cache le désir d’une prétendue « liberté. » Il veut rejeter les lois et les règlements de son père. Il pense qu'il doit y avoir quelques expériences délicieuses auxquelles il n'a encore jamais goûté. Il veut profiter des fruits interdits du monde qu'il n'a encore jamais pu apprécier. Il est un homme maintenant, il veut être responsable de lui-même et faire ses propres règles plutôt que d'être sous le contrôle de son père. Si vous pensez ainsi, puissiez-vous « revenir à vous-même » maintenant, avant que vous ne soyez obligé de confronter la ruine et la honte qui fondront sur vous si vous allez de pair avec ces pensées rebelles.

Mais bientôt le fils prodigue en est venu à une autre étape. Il a reçu son héritage plus tôt, avant la mort de son père. Il a pris l'argent et s'en est allé dans un pays lointain. Maintenant il peut enfin faire toutes les choses dont il avait seulement rêvé avant. Il passe ses jours et ses nuits à goûter « les plaisirs du péché pendant une saison » (Hébreux 11:25).

Bientôt il en arrive au troisième stage, quand il a « tout dépensé. » Maintenant il n'a plus rien pour satisfaire sa faim. Et tous ses péchés ne lui donnent plus aucune satisfaction. Et c'est dans cet état terrible qu'il en arrive au quatrième stage - « quand il revint à lui » (Luc 15:17) - ou comme le dit une traduction moderne, « quand il revint à ses sens »

Quel imbécile il a donc été ! Comme quelqu'un en folie, il court d'un péché à l'autre. Nous avons vu des jeunes faire des choses insensées et étranges. Nous avons vu des jeunes entrer si profondément dans le péché qu'ils partaient finalement de notre église. Et nous les avons vus plonger dans des péchés encore plus graves. Personne ne pourrait les arrêter maintenant. Jamais ils n’auraient pensé entrer si profondément dans le péché. Ils peuvent réussir dans le monde des affaires et extérieurement, tout semble marcher pour eux, mais en ce qui concerne les choses de Dieu, ils deviennent comme des animaux, sans paix dans leur cœur, et sans aucun espoir dans ce monde.

« Quand il revint à lui » (Luc 15:17).

Voici la première œuvre de la grâce dans le cœur d'un pécheur perdu. Un pécheur ne peut venir à ses sens et commencer à penser sagement à sa vie, et à son destin éternel seulement lorsque l'Esprit Saint le pousse à le faire. Et n'écoutez pas le diable qui vous dit que vous pouvez toujours revenir, comme le fils prodigue. Ne comptez pas là-dessus ! Vous pouvez seulement venir si Dieu vous attire, et il n'y a aucune garantie qu'il vous attirera de nouveau si vous entrez obstinément dans le péché ! Il peut dire, « Éphraïm s’est joint aux idoles : laissez-le » (Osée 4:17). Prenons quelques minutes pour voir comment la parabole du fils prodigue montre la conversion d'un pécheur perdu.

I. Premièrement, le pécheur perdu revient à lui.

« Quand il revint à lui » - quand il est revenu à ses sens. Voilà le premier signe que la grâce de Dieu est à l’œuvre dans votre vie.

Parfois ce changement d'esprit se produit soudainement. C'est ce qui s'est passé pour M. Griffith, qui a chanté il y a juste un moment, « Seigneur, je viens à la maison. » Il a expérimenté une conversion soudaine et « à l'ancienne ». Il est venu à l'église avec un ami. Ce jour-là, je prêchais avec force sur le péché et le jugement. L'ami a dit, « sortons d'ici. » Ou quelque chose comme cela. Griffith a dit, « attends une minute, je veut entendre ce qui se dit. » L'autre camarade s'est littéralement sauvé, hors d’atteinte du son de ma voix. Griffith est resté à écouter. La conviction de péché est venue sur lui. « Il est revenu à lui. » Il a pensé, « le prédicateur a raison. Je suis un pécheur. » Puis, juste à ce moment-là, il a fait confiance à Jésus et a été sauvé. Je me suis considérablement réjoui quand j'en ai entendu parler ! Il est devenu aussi passionné pour les choses de Dieu qu'il l'était par le passé pour celles du péché. Tout le monde qui le connait peut dire que ce changement de cœur est vrai, malgré que ce se soit passé soudainement, la toute première fois il a entendu l'Évangile. C'est la manière dont le Dr. Chan a été converti. C'est la manière dont mon épouse a été convertie. C'est la manière dont Melissa Sanders a été convertie. C'est la manière dont Mme Cagan, et plusieurs autres personnes de notre église, ont été converties. Ils sont venus à leurs sens soudainement - et ont fait confiance à Jésus sur le champ. Et ils ont été sauvés la toute première fois qu'ils m'ont entendu prêcher l'Évangile !

« Quand il revint à lui » (Luc 15:17).

Mais parfois, ce changement vient très graduellement, très lentement. C'est la manière dont le Dr. Chan a été converti. Il est venu à l'église, puis il est allé ensuite à la salle de prière et de partage après le sermon. Il est venu à plusieurs reprises. Il avait sa propre manière de penser. Il a commencé à discuter avec nous alors que nous essayions de le diriger vers Christ. Un jour il a discuté avec moi très vivement et je l'ai repris. Un jour, il est simplement parti de notre église et a essayé de trouver un autre ecclésiastique qui pourrait rendre la conversion plus facile pour lui. Si je me le rappelle correctement, il est allé voir un prêtre catholique. Mais l'homme ne l'a pas aidé. Il est allé voir un ministre protestant libéral, mais là, il n'a reçu aucune aide non plus. Finalement, il a allumé la télé et a vu une partie d'un film au sujet de Jésus. Alors Dieu lui a parlé dans son cœur, et il est tombé en larmes. Le dimanche suivant je l'ai vu revenir pour le service, et je me suis réjoui ! Quand il est venu à la salle de prière et de partage après le service, son orgueil était brisé. Il avait fait confiance à Jésus. Il était converti,

« Quand il revint à lui » (Luc 15:17).

Un de nos jeunes hommes a grandi dans notre église. Il est chinois. Il a lutté et lutté. Il résistait à Jésus - recherchant un sentiment, plutôt que le pardon pour le péché. Puis un matin, j'ai vu des larmes dans ses yeux. Il était fatigué de lutter. Je lui ai dit de s'agenouiller près de sa mère, et il a mis sa confiance en Jésus. Il était converti,

« Quand il revint à lui » (Luc 15:17).

Un autre jeune homme est venu à plusieurs reprises à la salle de prière et de partage. Il était sous une conviction profonde, mais a refusé de venir à Jésus par la foi, simplement. Il pleurait chaque fois qu'il venait, mais il n'a pas été sauvé. Un jour, il est venu en pleurant et en gémissant si fort que j'ai pensé qu'il pourrait avoir une convulsion. Je lui ai dit d'aller se laver le visage. Quand il est revenu, je lui ai cité un ancien cantique,

Mon ardeur pourrait elle toujours durer,
   Mes larmes pourraient elles toujours couler,
Tout cela ne pourrait le péché expier ;
   Toi Seul, et Toi seulement doit sauver.
Rocher des Âges, ouvre-Toi pour moi,
   Laisse-moi me cacher en Toi.
« Rock of Ages, Cleft For Me » (Rocher des Âges, ouvre-Toi pour moi)
   par Augustus M. Toplady, 1740-1778.

Il a fait confiance à Jésus et il a été sauvé.

« Quand il revint à lui » (Luc 15:17).

M. Lee est venu à l'église et a semblé faire confiance à Jésus. Mais c'était seulement une décision superficielle. Après un certain moment, c’était clair qu'il ne montrait aucun signe de la vie de Christ en lui. Il a eu « une panne d'essence » pour ainsi dire. Il est revenu à la salle de prière et de partage. Il est venu au Sauveur avec des larmes de regret et de repentir. Il était bientôt converti,

« Quand il revint à lui » (Luc 15:17).

Maintenant, depuis de nombreuses années il peut prier en public avec l'ardeur et l'amour que les hommes du passé montraient dans les grands Réveils des 18ème et 19ème siècles et pendant le Réveil de Corée de 1907. Dieu soit loué ! Il était solidement converti,

« Quand il revint à lui » (Luc 15:17).

John Cagan détestait l'église, et il détestait son père qui l'obligeait à y aller chaque dimanche. Pourtant un matin l'Esprit Saint a brisé son cœur. Il est venu en sanglotant, rampant sur ses mains et ses genoux à l'autel. Il a été sauvé comme un vieux méthodiste d'autrefois ! Ah, Dieu soit loué ! Il a été converti,

« Quand il revint à lui » (Luc 15:17).

Je pense à une jeune fille en ce moment. Elle était tellement religieuse ! Mais elle était toute liée en elle-même. Elle ne pouvait pas imaginer comment venir à Jésus. Cela lui semblait désespéré. Elle n'avait plus aucun espoir. Quand tout espoir a été jeté à terre en morceaux, comme du verre cassé, elle est venue à Jésus très doucement, et elle a été sauvée,

« Quand il revint à lui » (Luc 15:17).

II. Deuxièmement, pourquoi ne pourrais-je donc pas vous laisser venir devant et prendre une décision rapide ?

Naturellement je le pourrais ! Je pourrais vous faire venir devant et vous fais répéter les mots d'une prétendue « prière du pécheur. » Vous seriez heureux - pendant un temps. Puis alors vous vous mettriez à penser, « Ce n'est que cela ? Rien de plus ? Cela ne me semble pas du tout réel maintenant. » Et vous commenceriez à avoir des pensées comme le fils prodigue une fois de plus. Vous commenceriez à penser, « Peut-être y a-t-il quelque chose là dehors, dans le monde, que j'ai raté. » « Peut-être bien que tout cela n'est pas vrai après tout ! » « Peut-être que je passe à côté des vrais plaisirs qui sont dans le monde, dehors. » Je l'ai vu ! Ô oui, je l'ai vu ! La Bible dit, « et la dernière extrémité est plus mauvaise que la première » (II Pierre 2:20). Mieux l'avoir maintenant ! Mieux l'avoir maintenant ! Si vous ne l'avez pas maintenant correctement, alors, « la dernière extrémité » sera plus mauvaise pour vous « que le début. » Car alors votre cœur sera si endurci, et vous serez si fermé, que rien de ce que vous entendrez de la Parole de Dieu ne vous fera réagir ! Il est préférable de lutter et de pleurer que d'être livré « à un sens réprouvé, pour commettre des choses indignes » (Romains 1:28). Mieux vaut lutter et tâcher de trouver Christ maintenant que vous entendre dire un certain jour, « voici de qui cause ta ruine, c’est que tu as été contre moi… » (Osée 13:9). Mieux avoir des larmes amères, et un cœur en sanglot maintenant, que s'entendre dire par Christ un certain jour,

« Je ne vous ai jamais connu : partez loin de moi » (Matthieu 7:23).

« C’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand vous verrez [ceux dont la conversion desquels je vous ai entretenu ce matin] dans le Raoyaume de Dieu et que vous serez jetés dehors » (Luc 13:28).

Et vous entendrez Christ dire,

« …et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, ù il y aura des pleurs et des grincements de dents » (Matthieu 25:30).

Ah ! Je vous en supplie, réfléchissez maintenant ! Réfléchissez maintenant ! Oui, réfléchissez maintenant ! « Quand il est venu à ses sens. » Ah, puissiez-vous venir à vos sens aujourd'hui ! Et que l'on puisse dire de vous,

« Quand il revint à lui » (Luc 15:17).

Il a dit à son cœur, « je me lèverai et viendrai à Jésus maintenant » -

Pour me purifier dans ton Sang précieux,
   Qui a coulé au Calvaire.
Je viens, Seigneur! Je viens à Toi !
   Lave moi, purifie-moi dans le Sang
Qui a coulé du Calvaire.
     « I Am Coming, Lord » (Je viens, Seigneur !) par Lewis Hartsough, 1828-1919.

Si vous désirez devenir un véritable chrétien, veuillez vous lever et venir maintenant vers le fond de l'auditorium. Le Dr. Cagan vous emmènera dans un endroit calme où nous pourrons parler et prier avec vous. Allez au fond de la salle maintenant. Dr. Chan, voudriez-vous prier pour ceux qui viendront à leurs sens et mettront leur confiance en Jésus maintenant. Amen !

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

Vous pouvez également envoyer un courriel au Dr. Hymers à rlhymersjr@sbcglobal.net
(Cliquez ici) – ou vous pouvez lui écrire à son adresse postale à : P.O. Box 15308, Los
Angeles, CA90015. Ou encore lui téléphoner au 818)352-0452 (en mettant devant
l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays).

Écriture avant le Sermon lue par Mr. Abel Prudhomme : Luc 15:11-19.
Solo avant le sermon chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Lord, I’m Coming Home » (Seigneur, je viens à la maison)
par William J. Kirkpatrick, 1838-1921.


GRANDES LIGNES DE

L'ARCHÉTYPE DE LA CONVERSION

(SERMON NUMÉRO 1 SUR LE FILS PRODIGUE)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Quand il revint à lui » (Luc 15:17).

Luc 15: 2,24 ; Hébreux11:25 ; Osée 4:17.

I.  Premièrement, le pécheur perdu revient à lui.

II. Deuxièmement, ne pourrais-je donc pas vous laisser venir
devant et prendre une décision rapide ? II Pierre 2:20;
Romains 1:28; Osée 13:9; Matthieu 7:23; Luc 13:28;
Matthieu 25:30.


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).