Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




L’ŒUVRE DE FLÉTRISSEMENT
DE L'ESPRIT DE DIEU

THE WITHERING WORK OF GOD’S SPIRIT
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le soir du Jour du Seigneur, le 12 mars 2017


Dans le séminaire libéral on nous ont enseigné qu'il y avait de deux Ésaïes. Mais ils se trompaient. Les 39 premiers chapitres parlent des péchés et de la prochaine captivité du peuple. Mais à partir du chapitre 40 jusqu'à la fin, le prophète parle de leur rachat. La deuxième moitié parle du salut par les douleurs du Christ.

« La voix dit, Crie. Et il dit, Que crierai-je ? Toute chair est comme l’herbe, et toute sa beauté est comme la fleur des champs : L’herbe se dessèche, la fleur se fane, parce que l’Esprit du Seigneur souffle dessus: vraiment le peuple est comme l’herbe. L’herbe se dessèche, la fleur se fane, mais la parole de notre Dieu demeurera pour toujours » (Ésaïe 40:6-8).

« La voix dit, Crie. » Quelle est la voix qui crie au prophète ? C'est « La bouche du Seigneur a parlé » dans le verset cinq. Le mot hébreu pour « crier » est qârâ. Il signifie « appeler - [confronter] une personne rencontrée » (Strong concordance #7121). C'est le même mot hébreu utilisé dans Ésaïe 58:1,

« Élève la voix, ne te retiens pas ; élève ta voix comme une trompette ; et montre à mon peuple leur transgression, et à la maison de Jacob leurs péchés » (Ésaïe 58:1).

C'est la manière dont Jean-Baptiste prêchait. Jean-Baptiste s'est référé à Ésaïe 40:3. Il a dit, « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert. Rendez droit le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Ésaïe. » (Jean 1:23 ; Ésaïe 40:3). Le mot grec traduit par « crie » dans Jean 1:23 est bǒaō. » Il signifie « crier… lancer un appel » (Strong). Le mot hébreu et le mot grec indiquent que c'est « élever la voix » (Ésaïe 58:1). Il signifie que le prédicateur doit parler fort en tant que porte parole de Dieu… « Crier et lancer un appel » à ceux qui sont perdus et confondus ! Les prédicateurs devraient crier à haute voix la Parole de Dieu à leurs auditeurs. Tristement, ce n'est pas le modèle populaire de prédication de nos jours. Il y a une désobéissance fondamentale à la Bible dans la prédication d'aujourd'hui. Les ministres modernes ont « arrêté la prédication et vont à l'enseignement, » comme disent les anciens. Ces ministres modernes n'obéissent pas à Dieu. Dieu a dit à Ésaïe, « Crie à haute voix, et n'épargne pas. » La prédication moderne ne suit pas l'exemple de Jésus. Jésus « a crié (s'est écrié)… dans le Temple » (Jean 7:28), comme Jésus se trouvant là, « a crié, disant » Jean 7:37. Tout comme Pierre le Jour de la Pentecôte. Il a « levé la voix » et crié les mots que Dieu lui avait donnés (Actes 2:14). Le Dr. John Gill a dit, « Et a levé la voix, de manière à être entendu par la multitude entière… aussi bien que pour montrer Son ardeur et ferveur, son esprit et courage ; pour être revêtu de l'Esprit, il ne montrait aucune peur des hommes » (An Exposition of the New Testament, Une exposition du Nouveau Testament ; note sur Actes 2:14). Ainsi, je dois répéter, il y a là une désobéissance fondamentale à Dieu dans nos chaires aujourd'hui, une désobéissance terrible dans la façon et le style même de prédication. L'apôtre Paul en a parlé comme un signe de l'apostasie des derniers jours.

Il a dit, « Prêchez la Parole… Prêche la parole, insiste en temps et hors de temps, reprends, censure, exhorte avec toute longanimité, et doctrine, car le temps viendra où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine, mais ayant des oreilles qui les démangent... » (II Timothée 4:2, 3). Il y a un « enseignement » constant en notre temps, mais la prédication a été oubliée. Tout que nous entendons est enseignement - « enseignement » sans urgence ni feu ! C'est tout ce qu'ils apprennent dans les séminaires d'aujourd'hui ! Un enseignement verset-par-verset, sec comme de la poussière ! Personne n'est confronté par l'Évangile et personne n'est troublé de son sommeil spirituel par un « enseignement ! » Vous ne pouvez pas « enseigner » des chèvres à être des moutons ! On doit leur prêcher qu'ils sont pécheurs et paresseux ! « La voix dit, Crie » (Ésaïe 40:6). Voilà le style d'une véritable prédication selon l'Évangile ! Rien que la prédication n'est utilisée par Dieu pour toucher les cœurs et les esprits ramollis ! Rien qu'une prédication qui remue les âmes peut le faire ! Brian H. Edwards dit, « La prédication qui réveille a une puissance et une autorité qui envoie la Parole de Dieu comme un marteau frappant le cœur et la conscience. C'est exactement ce qui est absent de la majorité de nos prédications actuelles. Les hommes qui prêchent dans l'Esprit du réveil sont toujours sans peur et nous pressent » (Revival! A People Saturated With God, Le Réveil ! Un peuple saturé de Dieu, Evangelical Press, 1997 éditions, p. 103).

Le Dr. Lloyd-Jones était l'un des grands évangélistes du vingt et unième siècle. Il a dit, « Qu'est-ce que la prédication ? La logique en feu !… C'est la théologie en feu. Et une théologie qui n'est pas enflammée est une théologie défectueuse… la prédication est une théologie venant par le moyen d'un homme en feu… Je dis qu'un homme qui peut parler de ces choses sans passion n'a aucun droit d'être dans un pupitre ; et ne devrait jamais être autorisé à y entrer » (Preaching and Preachers, Prédication et prédicateurs, p. 97).

Et Ésaïe a dit, « Que crierai-je ? » (Ésaïe 40:6). Un jeune homme m'a dit ce qu'un professeur de séminaire lui avait dit. Il a dit qu'un plan de six mois de sermons devrait être préparé à l'avance. Je déteste complètement un homme faisant une telle chose ! Un homme qui fait cela ne peut pas avoir de vrais sermons, donnés par Dieu ! Ce n'est pas possible ! Spurgeon était le plus grand prédicateur de tous les temps. Il n'a jamais fait cela. Le véritable prédicateur doit demander à Dieu pour ses sermons, et attendre de Dieu qu'Il les lui donne. « Que crierai-je ? » Je dois crier haut et fort le message que Dieu m'a donné de prêcher. Quelqu'un a dit que je prêche comme Hitler. Dans un sens il a raison. Hitler disait des mensonges avec une grande passion. Nous devrions dire (parler) la vérité avec une grande passion ! Seule la prédication passionnée peut mouvoir des hommes à l'action. Les explications bibliques les font dormir ! Le Dr. Lloyd-Jones disait, « La prédication actuelle ne sauve pas les hommes. Elle ne les gêne même pas, mais les laisse précisément là où ils en étaient, sans la plus petite perturbation dans leur vie. » Oui ! Ils doivent être dérangés !

« La voix dit, Crie. Et il dit, Que crierai-je ? Toute chair est comme l’herbe, et toute sa beauté est comme la fleur des champs... L’herbe se dessèche, la fleur se fane » (Ésaïe 40:6, 8).

I. Premièrement, je dois crier sur la brièveté de la vie.

« La voix dit, Crie. Et il dit, Que crierai-je ? Toute chair est comme l’herbe, et toute sa beauté est comme la fleur des champs... L’herbe se dessèche, la fleur se fane » (Ésaïe 40:6, 8).

Bientôt la vie s'en va. Cela se produit très vite. Il semble que votre jeunesse continuera pour toujours - mais elle passe très rapidement. Je suis en train d'écrire mon autobiographie. Mon fils Robert me l'a demandé. J'aurai soixante seize ans dans quelques semaines. Il me semble que j'étais un jeune homme il n'y a seulement que quelques mois ! Et il sera de même pour vous aussi ! Chez nous l'été, le soleil augmente et devient plus chaud. L'herbe tourne au marron. Les fleurs sèchent et meurent. La vie est transitoire, passagère, provisoire, brève, et de courte durée. L'apôtre Jacques en a parlé. Il a dit,

« Et le riche... est abaissé, parce qu’il passera comme la fleur de l’herbe Car le soleil n’est pas aussitôt levé avec sa chaleur brûlante, qu'il dessèche l’herbe, et sa fleur tombe, et la grâce de sa forme périt ; ainsi l’homme riche aussi se flétrira dans ses chemins » (Jacques 1:10 - 11).

Très peu de gens le voie. Ils travaillent et font tout pour avancer en ce monde sans réaliser l'évident - cela finira bien plus tôt qu'ils ne le pensent ! C. T. Studd (1860-1931) était l'un de quelques uns de ces hommes riches qui l'ont vu. Il a hérité d'une grande fortune, mais il l'a donnée et il est parti comme missionnaire en Chine - et plus tard il est allé au cœur de l'Afrique quand ce continent était encore dangereux. Et c'était C. T. Studd qui a dit,

Et seulement une vie,
   qui sera bientôt passée ;
Et seulement ce que tu fais pour Christ
   demeurera.

Je souhaite que chaque jeune prenne connaissance de C. T. Studd, et en fasse un de ses héros ! Si seulement vous pouviez voir la vérité de son poème !

Et seulement une vie,
   qui sera bientôt passée ;
Et seulement ce que tu fais pour Christ
   demeurera.

Jésus a dit,

« Car que profiterait-il à un homme s’il gagne le monde entier, et qu’il perde son âme ? » Ou « Que donnerait un homme en échange de son âme ? » (Marc 8:36, 37).

« La voix dit, Crie. Et il dit, Que crierai-je ? Toute chair est comme l’herbe, et toute sa beauté est comme la fleur des champs... L’herbe se dessèche, la fleur se fane » (Ésaïe 40:6, 8).

Tout d'abord, je dois prêcher souvent sur la brièveté de la vie. Et vous devriez penser à la brièveté de votre vie . La Bible dit, « Enseigne-nous à bien compter nos jours, afin que nous appliquions notre cœur à la sagesse. »

II. Deuxièmement, je dois crier sur l’œuvre de flétrissement de l'Esprit Saint.

Le mot « défraîchir » signifie se ratatiner, se dessécher, et perdent sa fraîcheur. Ésaïe 40:7 dit,

« L’herbe se dessèche, la fleur se fane, parce que l’Esprit du Seigneur souffle dessus : vraiment le peuple est comme l’herbe » (Ésaïe 40:7).

Spurgeon dit, « L'Esprit de Dieu, comme le vent, doit passer par-dessus le champ de vos âmes, et faire de votre beauté une fleur fanée. Il doit vous convaincre de péché… de manière à ce que vous puissiez voir que votre nature déchue est la corruption même, et que ceux qui vivent dans la chair ne peuvent satisfaire Dieu. » [Que nous puissions sentir] la sentence de mort sur notre ancienne vie charnelle… seulement le malade voudra d'un médecin… le pécheur réveillé, quand il demande à Dieu d'avoir pitié de lui, est étonné de constater que, au lieu d'une paix rapide, son âme est abaissée par la révélation de la colère de Dieu… car vous n'estimeriez jamais [le Sang de Christ] qui nous lave de tout péché si vous n'aviez pas été d'abord incité à pleurer sur le fait que vous êtes une chose répugnante » (The Withering Work of the Spirit, L’œuvre de flétrissement de l'Esprit ) pp. 375, 376).

C'est à dire l’œuvre de flétrissement de l'Esprit Saint. C'est l’œuvre de l'Esprit Saint qui déprécie vos faux espoirs, qui vous montre l'insensibilité de votre coeur, qui défraîchit tout espoir de votre esprit, qui vous fait voir que votre seul véritable espoir est en Christ, qui est mort à votre place pour vous sauver du péché. Quand l'Esprit Saint « défraîchit » votre âme, alors vous voyez que ce que vous appelez « juste » en vous n'est rien que haillons souillés, que rien de ce que vous n'avait jamais fait jusqu'ici ne peut vous rendre acceptable à Dieu ; que tout que vous avez fait ne peut pas vous sauver du jugement et de l'enfer.

C'est pourquoi Dieu vous laisse avoir une conversion fausse. Il peut vous laisser passer à travers beaucoup de conversions fausses avant qu'Il ne vous donne la paix. Cela ne signifie pas que Dieu vous a délaissé. Pas du tout ! Dieu emploie ces fausses conversions. Il les utilise our vous amener des larmes et vous écrier, « Toute chair est comme l’herbe, et toute sa beauté est comme la fleur des champs. » Dieu défraîchit, dessèche votre espoir erroné de pouvoir faire, ou dire quelque chose, pour vous sauver vous-même. John Newton a dit,

J'ai espéré qu'en une certaine heure favorable,
   Il réponde Immédiatement à ma demande,
Et que par la puissance de Son amour
   Soumette mes péchés et me donne le repos.

Au lieu de cela, Il m'a fait ressentir
   Les horreurs cachées de mon coeur ;
Et laissé les puissances en colère de l'enfer
   Assaillir mon âme de toute part.

Demandez à Ayako ! Demandez à Danny ! Demandez à John Cagan ! Demandez-moi ! Nous avons tous pleuré pour que Dieu nous donne le repos - mais à la place, Il nous a fait sentir comme Sheila Ngann. Elle a dit, « Je me suis sentie si dégoûtée de moi-même. » Une autre jeune fille a dit, « Je suis si contrariée d’être la personne que je suis. » Le Dr. Cagan et moi lui avons dit qu'elle devait se sentir plus que seulement « contrariée. » Comme Sheila, elle devait se sentir complètement « dégoûtée. » Jusqu'à ce que vous vous estimiez « totalement dégoûté » de vous-même, vous n'éprouverez pas le flétrissement, le sentiment intérieur d'être perdu, commun parmi tous ceux qui sont vraiment convertis.

Le mot « se défraîchir » est très important. Vous devez savoir ce que cela signifie pour comprendre ce qui vous arrive. Le mot « flétrir » signifie « avoir honte… s'assécher (comme de l'eau)… être honteux, confondu, et défraîchi » (#300 Strong).

« L’herbe se dessèche, la fleur se fane, parce que l’Esprit du Seigneur souffle dessus : vraiment le peuple est comme l’herbe » (Ésaïe 40:7).

C'est ce qui doit se produire dans votre cœur. L'Esprit Saint doit seulement flétrir et sécher votre confiance en vous. Jusqu'à ce que votre cœur se fane comme une fleur morte - jusqu'à ce que vous ayez honte et soyez embarrassé par votre propre nature dépravée. Comme Sheila a dit avant sa conversion, « Je me suis sentie si dégoûtée de moi-même. » C'est ce qui se produit dans une vraie conversion.

« L’herbe se dessèche, la fleur se fane, parce que l’Esprit du Seigneur souffle dessus : vraiment le peuple est comme l’herbe » (Ésaïe 40:7).

Quand vous êtes dégoûté avec vous-même, alors nous devons vous dire de faire confiance à Jésus. Il lavera vos péchés de tout péché Son Sang, et vous sauvera du jugement de Dieu.

Le grand évangéliste George Whitefield disait, « Dieu vous a-t-il jamais montré que vous n'avez aucune foi en Jésus ? Avez-vous jamais prié, ‘Seigneur, aide-moi à m'emparer de Christ ?’ Dieu vous a-t-il jamais convaincu de votre incapacité à venir à Christ, et vous faire crier dans la prière pour la foi en Lui, le Christ ? Sinon, vous n'aurez pas la paix dans votre cœur. Que Dieu vous donne une paix solide en Jésus, avant que vous ne mouriez et n'ayez plus aucune autre chance » (« The Method of Grace, La méthode de la Grâce »). Vous devez éprouver une lutte intense avec le péché avant que vous n'ayez une vraie conversion. Vous devez sentir une partie de ce que Christ a senti quand votre péché a été placé sur Lui dans le jardin de Gethsémané. Vous devez sentir une partie de ce qu'Il a senti quand Il a pleuré, « ...mon âme est extrêmement douloureuse, même jusqu'à la mort… Ô, mon Père, s’il est possible que cette coupe passe loin de moi » (Matthieu 26:38, 39).

Veuillez vous lever et chanter l'hymne numéro 10 sur votre feuille de chants

Pécheurs venez, vous pauvres et misérables, faibles et blessés, malades et mal en point ;
   Jésus est prêt à vous sauver, plein de pitié, d'amour et de puissance :
Il le peut, Il le peut, Il est bien disposé, n'en doutez plus ;
   Il le peut, Il le peut, Il est bien disposé, n'en doutez plus.

Venez, vous qui êtes las, lourdement chargés, meurtris et brisés par la chute ;
   Si vous attendez d'aller mieux, vous ne viendrez jamais :
Non pas le juste, non pas le juste, Jésus est venu pour appeler les pécheurs ;
   Non pas le juste, non pas le juste, Jésus est venu pour appeler le pécheurs.

Voyez le Sauveur, maintenant monté au Ciel, plaidez Son Sang pour vous ;
   Jetez-vous dans Ses bras, ne laissez aucune autre confiance en vous ;
Seul Jésus, seul Jésus, peut rendre le pécheur juste ;
   Seul Jésus, seul Jésus, peut rendre le pécheur juste.
« Come, Ye Sinners ! (Venez pécheurs !) par Joseph Hart, 1712-1768 ;
      transformé par le pasteur).

Écoutez maintenant les mots d'un converti plein d'espoir. Voici le témoignage d'un jeune.

Je cherchais une manière de me sauver. J'étais plein d’orgueil, trop fier d'admettre à moi-même que je l'étais véritablement. Je me rappelle toujours combien j'ai lutté contre Dieu pour ne pas faire confiance en Jésus… J'ai commencé à lire la Bible, pratiquer la prière quotidienne, m’impliquer davantage dans les activités de l'église. Mais je n'ai trouvé aucune paix en moi. Profondément à l'intérieur de moi, je savais que j'étais encore perdu mais trop fier et trop lâche pour l'accepter. J'étais en déni de penser que j'étais un pécheur. Je faisais tout ce que je pouvais pour mettre cette pensée loin de moi, pour m'en distraire. Je cherchais toutes les excuses pour me justifier, me rendre meilleur à mes yeux et me cacher de la vérité de ma nature de péché. Et alors Dieu a ouvert le Ciel et a envoyé le réveil, et de nouveau, ma fierté était trop forte pour admettre que j'avais besoin de Jésus pour me sauver… À cet instant, j'étais mentalement épuisé. J'ai commencé à voir que, quoique je fasse, je ne pouvais pas me cacher de mon péché ni me sauver moi-même et refuser de faire confiance à Jésus. J'étais complètement désarmé. Je luttais en essayant de faire confiance à Jésus mais ma fierté ne me laissait pas… J'ai abandonné tout espoir, j'ai abandonné toute confiance en moi. J'ai senti mon péché me serrer de toute part, toutes mes pensées, tous mes sens. J'étais malade de me sentir vivant. Et à ce moment-là, par miracle, Jésus est venu à moi, et pour la première fois de ma vie, je Lui ai fait confiance. J'essayais de venir à Jésus mais je ne le pouvais pas, et Jésus est venu à moi lorsque j'ai pensé que je ne serais jamais sauvée. Quand Jésus est venu à moi, il était si simple de faire Lui confiance… Jésus m'a accepté et m'a lavé de Son Sang… Tout ce qu'il y a de bon en moi vient de ce que Jésus m'a sauvé. Je ne peux pas arrêter mes larmes quand je pense à Jésus, des larmes de joie, des larmes de gratitude pour ce qu'Il a fait pour moi. À cause de tout l'amour que Jésus a pour moi, je ne peux pas L'aimer assez, je ne peux pas Le remercier assez. Tout que je peux faire c'est donner le meilleur de moi-même, ma vie pour Jésus, mon Sauveur.


QUAND VOUS ÉCRIVEZ AU DR. HYMERS VOUS DEVEZ LUI DIRE DE QUEL PAYS VOUS ÉCRIVEZ OU IL NE POURRA PAS RÉPONDRE À VOTRE E-MAIL. Si ces sermons vous ont béni, veuillez envoyer un e-mail au Dr. Hymers et le lui dire, mais toujours mentionner de quel pays vous écrivez. L'e-mail du Dr. Hymers est rlhymersjr@sbcglobal.net (cliquez ici) . Vous pouvez écrire au Dr. Hymers dans n'importe quelle langue, mais préférablement en anglais, si c'est possible. Vous pouvez également lui écrire à son adresse postale à : P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015, USA Vous pouvez aussi lui téléphoner au (818) 352-0452, en mettant devant l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur l'Internet
A www.sermonsfortheworld.com.
Cliquez sur « Sermons en Français. »

Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser sans la
permission du Dr. Hymers. Cependant, toutes les vidéos du Dr. Hymers sont soumises à
des droits d'auteur et ne peuvent être utilisées que par permission.

Solo chanté avant le sermon par M. Benjamin Kincaid Griffith :
« Come, Holy Spirit, Heavenly Dove »
(Viens, Esprit Saint, colombe du Ciel) par le Dr. Isaac Watts, 1674-1748 ;
sur la mélodie de « O Set Ye Open Unto Me »).


GRANDES LIGNES DE

L’ŒUVRE DE FLÉTRISSEMENT DE L'ESPRIT DE DIEU

THE WITHERING WORK OF GOD’S SPIRIT

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« La voix dit, Crie. Et il dit, Que crierai-je ? Toute chair est comme l’herbe, et toute sa beauté est comme la fleur des champs. L’herbe se dessèche, la fleur se fane, parce que l’esprit du Seigneur souffle dessus : vraiment le peuple est comme l’herbe. L’herbe se dessèche, la fleur se fane, mais la Parole de notre Dieu demeurera pour toujours » (Ésaïe 40:6-8).

Ésaïe 40:5; 58:1; 40:3; Jean 1:23; Jean 7:28, 37;
Actes 2:14;, I Timothée 4:2,3

I.   Premièrement, je dois crier sur la brièveté de la vie, Ésaïe 40:6;
Jacques 1:10 - 11 ; Marc 8:36, 37 ; Psaume 90:12.

II.  Deuxièmement, je dois crier sur l’œuvre de flétrissement de l'Esprit Saint, Ésaïe 40:7; Matthieu 26:38, 39.


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).