Print Sermon

L'objectif de ce site Web est de fournir librement des sermons et des vidéos de sermons aux pasteurs et aux missionnaires dans le monde entier, particulièrement le tiers monde, où il y a peu si non pas, d'instituts théologiques ni d'écoles bibliques.

Ces sermons et vidéos sont distribués chaque année vers environ 1.500.000 ordinateurs dans plus de 221 pays sur le site www.sermonsfortheworld.com . Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur You Tube, mais délaissent bientôt You Tube, parce que chaque sermon les ramène vers notre site Web. You Tube alimente ainsi notre site Web. Ces sermons sont disponibles en 40 langues et accessibles à environ 120.000 personnes tous les mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les utiliser sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les pays musulmans et hindous.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net .




LE DR. HYMERS PARLE SUR LE 60ÈME ANNIVERSAIRE DE SON MINISTÈRE
"LES BÉNÉDICTIONS DE MA VIE"

DR. HYMERS SPEAKS ON HIS 60TH ANNIVERSARY IN MINISTRY
"THE BLESSINGS OF MY LIFE"
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Un sermon a prêché à la Richard Nixon Presidential Library
à Yorba Linda, Californie.
Le Jour du Seigneur, le dimanche soir 8 avril 2018
A sermon preached at the Richard Nixon Presidential Library,
Yorba Linda, California
Lord’s Day Evening, April 8, 2018


Veuillez vous lever pendant que je lis le verset de la Bible qui a eu le plus d’impact dans ma vie,

« Je peux tout par Christ qui me fortifie » (Philippiens 4:13).

Vous pouvez vous assoir.

Vous pouvez vous demander pourquoi j'ai choisi la bibliothèque Richard Nixon pour célébrer mon soixantième anniversaire de ministère. Quand vous lirez mon autobiographie, vous découvrirez comment j'ai tiré le verset le plus important de ma vie de l’exemple du Président Nixon.

« Je peux tout par Christ qui me fortifie » (Philippiens 4:13).

Mon père est parti de la maison quand j'avais deux ans. Je n'ai plus jamais vécu avec lui. Jusqu'à l'âge de douze ans, j'ai seulement vécu avec ma mère. Ensuite, j'ai été placé d'un endroit à l'autre, vivant avec des membres de ma famille qui ne voulaient pas de moi. J'ai passé par 22 écoles différentes avant de recevoir mon diplôme de fin d'étude du lycée. À l'école, j'étais toujours le « nouveau, » l’étranger. J'étais un orphelin virtuel. Mais la plus grande perte pour moi a été de grandir sans père. J'étais tout seul, sans aide ni appui. Pourtant, le pire, c'est que je n'ai eu aucun père comme modèle. Ainsi j'ai commencé à chercher des figures historiques et créer à partir d'elles ce qu'un homme devrait être. Ces hommes sont devenus mes héros.

Je les ai classés par catégorie en tant que modèles séculiers et modèles chrétiens. Mes héros étaient tous les hommes qui ont dû faire face à de grandes épreuves et les ont surmontées. Mes héros chrétiens étaient des hommes comme Abraham Lincoln, John Wesley, Richard Wurmbrand et John R. Rice. Mes héros séculiers étaient Winston Churchill et Richard Nixon. Un des biographes de Nixon a dit, « Il était un homme introverti en charge d’affaires extroverties. Incroyablement, il est devenu un politicien réussi. Timide et livresque, il a su qu'il pourrait être battu, mais - toujours et malgré les obstacles – il savait qu’il pourrait se relever encore. » Non, il n'était pas chrétien. Et oui, il toujours revenu au combat. Philippiens 4:13 était le verset de la Bible préféré de Nixon.

Après avoir découvert pourquoi le Président Nixon aimait tellement ce verset, je ne pouvais jamais plus le détester. Il a surmonté tant d'obstacles que je l'ai vu comme ayant le même esprit. Dans les heures les plus obscures de ma vie, j'ai souvent pensé, « Si Richard Nixon a pu passer par l'épreuve du Watergate, je peux passer par mon épreuve aussi. » Le journaliste Walter Cronkite a dit, « Si vous et moi étions Richard Nixon, nous serions déjà morts. » Pour moi, il est un archétype de la détermination. Nixon a dit, « Un homme n'est pas fini quand il est battu. Il est fini quand il abandonne. » Rien n'a pu l'arrêter. Il a perdu l'élection présidentielle contre John F. Kennedy en 1960. Il a perdu la course comme gouverneur de Californie en 1962. Il a gagné l'élection présidentielle de 1968. Il a été destitué par le Watergate. Mais il toujours revenu. C'est pourquoi, quoiqu'il n'ait pas été un chrétien, il est l'un de mes héros séculiers.

L'apôtre Paul a dit,

« Je peux tout par Christ qui me fortifie » (Philippiens 4:13).

Cela ne veut pas dire que je pourrais faire pousser des cheveux sur ma tête ! Cela ne veut pas dire que je pourrais m'envoler ! Cela ne veut pas dire que je pourrais être bon en maths ! L'apôtre a voulu dire qu'il pourrait supporter toutes les épreuves, qu'il pourrait faire face à tous ses devoirs, qu'il pourrait surmonter tous les obstacles - par Christ qui le fortifie. Et j'ai constaté que c'est également vrai pour moi. Je remercie Dieu pour ce verset. Mais je remercie Dieu encore plus pour le Christ qu'Il m'a donné pour me fortifier ! J'ai échoué à l'université, mais Christ m'a donné la force d'y retourner et d'obtenir trois doctorats. J'ai échoué pour devenir un missionnaire, mais Christ m'a rendu une source de force pour des milliers de personnes dans le monde entier, par le biais de notre site Web.

Si vous lisez mon livre, vous verrez pourquoi le solo que M. Griffith vient juste de chanter est mon chant préféré.

Le Maître nous a appelés ; et la route peut être difficile,
   De nombreux dangers et douleurs en barrent le chemin.
Mais l'Esprit Saint de Dieu soulagera le cœur las.
   Nous suivons le Sauveur et ne pouvons revenir en arrière ;
Le Maître nous a appelés, malgré le doute et la tentation.
   Il est notre boussole pour notre voyage, et nous chantons gaiement :
« En avant, le regard fixé sur Lui, » malgré beaucoup de tribulations ;
   Les Enfants de Zion doivent suivre leur Roi.
« The Master Hath Come » (Le Maître est venu)
      par Sarah Doudney, 1841-1926.

J'ai écrit mon autobiographie parce que mon fils Robert me l'a demandé. Je n'ai pas eu de plaisir à le faire parce que ma vie a été trop pleine d'adversité, de lutte et de douleur. Plusieurs fois j'ai eu envie de jeter le manuscrit parce qu'il me paraissait trop négatif. Mais John Samuel Cagan m'a dit, « Ne le jetez pas, Dr. Hymers. Tout ce dont il a besoin est un chapitre de plus. Racontez le jour où votre mère vous a dit de ‘compter les bienfaits de Dieu.’ » J'ai écouté John et j'ai écrit le dernier chapitre, que je présenterai maintenant sous une forme abrégée.

J'étais assis auprès de ma mère sur son lit d'hôpital. C'était quelques semaines après Thanksgiving. Nous avions parlé de nos personnages préférés, Abraham Lincoln, et comment le Président Lincoln avait fait de Thanksgiving un jour de fête nationale. Nous avons chanté le chant que nous avions chanté lors de cette fête :

Quand le vol de la tempête, vient assombrir ton ciel bleu
   Au lieu de baisser la tête, compte les bienfaits de Dieu.
Compte les bienfaits de Dieu, mets les tous devant tes yeux,
   Tu verras, en adorant, combien le nombre en est grand.
Compte les bienfaits de Dieu, mets les tous devant tes yeux,
Tu verras, en adorant, combien le nombre en est grand.
« Count Your Blessings » (Compte les bienfaits de Dieu)
      par Johnson Oatman, Jr., 1856-1922.

Quand nous avons fini le chant, mère a dit, « Oh, Robert, nous avons vraiment tellement de raisons d'être reconnaissants dans notre vie. » Et nous avons commencé à compter les bienfaits de Dieu, en les mettant « tous devant nos yeux. » Elle a commencé par rendre grâce pour nos garçons, Robert et John. Alors elle a rendu grâce pour Ileana, mon épouse. « Elle est si bonne pour moi, Robert, et elle est une si bonne mère et épouse. » Elle a remercié Dieu parce qu'elle vivait sous notre toit. Elle a remercié Dieu pour notre église. Elle a remercié Dieu pour chacun de nos membres, « un par un. » Alors je lui ai donné plusieurs choses pour lesquelles rendre grâce. Et nous avons chanté ce refrain à nouveau :

Compte les bienfaits de Dieu, mets les tous devant tes yeux,
Tu verras, en adorant, combien le nombre en est grand.

Il était très tard dans la nuit. Je l'ai embrassée, et comme je quittais sa chambre, elle a dit quelque chose que je n'oublierai jamais tant que je vivrai. Elle a dit, « Robert, tu es la meilleure chose qui ne me soit jamais arrivée. » Les larmes ont rempli mes yeux comme je quittai la pièce et suis sorti de l'hôpital tard cette nuit-là. C'est la dernière conversation que j'ai eue avec elle. Elle a eu un AVC plus tard dans la nuit, qui lui a pris la vie.

« Ne jetez pas votre livre, Dr. Hymers. Tout ce dont il a besoin est un chapitre de plus. Racontez le jour où votre mère vous a dit de compter ‘vos bénédictions’. » Alors voici quelques unes des bénédictions incroyables que Dieu m'a donné durant le pèlerinage de ma vie.

Premièrement, je remercie Dieu que ma mère ait finalement été sauvée. Elle avait 80 ans et je pensais qu’elle ne se convertirait peut être jamais. Ileana et moi étions à New York, où je prêchais lors de différentes réunions dans plusieurs églises. Alors que je marchais de long en large dans notre chambre, je priais pour le salut de ma mère. Je priais quand soudainement, au milieu de mes prières, j'ai su que ma mère serait sauvée. J’« avais prié jusqu'au bout » comme aimaient à le dire les chrétiens de la vieille école. J'ai téléphoné au Dr. Cagan, et lui ai demandé d'aller la voir et de la conduire à Christ. Elle ne l'avait jamais écouté auparavant. Mais cette fois-ci, elle fait confiance à Jésus. C'était un miracle, comme toute véritable conversion est un miracle. Ce jour-là, elle a cessé de fumer et de boire. Les médecins m'avaient dit qu'un alcoolique qui cesse de boire soudainement aura des convulsions à moins qu'on ne lui donne du phénobarbital. Mais pas elle. C'était un vrai miracle. Elle n'a jamais plus fumé une autre cigarette, ni jamais pris un autre verre d’alcool de sa vie. Elle a lu la Bible plusieurs fois et venait à l'église quatre fois par semaine avec moi. Je l'ai baptisée le 4 juillet, sa fête préférée (fête nationale américaine). Je remercie Dieu pour la conversion de ma mère.

Deuxièmement, je remercie Dieu pour Ileana, mon épouse merveilleuse. Elle était venue à un mariage que je célébrais. Avant le mariage, j'avais prêché un court sermon sur Jean 3:16. C'était le premier sermon qu'elle n’ait jamais entendu dans une église protestante. Elle a répondu à l'invitation et a immédiatement été sauvée ! La première fois que je lui ai demandé de m'épouser, elle a dit, « Non. » J'ai eu le cœur brisé. Orlando et Irene Vazquez (qui sont ici ce soir) m'ont invité à aller avec eux à Porto Rico. J'y suis allé, mais je continuais à penser à Ileana. Elle pensait à moi, aussi. Elle a dit, « J'espère qu'il me demandera une nouvelle fois. » Je l'ai fait, et cette fois elle a dit, « Oui. » Nous sommes mariés depuis trente-cinq ans maintenant. Je remercie Dieu tous les jours pour ma chère épouse! Elle m'a écrit un mot qui dit, « Robert, je t'aime de tout mon coeur et de toute mon âme. Je t'aimerai toujours, Ileana. » Elle est tout à fait comme la femme vertueuse de Proverbes 31. Tout ce que vous devez faire est de lire ce chapitre pour voir comment il décrit exactement mon épouse chérie, Ileana. Je la chérirai dans mon coeur éternellement. Son père est ici ce soir. Il est venu d'aussi loin que le Guatemala pour être ici avec nous. Merci, M. Cuellar ! Et son frère et sa famille sont ici aussi. Merci, Erwin !

Troisièmement, je remercie Dieu pour mes deux fils, Robert et John. Ils sont jumeaux, et ont maintenant tente quatre ans. Ils sont tous deux diplômés de l'université d'état de Californie à Northridge. Robert est marié à une très belle jeune femme coréenne appelée Jin. Ses parents sont ici ce soir, ainsi que son frère et sa femme. Merci d'être venu ! Robert et Jin sont les parents de deux jolies petites filles, Hannah et Sarah. Je rends grâce à Dieu de me donner de telles petites filles.

Mon autre fils est John Wesley, du nom du grand prédicateur anglais. Robert et John, tous les deux, assistent à chaque réunion de notre église. Wesley est un homme de prière. Il prie et lit la Bible, parfois des heures entières. Il est un bon chrétien et il est mon ami. Je suis très satisfait de mes deux fils. Ils sont une bénédiction incroyable pour mon épouse et moi.

Je remercie Dieu pour le Dr Cagan. Il est le frère que je n'ai jamais eu. Il est mon meilleur ami et plus proche collaborateur. Nous nous respectons tellement que nous ne nous appelons jamais par nos prénoms. Même lorsque nous sommes seuls je dis toujours Dr. Cagan et lui m'appelle toujours Dr. Hymers. Je rends grâce à Dieu de m'avoir donné un ami aussi fidèle et rempli de discernement. Nous nous comprenons mutuellement. Tous les deux, nous tendons à être introvertis, et tous les deux nous passons beaucoup de temps seul dans la prière et l'étude de la Bible. Il est plus scientifique et mathématique dans sa pensée. Je suis plus mystique et intuitif. Mais nous sommes parfaitement à l'aise pour travailler ensemble. Nous sommes partenaires, comme Holmes et Watson, ou Johnson et Boswell (et quelqu'un a ajouté, « comme Laurel et Hardy ou Abbott et Costello, » - comédiens du siècle dernier -).

Je suis un innovateur et il est un consolidateur. J'ai un esprit littéraire. Il a un esprit mathématique. Il me considère comme un leader. Je le considère comme un génie. Notre association a été une bénédiction pour tous les deux. Je remercie Dieu pour le Dr. Cagan.

Je remercie Dieu pour John Samuel Cagan, le fils aîné du Dr. et de Mme Cagan. John est le jeune homme qui conduit ce service. Il a été ordonné en tant que ministre baptiste hier. Il est maintenant le pasteur John Samuel Cagan Il est un très bon prédicateur et conseiller. Je le considère comme mon « fils » dans le ministère. John est aujourd'hui en deuxième année à la faculté de théologie Talbot de l'Université de Biola. Il est très intelligent. Ce qui n'a rien d'étonnant puisque son père a deux doctorats et sa mère Judy est médecin. John est un étudiant aux notes toujours élevées. Il projette de faire un doctorat en théologie. À l'âge de 24 ans, John a déjà prêché en République Dominicaine et dans deux croisades évangéliques en Inde et dans trois pays d'Afrique. Il prêche à l'église tous les dimanches matins. Nous passons chaque jeudi après-midi ensemble, discutant de théologie et des travaux du ministère. Je rends grâce à Dieu pour John. Ce sera lui qui me succèdera dans cette église. Il est mon ami. C'est aussi simple que cela.

Je rends grâce à Dieu pour Noah Song. Il est mon autre « garçon prédicateur. » Il est en train de finir son diplôme universitaire et puis entrera à l'université de théologie. Lui et John Cagan font une bonne équipe, et ils conduiront notre église à l'avenir.

Je rends grâce à Dieu pour Noah, Aaron Yancy, Jack Ngann. Ce sont nos diacres nouvellement ordonnés. Aaron est mon copain. Il me garde et me surveille comme une poule le ferait, qui a un seul poussin. Il est l'un de mes amis les plus proches. Jack Ngann est marié et a deux enfants. Et je vais vous dire quelque chose que vous ignorez encore. Je n'ai pas fini ! L'année prochaine je planterai une église chinoise toute nouvelle dans la maison de Jack Ngann !

John Cagan, Noah Song, Aaron Yancy, Jack Ngann et Ben Griffith sont mes associés dans la prière. Nous nous rencontrons chaque mercredi soir pour la prière ensemble dans mon bureau à la maison. Je rends grâce à Dieu pour ces hommes. Ils m'ont aidé à passer à travers les moments difficiles, particulièrement pendant mon traitement pour le cancer.

Je remercie Dieu pour le Dr. Chan, Mme Salazar et les « 39. » Dr. Chan est notre pasteur auxiliaire, responsable de l'évangélisation et de notre ministère de suivi par téléphone. Mme Salazar est responsable de notre ministère en espagnol. Nous appelons « Les 39 » les personnes qui ont sauvé notre église de la faillite au moment d'une grande division. Je rends grâce à Dieu pour chacun d'eux. Je rends grâce à Dieu pour M. Abel Prudhomme. Il est l'homme qui a stoppé la grande division de notre église. Et je remercie Dieu pour Virgel et Beverly Nickell. Ils sont le couple qui nous ont prêté la plus grosse part de l'argent nécessaire pour l’achat de l’immeuble de notre église. Ils n'ont jamais hésité à nous accorder leur appui. Ils sont maintenant des membres honorés de notre église.

Notre église se compose d'environ cinquante pour cent de jeunes de moins de trente ans. J'ai toujours eu plaisir d’être le pasteur de jeunes personnes. Le groupe que nous avons actuellement est le meilleur que je n'ai jamais connu jusqu’ici, dans notre église. Nous avons un groupe de diacres formidables. Nous avons huit diacres ordonnés, et nous faisons la rotation tous les deux ans. Aaron Yancy est le Président permanent des diacres, ainsi il ne fait jamais de rotation. Je rends grâce à Dieu pour ces hommes.

Les personnes plus âgées de notre église nous soutiennent grandement. Elles assistent à chaque réunion. Elles prient beaucoup, et travaillent dur pour faire grandir notre église. Je n'ai aucune crainte de laisser le service du dimanche matin entre les mains de John Cagan et de son père, alors que je vais à Montebello pour commencer une nouvelle église chinoise. Je leur fais complètement confiance. Je reviens à l'église-mère chaque dimanche soir pour prêcher.

Ma vie entière tourne autour des personnes de notre église. Ils sont « de ma famille. » J'ai une grande joie d'être le patriarche d'une famille étendue aussi merveilleuse. Jésus a dit :

« Par ceci tous les hommes reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13:35).

Je ne peux pas penser à une meilleure manière de finir ce message que vous raconter une histoire vraie. Lorsque je prêchais à l'Église Open Door de Marin County, j'avais l'habitude de prendre un groupe de jeunes à San Francisco les vendredis et samedis soirs. Je prêchais dans les rues, pendant qu'ils passaient des tracts et parlaient aux gens. Nous allions souvent dans le quartier de North Beach. C'était un joli endroit mais mal famé, où les gens prenaient de la drogue, et il y avait plusieurs lieux de « strip-tease. » Je prêchais habituellement sur le trottoir, devant un lieu de strip-tease appelé « Le jardin d'Éden » ! ! !

Un soir, certains des jeunes m'ont amené un jeune homme. Il m'a dit qu'il avait une habitude très coûteuse : l'héroïne. Il m'a dit qu'il voulait s'en débarrasser. Pendant que je parlais avec lui j'ai senti qu'il était sincère. À la fin de la soirée je lui ai dit de venir dans ma voiture et je l'ai emmené avec moi à mon appartement. Je l'ai mis dans la cuisine, j'ai fermé la porte de ma chambre à coucher à clef, et je suis allé dormir.

Au cours des jours suivants, il est passé par de terribles épisodes de rejet, assis sur le plancher de la cuisine. Enfin il s'est un peu calmé et m'a demandé si quelqu'un avait une guitare. Un de nos jeunes lui en a apporté une. Il s'est assis sur le plancher pendant deux ou trois jours. Et puis il a demandé un livre de cantiques. Nous lui en avons apporté un et il a commencé à inventer un nouvel air pour l’un des chants. J'ai oublié le nom de ce garçon. Je l'ai toujours appelé DA, abréviation (en anglais) pour toxicomane !

Alors un jour DA m'a dit, « Écoutez un peu cela. » Il a pris la guitare, a ouvert le livre de cantiques, et a chanté celui d'Albert Midlane 1825-1909) « Ravive Ton œuvre, Ô Seigneur » sur sa nouvelle mélodie. Absolument magnifique ! Nous la chantons depuis ce jour-là !

Ravive Ton œuvre, Ô Seigneur !
   Crée en mon âme la soif de Te trouver,
Et d’avoir faim du pain de vie,
   Et qu’enfin nos esprits le soient aussi !
« Revive Thy Work, O Lord » (Ravive Ton œuvre, Ô Seigneur)
      par Albert Midlane, 1825-1909.

Quand j'ai quitté San Francisco, j'ai perdu contact avec DA. La vie a continué et finalement notre église s'est réunie dans le bâtiment que nous occupons maintenant. Un soir, le téléphone a sonné dans mon bureau, ici, à l'église. J’y suis allé et j'ai dit, « Bonjour. » La voix au téléphone m'a répondu, « Bonjour, Dr. Hymers, c'est DA. » J'ai dit, « Qui donc ? » Il a répondu, « ‘DA’, vous vous rappelez, le toxicomane - DA. » Je suis presque tombé de ma chaise. Je n'avais pas entendu sa voix depuis plus de trente ans ! J'ai lui ai demandé, « Où êtes-vous ? » Il m’a dit, « Je suis en Floride. Je suis marié. J'ai un deux enfants, et une bonne épouse. Et j'enseigne l'école de dimanche dans notre église. »

J'ai ri de joie ! Ce soir-là, en rentrant à la maison, j'ai chanté pendant tout le chemin ! Ce sont des moments comme celui-là qui me rendent heureux d'être entré dans le ministère il y a 60 ans. Cela a valu la peine et la douleur après tout ! Gagner à Christ des jeunes comme DA a rendu ma joie complète !

La douleur et la peine fondent quand je pense à tous ces jeunes qui ont été sauvés. Mes soixante années dédiées au ministère m'ont donné de grands moments de bonheur. Je n'échangerai pas le ministère pour quoi que ce soit !

Comme toujours, je dois prendre quelques minutes pour expliquer l'Évangile : Jésus est venu du Ciel pour une seule raison - Il est venu mourir sur la Croix pour payer le prix de notre péché. Il est ressuscité physiquement des morts - chair et os - le dimanche de Pâques. Il a versé Son Sang précieux pour nous laver de tout péché. Il nous a dit de Lui faire confiance et que nous serions lavé du péché.

J'essayais de gagner mon salut en étant parfait. J'étais un Pharisien. Mais le 28 septembre 1961, à Biola College, je Lui ai fait confiance. C'est ce chant qui m'a amené à Christ :

Mon esprit, longtemps emprisonné
   Dans la nuit du péché et de la nature humaine ;
Alors Ton œil a répandu un rayon de vie,
   Je me suis réveillé, mon cachot rempli de lumière.
Mes chaînes sont tombées, mon cœur libéré ;
   Je me suis levé, me suis avancé, et je T'ai suivi.
Amour infini ! Comment se peut-il
   Que toi, mon Dieu, Tu aies dû mourir pour moi ?
« And Can It Be? » (Comment est-ce possible ?)
      par Charles Wesley, 1707-1788.

Jésus était Dieu incarné (en chair). Il est mort pour moi. J'ai pensé à Lui d'une nouvelle manière. J'ai mis ma confiance en Lui. C'est ma prière que vous fassiez confiance à Jésus et soyez sauvé. Soyez sûr de fréquenter une église qui croit en la Bible et de vivre pour Jésus Christ.

Et à vous tous je dis, « Que Dieu vous bénisse comme Il m'a béni contre toute attente et contre toutes craintes. » « Je n'ai de plus grande joie que d'entendre que mes enfants marchent dans la vérité » (III Jean 4). Amen.

Je donne maintenant la place au pasteur John Cagan, pour clôturer ce service. (John annonce les anniversaires du Dr. et Mme. Hymers avec deux gâteaux, et le chant « Happy Birthday to You. »


QUAND VOUS ÉCRIVEZ AU DR. HYMERS VOUS DEVEZ LUI DIRE DE QUEL PAYS VOUS ÉCRIVEZ OU IL NE POURRA PAS RÉPONDRE À VOTRE E-MAIL. Si ces sermons vous ont béni, veuillez envoyer un e-mail au Dr. Hymers et le lui dire, mais toujours mentionner de quel pays vous écrivez. L'e-mail du Dr. Hymers est rlhymersjr@sbcglobal.net (cliquez ici) . Vous pouvez écrire au Dr. Hymers dans n'importe quelle langue, mais préférablement en anglais, si c'est possible. Vous pouvez également lui écrire à son adresse postale à : P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015, USA Vous pouvez aussi lui téléphoner au (818) 352-0452, en mettant devant l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur l'Internet
A www.sermonsfortheworld.com.
Cliquez sur « Sermons en Français. »

Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser sans la
permission du Dr. Hymers. Cependant, toutes les vidéos du Dr. Hymers sont soumises à
des droits d'auteur et ne peuvent être utilisées que par permission.

Écriture avant le sermon lue par M. John Wesley Hymers : Psaume 27:1-14.
Solo avant le sermon chanté par M. Benjamin Kincaid Griffith :
« Must Jesus Bear the Cross Alone? » (Jésus doit-Il porter la Croix seul ?)
par Thomas Shepherd, 1665-1739 ; première et dernière strophes
« The Master Hath Come » (Le Maître est venu) par Sarah Doudney, 1841-1926 ; les deux dernières strophes.


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006])