Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




LES MOQUEURS DES DERNIERS JOURS

(SERMON # 6 SUR II PIERRE)
SCOFFERS IN THE LAST DAYS
(SERMON #6 ON II PETER)
(French)

par le Dr. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le jour du Seigneur, dimanche matin 14 juin 2015

« Sachant ceci tout d’abord, qu’aux derniers jours il viendra des moqueurs, marchant selon leurs propres convoitises, et disant, où est la promesse de sa venue ? » (II Pierre 3:3 - 4).


II Pierre enseigne que Christ reviendra parmi les nuages. C'est la deuxième venue de Christ. Mais les moqueurs refusent de le croire.

Le troisième chapitre de II Pierre est très important pour moi. J'ai été converti le jour où j'ai entendu une prédication sur ce chapitre. C'était le 28 septembre 1961. J'étais étudiant à la faculté de Biola (maintenant université). Cette semaine-là, une série de services était donnée à la chapelle à Biola. Tous les étudiants étaient là. Ce jour-là, j'étais assis à côté du Dr. Murphy Lum. Il étudiait au séminaire Talbot, qui se réunissait avec les étudiants de Biola cette semaine-là. Le prédicateur était le Dr. Charles J. Woodbridge. Il avait quitté la faculté de théologie Fuller (Pasadena, Californie) quelques mois plus tôt. Il avait déjà réalisé la direction libérale que prenait cette faculté de théologie - un rejet de l'autorité de la Bible. On l’y avait jugé de fanatique, mais ils avaient tord. Les évènements des années suivantes ont prouvé qu'il avait absolument raison. D'autres membres de corps enseignant l'ont suivi et ont quitté Fuller. Ces hommes comprenaient le Dr. Gleason Archer, le Dr. Wilbur M. Smith et le Dr. Harold Lindsell. Tous étaient des érudits de premier ordre. Ils ont suivi le Dr. Woodbridge quand ils ont réalisé plus clairement qu'il avait raison. Cette faculté avait évolué d'une croyance en l'inerrance de la Bible vers le libéralisme et l'incrédulité.

Dès que j'ai entendu le Dr. Woodbridge prêcher à partir de ce chapitre, c'est devenu pour moi un enjeu personnel Tout le monde parlait alors de l'évolution de Fuller vers l'apostasie. Mais l'apôtre Pierre en avait déjà clairement parlé,

Dans le premier verset, l'apôtre annonce ce qu'il va écrire dans la deuxième épître. C'est une lettre écrite aux premiers chrétiens « dispersés » dans diverses parties de l'empire romain (I Pierre 1:1). Il écrit cette deuxième épître (ou lettre) pour leur rappeler des choses qu'ils savaient déjà. Il leur annonce que, dans les derniers jours, on verrait des moqueurs. Il leur parle des personnes qui ne croiraient pas en la deuxième venue de Christ. Il leur parle aussi de la fin du monde - et du nouveau monde à venir.

J'ai été fasciné par ce passage. Et le Dr. Woodbridge l'a très bien prêché ! Il était un grand érudit, diplômé de l'université de théologie de Princeton. Mais il expliquait également la Bible d'une manière extraordinaire. Je ne pense pas n'en avoir jamais entendu de meilleure exposition. Quoique j'aie entendu le Dr. Woodbridge il y a presque 55 ans, je me rappelle comment ses messages de cette semaine m'ont réellement touché le cœur d'une manière très vive. Un autre ami prédicateur était là également. C’est le Dr. Russell Gordon, pasteur à Riverside, en Californie. J'en ai parlé avec lui au téléphone il n'y a pas bien longtemps. Le Dr. Gordon a même été capable de citer une partie des paroles de la prédication du Dr. Woodbridge. C'était une prédication extraordinaire, une prédication qui change la vie. Et le cours entier de ma vie a changé ce jour-là, parce que c'est le jour où j'ai été converti !

Pierre a dit à ces premiers chrétiens qu'il ne faisait que leur rappeler des choses qu'ils savaient déjà. Nous avons tous besoin qu’on nous rappelle ces choses, encore et toujours. L'apôtre leur dit que ces choses ont été annoncées plus tôt par les prophètes de l'Ancien Testament. Il dit aussi que ce sont des choses que les autres apôtres avaient prêchées auparavant. Ce n'étaient pas de nouvelles doctrines. Elles étaient anciennes et devaient être rappelées à nouveau.

Premièrement, Pierre leur dit, « Sachant ceci tout d’abord, qu’aux derniers jours il viendra des moqueurs, marchant selon leurs propres convoitises » (II Pierre 3:3) Ce sont « les faux instructeurs » et les faux chrétiens dont il parle au deuxième chapitre, quand il dit, « il y aura pareillement parmi vous de faux instructeurs » (II Pierre 2:1). Je crois que c'est une erreur de penser que ces « faux instructeurs » sont seulement les professeurs des universités et des séminaires, bien qu'ils en fassent partie.

Mais avez-vous remarqué que tout le monde est un expert en religion ? Tout le monde pense qu'il sait tout à ce sujet. Vous ne pouvez rien leur dire. Vous les rencontrez dans la rue. Vous les rencontrez dans les églises. Ce sont des experts ! La religion est le seul sujet où n'importe qui peut devenir expert sans faire aucune étude ! Notre texte nous dit qu'il y aura de plus en plus de telles personnes dans « les derniers jours. » Ce sont des moqueurs.

« Sachant ceci tout d’abord, qu’aux derniers jours il viendra des moqueurs, marchant selon leurs propres convoitises » (II Pierre 3:3).

Qu'est-ce que « les derniers jours » signifie donc ? Le Dr J. Vernon McGee dit,

« Les derniers jours » est un terme technique utilisé à plusieurs endroits du Nouveau Testament ; il parle des derniers jours de l'Église » (J. Vernon McGee, Th.D., Thru the Bible, À travers la Bible, volume 5, Thomas Nelson Publishers, 1983, p. 469 ; note sur II Pierre 3:1).

Quelques fois, ce terme se rapporte à la dispensation chrétienne entière. Vous devez le lire dans la limite du contexte. Au troisième chapitre de II Pierre, il parle assurément des signes de Sa deuxième venue et de la fin du monde, la fin de cet âge. Par conséquent, le terme « les derniers jours » se rapporte à la dernière période de cet âge, les années juste avant la deuxième venue de Christ.

Et Pierre dit, « dans les derniers jours, il viendra des moqueurs. » « Moqueurs » signifie les « railleurs. » Ils nient l'avènement de la deuxième venue de Christ, Le plaisantent et Le ridiculisent. « Ha, ha ! Vous pensez que Christ vient encore une fois ! Quelle plaisanterie ! » C'est l'idée. Alors l'apôtre nous dit pourquoi ils raillent. Ces moqueurs « marchent selon leurs propres convoitises, » ce qui veut dire, « suivre leurs propres désirs coupables. » Ils raillent la deuxième venue de Christ parce qu'ils veulent continuer à vivre leur vie égoïste et coupable. Pierre fait remarquer que leurs railleries sont « l'évidence que les derniers jours sont déjà là » (The Reformation Study Bible ; La Bible d’étude de la Réformation, note sur II Pierre 3:4)

Quel est le problème de ces railleurs ? D'abord, ce sont des matérialistes. Ils sont satisfaits des choses de ce monde. Ils ne veulent pas croire que Christ vient pour les juger. Pierre les comparent aux gens de l'époque de Noé (II Pierre 2:5). Dieu « ... n’a pas épargné l’ancien monde, mais a sauvé Noé... prédicateur de droiture, faisant venir le déluge sur le monde des impies. » Noé a prêché sur le jugement à venir. Mais les gens ne voulaient pas écouter ! Christ parlent d'eux comme des matérialistes - seulement intéressés à manger, boire, s'amuser, « jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche, et le déluge vint et tous périrent » (Luc 17:27). Pierre parle que Dieu a envoyé le jugement sur Sodome et Gomorrhe « condamnées à la destruction, les réduisant en cendres » (II Pierre 2:6). Encore, leur péché principal était le matérialisme. Christ a dit, « De même aussi comme ce fut aux jours de Lot ; ils mangeaient, ils buvaient, ils achetaient, ils vendaient, ils plantaient, ils bâtissaient ; mais le jour même où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et tous périrent » (Luc 17:28-29). Puis Christ a dit,

« Il en sera de même au jour où le Fils de l’homme est révélé » (Luc 17:30).

Remarquez les péchés qu'ils ont commis. Dans les deux cas - aux jours de Noé et aux jours de Lot - Christ n'a jamais mis l'importance sur les péchés sexuels. Il n'a pas même mentionné des péchés sexuels ! Pourquoi ? Parce que la racine de leur péchés était connectée au matérialisme - vivant juste pour ce monde - vivant juste pour s'amuser - vivant juste pour manger ! Vivre juste pour le plaisir matériel. Beaucoup de chinois sont comme cela aujourd'hui. Le Dr. Charles C. Ryrie a dit que les activités mentionnées n'étaient pas coupables en elles-mêmes. Mais « les gens n'étaient pas préparés. » Quand « Christ revient, beaucoup de personnes… se sentiront en sécurité et ne seront pas préparées (comme dans les jours de Noé et de Lot) » (Ryrie Study Bible ; La Bible d'étude de Ryrie ; notes sur Luc 17:26 - 30).

Une personne s'en ira à Las Vegas le dimanche. Elle n’ira pas à l'église pour aller voir les lumières de La Vegas à la place. Ou elle s'en ira à San Francisco le dimanche. Une autre personne passera des heures à jouer à des jeux vidéo, mais elle n'aura pas de temps pour lire la Bible. D'autres regarderont la pornographie des heures durant, mais n'auront pas de temps pour prier. D'autres axent leurs vies sur l'argent, mais ne s'occupent pas d'engranger des trésors dans le Ciel. Vous ne connaissez pas Dieu. Vous n'avez pas Christ. Tout ce que vous avez, en fin de compte, c'est la pacotille de ce monde. L'apôtre Jean a dit,

« Car tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair et la convoitise des yeux et l'orgueil de la vie, ne vient pas du Père, mais du monde. Et le monde passe, et sa convoitise; mais celui qui fait la volonté de Dieu, demeure pour toujours » (I Jean 2:16 - 17).

Quand j'étais adolescent, je vivais rue Elizabeth, chez ma tante et mon oncle. Il y avait beaucoup de jeunes gens dans cette rue. Certains d'entre eux buvaient de la bière et se cachaient dans un hangar pour boire. Certains d'entre eux passaient des heures à jouer avec des gadgets, ou trafiquer leurs voitures. Certains allaient à Tijuana, visiter une maison de prostitution. Tous pensaient qu'ils étaient plus intelligents que moi. J'ai fait les frais de leurs railleries, et ils me ridiculisaient. Ils disaient, « Robert est religieux » - comme si c'était vraiment étrange d'être sérieux au sujet de Dieu. Plus tard, je suis devenu pasteur. Un après l'autre, ils sont morts. Leurs familles m'ont téléphoné et demandé de faire leur enterrement. Mais je n'ai jamais eu aucun mot d'espoir à offrir dans ces terribles enterrements. Pas un seul mot d'espoir ! Tout que je pouvais faire était d'expliquer l'Évangile à ceux qui étaient vivants. Chacun a entendu qu'il n'y avait aucun espoir pour des garçons qui ont seulement vécu pour boire et jouer avec des voitures et aller voir des prostituées. Chacun a appris qu'il n'y avait aucun espoir pour eux non plus ! Par la grâce de Dieu, je suis encore vivant et eux sont morts ! Par la grâce de Dieu, j'ai eu plus de plaisir dans ma vie qu'aucun de ces pauvres garçons perdus que j'ai connu il y a si longtemps.

« Et le monde passe, et sa convoitise ; mais celui qui fait la volonté de Dieu, demeure pour toujours » (I Jean 2:17).

Vivez-vous seulement pour ce monde ? Pensez-vous jamais au monde éternel ? Êtes-vous prêt pour le jugement ?

« Sachant ceci tout d’abord, qu’aux derniers jours il viendra des moqueurs, marchant selon leurs propres convoitises » (II Pierre 3:3)

Quel est leur problème ? D'abord, ils sont matérialistes. Mais deuxièmement, ils sont spirituellement aveugles. C'est ce que le deuxième chapitre de II Pierre nous dit :

« Ceux-ci, comme des bêtes à l’état naturel... disent du mal des choses qu’ils ne comprennent pas, et ils périront dans leur propre corruption » (II Pierre 2:12).

Ils sont aussi aveugles que des animaux - ils sont comme « les bêtes à l’état naturel. » Ils parlent contre Christ, Sa deuxième venue, même Sa mort sur la Croix. Ils raillent Sa résurrection d'entre les morts.

On voit de tels jeunes en tout temps. Ils n'utilisent le nom de Jésus que pour jurer - « Jésus ! » Quand vous essayez de les faire venir à l'église, ils s'en fichent. Et quand vous venez ici, à cette église, ils rient et ricanent encore plus. Je connais un jeune homme qui paye le loyer de sa mère et de sa sœur. Pourtant il est le sujet de moqueries, « Pourquoi continuer à aller dans cette église ? » Mais, s'il ne venait pas ici, elles n’auraient probablement pas de maison pour vivre. Elles vivraient dans la rue ! Ils « parlent mal des choses qu'ils ne comprennent pas. » Ils sont spirituellement aveugles.

Mais la Bible enseigne qu’ils sont tous nés dans le péché. Nos premiers parents nous ont transmis - et nous avons hérité - de notre nature de péché. Nous sommes pécheurs par nature à cause d'eux. Jusqu'à ce que nous soyons convertis, nous sommes des hommes « naturels » et des femmes « naturelles ». La Bible dit :

« Mais l’homme naturel ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu ; car elles sont folie pour lui, il ne peut les connaître non plus, parce qu’elles se discernent spirituellement » (I Corinthiens 2:14).

Vous pouvez être très intelligent, mais si vous n'avez pas été converti, vous n’êtes qu'un homme ou une femme « naturels ». La note de Scofield sur les I Corinthiens 2:13-14 dit que les choses de Dieu sont cachées « à l'homme naturel. » Il cherche à tâtons dans l'obscurité sans jamais pouvoir trouver Dieu.

Lord Bertrand Russell était un mathématicien et philosophe britannique célèbre du vingtième siècle. Quand j'étais jeune homme, il était l'athée numéro un à craindre, trop intelligent pour qu'on lui réponde. Quand on voyait toutes les accolades et les honneurs qui lui étaient décernés, vous pensiez qu'il était heureux. Au lieu de cela il avait une attitude désespérée envers la vie. Avant sa mort, Bertrand Russell a écrit,

Aucun feu, aucun héroïsme, ni intensité de pensée et de sentiment, peut préserver une vie individuelle au delà du tombeau…[tous] sont destiné à l'extinction dans la vaste mort du système solaire, et le temple entier de l'accomplissement de l'homme doit inévitablement être enterré sous les débris d'un univers en ruine. (Lord Bertrand Russell, A Free Man’s Worship, Le culte d'un homme libre).

Il était l'un des hommes les plus brillants du vingtième siècle - mais tout ce qu'il pouvait attendre était « un univers en ruines. » C'est là où « un homme naturel » finit sa vie - sans espoir, sans paix, sans aucun futur, et sans Dieu. Ce sont des moqueurs, marchant selon leurs propres convoitises, et disant, « Où est la promesse de sa venue ? »

Un autre homme célèbre du vingtième siècle était H. G. Wells. Il est l'auteur de The Time Machine, (La machine du temps) The War of the Worlds, (La guerre des monde) et The Outline of History, (Une description de l’Histoire). M. Wells étaient un philosophe, historien, et auteur de science-fiction. Il a passé sa vie à attaquer le christianisme. Mais quand il était un vieil homme, il a dit, « J'ai soixante cinq ans et je cherche toujours la paix. La paix est juste un rêve désespéré. » À la fin de sa vie, Mr. Wells a dit que l'humanité est condamnée « à la dégradation, à la douleur et à la mort. »

Vous ne trouverez jamais Christ en suivant les moqueurs et les railleurs de ce monde. Vous ne trouverez jamais Christ en tentant de « comprendre » comment être sauvé. Vous ne pouvez pas avoir confiance en vous - même parce que

« Le cœur est trompeur par-dessus toutes choses, et désespérément mauvais ; qui peut le connaître ? » (Jérémie 17:9).

Si vous voulez être sauvé « d'un univers en ruine » vous devez faire confiance à Jésus avec une foi enfantine. Dans les paroles du cantique que M. Griffith a chanté, vous devez vous dire dans votre cœur,

Seigneur Jésus, regarde de Ton trône dans le Ciel,
   Aide moi à faire un total sacrifice ;
Je renonce à moi-même, et tout ce que je sais,
   Maintenant laves-moi et je serai plus blanc que neige...
Plus blanc que neige, oui, plus blanc que neige ;
   Maintenant laves-moi et je serai plus blanc que neige...
« Whiter Than Snow” (Plus blanc que neige) par James Nicholson, 1828-1896).

Puissiez-vous être un de ceux qui viennent à Jésus « pour être lavé de vos péchés par Son Sang précieux. » Je prie pour que vous veniez à Jésus bientôt. Amen.

Si ce sermon vous a bénis, voudriez-vous envoyer un e-mail au
Dr. Hymers et le lui dire - rlhymersjr@sbcglobal.net (clic ici).
Ou vous pouvez écrire au Dr. Hymers dans n'importe quelle
langue, mais écrivez-lui en anglais de préférence, si vous le pouvez.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com ou www.rlhsermons.com.
Cliquez sur « Sermons en Français. »

Vous pouvez également envoyer un courriel au Dr. Hymers à rlhymersjr@sbcglobal.net
ou vous pouvez lui écrire à son adresse postale à :
P.O. Box 15308, Los Angeles, CA90015.
Ou encore lui téléphoner au (818)352-0452 (en mettant devant
l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays).

Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser sans la
permission du Dr. Hymers. Cependant, toutes les vidéos du Dr. Hymers sont soumises à
des droits d'auteur et ne peuvent être utilisées que par permission.

Écriture avant le sermon lue par M. Abel Prudhomme : II Pierre 3:1-4.
Solo avant le sermon chanté par M. Benjamin Kincaid Griffith :
« Whiter Than Snow” (Plus blanc que neige) par James Nicholson, 1828-1896).


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).