Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 35 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




CINQ SERMONS UTILISÉS DANS LA CONVERSION
D'UN JEUNE ÉVANGÉLISTE

FIVE SERMONS USED IN THE CONVERSION
OF A YOUNG EVANGELIST
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le soir du jour du Seigneur, le dimanche 9 octobre 2016

« Et comment entendront-ils sans prédicateur ? »
(Romains 10:14).


Probablement les sermons les plus importants que j'ai jamais prêchés ont été donnés en juin 2009. Ces cinq sermons ont été employés par Dieu dans la conversion du jeune homme que vous avez entendu prêcher ce matin. C’est les cinq sermons John Samuel Cagan a entendu juste avant qu'il n'ait été converti. Puisque je suis sûr que John deviendra un très grand prédicateur, les cinq sermons utilisés dans sa conversion sont probablement les plus importants que je prêcherai de toute ma vie. Prêcher pour des conversions est une chose rare de nos jours. Mais la prédication est la méthode que Dieu a donnée comme premier moyen de convertir les pécheurs. La Bible dit, « Comment entendront-ils sans prédicateur ? » (Romains 10:14). Les cinq sermons qui suivent sont ceux que John Samuel Cagan a entendus juste avant qu'il ne soit sauvé. Je lirai son témoignage en entier à la fin de ce message. Mais d'abord je vous donnerai une synthèse des cinq sermons que John a entendu juste avant sa conversion. Les points principaux dont je parlerai ce soir sont tirés des titres de ces cinq sermons.

I. Premièrement, « Encouragement pour ceux qui ne sont pas loin du salut » (prêché le dimanche matin, 7 juin 2009).

Le texte de ce sermon était « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu » (Marc 12:34). L'Esprit Saint était certainement au travail dans le coeur de cet homme, parce que seulement l'Esprit de Dieu peut venir à bout de l'opposition d'un homme envers Dieu et son rejet de Christ. La personne qui n'est pas convertie est en rébellion contre Dieu et un ennemi de Christ. J'ai parlé d'un autre jeune homme qui m'avait demandé, « Pourquoi Jésus devait-Il mourir sur la Croix ? » Ce garçon m'avait entendu dire que « Jésus est mort sur la Croix pour payer le prix de notre péché. » Il m'a entendu dire cela à plusieurs reprises pendant des années, mais il ne l'avait jamais reçu car son esprit était aveugle. Vous devez vous pencher longuement sur cette déclaration, « Jésus est mort sur la Croix pour payer le prix de notre péché. » Qu'est-ce qui vous retient de venir à Christ ? Avez-vous peur de ce que les autres diront ? Oubliez ce qu'ils disent. Leurs mots n'auront aucune importance quand vous serez en enfer. Détournez-vous de votre péché et venez à Christ. Il n'y a aucun autre moyen d'échapper de l'enfer.

II. Deuxièmement, « Le calvinisme moderne et la véritable conversion » (prêché dimanche soir, le 7 juin 2009).

Le texte de ce sermon était, « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature ; les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles » (II Corinthiens 5:17). Je n'ai pas prêché contre les doctrines du calvinisme. Mais j'ai dit que la croyance dans une doctrine ne vous sauvera pas. Même croire en une doctrine vraie ne vous sauvera pas. J'ai dit que de se reposer sur une doctrine vraie ne vous sauvera jamais Vous devez être convaincu de péché. Vous devez confesser votre péché. Viendrez-vous à Jésus Lui-même ou irez-vous en enfer. Quand vos péchés vous auront rendu malade - alors, et seulement alors - vous verrez votre besoin d'être sauvé par Christ. Si vous ne désirez pas que Christ change votre coeur mauvais, vous ne serez jamais converti. N'avez-vous aucune honte de votre coeur vendu au péché ? Cela ne vous dérange-t-il pas ? Vous devriez l'être, si vous avez l'espoir d'être converti. C’est seulement lorsque vous ne supportez plus le péché de votre cœur que le Sang purificateur de Christ deviendra important pour vous ! Spurgeon a dit, « Il doit y avoir un véritable changement du cœur, comme celui qui est capable d'affecter la vie entière. » Les vraies conversions se produisent quand un pécheur perdu se sent condamné par ses péchés et commence à les haïr.

Dans ce sermon, j'ai cité un paragraphe du sermon de Spurgeon, « La conversion est-elle nécessaire ? » Spurgeon a dit,

Dans toutes les véritables conversions on retrouve quatre points d'accord essentiel : il doit y avoir chez tous une confession pénitente de péché, et un appel à Jésus pour leur rémission, et il doit y avoir un vrai changement de coeur, comme celui qui est capable d'affecter la vie entière, et là où ces points essentiels sont absents, il n'y a aucune conversion véritable. (C. H. Spurgeon, « Is Conversion Necessary? La conversion est-elle nécessaire ? » Metropolitan Tabernacle Pulpit, Pilgrim Publications, 1971, vol. xx, p. 398).

III. Troisièmement, « Seulement par la prière et le jeûne » (prêché le dimanche matin, 14 juin 2009).

Le texte était, « Cette sorte ne peut sortir autrement que par la prière et le jeûne » (Marc 9:29). J'ai dit que les mots « et le jeûne » ont été enlevés parce que deux vieux manuscrits, copiés par les hérétiques gnostiques, ont omis ces deux mots, de ce fait affaiblissant les églises qui emploient les Bibles modernes. Cependant, la majorité des manuscrits anciens font état de ces mots, « la prière et le jeûne. » En Chine, ces mots sont dans toutes les Bibles. C'est une raison pour laquelle ils ont un réveil en continu, alors que celles des pays occidentaux, avec leurs traductions modernes, expérimentent rarement un véritable réveil classique Mais nous devons avoir des temps de prière et de jeûne pour de nombreux jeunes de nos églises de manière à ce qu’ils soient convertis. Nous devons jeûner et prier pour qu'ils sentent leur péché, se repentent, et aient une véritable rencontre avec le Sauveur crucifié et relevé d'entre les morts, puis être lavés par Son Sang précieux. Le sermon finissait avec un verset de l'hymne, « Plus blanc que neige. » Le verset dit, « Seigneur Jésus, Tu vois que j'attends patiemment, viens maintenant, et crée en moi un coeur nouveau. » Mais tandis que les chrétiens de notre église jeûnaient et priaient, John Cagan était dérangé par l'idée du jeûne. Cela le mettait en colère - bien qu'il serait bientôt converti puisque ses parents priaient et jeûnaient pour son salut !

IV. Quatrièmement, « Conscience et conversion » (prêché le dimanche soir, le 14 juin 2009).

Le texte était, « Leur conscience rendant aussi témoignage, et leurs pensées pendant ce temps les accusent ou les défendent » (Romains 2:15). La conscience est le pouvoir que nous avons d'émettre des jugements moraux sur nous-même) es, approuvant ou désapprouvant nos actions, pensées et plans, nous indiquant ce que nous avons fait de mal, et nous disant que nous méritons d'en souffrir les conséquences. Adam (et Ève) a péché et sa conscience en a été souillée, et ainsi il a trouvé différentes excuses pour son péché. La preuve de la ruine causée à sa conscience a été la transmission de ce péché, (et de cette ruine), à la race humaine puisque le premier fils Caïn, a assassiné son frère mais n'a ressenti aucune conviction et a excusé son péché. Plus une personne continue dans le péché plus elle se souille et plus insensible et cautérisée sa conscience devient. Les gens cautérisent leur conscience en péchant de plus en plus, « Disant des mensonges par hypocrisie, ayant leur conscience cautérisée au fer rouge » (I Timothée 4:2). J'ai dit aux jeunes de notre église qu'ils cautérisaient leur conscience en disant des mensonges à leur mère, en fraudant à l'école, en volant des choses, et en violant leur conscience à plusieurs reprises avec des péchés toujours de plus en plus énormes - que je ne mentionnerai pas ici dans l'église. Vous savez ce qu'ils sont, d'ailleurs. Vous savez qu'il est presque impossible pour vous de vous sentir coupable maintenant - parce que vous avez péché à plusieurs reprises, vous riant de Dieu alors que vous avez péché de manière répétée et avez ainsi détruit votre conscience. Que puis-je faire pour vous aider ? C'est vous qui avez cautérisé votre conscience au delà de toute identification. Je ne peux que vous plaindre- en tant que créature ruinée sans aucun avenir ni espoir. Oui, je ne peux que vous plaindre. Je ne peux pas vous aider parce que vous êtes déjà condamné et perdu. Jésus dit : « Mais celui qui ne croit pas est déjà condamné » (Jean 3:18). Vous êtes aussi sûr d'aller en enfer que si vous y étiez déjà. Rien de ce que je peux dire, ou faire, ne peut vous aider ! Seul Dieu peut vous convaincre de votre péché. Peut être qu'Il vous a donné une conviction de péché auparavant, mais il n'y a aucune garantie qu'Il vous la donne à nouveau. Très souvent, ceux qui ont déjà expérimenté la conviction de leur péché ne sont jamais plus visités par l’Esprit de Dieu. Après toutes ces moqueries, et les choses stupides que vous avez faites, vous ne méritez même plus une seule minute de conviction. Si vous perdez votre conviction de péché, il se peut que Dieu ne vous la redonne jamais Venez devant Dieu comme un mendiant ! Venez vers Lui courbé par l'humilité, sachant que le Dieu tout-puissant ne vous doit absolument rien. Vous lui avez craché au visage, dans votre coeur, toutes ces années passées. Pensez-y ! Vous avez craché au visage de Christ par votre attitude. Maintenant Christ ne vous doit rien. Il vous doit seulement Sa colère, Sa punition et les flammes de l'enfer. En ce moment vous pouvez penser que, « C'est vrai - Dieu ne me doit rien d'autre que les flammes de l'enfer. Je ne mérite rien d'autre. » Et si vous vous sentez comme cela, je vous conjure de venir à Jésus comme la femme qui est venu à Lui et a embrassé Ses pieds. Venez comme le malheureux vermisseau que vous êtes. Pleurez et venez, et pleurez encore à Lui, comme John Bunyan ; comme Whitefield - pleurant et criant pour Sa pitié. Peut être aura-t-Il pitié de vous. Mais je dis seulement « peut-être » - parce que l'heure pour vous d'être sauvé est peut être déjà passée. Vous pouvez déjà avoir péché et éloigné le jour de la grâce pour toujours. Venez pleurer à Christ - et peut-être vous donnera-t-Il une autre opportunité - bien que dans votre cas ce ne soit pas du tout certain qu'Il le fasse. Venez devant la chaire des prédications. Agenouillez-vous et pleurez pour recevoir Sa pitié. Christ peut vous entendre et vous donner une autre occasion d'être lavé de votre péché par Son Sang précieux. Seul Son Sang « purgera votre conscience des œuvres mortes, pour servir le Dieu vivant » (Hébreux 9:14).

V. Cinquièmement, « La vallée des os desséchés » (j'ai prêché ce sermon le matin même où John Cagan a été converti, le 21 juin 2009).

Le texte était, « Ainsi a dit le Seigneur Dieu à ces os : Voici, je vais faire entrer en vous le souffle, et vous vivrez » (Ézéchiel 37:5). Je ne pense pas que John a été converti par ce sermon. Je ne pense pas qu'il l'écoutait vraiment. Je pense que c'était les quatre premiers sermons qui ont été utilisés pour le convertir. Vous verrez dans le témoignage de John quand je vous le lirai - qu'il n'avait aucun respect à mon endroit. En fait, John me haïssait. Alors que je prêchais ce sermon, John a dit qu'’il « essayait de toutes ses forces de le rejeter, de ne pas l'écouter... Je comptais les minutes jusqu'à ce que le sermon soit fini, mais le pasteur continuait sa prédication… » C'est pourquoi il ne mentionne rien de ce que j'ai dit ce matin-là dans son témoignage. Pas un mot. John a dit, « Même pendant que l'invitation à la conversion était donnée je résistais. » Et il ajoute, « Le pasteur a parlé seul avec moi et m'a dit de venir à Christ, mais je ne le voulais pas. »

Ceci est important. C'est important parce que cela ressemble à ce que certains d'entre vous peuvent ressentir en ce moment. Vous me traitez sans respect. Vous ne m'aimez pas. Vous ne voulez pas m'écouter.

Mais quelque chose d'autre est arrivé à John ce matin-là. Je pense que j'aurais tout aussi bien pu lire quelques pages de l'annuaire téléphonique et il aurait été converti. Pourquoi est-ce que je dis cela ? Parce que les quatre sermons précédents avaient pénétré son coeur endurci, en particulier mon sermon sur la conscience. Vous voyez, Dieu lui-même a utilisé ce sermon et les autres trois autres pour l'inciter à penser à son péché. Et il s'est rendu compte que sa lutte n'était pas vraiment contre moi. Il s'est rendu compte qu'il luttait vraiment contre Dieu. Écoutez maintenant son témoignage et vous verrez que je n’ai eu que très peu à faire avec sa conversion. C'est Dieu qui a permis que les premiers quatre sermons le place sous une grande conviction de péché. Dieu a été Celui qui a employé mes faibles mots pour conduire ce garçon de quinze ans sous la conviction de péché. C'était Dieu qui alors « L'a attiré avec force à Christ. » Ce n'était pas moi du tout. « Comment entendront-ils sans prédicateur ? » C'est vrai. Mais c'est Dieu qui emploie les sermons du prédicateur pour convertir des pécheurs. Et Jonas a crié et il a dit, « Le salut vient du Seigneur » (Jonas 2:9). Pensez maintenant à cela alors que je lis en entier le témoignage de la conversion de John Samuel Cagan.

MON TÉMOIGNAGE
21 juin 2009
(par John Samuel Cagan)

     Je peux se rappeler le moment de ma conversion comme si c'était hier, et les mots semblent si petits comparés à la grande différence que Christ a faite dans ma vie. Avant ma conversion j'étais plein de la colère et de haine. J'étais fier de mes péchés et j'avais du plaisir à faire du mal aux gens, et je m'associais avec ceux qui haïssaient Dieu : pour moi le péché n'était pas comme une « erreur » que je devais regretter. J'avais intentionnellement choisi ce chemin. Dieu a commencé à travailler en moi d'une manière que je n'aurais jamais pu imaginer alors que mon monde commençait à s'émietter rapidement autour de moi. Ces semaines avant ma conversion se sont révélées comme la mort pour moi ; je ne pouvais pas dormir, je ne pouvais pas sourire, je ne pourrais trouver aucune forme de paix. Notre église avait des réunions d'évangélisation et je peux clairement me rappeler de mes moqueries à ce sujet, car je n'avais aucun respect pour mon pasteur et pour mon père.
     L'Esprit Saint a commencé à me convaincre de mon péché, mais avec ma volonté entière je rejetais toutes les pensées que j'avais au sujet de Dieu et de la conversion. Je refusais d'y penser, pourtant je ne pouvais cesser d'être tourmenté. Ainsi, arrivé au dimanche matin du 21 juin 2009, j'étais complètement épuisé. J'étais fatigué de tout. J'ai commencé à me détester, détester mon péché et la manière dont il me faisait me sentir.
     Tandis que le Dr. Hymers prêchait, mon orgueil essayait désespérément de le rejeter, de ne pas l’écouter, mais pendant qu'il prêchait je pouvais littéralement sentir tout le poids de mon péché peser sur mon âme. Je comptais les minutes jusqu'à ce que le sermon soit fini, mais le pasteur continuait sa prédication, et mes péchés s'aggravaient sans cesse et me paraissaient de plus en plus vilains. Je ne pouvais plus lutter contre l'aiguillon, je devais être sauvé ! Même pendant que l'invitation à la conversion était donnée je résistais, mais je ne pouvais plus le supporter. Je savais que j'étais un pécheur de la pire espèce et que Dieu était juste de me condamner à l'enfer. J'étais si fatigué de lutter, j'étais si fatigué de qui j'étais. Le pasteur a parlé avec moi et m'a dit de venir à Christ, mais je ne le voulais pas. Même pendant tout le temps où mon péché me condamnait, je ne voulais toujours pas de Jésus. Ces moments ont été les plus mauvais de tous alors que je sentais comme s'il m'était impossible d'être sauvé et que je devrais tout simplement aller en enfer. J'« essayais » d'obtenir mon salut par moi-même, j'« essayais » de faire confiance à Christ et je ne le pouvais pas, je ne voulais pas de Christ, je n'arrivais pas à me décider à devenir chrétien, et cela me rendait tout simplement désespéré. Je pouvais sentir mon péché me pousser de plus en plus loin, en enfer, et pourtant je pouvais sentir mon obstination. J'étais enfoncé dans ce terrible conflit.
     Soudainement les paroles d'un sermon prêché des années auparavant me sont revenues à l'esprit : « Cède prise à Christ ! Cède prise à Christ ! » La pensée que je devrais m'incliner, me soumettre à Jésus me dérangeait tellement que, pendant un moment qui m'a semblé infini, j'en étais tout simplement incapable. Jésus avait donné Sa vie pour moi. Le véritable Jésus était allé se faire crucifier pour moi alors que j'étais Son pire ennemi et que je ne voulais pas Lui céder. Cette pensée m'a terrassée, et j'ai dû tout lâcher. Je ne pouvais pas me tenir sur mes gardes plus longtemps, je devais avoir Jésus ! À cet instant même, j'ai cédé à Christ et je Lui ai fait confiance par la foi. À cet instant, il m'a semblé que je devais me laisser mourir, et c'est alors que Christ m'a donné la vie ! Il n'y a eu aucune action ou volonté de ma part, mais c'est avec mon coeur, un simple repos en Christ, qu'Il m'a sauvé ! Il a lavé mes péchés par Son Sang ! En un seul instant, j'ai arrêté de résister à Christ. C'était si clair que tout ce que je devais faire était de Lui faire confiance ; je peux identifier l'instant exact où j'ai cessé d'être moi et c'était seulement Lui. J'avais dû lâcher prise ! À ce moment-là, ce n'était pas un sentiment physique ou une lumière aveuglante : je n'ai pas eu besoin d'un sentiment, j'ai eu Christ ! Pourtant, en faisant confiance à Christ, j'ai senti comme si mon péché était enfin ôté de mon âme. Je me suis détourné de mon péché et je me suis tourné vers Jésus, Seul ! Jésus m'a sauvé.
     Combien Jésus doit-Il m'avoir aimé pour me pardonner, moi le pire des pécheurs qui avait grandi dans une bonne église et m'était pourtant toujours retourné contre Lui ! Les mots me manquent pour raconter l'expérience de ma conversion et exprimer mon amour pour Christ. Christ a donné Sa vie pour moi et pour ceci je Lui donne tout. Jésus a sacrifié Son trône pour une croix pour moi, alors même que je crachais sur Son Église et me moquais de Son salut ; comment pourrais-je suffisamment proclamer Son amour et Sa bonté ? Jésus a ôté ma haine et ma colère et les a remplacé par l'amour. Il m'a donné bien plus qu'un nouveau départ - Il m'a donné une vie nouvelle. C'est seulement par la foi que je sais que Jésus a enlevé tous mes péchés, et je me demande comment je le peux le savoir alors que je manque d'une évidence concrète, mais je me rappelle que la « foi est la substance des choses invisibles » et je trouve la paix sachant qu'après avoir bien réfléchi, ma foi repose sur Jésus. Jésus est ma seule réponse.
     Je suis si reconnaissant pour la grâce que Dieu m'a donnée, les nombreuses occasions qu'Il m'a offertes, et pour m'avoir attiré à Son Fils avec une telle force que je ne serais jamais venu à Jésus par mes propres moyens. C’est juste des mots, mais ma foi repose en Jésus, car Il m'a changé. Il a toujours été là, mon Libérateur, mon Repos et mon Sauveur. Mon amour pour lui semble si petit comparé à la manière dont Il m'a aimé. Je ne pourrais jamais vivre pour Lui assez longtemps ou assez sincèrement, je ne pourrai jamais trop faire pour Christ. Servir Jésus est ma joie ! Il m'a donné la vie et la paix après que la seule chose que je savais faire était de Le haïr. Jésus est mon ambition et ma direction. Je ne me fais pas confiance, mais je mets mon espérance en Lui seul, parce qu’Il ne m'a jamais fait défaut. Christ est venu à moi et à cause de cela je ne L'abandonnerai jamais.

Vous êtes un pécheur perdu, comme l'était John Cagan. Je peux seulement vous dire ce que j'ai dit à John à la fin du sermon, quand il a été sauvé, « Tu es un pécheur. Tu es perdu. Personne ne peut te sauver sinon Jésus. » C'est pour cela qu'Il est mort sur la Croix pour payer le prix de votre péché - et l'ôter totalement par Son Sang. Tandis que nous chantons, levez-vous et venez par ici ! « Je suis perdu ! Oh, Jésus, lave mes péchés avec le Sang que Tu as versé sur la Croix ! » Venez par ici tandis que nous chantons la première strophe de « Auprès de la Croix (Near the Cross). » C'était la chanson d'invitation que nous avons chantée le jour où John Cagan a été sauvé. La plupart d'entre vous la connaissent déjà. Chantons-la ! Et tandis que nous la chantons, venez par ici à l'autel et donnez votre confiance à Jésus.

Jésus, garde-moi auprès de Ta croix, fontaine précieuse,
   Libre à tous, flots de guérison issus du Calvaire.
Dans la croix, dans la croix, voilà ma seule gloire ;
   Jusqu'à ce que mon âme captivée trouve son repos au delà du Jourdain.
« Newar the Cross » (Auprès de la Croix) par Fanny J. Crosby, 1820-1915.


QUAND VOUS ÉCRIVEZ AU DR. HYMERS VOUS DEVEZ LUI DIRE DE QUEL PAYS VOUS ÉCRIVEZ OU IL NE POURRA PAS RÉPONDRE À VOTRE E-MAIL. Si ces sermons vous ont béni, veuillez envoyer un e-mail au Dr. Hymers et le lui dire, mais toujours mentionner de quel pays vous écrivez. L'e-mail du Dr. Hymers est rlhymersjr@sbcglobal.net (cliquez ici) . Vous pouvez écrire au Dr. Hymers dans n'importe quelle langue, mais préférablement en anglais, si c'est possible. Vous pouvez également lui écrire à son adresse postale à : P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015, USA Vous pouvez aussi lui téléphoner au (818) 352-0452, en mettant devant l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur l'Internet
A www.sermonsfortheworld.com.
Cliquez sur « Sermons en Français. »

Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser sans la
permission du Dr. Hymers. Cependant, toutes les vidéos du Dr. Hymers sont soumises à
des droits d'auteur et ne peuvent être utilisées que par permission.

Écriture avant le sermon lue par M. Aaron Yancy : Romains 10:9-14.
Solo avant le sermon chanté par M. Benjamin Kincaid Griffith :
« Near the Cross » (Auprès de la Croix) par Fanny J. Crosby, 1820-1915.


GRANDES LIGNES DE

CINQ SERMONS UTILISÉS DANS LA CONVERSION
D'UN JEUNE ÉVANGÉLISTE

FIVE SERMONS USED IN THE CONVERSION
OF A YOUNG EVANGELIST

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Et comment entendront-ils sans prédicateur ? »
(Romains 10:14).

I.    Premièrement, « Encouragement pour ceux qui ne sont pas loin du salut » (prêché le dimanche matin, 7 juin 2009), Marc 12:34.

II.   Deuxièmement, « Le calvinisme moderne et la véritable conversion » (prêché dimanche soir, le 7 juin 2009), II Corinthiens 5:17.

III.  Troisièmement, « Seulement par la prière et le jeûne » (prêché le dimanche matin, le 14 juin 2009), Marc 9:29.

IV.  Quatrièmement, « Conscience et conversion » (prêché le dimanche soir, le 14 juin 2009), Romains 2:15; I Timothée 4:2; Jean 3:18; Hébreux 9:14.

V.   Cinquièmement, « La vallée des os desséchés » (j'ai prêché ce sermon le matin même où John Cagan a été converti, le 21 juin 2009), Ézéchiel 37:5; Jonas 2:9.


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).