Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




ALLEZ AU SECOURS DE CEUX QUI PÉRISSENT

RESCUE THE PERISHING
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le soir du Jour du Seigneur, le 14 février 2016

« Et quand tu seras converti, fortifie tes frères »
(Luc 22:32).


La traductions de la Bible en anglais NIV (New International Version ou Nouvelle Version Internationale), ainsi que d'autres Bibles modernes (en français par exemple les versions de la Bible Segond 21 (SG21), La Nouvelle Bible de Genève, ou la Bible su Semeur), le disent différemment, « Et quand tu seras revenu [à moi], affermis tes frères. » Ce matin je vous ai dit qu'un spécialiste renommé du Nouveau Testament est en désaccord avec ces traductions. Je vous ai dit que le Dr. Markus Bockmuehl faisait le commentaire suivant, « ‘Et quand tu seras venu de nouveau (ou revenu)’ bien que favorisé par bon nombre de traducteurs, n'a pas de place dans le grec » (Markus Bockmuehl, Ph.D., Simon Pierre in Scripture and Memory, Simon Pierre dans l’Écriture et dans la mémoire, Baker Academic, 2012, p. 156). Il continue pour prouver que le terme grecs « epistrephō » signifie « converti » dans l'évangile de Luc (ibid.). Le Dr. Bockmuehl est professeur des Études de la Bible et du christianisme primitif à l'université d'Oxford, en Angleterre. Il précise que la conversion de Pierre s’est passée après une conviction de péché et la rencontre avec le Christ ressuscité. Cela a toujours été mon point de vue, mais j'étais heureux de me voir soutenu par un scientifique d'Oxford ! De nouveau, la KJV [La Bible du King James – La Bible du Roi Jacques en français] est correcte et les traductions modernes sont erronées. [Note du traducteur : La Bible du Roi Jacques, traduction française est celle que nous utilisons ici. Voir note en fin de texte pour plus de détails.]

Pourquoi les traducteurs modernes sont-ils erronés ? C'est qu'ils ne comprennent pas le processus de la conversion. Ils pensent en termes de « décision. » Mais les anciens traducteurs d'autrefois de la KJV savaient ce qu'était une véritable conversions - ainsi, ils n’ont eu aucune difficulté pour traduire le terme grec « epistrephō » correctement - c'est à dire par « converti. »

« Et quand tu seras converti, fortifie tes frères » (Luc 22:32).

C'est un texte très important, et je vais en montrer deux points essentiels.

I. Premièrement, Christ a parlé de la véritable conversion qu’aurait Pierre.

La première étape d'une conversion est la conviction de péché que donne l'Esprit de Dieu.

« Et quand il sera venu, il convaincra le monde de péché, de droiture et de jugement » (Jean 16:8).

L'auteur puritain William Guthrie (1620-1665) l’a dit ainsi,

« Habituellement, le Seigneur prépare son chemin dans l'âme par un travail d'humiliation, et fait découvrir à la personne son péché et sa misère, tellement qu'en conséquence, ce dernier désire ardemment le médecin Christ Jésus » (William Guthrie, The Christian’s Great Interest, Le grand intérêt du chrétien, The Banner of Truth Trust, 1969 réimpression, page 193).

Et c'est ce qui est arrivé à Pierre la nuit avant la crucifixion de Christ. Les termes, « Quand tu seras converti..., » montrent que Pierre n'était pas encore converti, quoiqu'il ait suivi le Christ pendant environ trois ans. Cette nuit-là, que certains appellent « Vendredi saint, » Pierre a enfin pu voir qu'il était un pécheur fier et pharisaïque. Il disait aimer Jésus de tout son cœur. Mais il a renié le Seigneur lorsqu’il a été testé. Une jeune fille a dit de lui en le voyant qu'il était un disciple de Christ. Pierre l'a alors nié. Une autre jeune fille a dit un peu plus tard, « Cet homme était également avec Jésus de Nazareth » (Matthieu 26:71). Pierre s'est écrié en colère et a juré, « Je ne connais pas cet homme » (Matthieu 26 : 72). Ce qui revient à dire, en effet, de la part de Pierre, « Si je mens que je sois maudit » (Thomas Hale).

Jésus avait dit à Pierre qu'il le renierait trois fois avant que le coq n'ait chanté. Et juste à ce moment-là, un coq a chanté ! « Et Pierre sortit, et pleura amèrement » (Luc 22:62). Le mot grec pour « pleura » signifie « pleurer bruyamment, à gros sanglots » (Strong). Le mot grec pour « bruyamment » est « pikrōs. » Il signifie « violemment » (Strong). Je ne dis pas que tous ceux qui éprouvent la conviction évangélique pleurent et sanglotent violemment. Mais habituellement ceux qui sont sous la conviction ont des larmes plein les yeux. Et dans les vrais réveils classiques, on voit souvent des sanglots et des pleurs violents de la part de ceux qui sont sous la conviction. J'ai regardé des vidéos du grand réveil qui continue actuellement en Chine et on voit des douzaines de personnes à la fois pleurer amèrement, sous la conviction de péché. Dans le Réveil de Cornouaille de 1823 en Angleterre, raconté par William Carvosso, des perdus « tombaient à genoux dans la détresse de leur âme - en agonie avec Dieu pour le salut de leur âme » (Paul E. Cook, Fire From Heaven, Feu du ciel, p. 87). Ceci se produit souvent aujourd'hui en Chine et dans d'autres pays du tiers monde, quand Dieu envoie le réveil. Même ici, dans notre pays athée et matérialiste qu’est l’Amérique, j'ai vu des centaines de jeunes pleurant sous une conviction profonde de péché lors d’un réveil, vers la fin des années 60. Et même maintenant, dans notre propre église, souvent les larmes viennent aux yeux de ceux qui viennent nous demander de l’aide pour trouver Christ, tellement ils sont sous la conviction de péché. Les gens les moins probables, les introvertis tranquilles, sont souvent ceux qui pleurent le plus quand, dans l'amertume profonde, l'Esprit de Dieu leur fait voir leurs péchés. Remarquez bien - ils ne sont pas désolés pour eux-mêmes. Si vous êtes désolé sur votre sort, vous ne serez pas converti. Vous devez avoir du remord pour votre péché.

Ce n'est pas nouveau. Pierre n'est pas le seul qui soit passé par la conviction de péché avant d'être converti. L'apôtre Paul est également passé par là. Paul était si convaincu de son péché qu'il pouvait dire,

« Homme misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ? » (Romains 7:24).

La conviction de péché est même arrivée à trois mille personnes le jour de la Pentecôte.

« Ils furent piqués en leur cœur, et dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes et frères, que ferons-nous ? » (Actes 2:37).

L'ancien commentateur Matthew Henry écrit, les « pécheurs, quand leurs yeux sont ouverts, ne peuvent pas s'empêcher d’être piqués au coeur pour leur péché… Ceux qui ont vraiment du remord pour leurs péchés, et qui en éprouve de la honte, ont peur des conséquences, et sont piqués au coeur… Tout ce qui me semblait bien en moi, ainsi que ma confiance en moi-même, m'ont abandonné » (Matthew Henry’s Commentary on the Whole Bible, Commentaire de Matthew Henry sur la Bible entière, note sur Actes 2:37). Les gens pleuraient quand ils étaient sous la conviction qui vient de Dieu. Une pécheresse se tenait derrière Jésus et pleurait. Et Il lui a dit « Tes péchés sont pardonnés » (Luc 7:48).

Autrefois, on s'attendait à ce que les convertis viennent à Jésus avec une forte conviction de péché. Non seulement Pierre et Paul, mais la plupart des autres aussi bien. Lisez la conversion de Saint Augustin. Lisez la conversion de Luther. Lisez la conversion de John Bunyan, de George Whitefield, John Wesley, Howell Harris, Spurgeon, les jeunes sur l'île de Lewis en 1949-52. Tous ont commencé par une conviction profonde de péché. J'ai entendu une jeune fille dire, « J'étais tellement dégoûtée de moi-même, » avant qu'elle ne fasse confiance à Jésus

Écoutez maintenant la lettre de Pierre Boehler au comte Zinzendorf sur la conversion de John Wesley.

Il s'est levé et a dit, « Chantons l'hymne numéro 456, ‘Mon âme se prosterne devant Toi’. » Pendant le chant, il a fréquemment essuyé les larmes qui coulaient de ses yeux, et juste après il m'a appelé dans sa chambre et admis qu'il était maintenant convaincu de la vérité de ce que je lui avais dit au sujet [de la foi] du salut et ne le contesterait plus, mais qu'il n'avait pas encore atteint cette grâce. Comment allait-il faire pour accéder à une telle foi ? Il n'avait pas péché aussi gravement que d'autres. Je lui ai répondu que ne pas croire au Sauveur était déjà un péché en soi, et lui recommandais instamment de chercher Christ, jusqu'à ce qu'il L'ait trouvé. Mais comme j'étais fortement ému pour lui, je continuais à prier pour que le Seigneur aie pitié de lui, misérable pécheur que j'étais. Après la prière, Wesley a dit que lorsqu’il aurait fait sien le don de la foi, il ne prêcherait plus sur aucun autre sujet… Je l'ai sincèrement prié de ne pas penser à la grâce du Sauveur comme lointaine et seulement dans l'avenir, mais de croire qu'elle était présente, près de à lui à cet instant, que le cœur de Jésus était ouvert et Son amour [pour lui] infiniment grand. Il a pleuré amèrement et m'a demandé de prier avec lui. Je peux vraiment dire que John Wesley est un pauvre pécheur brisé par le remord, qu'il a soif d'une meilleure justice, que celle qu'il a eue jusqu'ici, la droiture de Jésus le Christ. Et le soir il a prêché sur I Corinthiens 1:23, 24 « Mais nous prêchons le Christ crucifié... » Il avait plus de quatre mille auditeurs et a parlé de telle manière que tous ont été grandement étonnés… Ses premiers mots ont été, « Je me considère sincèrement indigne de vous prêcher Jésus crucifié. » Beaucoup ont été réveillés par ce sermon (cité par John Greenfield, When the Spirit Came: The Moravian Revival, Quand l'Esprit est venu : Le Réveil Morave, Strategic Press, non daté, p. 28).

Et nous avons ici un John Wesley, des larmes coulant sur ses joues, prêchant le salut par Christ - avant qu’il ne soit lui-même converti ! Plus de cinquante ans plus tard, alors qu'il était étendu, attendant la mort, on l'a entendu murmurer à plusieurs reprises,

« Je suis le plus grand des pécheurs,
Mais Jésus est mort pour moi. »

C'est l'expérience qu'a eue Pierre la nuit où Jésus a été arrêté. Le Dr. Thomas Hale raconte cette anecdote,

Il a été dit par un auteur ancien, que pour le reste de sa vie, toutes les fois que Pierre a entendu le chant du coq, il a pleuré, parce qu'il s'est rappelé la nuit où il a renié son Seigneur. (Thomas Hale, M.D., The Applied New Testament Commentary, Commentaire appliqué du Nouveau Testament, Kingsway Publications, 1997, P. 286 ; note sur Marc 14:72).

II. Deuxièmement, Christ a parlé de ce que ferait Pierre après sa conversion.

« Et quand tu seras converti, fortifie [affermi] tes frères » (Luc 22:32).

Le Dr. J. Vernon McGee écrit, « Et Pierre a ensuite pu fortifier ses frères. L'homme qui est testé est l'homme qui peut vraiment en aider d'autres » (Thru the Bible; Dans la Bible, note sur Luc 22:32). L'homme qui a passé par la conviction de péché est l'homme qui peut en aider d'autres sous la conviction leur péché. L'homme qui a été sauvé par Jésus est l'homme qui peut en aider d'autres à être sauvé par Jésus. L'homme qui sait combien il faible peut en aider d'autres qui sont faibles.

J'ai toujours aimé John Wesley. Une des raisons pour lesquelles je l'aime est parce que, comme moi, il avait pensé qu'il pourrait être sauvé en vivant une vie stricte et juste. C'était exactement ce que pensais. Il a dit à un missionnaire de Moravie, Pierre Boehler, qu'il n'avait pas la foi pour être sauvé. Boehler a dit que Wesley pensait, « Comment allait-il faire pour accéder à une telle foi ? Il n'avait pas péché aussi gravement que d'autres. » C'était la pierre d'achoppement de Wesley, et c'était aussi la mienne. Boehler lui a dit que le manque de confiance en Jésus était un péché assez grand en lui-même. « Il a pleuré amèrement et m'a demandé de prier pour lui. » Après avoir été sauvé par Jésus, John Wesley a passé le reste de sa vie à aider les pécheurs encore perdus et affermir les frères. Il voyageait à cheval 4.500 milles chaque année, et prêchait deux sermons ou plus journellement, et cela tout le reste de sa vie ! L'hymne que M. Griffith a chanté il y a un moment aurait pu être écrit par Wesley.

Sauvez ceux qui périssent, prenez soin de ceux qui meurent,
   Que votre pitié les arrache au péché et à la tombe ;
Pleurez sur ceux qui errent, relevez ceux qui sont tombés,
   Parlez-leur de Jésus, puissant pour sauver, de Jésus encore,
Sauvez ceux qui périssent, prenez soin de ceux qui meurent,
   Jésus est plein de compassion, Jésus les sauvera.

Chantez le refrain avec moi !

Sauvez ceux qui périssent, prenez soin de ceux qui meurent,
   Jésus est plein de compassion, Jésus les sauvera.
“Rescue the Perishing” (Secourez ceux qui périssent)
      par Fanny J. Crosby, 1820-1915).

« Et quand tu seras converti, fortifie tes frères. » (Luc 22:32).

Comment pouvons-nous dire quand quelqu'un est vraiment converti ? Comment pouvons-nous dire si quelqu'un est vraiment sauvé ? « Et quand tu seras converti, fortifie tes frères. » Quand vous êtes converti, Christ transforme vos désirs. Ce que vous avez aimé avant, vous l'aimerez moins que les frères. Vous aimerez l'église avec tout votre cœur. Vous aimerez les vrais chrétiens de toute votre âme. Vous voudrez tout faire pour les affermir et les aider. Vous prierez pour eux et les aiderez et les aimerez avec un cœur comme celui de Christ. L'apôtre Jean le dit très clairement :

« Et nous savons que nous sommes passé de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. Celui qui n’aime pas son frère demeure dans la mort » (I Jean 3:14).

C'est une des manières de pouvoir dire que vous êtes converti : c’est que vous aimez vraiment les frères et les soeurs de l'église, et faites tout pour les aider. Regardez comment Lara et Karen, et les autres nouvelles jeunes filles, aident Mme. Hymers ! Vous ne pouvez pas vous empêcher de penser qu'elles sont converties !

Mais il y a une autre manière de pouvoir dire que vous êtes converti. Ouvrez votre Bible à Luc 14. C'est à la page 1096 de la Bible d'étude de Scofield. C'est la parabole du grand dîner. Celui qui invite au grand dîner est Christ. Le serviteur qu'il envoie pour inviter les personnes est le véritable chrétien. Regardez maintenant ce que Jésus dit de lui. C'est au verset 23. Veuillez vous levez et le lire ensemble à voix haute.

« Et le Seigneur dit au serviteur : Va dans les chemins et le long des haies, et contrains les d’entrer, afin que ma maison soit remplie » (Luc 14:23).

Vous pouvez vous assoir. Prenez un crayon et soulignez les mot : « Allez sur les chemins et le long des haies, et contraignez - les d’entrer, afin que ma maison soit remplie » (Luc 14:23). C'est ce qui nous faisons chaque jeudi soir, chaque samedi soir, et chaque dimanche après-midi. Nous envoyons chacun en dehors de l’église pour gagner des âmes.

Mais nous constatons qu'il y en a qui restent là et discutent, ou font autre chose pour passer le temps. Ainsi ils n'apportent jamais un nom pour que nous puissions faire un suivi, ou ils en apportent très peu. Quel est le problème avec ceux qui n'apportent pas de noms de personnes qu’ils ont contactées pendant l’évangélisation au dehors ? Une de deux choses : ou ils sont encore perdus, ou ils sont retournés au monde. Les véritables chrétiens vont chercher les personnes encore perdues. Ceux qui ne sont pas sauvés ou qui sont retournés au monde s’amusent et perdent leur temps. Si vous êtes un de ceux qui sont retournés au monde, regardez bien ! Vous perdrez la joie de votre salut si vous ne vous repentissez pas. Jésus vous dit, « Souviens-toi donc d'où tu es tombé, et repens-toi, et fais tes premières œuvres » (Apocalypse 2:5). « Faites vos premières œuvres. » Allez de nouveau gagner des âmes. Amenez les noms de ceux que vous aurez rencontré. Faites vos premières œuvres de la manière dont vous aviez l'habitude de faire.

Mais il y en a qui ne l'ont jamais fait. Vous n'avez jamais voulu le faire, et vous ne le faites pas plus maintenant. Vos yeux se figent et votre visage se durcit. Et vous pensez, « Il ne va jamais m'obliger [moi] à faire cela ! » Et pourquoi pas ? Alors on peut vraiment voir que vous n'êtes pas converti. Vous nous attendez pour vous « enseigner » comment être converti, tandis que vous n'avez aucune intention d'obéir à Christ. Il dit « Contraignez - les à venir » - mais vous dites « Non ! » Je ne veux pas obéir à Christ ! » Pauvre ami ! Pauvre fille ! Vous ne trouverez jamais la paix et la joie en Jésus !

Dans cette grande ville, il y a des centaines de jeunes qui sont perdus et seuls. Ils attendent quelqu'un pour les aimer, pour leur montrer de l’intérêt, leur montrer une meilleure manière de vivre. Mais vous ne pouvez pas les aider si vous-même êtes encore perdu. Dans leur intérêt, je parle avec vous pour que vous vous repentissiez et fassiez confiance à Jésus. Venez à Jésus par la foi. Confiez- Lui votre vie. Il vous sauvera. Son Sang vous purifiera de tout péché. Et Il vous enverra au dehors pour chercher les perdus et affermir les frères !

« Et quand tu seras converti, fortifie tes frères » (Luc 22:32).

Veuillez vous lever et chanter le numéro 6 sur votre feuille de chants.

Écoutez ! C’est la voix du berger que j'entends,
   Là-bas, dans le désert sombre et triste,
Qui appelle les brebis égarées,
   Égarées loin de la bergerie.

Allez les chercher, Allez les chercher,
   Allez les chercher dans les champs du péché ;
Allez les chercher, Allez les chercher,
   Ramenez à Jésus ceux qui errent encore sans Lui.

Nous irons aider ce bon Berger,
   L’aider à trouver ceux qui errent encore.
Qui les amènera donc à la bergerie
   Pour qu’ils soient à l’abri du froid ?

Allez les chercher, Allez les chercher,
   Allez les chercher dans les champs du péché ;
Allez les chercher, Allez les chercher,
   Ramenez à Jésus ceux qui errent encore sans Lui.

Entendez leurs cris là bas, dans le désert,
   Ou sur les montagnes escarpées et sauvages,
Écoutez, c’est le Maître qui vous parle,
« Allez chercher mes brebis où qu’elles soient. »

Allez les chercher, Allez les chercher,
   Allez les chercher dans les champs du péché ;
Allez les chercher, Allez les chercher,
   Ramenez à Jésus ceux qui errent encore sans Lui.

Dr. Chan, veuillez nus conduire dans la prière. Amen.


Le Dr. Hymers aimerait recevoir de vos nouvelles. QUAND VOUS LUI ÉCRIVEZ, VEUILLEZ LUI DIRE DE QUEL PAYS VOUS ÉCRIVEZ OU IL NE POURRA PAS VOUS RÉPONDRE. Si ce sermon vous a béni, vous pouvez envoyer un e-mail au Dr. Hymers et le lui dire - rlhymersjr@sbcglobal.net (clic ici). Vous pouvez lui écrire dans n'importe quelle langue, mais préférablement en anglais si vous le pouvez. Vous pouvez aussi lui écrire à son adresse postale : P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015. Ou encore lui téléphoner au 818)352-0452 (en mettant devant l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur l'Internet
A www.sermonsfortheworld.com.
Cliquez sur « Sermons en Français. »

Vous pouvez également envoyer un courriel au Dr. Hymers à rlhymersjr@sbcglobal.net
ou vous pouvez lui écrire à son adresse postale à :
P.O. Box 15308, Los Angeles, CA90015.
Ou encore lui téléphoner au (818)352-0452 (en mettant devant
l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays).

Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser sans la
permission du Dr. Hymers. Cependant, toutes les vidéos du Dr. Hymers sont soumises à
des droits d'auteur et ne peuvent être utilisées que par permission.

Écriture avant le sermon lue par M. Abel Prudhomme : Luc 22:31-34.
Solo avant le sermon chanté par M. Benjamin Kincaid Griffith :
“Rescue the Perishing” (Sauvez ceux qui périssent) par Fanny J. Crosby, 1820-1915).


GRANDES LIGNES DE

ALLEZ AU SECOURS DE CEUX QUI PÉRISSENT

RESCUE THE PERISHING

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Et quand tu seras converti, fortifie tes frères »
(Luc 22:32).

I.    Premièrement, Christ a parlé de la véritable conversion qu’aurait Pierre,
Jean 16:8; Matthieu 26:71, 72; Luc 22:62; Romains 7:24;
Actes 2:37; Luc 7:48; I Corinthiens 1:23-24.

II.   Deuxièmement, Christ a parlé de ce que ferait Pierre après sa conversion,
I Jean 3:14; Luc 14:23; Apocalypse 2:5.


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).