Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




PRESBYTÉRIENS ET BAPTISTES
BATAILLENT AU SUJET D'UN HYMNE POPULAIRE

(SERMON PRÊCHÉ LE DIMANCHE DE LA RÉFORME)
PRESBYTERIANS AND BAPTISTS
FIGHT OVER POPULAR HYMN
(A SERMON PREACHED ON REFORMATION SUNDAY)
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le soir du jour du Seigneur, dimanche 27 octobre 2013

« Car tous ont péché, et n’atteignent pas la gloire de Dieu ; étant justifiés gratuitement par sa grâce, par la rédemption qui est en Christ Jésus : lequel Dieu a établi pour être une propitiation par la foi en son sang, afin de déclarer sa droiture pour la rémission des péchés commis auparavant, selon la patience de Dieu. Pour déclarer, dis-je, maintenant sa droiture, afin qu’il soit reconnu juste, et justifiant celui qui croit en Jésus. » (Romains 3:23 - 26).


C'est un des plus beaux passages du Nouveau Testament. Toute l'humanité a péché. Nous pouvons être rendus justes uniquement par la grâce de Dieu. Nous pouvons seulement être sauvés par Christ. Dieu L'a envoyé à la croix pour satisfaire sa justice et nous sommes sauvés par la foi dans le Sang de Christ. Dieu a envoyé Jésus pour verser Son Sang à notre place afin que Lui, qui est juste, puisse devenir la justification des pécheurs. C'est le cœur de l'Évangile ! Mais c'est un Évangile que le christianisme théologique libéral rejette. Dans son livre publié en 1934, The Kingdom of God in America, (Le royaume de Dieu en Amérique), le Dr. H. Richard Niebuhr décrit le protestantisme théologiquement libéral par ces mots célèbres, « Un Dieu sans colère a emmené l'homme sans péché dans un Royaume sans jugement par le service d'un Christ sans croix. » Niebuhr était assez libéral lui-même, mais il a vu la contradiction et le vide du libéralisme extrême qui avait rongé le protestantisme traditionnel au milieu des années 30. Et Dietrich Bonhoeffer a fait la même remarque quand il a dit qu'en Amérique on avait un « protestantisme sans la Réformation » !

Les protestants libéraux veulent une doctrine sourde et muette que l'homme moderne puisse accepter. Ils détestent les appellations comme « péché, » « jugement, » « croix » et particulièrement et surtout, les mots « colère de Dieu. » Ils pensent que ces expressions comme celles-ci poussent les incroyants hors des églises. Robert H. Schuller, le pasteur libéral de la télévision le dit ainsi,

Nous ne pouvons pas parler simplement d'une stratégie qui s’appuierait sur « ainsi parle le Seigneur » quand nous parlons à des gens qui se moquent bien de Lui ! Nous ne pouvons pas commencer par cette phrase « Que dit le texte ? » si nous parlons aux personnes qui n'ont aucune envie d'afficher un respect pour… « le Texte (la Bible) » (Robert H. Schuller, D.D. Self-Esteem: The New Reformation, Estime de soi : La nouvelle Réformation, Word Books, 1982, P. 13).

C'est une telle bêtise, du boniment, du non-sens verbal ! Je suis dans ministère depuis 55 ans. Durant tout ce temps-là, j'ai parlé à des non-chrétiens, et je les ai gagnés à Christ. Lundi dernier mon épouse et moi étions dans un restaurant. Une personne chinoise est venu à notre table et nous a raconté comment je l'avais conduit à Christ il y a 48 ans de cela. C’était alors un petit garçon qui courait de tous côtés dans la ville chinoise, Chinatown. On l'a amené à notre église baptiste chinoise et, de fil en aiguille, il est devenu chrétien le jour où il m'a entendu prêcher à notre colonie de vacances. C'était en 1965. Aujourd'hui il a 58 ans et il est médecin. Il s'est rappelé comment j'avais prêché ce jour-là et comment il était venu tout tremblant donner sa vie à Christ.

Puis j'ai fondé deux églises en partant de rien dans des endroits aussi séculaires que le comté de Marin, au nord de San Francisco, ainsi qu’au cœur du centre administratif de Los Angeles. J'ai toujours prêché, « ainsi parle le Seigneur. » J'ai toujours commencé mes sermons par un texte de la Bible. Et je n'ai jamais « édulcoré » les paroles d'un sermon pour faire plaisir à des pécheurs. Peut être que je n'ai pas une église aussi grande que le pasteur Schuller - cependant, lui n'a plus d'église du tout aujourd’hui ! Sa « cathédrale de cristal » est devenue maintenant une église catholique ! Son ancienne assemblée s’est maintenant dispersée aux quatre vents ! Les deux églises que j'ai commencées sont toujours florissantes. Ainsi je pense que ma manière de parler directement aux pécheurs est meilleure que cette manière libérale doucereuse.

Et cependant, il est bien difficile pour les libéraux de le voir de cette manière. Le comité qui est en train de mettre en place le nouveau recueil de cantiques de l'église presbytérienne des États-Unis, a récemment laissé de côté l'hymne moderne populaire, « In Christ Alone (En Christ seul), » parce que les auteurs du cantique ont refusé de changer une expression qui mentionnait comment la colère de Dieu doit être satisfaite. C'est le cantique que M. Griffith a chanté il y a juste un moment. L'expression qu'ils ont refusée dit,

Sur cette croix où Jésus est mort,
La colère de Dieu a été satisfaite.

Quelques mois plus tôt, la Convention baptiste du sud, a édité un nouveau recueil de cantiques contenant ce chant. Les Baptistes du sud ont changé cette ligne « la colère de Dieu a été satisfaite » par « l'amour de Dieu a été magnifié. » Mais ils l’ont changée sans la permission des auteurs, alors que les presbytériens, eux, l’ont demandée et elle leur a été refusée.

Dès que je l'ai lu, j'ai deviné qu'une féministe libérale était impliquée dans l'affaire. Et c'est exact, elle s'appelle Mary Louise Bringle. Elle est professeur de religion et c'est elle qui a présidé le comité chargé de la révision des cantiques. Elle a changé cette ligne à la connotation masculine « la colère de Dieu a été satisfaite » en quelque chose de plus doux et beaucoup moins viril, « l'amour de Dieu a été magnifié. » Leon J. Podles a écrit au sujet de la féminisation du christianisme dans son livre, The Church Impotent, L'Église impuissante, (Spence Publishing Company, 1999). Quant à David Murrow, dans son livre célèbre, a bien expliqué pourquoi le féminisation est une raison importante pour laquelle les hommes et les jeunes ont quitté les églises - Why Men Hate Going to Church, Pourquoi les hommes détestent aller à l'église (Thomas Nelson Publishers, 2004).

La personne qui a choisi d'enlever la ligne controversée est Mary Louise Bringle, présidente du comité. Elle a dit, « La notion que la croix répond principalement à la nécessité pour Dieu de soulager Sa colère aurait un impact négatif sur l'éducation de ceux qui viennent à l'église. » Quelle bêtise ! Les termes sont en harmonie parfaite avec la compréhension de l'œuvre propitiatoire de Christ à travers les âges ! L'hymne, en effet, dit correctement,

Sur cette croix où Jésus est mort,
   La colère de Dieu a été satisfaite.
Car Il porte sur Lui chacun de mes péchés –
Et par la mort de Christ, je vis.

Mlle Bringle et les autres libéraux de son comité ont dit que la « théorie de la satisfaction » de l'œuvre expiatoire de Christ sur la croix a été inventée par le théologien Anselme de Cantorbéry, au 11ème siècle. Mais ils sont incorrects. Déjà dans l'Ancien Testament, 700 ans avant Christ, on trouve ces paroles du prophète Ésaïe,

« Il [Dieu le Père] verra du labeur de son âme, et il en sera satisfait ; par sa connaissance mon serviteur droit en justifiera beaucoup ; car il portera leurs iniquités (Ésaïe 53:11).

Ainsi la notion de « satisfaction » est enseignée dans la Bible au moins 1 800 ans avant qu'Anselme ne l'ai fait ! Et la propitiation, le corollaire de la satisfaction, est enseignée dans le Nouveau Testament dans des passages tels que Romains 3:25 ; I Jean 2:2 ; et I Jean 4:10. Au 5ème siècle, Saint Augustin a bien souligné le fait que Christ a satisfait la justice de Dieu sur la croix. Et Anselme lui-même ne doit pas être rejeté. Dans Christianity Today (Christianisme aujourd'hui) on peut lire, « Anselme est aussi contemporain que jamais - et une bénédiction pour les évangéliques. » Dans un chapitre intitulé « Satisfaction et substitutions, » le grand théologien puritain John Owen (1616-1683) cite les versets suivants,

« Car il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous, nous devenions la droiture de Dieu en lui » (II Corinthiens 5:21).

« Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant fait malédiction pour nous » (Galates 3:13).

« Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, le juste pour les injustes, afin qu’il nous amène à Dieu » (I Pierre 3:18).

Owen dit ensuite, « Toutes ces expressions démontrent indéniablement [clairement] une substitution de Christ comme souffrant à la place de ceux qu'Il est venu sauver. C'est, généralement, ce que nous entendons par Sa satisfaction, notamment, qu'Il a été fait « péché pour nous, » c'est-à-dire, à notre place pour que nous puissions être sauvés de la colère à venir… par conséquent, en ce qui concerne Dieu, on peut affirmer qu'Il ne l'a pas « …épargné, mais l'a livré pour nous tous » (Romains 8:32… [Christ] a porté nos péchés, c’est à dire la punition méritée par nos péchés… afin que la justice de Dieu soit apaisée et la loi accomplie, et que nous puissions être libérés et délivrés de la colère à venir ; et par là, Il a également payé un véritable prix, permettant notre rachat [rédemption] quand Il a satisfait Dieu quant au péché. Voilà ce que nous entendons par cette expression satisfaction » (John Owen, D.D., « Satisfaction and Substitution Outlined, Satisfaction et substitution, » The Works of John Owen, L’œuvre de John Owen, vol. 2, The Banner of Truth Trust, réimprimé en 2004, P. 419).

Je sais que c'est un paragraphe difficile à suivre et à comprendre. Le Dr. Owen était un théologien, et non un prédicateur. Par conséquent je vous donnerai une explication simple de la propitiation, qui jettera un peu de lumière sur ces paroles du cantique,

Sur cette croix où Jésus est mort,
La colère de Dieu a été satisfaite.

Le Dr. Thomas Hale dit,

Parce que Dieu est juste et droit, Il doit punir le péché. C’était pour démontrer Sa justice que Dieu a puni Christ pour nos péchés. Mais c'était également en raison de Son amour pour nous qu'Il a puni Christ à notre place. En réalité, en punissant Christ, Dieu prenait la punition sur Lui-même. Car Dieu a tant aimé le monde qu'Il a donné Son seul et unique Fils (Thomas Hale, D.D., The Applied New Testament Commentary, Le commentaire appliqué de Nouveau Testament, Kingsway Publications, 1997, p. 1327, note sur Romains 3:25).

Mlle Bringle a dit qu'elle et son comité ont voulu enlever l’expression, « la colère de Dieu a été satisfaite » parce qu'elle se rapporte à une vue théologique qu'ils ont rejetée. C’est peut être vrai, mais je ne pense pas que ce soit toute la vérité. Je pense qu'elle n'a pas aimé ces termes virils « la colère de Dieu. » Ainsi elle a voulu substituer des mots plus féminins, « l'amour de Dieu a été magnifié. »

David Murrow est un ancien de l'Église presbytérienne des États-Unis, qui est la même dénomination que celle de Mlle Bringle. Elle et son comité se doivent vraiment de lire le livre de Murrow, Why Men Hate Going to Church, Pourquoi les hommes détestent aller à l'église (Nelson, 2004). Murrow écrit, « … la conduite d'une église exige un équilibre entre l'esprit (élément) masculin et l'esprit (élément) féminin » (p. 152). Mais la thèse de son livre est que nos églises sont principalement dominées par des valeurs et des programmes féminins. Personnellement, je pense qu'il est correct. Écoutez ceci. Murrow dit,

     Les hommes rêvent de sauver le monde de défis impossibles. Les femmes rêvent plutôt de pouvoir établir une relation avec un homme qui serait merveilleux…
     Mais peu d’églises reflètent les valeurs de l'homme : risque et récompense, accomplissements, sacrifice héroïque, action et aventures. En un rien de temps, n'importe quel homme qui essaye de vivre (pratiquer) ces valeurs se trouvera confronté à des problèmes avec le conseil presbytéral. C'est pourquoi [les hommes détestent] aller à l'église (ibid., P. 15).

Est-ce que je vais trop loin dans l'argumentation au sujet de ces lignes dans l'hymne, « En Christ Seul ? » Je ne pense pas. Je pense que changer ces mots est le microcosme qui révèle le macrocosme - un petit détail qui montre le problème plus grand de la féminisation de nos églises. Écoutez les lignes originales,

Sur cette croix où Jésus est mort,
   La colère de Dieu a été satisfaite.

…Voilà l'original, écrit par deux hommes. Voici maintenant la version refaite, proposée par Mlle Bringle et son comité,

Sur cette croix où Jésus est mort,
   L'amour de Dieu a été magnifié.

Je voudrais vous demander, quelle est la plus masculine ? Laquelle plaira aux hommes ? Évidemment, celle proposée par les deux hommes qui ont écrit l'hymne original ! « La colère de Dieu a été satisfaite. » C'est le genre de Dieu que les hommes respectent – un Dieu qui noie une civilisation entière parce qu'elle s'obstine à désobéir par un péché constant ; un Dieu qui ouvrent la terre pour qu'un groupe de rebelles tombent la tête la première en enfer ; un Dieu qui détruit un pharaon mauvais et ses soldats dans les eaux de la Mer Rouge ; un Dieu qui prend parti avec Gédéon et quelques hommes pour éliminer les Madianites ; un Dieu qui sort trois vaillants hébreux indemnes d'un four brûlant pour montrer Sa puissance à un roi dur et mauvais ; un Dieu qui entre dans le Temple, pas une fois mais deux fois, retourne les tables, fouette les changeurs d'argent effrayés et les envoie dans la rue ; un Dieu qui ouvre une porte de prison et laisse Pierre s'évader, ce qui le conduit à dire aux chefs religieux, « Nous devons obéir à Dieu plutôt qu’à des hommes ; » un Dieu qui frappe un homme et son épouse alors qu'ils viennent de mentir à Pierre ; un Dieu qui « a livré par [Sa] connaissance préalable déterminée, » Jésus dans « les mains mauvaises » des pécheurs pour Le crucifier (Actes 2:23) ; un Dieu qui « a placé sur lui l’iniquité de nous tous » (Ésaïe 53:6) ; un Dieu à qui il plut « de le meurtrir [et il] l’a exposé à la souffrance: … et mit son âme une offrande pour le péché pour le mettre à la peine [et] faire de son âme une offrande pour le péché… et il en sera satisfait » (Ésaïe 53:10, 11). C'est ce Dieu dont l'hymne parle,

Sur cette croix où Jésus est mort,
   La colère de Dieu a été satisfaite.

Ce Dieu, et ce Dieu seul, est le genre de Dieu que respectent les hommes, et que les hommes suivront - et non le Dieu faible et féminisé de Mlle Bringle - le Dieu du Sinaï, et le Dieu du calvaire - « le Dieu grand et terrible » de Néhémie (Néhémie 1:5) - « le Dieu grand et redoutable » de Daniel (Daniel 9:4) - le Dieu qui a sacrifié non seulement Son Fils engendré, mais qui par Sa propre main « a été fait une malédiction pour nous tous » (Galates 3:13) - Voilà le Dieu de la Bible ! Voilà le Dieu et le Père de Christ ! Voilà mon Seigneur, et voilà qui est mon Dieu ! Je ne connais pas le Dieu de Mlle Bringle - et je ne veux pas le connaître - pas plus que la plupart des hommes ! C'est pourquoi l'Église épiscopale a perdu la plupart de ses hommes. C'est pourquoi l'Église méthodiste a perdu la plupart de ses hommes. Et oui, l'Église presbytérienne de Mlle Bringle, a perdu la plupart de ses hommes également (Murrow, id., p. 55).

Dans son livre, Pourquoi les hommes détestent aller à l'église, M. Morrow a écrit un chapitre intitulé, « Les hommes ne sont pas les seuls qui viennent à manquer dans l'église. » Il dit que les femmes cherchent la sécurité, mais que les hommes et les jeunes adultes veulent qu'on leur présente un défi. Devinez ? Les femmes sont les plus susceptibles d'être dans l'église - et les hommes et les jeunes adultes sont ceux qui sont le moins susceptibles d'y être ! (id, p. 17, 18). Est-ce que ceci pourrait faire partie de la raison pour laquelle nos églises perdent 88% de leurs jeunes en dessous de l'âge de 25 ans ? Murrow dit que les hommes et les jeunes adultes voient l'église seulement comme un lieu bon pour les femmes et les petits enfants, et comme il n’y a aucun défi de quelque sorte, ils la désertent !

Si vous faites une coupe transversale des jeunes de 18-25 ans, et un groupe d'hommes adultes, et que vous leur demandiez de voter pour l’expression qu’ils préfèrent – laquelle pensez-vous qu’ils choisiraient ?

Sur cette croix où Jésus est mort,
   La colère de Dieu a été satisfaite.

Ou

Sur cette croix où Jésus est mort,
   L'amour de Dieu a été magnifié.

Quoique tous les deux soient vrais, je pense que vous savez que la plupart des hommes et jeunes adultes voteraient pour les expressions originales, écrites par deux hommes, plutôt que la version révisée de Mlle Bringle !

Les hommes et les jeunes sont attirés par un Dieu grand, puissant, et terrible – le Dieu de la Bible ! Les femmes entre deux âges, qui n'ont pas vraiment été converties, préfèrent un Dieu modéré et certain, qui ne défie jamais et n’envoie jamais personne en enfer. Ainsi nos églises ont une abondance de femmes plus âgées, alors que nous perdons la plupart des hommes, et 88% de nos jeunes.

Notre propre église est dominée par les hommes. Pourquoi ? Je pense qu'il y a plusieurs raisons. D'abord, je m'assure que mes sermons sont concentrés sur le Dieu grand et terrible de la Bible, et sur le Christ puissant et viril qui a conduit Ses hommes à conquérir le monde. Je donne constamment des exemples d'hommes courageux et de femmes qui donnent leur vie pour la gloire de Dieu. Nous accrochons sur nos murs des photographies et des portraits qui montrent les grands héros de la foi - hommes comme Spurgeon, Edwards, Bunyan, Knox, Whitefield, Wesley, William Jennings Bryan, et bien d'autres. Ce soir est le dimanche de la Réformation. Comme d'habitude, pendant le diner qui a lieu après ce service, nous regarderons un film. Ce soir ce sera le grand film en noir et blanc sur Luther. Luther est l'un de nos héros. Plus tôt, dans le service, nous avons chanté l'hymne puissant et émouvant de Luther, « C'est un (puissant) rempart que notre Dieu. »

Nous n'avons pas de « petit déjeuner pour hommes » pour les hommes de l'église. Et nous ne faisons pas de « goûter social » pour nos jeunes ! Non ! Nous les envoyons dans les vilaines rues de Los Angeles le soir - pour gagner des âmes, deux-par-deux. Cela fait-il peur ? Certainement pour Mlle Bringle ! Cela la ferait frissonner ! Mais c'est un défi pour nos hommes et nos jeunes - exactement la sorte de défi dont ils ont besoin - être de véritables soldats de la Croix ! ! !

La Bible dit :

« Toi donc, endure les difficultés comme un bon soldat de Jésus-Christ » (II Timothée 2:3).

« Si nous souffrons, nous régnerons également avec lui… » (II Timothée 2:12).

« Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, et prenne sa croix chaque jour, et me suive » (Luc 9:23)

« Sortez sur les routes et les haies, et contraignez-les à venir dans ma maison » (Luc 14:23).

Tels sont les types de défis excitants et provocants des Écritures propres à inspirer nos hommes, nos jeunes - et nos femmes - pour vivre leur vie dans l'attachement à Christ et à son Église !

Et que diriez-vous de la conversion ? Pour nous, la conversion ne fait pas de vous un peureux, un ballot, ou un malade. La conversion est une grande étape sur le chemin de l'homme, le genre d'homme que Dieu veut que vous soyez ! Je peux dire pour certain que si je n'avais pas été converti, je n'aurais jamais représenté plus qu'un misérable échec dans la vie. Quand je suis venu à Christ, Il m'a donné la force d’être qui je dois être, et faire ce que je dois faire ! Mon verset préféré est celui-ci :

« Je peux tout par Christ qui me fortifie » (Philippiens 4:13).

« … qui me fortifie. »

Regardez à Luther. Il était faible, craintif, un vrai perdant, comme un faible vermisseau à plat ventre dans le cloître d'un monastère. Alors il a fait confiance à Christ ! Alors il est devenu un soldat puissant de la Croix ! Spurgeon a dit que Luther « pourrait avoir commandé une armée. »

Quand vous confessez votre condition de pécheur, et tombez au pied de la croix, vous vous lèverez, comme le Dr. John Sung, pour être le puissant chrétien que Dieu veut que vous soyez ! Regardez Pierre ! Regardez Saint Augustin ! Regardez Bunyan ! Tous sont venus à Christ dans la crainte et la faiblesse, mais quand ils ont fait confiance à Christ ils se sont relevés des puissants hommes de Dieu ! Regardez Wesley - courant loin du champ de mission en Géorgie, tombant dans la faiblesse devant Christ - pour se relever comme le grand homme qui a secoué l'Angleterre pour Dieu ! Regardez Whitefield, sanglotant sur son lit, « J'ai soif ! J'ai soif ! » et s’est relevé de la faiblesse du péché pour proclamer l'Évangile sur deux continents ! Nul ne peut dire ce que Dieu peut faire de votre vie si vous l'apportez à Jésus Christ, qui est allé à la croix et a souffert la colère du Dieu tout-puissant pour permettre que vous soyez le genre d'homme - ou de femme - que vous devez être ! Pour chanter avec Luther,

C'est un rempart que notre Dieu :
   Si l'on nous fait injure,
Son bras puissant nous tiendra lieu
   Et de force et d'armure.
L'ennemi contre nous
   Redouble de courroux :
Vaine colère ! Que pourrait l'Adversaire ?
   L'Éternel détourne ses coups !

Vous pouvez être sûr que Luther aurait choisi les lignes qui disaient,

Sur cette croix où Jésus est mort,
   La colère de Dieu a été satisfaite.

Venez à Christ, et faites-le maintenant, ce soir. Jésus vous pardonnera vos péchés et vous donnera la puissance pour vivre pour Dieu.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

Vous pouvez également envoyer un courriel au Dr. Hymers à rlhymersjr@sbcglobal.net
(Cliquez ici) – ou vous pouvez lui écrire à son adresse postale à : P.O. Box 15308, Los
Angeles, CA90015. Ou encore lui téléphoner au 818)352-0452 (en mettant devant
l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays).

Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser sans la
permission du Dr. Hymers. Cependant, toutes les vidéos du Dr. Hymers sont soumises à
des droits d'auteur et ne peuvent être utilisées que par permission.

Écriture lue avant le sermon par M. Abel Prudhomme : Romains 3 :20-26.
Solo chanté avant le sermon par M. Benjamin Kincaid Griffith :
« In Christ Alone » (En Christ seul) par Keith Getty et Stewart Townend, 2001).


 

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).