Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




UN HOMME DE BIEN PERDU ET
UN HOMME MAUVAIS SAUVÉ !

A GOOD MAN LOST AND A BAD MAN SAVED !
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le soir du Jour du Seigneur, le 5 mars 2017

« Et il dit cette parabole à certains qui croyaient en eux-mêmes qu’ils étaient droits, et qui méprisaient les autres : Deux hommes montèrent au temple pour prier ; l’un pharisien, et l’autre publicain. Le pharisien se tenait debout et priait ainsi en lui-même : Ô Dieu, je te remercie de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont extorqueurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain ; Je jeûne deux fois par semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède. Et le publicain, se tenant éloigné, n’osait pas même lever ses yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine, disant : Dieu, sois miséricordieux envers moi qui suis pécheur. Je vous dis, cet homme descendit dans sa maison justifié plutôt que l’autre ; car celui qui s’élève sera abaissé, et celui qui s’humilie sera élevé » (Luc 18:9 - 14).


Ceci est une parabole. C'est une histoire racontée par Jésus pour expliquer une grande vérité. Jésus a parlé de cette parabole à certains qui étaient trop confiants, qui faisaient confiance en leurs propres qualités, et qui regardaient de haut les autres.

Le Dr. R. A. Torrey était un grand évangéliste. Il a souvent prêché sur ces versets. Il appelait ce sermon « Un homme de bien perdu et homme mauvais sauvé. » Le Dr. Torrey dit, « Certains peuvent penser que j'ai déformé le sujet. Que je devrais dire « Un homme de bien sauvé et un homme mauvais perdu. » Mais vous avez tord. Le sujet de ce sermon est clair, « Un homme de bien perdu et homme mauvais sauvé. » Christ nous a donné cette histoire. Christ a parlé d'un homme bon et d'un homme mauvais. Chris nous dit que l'homme bon était perdu et l'homme mauvais sauvé.

Les Pharisiens étaient des hommes bien comme il faut. Ils étaient religieux. Ils vivaient des vies considérées comme bonnes. Les publicains étaient des percepteurs d'impôts. Ils récoltaient autant d'argent qu'ils le pouvaient. Ils étaient comme des bandits. Ils forçaient les gens à leur donner de grosses sommes d'argent. Ils en reversaient un certain montant aux Romains et gardaient le reste pour eux. Les Juifs les détestaient. Ils étaient considérés comme des traîtres, et des hommes excessivement mauvais. Ils étaient les pires de tous les pécheurs. Ils étaient des extorqueurs et des voleurs. Dans cette parabole Jésus divisait vraiment la race humaine dans sa totalité. Il les divisait en deux classes de personnes - les personnes hypocrites qui sont perdues, et ceux qui reconnaissent qu'ils sont pécheurs et sont sauvées. Les perdus et les sauvés. Les damnés et les élus. La paille et le blé. Ceux qui sont sur la vaste route de l'enfer, et ceux qui sont sur la route étroite du salut. Jésus a divisé la race humaine, et chacun qui est ici ce soir est dans l'un de ces deux groupes. Dans quel groupe êtes-vous ce soir ? Jésus a dit, « Deux hommes montèrent au temple pour prier ; l’un pharisien, et l’autre publicain. Un homme bon est un homme mauvais. » Lequel êtes-vous ?

I. Premièrement, l'homme « bon » qui était perdu.

« Le pharisien se tenait debout et priait ainsi en lui-même : Ô Dieu, je te remercie de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont extorqueurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain ; Je jeûne deux fois par semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède » (Luc 18: 11-12).

Aux yeux du monde, il était vraiment un homme « bon. » Il était un homme moral. Il était un homme qui vivait une vie propre. Il était un homme de religion. Il était un homme généreux. Il était un homme respectable Il était juste comme moi avant que je n'aie été sauvé. Je mettais mon costume et traversais la salle de séjour de la maison de mon oncle. Les autres étaient ivres. Ils dormaient sur le divan ou par terre. J'avais environ 18 ans. Je me rappelle que je pensais alors, « Je ne veux pas être comme eux. » J'étais un bon garçon. Je ne prenais pas de drogues. Je ne me soûlais pas Et je m'étais déjà arrêté de fumer. J'étais un garçon bien. Je m'étais soumis à Dieu pour devenir prédicateur baptiste. J'étais un garçon très, très bien. Mais j'étais toujours perdu. J'étais fier de ne pas avoir fait les choses que d'autres jeunes avaient faites. J'étais fier de moi. Je pensais que tout allait bien avec moi. Mais je ne me sentais pas réellement bon au dedans de moi. Je me demandais, « Qu'est-ce que Dieu veut de plus ? » J'allais à l'église chaque dimanche matin et chaque dimanche soir. J'écoutais Billy Graham prêcher à la radio chaque dimanche après-midi. Je chantais dans la chorale des jeunes chaque dimanche soir. J'avais donné ma vie à Dieu, pour devenir un prédicateur. Et pourtant je n'avais pas la paix dans mon cœur. La Bible dit, « Il n’y a pas de paix pour les méchants, dit Dieu » (Ésaïe 57:21). Qu'est-ce que Dieu voulait de plus ? J'étais comme le Pharisien !

Il se faisait confiance. Il dédaignait les autres. Il ne voulait pas admettre qu'il était un pécheur. Il ne reconnaissait pas son cœur pécheur. Il priait « en lui-même » au lieu de prier à Dieu. Il se félicitait de sa propre droiture. Vous êtes exactement comme lui ce soir ! Vous pensez que vous êtes assez bon de la manière dont vous êtes. Vous vous trompez. Vous avez écouté Satan. Vous avez été trompés par lui. Vous êtes honnête et moral extérieurement. Mais votre cœur est profondément pécheur. La Bible dit que votre cœur « ...est trompeur par-dessus toutes choses, et désespérément malin » (Jérémie 17:9). Quand je prêche sur ce sujet, ça ne vous fait pas plaisir. Cela vous rend anxieux et mal à l'aise. Vous ne voulez pas examiner votre coeur. Vous voulez vous cacher de Dieu, comme Adam. Vous voulez dissimuler votre péché, comme Adam. Vous voulez blâmer d'autres personnes, comme Adam. Et vous êtes maudit par Dieu, comme Adam ! Vous êtes perdu. Perdu dans la religion et la moralité. Perdu dans l'aveuglement. Perdu dans un espoir faux. Et si vous mourez dans l’état où vous êtes, vous serez perdu pour toute l'éternité.

L'éternité, l'éternité,
   Vous serez perdu pour toute l'éternité.
L'éternité, l'éternité,
   Vous serez perdu pour toute l'éternité !
« Eternity » (Éternité) par Elisha A. Hoffman, 1839-1929.

Je me demandais, « Qu'est-ce que Dieu veut de plus ? » Rien de ce que je faisais ne me semblait assez ! Je me sentais mal à l'aise chaque soir - et je sais que vous l'êtes aussi ! Vous ne vous sentirez jamais heureux de cette façon ! Vous n'aurez jamais la paix de cette façon ! « Il n’y a pas de paix pour les méchants, dit Dieu » (Ésaïe 57:21). Vous êtes comme le jeune homme riche. Vous avez respecté la loi de Dieu extérieurement, mais vous n'avez aucunement pris en considération la nature pécheresse de votre cœur. Vous ne comprenez pas le sens spirituel de la loi de Dieu. La loi de Dieu qui condamne la plus petite convoitise de votre coeur ! Vous êtes une bonne personne à vos propres yeux. Mais vous êtes un pécheur bon à rien aux yeux de Dieu ! Si vous mourez comme ceci, vous irez directement dans les flammes de l'enfer éternel !

L'éternité, l'éternité,
   Vous serez perdu pour toute l'éternité !

Mais je veux vous montrer une chose de plus au sujet de cet homme. Sa prière montre qu'il n'était qu'une fraude ; il était un totalement un imposteur. Il n'avait aucune conscience de Dieu. Sa » prière » était artificielle et fausse. Les prières d'une personne prouvent souvent qu'elles n'ont été jamais été converties. Leurs prières sonnent faux. Ce sont des prières mécaniques. Elles sonnent faux. Ce ne sont pas vraiment des prières du tout ! C’est juste des mots creux que vous dites pour impressionner les autres - ou pour vous tromper vous-même. Cet homme ne faisait pas vraiment de prières ! Il se félicitait de sa « qualité » - « Dieu, je te remercie de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes. » Quelle folie ! Dieu ne sait-Il pas combien ces paroles sont fausses ? Paroles mensongères ! Mais ne croit-il pas vraiment en Dieu ? Pas dans le vrai sens. Dieu est seulement une idée abstraite, pas un Dieu personnel et réel - pas le Dieu vivant ! Comment est-ce que je le sais ? Parce qu'il « priait ainsi en lui-même » (Luc 18:11). Cela pourrait même être traduit par, « il se priait à lui-même. » En réalité, cet homme ne faisait pas vraiment de prières à Dieu ! Il se vantait seulement de sa propre qualité d'homme comme il faut. Il priait « à lui-même » au lieu de prier à Dieu ! N'est pas la manière dont vous priez, si vous priez ? Est-ce que vous sentez parfois que vous priez seulement pour vous entendre prier ? N'est-ce donc pas la raison pour laquelle vous avez peur de prier à haute voix dans les réunions de prière ? N'est-il pas parce que vous savez que d'autres penseraient que vos prières sont fausses ? Que vous priez seulement pour vous faire bien voir ? Et ceci ne prouve-t-il pas que vous êtes une personne perdue, une personne perdue qui ne peut pas vraiment prier à Dieu ? Dans le verset 14 Jésus nous a simplement dit que ce prétendu homme « bon » « n'est pas justifié. » Il n'était pas un homme sauvé. Il était un homme perdu. Il était un homme de religion, mais perdu. Il allait en enfer pour les âges sans fin et pour l'éternité !

L'éternité, l'éternité,
   Vous serez perdu pour toute l'éternité !

L'homme était un hypocrite - et ainsi l'êtes-vous aussi ! Il a feint de prier Dieu - et ainsi le faites-vous ! Un jour, votre propre « bonne mentalité » ne vous aidera pas. Quelque chose de terrible vous arrivera, comme cela arrive à chacun. Mais en ce jour de terreur et de chagrin, votre hypocrisie ne vous sera d'aucun secours. La Bible dit, « l’effroi a saisi les hypocrites » (Ésaïe 33:14). Vous mourrez et vous vous tiendrez devant Dieu, et Il dira, « Je ne vous ai jamais connu : retirez-vous de moi » (Matthieu 7:23). Votre fausse religion ne vous sera alors d'aucun bien. Dieu jettera tous les hypocrites comme vous dans les flammes de l'enfer. Aux yeux du monde, il était vraiment un homme « bon, » comme il faut. Mais aux yeux de Dieu, il était un homme perdu. Vous pouvez apparaître comme un homme vraiment « bon » aux yeux du monde. Mais aux yeux de Dieu, vous êtes perdu.

II. Deuxièmement, l'homme mauvais qui a été sauvé.

« Et le publicain, se tenant éloigné, n’osait pas même lever ses yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine, disant : Dieu, sois miséricordieux envers moi qui suis pécheur » (Luc 18:13).

Il n'était pas un homme bon . Il n'était pas un homme moral. Il n'avait pas vu combien il était pécheur. L'Esprit Saint lui avait montré qu'il était vraiment un pécheur perdu. Il sentait qu'il méritait seulement la punition de Dieu. Il se sentait comme le Psalmiste qui disait, « Mon péché est constamment devant moi » (Psaume 51:3). Le Dr. John Gill dit, « Il ne pouvait pas lever les yeux ; la honte le faisait rougir ; la douleur lui décomposait le visage ; la crainte [de la colère] et du mécontentement de Dieu, le possédaient ; il se considérait comme indigne [de la grâce de Dieu]. Il se battait des mains sur la poitrine… il le faisait pour éveiller... son âme à chercher Dieu et disant, « Dieu soit compatissant envers moi, un pécheur ! » « Voilà sa prière ; très brève, mais très complète... où il confesse qu'il est un pécheur, un pécheur qui se retrouve dans Adam, un pécheur qui [a hérité] de la nature pécheresse d'Adam, également conçu et né dans le péché ; un pécheur par la pratique, ayant commis beaucoup de transgressions ; un pécheur coupable et souillé - méritant la colère de Dieu, et digne de la partie la plus inférieure de l'enfer... Dieu contre qui il a péché » (note sur Luc 18:13).

Et pourtant, vous pouvez passer par la conviction de péché et ne pas être sauvé. J'ai vu des personnes dont le visage était trempé par les larmes de la conviction. Mais elles n'étaient jamais sauvées, même après avoir éprouvé un temps de larmes et de douleur pour leur péché. J'ai vu des personnes passer par beaucoup de douleur et de conviction de péché. Mais elles n'ont jamais été converties. J'ai entendu des gens dirent, « Je me suis senti pécheur et dans le faux. » Je les ai entendu dire des choses de ce genre avec des larmes - mais ils n'ont jamais été sauvés ! Comment cela se fait-il ? Laissez-moi vous le dire, aussi clairement que possible. La conviction de péché n'est pas la conversion hors du péché. Et pourtant, vous pouvez passer par la conviction de péché et ne pas être sauvé par Jésus. J'ai vu des gens pleurer à chaudes larmes à plusieurs reprises - mais ils n'ont jamais fait confiance au Seigneur Jésus Christ. Le Dr. Martyn Lloyd-Jones l'avait bien compris. Il a dit, « Devenir un chrétien est une crise, un événement critique, un grand bouleversement que le Nouveau Testament décrit en termes tels qu'une nouvelle naissance, ou une nouvelle création… plus que cela, c'est un évènement décrit comme un acte surnaturel [fait] par Dieu Lui-même, quelque chose qui est comparable à une âme morte redevenue vivante… » C'est une crise dans laquelle Dieu vient rendre détestable, à vos yeux, votre cœur pécheur. C'est une crise que Dieu crée à l'intérieur de vous-même. Elle vient seulement quand la conviction vous fait soupirer après un soulagement. John Bunyan est resté sous la conviction du péché pendant sept ans. Ce fut sept ans d'enfer sur terre. Je sais par expérience que la conviction de péché n'est pas la conversion hors du péché.

Quand ils voient une personne avec des larmes dans les yeux, les évangéliques modernes pensent qu'elle est sauvée ! Mais ils n'ont pas encore passé par les profondeurs de l'agonie. Quand vous voyez une larme et immédiatement vous leur demandez de faire confiance à Christ, cela ne se produit habituellement pas. Ils n'ont pas encore été suffisamment brisés pour en venir à désirer ardemment à crier à Jésus pour les sauver. C'est pourquoi ils disent souvent, « ...et alors j'ai fait confiance à Jésus. » Ils écrivent une page entière au sujet d'eux-mêmes. Mais ils ont très peu à dire au sujet du Seigneur Jésus Christ. Puis, quand nous les interrogeons quelques semaines plus tard, ils disent, « J'ai cru que Jésus est mort pour moi. » « Ce qui » montre qu'ils ont seulement fait confiance en une doctrine, mais pas en Jésus Lui-même. Un pécheur perdu ne fera jamais confiance à Jésus Lui-même. Pas jusqu'à ce que vous soyez très découragé. Pas jusqu'à ce que vous ne voyiez aucune autre manière d'échapper à la douleur et l'angoisse de la conviction. Parfois cela se produit rapidement. Mais habituellement vous devez passer par plusieurs fausses conversions. Seulement lorsque vous pouvez dire avec l'apôtre, « Ô, homme misérable que je suis ! Qui me délivrera ? » (Romains 7:24). Seulement quand vous pleurerez pour la pitié de Dieu, comme le publicain ! Alors seulement là, Dieu vous répondra et vous attirera à Jésus !

Les évangéliques modernes veulent que tout soit fait rapidement et facilement. Nous avons l'avons vu l'année dernière lors du réveil. Bon nombre d'entre vous sont venus en disant, « ...et alors j'ai fait confiance à Jésus pour me sauver. » Ou bien, « Alors j'ai cru que Jésus m'avait sauvé. » Le Seigneur Jésus Christ a presque été entièrement exclu de l'affaire. Laissé en dehors parce que vous n'avez pas été convaincu de péché. Condamné de la noirceur de votre cœur. Condamné de votre hostilité contre Dieu. Sous la conviction du fait que vous ne pouvez pas vous changer vous même. John Cagan a dit, « J'ai dû venir à Jésus, mais je ne pouvais pas. » « Ô, homme misérable que je suis ! Qui me délivrera ? » Nous vous disons que vous avez seulement cru que Jésus pouvait vous sauver. Cela vous dérange seulement un peu et ensuite vous retournez à votre sommeil spirituel. Et la plupart d'entrevous ne sont jamais convertis ! Vous devez retourner et repasser par le processus entier de la conviction une fois de plus. La conversion est la chose la plus importante qui se produira dans votre vie. Vous ne pouvez pas expliquer votre foi en Jésus en une seule phrase. Ou la moitié d'une phrase, comme une jeune fille l’a fait, une jeune fille qui est maintenant retournée au sommeil spirituel, et n'a plus aucune conviction. Si vous n'êtes pas sous la conviction de péché accompagnée larmes, pourquoi viendriez-vous en avant demander le salut ? Pensez-vous que vous pouvez faire quelque chose ? Quelque chose qui puisse vous faire passer par l'expérience entière en quelques minutes ? Même si vous veniez à l'autel 1.000 fois il n'y aurait rien que nous pourrions faire pour vous. Il y a de rien que nous puissions vous enseigner. Il y a de rien à nous puissions dire pour vous aider ! Seulement Dieu peut vous aider - et Dieu n'aide jamais les hypocrites. Pourriez-vous gagner un diplôme de docteur à l'université sans étudier à fond et passer des nuits sans sommeil en étudiant encore et encore ? Bien sûr que non ! Mais la conversion en Jésus est infiniment plus importante qu'un doctorat. Une vraie conversion est l'expérience la plus importante que vous aurez jamais dans votre vie. Mais vous ne serez jamais converti jusqu'à ce que vous admettiez que vous êtes perdu. Mais vous ne serez jamais converti jusqu'à ce que vous admettiez que vous êtes sans aucun espoir de vous sauver vous-même. Vous ne serez jamais converti jusqu'à ce que vous détestiez le péché de votre cœur et de votre vie. Jusqu'à ce que vous pleuriez à grands cris, « Dieu soit compatissant envers moi, un pécheur. » Veuillez vous lever et chanter l'hymne numéro 10 sur votre feuille de chants C'est « Venez pécheurs ! (Come, Ye Sinners ! ) » par Joseph Hart, 1712-1768.

Maintenant, je vous supplie de faire confiance à Jésus ce soir. Si vous êtes sous la conviction, si vous vous sentez désespéré, si vous vous sentez perdu, venez ici devant à l'autel, devant le pupitre, et nous vous parlerons au sujet de Jésus. Jésus est descendu du Ciel pour vivre parmi nous sur la terre. Il a été cloué sur une croix et Il est mort à votre place pour payer le prix de vos péchés, et vous racheter du Jugement et de l'Enfer. Et Jésus s'est relevé physiquement d'entre les morts et Il est remonté au Ciel. Quand vous mettez votre confiance en Lui, Il vous sauvera de votre péché. Veuillez vous lever et chanter « Venez, pécheurs. » C'est le numéro 10 sur votre feuille de chants.

Pécheurs venez, vous pauvres et misérables,
   Faibles et blessés, malade et mal en point ;
Jésus est prêt à vous sauver, plein de pitié, d'amour et de puissance :
   Il le peut, Il le peut, Il est bien disposé, n'en doute plus ;
Il le peut, Il le peut, Il est bien disposé, n'en doute plus ;

Venez, vous qui êtes las, lourdement chargé, meurtri et brisé par le péché ;
   Si vous attendez d'aller mieux, vous ne viendrez jamais :
Pas le juste, pas le juste, Jésus est venu pour appeler le pécheur ;
   Pas le juste, pas le juste, Jésus est venu pour appeler le pécheur ;

Voyez le Sauveur, maintenant monté au Ciel, plaidez Son Sang pour vous ;
   Jetez-vous dans Ses bras, complètement,
Ne laissez aucune autre confiance s'imposer à vous ;
Seul Jésus, Seul Jésus, peut rendre les pécheurs bons ;
   Seul Jésus, Seul Jésus, peut rendre les pécheurs bons ;
« Come, Ye Sinners ! » (Venez pécheurs) par Joseph Hart, 1712-1768 ;
      (modifié par le pasteur).


QUAND VOUS ÉCRIVEZ AU DR. HYMERS VOUS DEVEZ LUI DIRE DE QUEL PAYS VOUS ÉCRIVEZ OU IL NE POURRA PAS RÉPONDRE À VOTRE E-MAIL. Si ces sermons vous ont béni, veuillez envoyer un e-mail au Dr. Hymers et le lui dire, mais toujours mentionner de quel pays vous écrivez. L'e-mail du Dr. Hymers est rlhymersjr@sbcglobal.net (cliquez ici) . Vous pouvez écrire au Dr. Hymers dans n'importe quelle langue, mais préférablement en anglais, si c'est possible. Vous pouvez également lui écrire à son adresse postale à : P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015, USA Vous pouvez aussi lui téléphoner au (818) 352-0452, en mettant devant l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur l'Internet
A www.sermonsfortheworld.com.
Cliquez sur « Sermons en Français. »

Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser sans la
permission du Dr. Hymers. Cependant, toutes les vidéos du Dr. Hymers sont soumises à
des droits d'auteur et ne peuvent être utilisées que par permission.

Solo chanté avant le sermon par M. Benjamin Kincaid Griffith :
     « Venez pécheurs ! » (Come, Ye Sinners ! ) par Joseph Hart, (1712-1768).


GRANDES LIGNES DE

UN HOMME DE BIEN PERDU ET
UN HOMME MAUVAIS SAUVÉ !

A GOOD MAN LOST AND A BAD MAN SAVED !

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Et il dit cette parabole à certains qui croyaient en eux-mêmes qu’ils étaient droits, et qui méprisaient les autres : Deux hommes montèrent au temple pour prier ; l’un pharisien, et l’autre publicain. Le pharisien se tenait debout et priait ainsi en lui-même : Ô Dieu, je te remercie de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont extorqueurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain ; Je jeûne deux fois par semaine, je donne la dîme de tout ce que je possède. Et le publicain, se tenant éloigné, n’osait pas même lever ses yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine, disant : Dieu, sois miséricordieux envers moi qui suis pécheur. Je vous dis, cet homme descendit dans sa maison justifié plutôt que l’autre ; car celui qui s’élève sera abaissé, et celui qui s’humilie sera élevé » (Luc 18:9 - 14).

I.   Premièrement, l'homme « bon » qui était perdu, Luc 18:11-12;
Ésaïe 57:21; Jérémie 17:9; Ésaïe 33:14; Matthieu 7:23.

II.  Deuxièmement, l'homme mauvais qui a été sauvé, Luc 18:13;
Psaume 51:3; Romains 7:24.


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).