Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




LES SERPENTS ET LE SAUVEUR

THE SERPENTS AND THE SAVIOUR
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le matin du Jour du Seigneur, le 8 mars 2015.

« Et le Seigneur dit à Moïse : Fais-toi un serpent brûlant, et mets-le sur une perche ; et il arrivera que quiconque sera mordu et le regardera, sera guéri. Moïse fit donc un serpent d'airain, et il le mit sur une perche ; et il arriva que, quand le serpent avait mordu un homme, il regardait le serpent d'airain, il était guéri, et vivait (Nombres 21:8-9).


Le peuple d'Israël s'était découragé pendant son voyage dans le désert. Et le peuple s’est mis à parler contre Dieu, et contre leur Chef, Moïse. Ils ont dit, « Pourquoi nous avez-vous fait monter hors d'Égypte, pour mourir dans le désert ? Car il n'y a point de pain, ni d'eau, et notre âme est dégoûtée de ce pain léger. » Dieu avait envoyé la manne du ciel pour les nourrir, mais ils l'ont détestée. Ils l'ont appelée « ce pain léger, » ce pain sans valeur. Le Psalmiste a appelé la manne la « nourriture des anges » (Psaume 78:25), mais le peuple d'Israël a maugréé et murmuré contre Dieu et Moïse. Ils ont dit, « Notre âme déteste cette manne - nous la détestons. »

C'est un commentaire sur la nature humaine. Il montre la dépravation et le péché du cœur de l'homme,

« Parce que l'esprit charnel est inimitié [hostile] contre Dieu » (Romains 8:7).

 

La Bible dit :

« Ils sont tous sous l’emprise du péché, comme il est écrit : il n’y a pas d’homme droit, non pas même un seul » (Romains 3:9, 10)

 

Le cœur de l'homme est fermement opposé à Dieu. C'est pourquoi nous avons tendance à nous plaindre et à murmurer contre Dieu. L'homme dans le péché n'est pas meilleur, et aucunement différent, que ces Israélites dans le désert.

« Et le Seigneur envoya parmi le peuple des serpents brûlants, qui mordirent le peuple, en sorte qu'un grand nombre d'Israélites périrent » (Nombres 21:6).

 

La Bible dit, « Le salaire du péché, c'est la mort » (Romains 6:23). Et la Bible dit encore, « L'âme qui pèche, mourra » (Ézéchiel 18:4).

Mais ceux qui restaient sont venus à Moïse et ont dit, « Nous avons péché… Prie le Seigneur, pour qu'il éloigne de nous les serpents. Et Moïse pria pour le peuple » (Nombres 21:7).

Nous devons nous rappeler la grande pitié que Dieu leur a montrée. Dieu les avait délivrés de l'esclavage en Égypte. Dieu les avait conduits à travers les eaux de la Mer Rouge - sur de la terre sèche, entre deux grands murs d'eau. Ils ont chanté cette grande délivrance dans tout le reste de l'Ancien Testament. Et Dieu leur a donné de la manne tous les jours. Il y avait l'eau jaillissant du roc, assez pour toute la nation et leur bétail. Dieu les avait délivrés de l'esclavage en Égypte par Son grand pouvoir. Dieu les avait conduits avec un pilier de feu la nuit, et une nuée le jour. La gloire de la Shekinah de Dieu était avec eux continuellement.

Mais ils n'ont pas loué Dieu. Au lieu de cela ils sont restés incrédules. Ils se sont rebellés. Ils ont murmuré et se sont plaints contre Dieu, et contre leur Chef, Moïse. Le Dr. John R. Rice écrit,

Soudainement, parmi le peuple, se faufilant dans l'herbe, rampant dans les tentes, se trouvaient des serpents venimeux, des choses mauvaises et rouges comme des flammes ardentes « et nombreux étaient ceux qui périrent. » Ici, nous avons la punition de Dieu et la pitié de Dieu dans un seul événement. Ici, nous avons la colère et la grâce. Ici, nous voyons le péché et le Sauveur manifestés dans le désert (John R. Rice, D.D., « Snakes in the Camp, Des serpents dans le camp » Blood and Tears on the Stairway, Sang et larmes sur l’escalier, Sword of the Lord Publishers, 1970, pp. 34, 35).

Nous ne penserions pas beaucoup à cet incident si Jésus n'en avait parlé dans le Nouveau Testament, au troisième chapitre de Jean.

Un homme appelé Nicodème est venu à Lui la nuit. Il était le chef des grands enseignants religieux d'Israël. Il était un Pharisien et un membre du Sanhedrin, la Haute Cour juive. Il croyait que Jésus était « un professeur venu de la part de Dieu, car aucun homme ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui » (Jean 3:2).

Mais Nicodèmes ne savait pas comment naître de nouveau. Alors Jésus lui dit, « Tu dois naître de nouveau » (Jean 3:7). Nicodème a alors demandé, « Comment ces choses peuvent-elles se faire ? » (Jean 3:9). Il n'avait aucune idée comment naître de nouveau, comment être sauvé. Jésus lui a rappelé les serpents dans le désert, pour lui montrer comment la nouvelle naissance se produit.

La nouvelle naissance est appelée « régénération » par certains théologiens. La Bible d'étude de la Réforme dit,

Jésus a éprouvé de la surprise en voyant que Nicodème était embarrassé par la demande de naître de nouveau. Nicodème aurait dû avoir compris, en lisant l'Ancien Testament, qu'il était un pécheur, et de ce fait avait besoin d'une nouvelle naissance [par l’Esprit]... Une régénération [la nouvelle naissance] est le cadeau de la grâce de Dieu. C'est le travail immédiat et surnaturel de l'Esprit Saint en nous. Son effet est de nous éveiller [en nous rendant vivants] à la vie spirituelle alors que nous étions morts spirituellement…(The Reformation Study Bible, La Bible d'étude de la Réforme, Ligonier Ministries, 2005, p. 1514 ; Note sur Jean 3).

Veuillez vous lever et ouvrir votre Bible à Jean 3:14 et15. C'est à la page 1117 de la Bible d'étude de Scofield. Voici comment Jésus a expliqué la nouvelle naissance à Nicodème. Ce dernier connaissait le Pentateuque par cœur, qui représente les cinq premiers livres de la Bible. Nombres en est le quatrième. Nicodème le connaissait si bien qu'il en avait mémorisé une grande partie, probablement la totalité, par cœur. Ainsi Jésus a utilisé le récit des serpents ardents pour lui expliquer comment être sauvé, comment être né de nouveau. Jésus lui dit,

« Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, de même il faut que le Fils de l’homme soit élevé, ‘Afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle’ » (Jean 3:15).

 

Veuillez vous asseoir. Regarder et vivre, croire en Jésus et être sauvé, voilà le cœur même de l'Évangile de Christ. Nous remarquons trois choses dans ce passage.

I. Premièrement, l'aiguillon et la mort causés par le péché.

Si un homme entrait dans sa tente, les serpents y étaient. S'il s'asseyait pour manger, ils étaient là. Quand il ouvrait son lit, les serpents y étaient, se tordant, prêts à le mordre. Et quand ces serpents mordaient un homme, cela le piquait atrocement et brûlait comme du feu. Le corps de la victime était la proie d'une forte fièvre, alors il avait des convulsions et bientôt la mort ! Tous ceux qui étaient mordus décédaient d'une mort horrible.

Maintenant écoutez ce que le Dr. W. A. Criswell, pasteur bien connu de la Première Église Baptiste de Dallas, Texas, dit en parlant de ces serpents :

C'est un type [ou une illustration] employée par notre Seigneur de la dépravation universelle du cœur humain, la présence universelle du péché dans la vie des hommes. Cette dépravation est dans nos cœurs, nos foyers, nos maisons, nos levers et nos couchers… La présence universelle du péché et de la mort est indéniable. L'humanité est une race dépravée et victime de la chute ; et cependant nous philosophons, le fait le plus dur de la vie et de l'histoire humaine est celui-ci : les hommes sont perdus dans le péché et la transgression. Nous sommes morts dans nos péchés… ces serpents sont un type de la puissance destructrice du péché… Ô, le gâchis, la destruction et la puissance du péché !
     Ces serpents venimeux et ardents étaient partout. Et le peuple mourait de mort physique, de mort spirituelle, de mort morale, de la deuxième mort, et de la mort éternelle…
     L'humanité s'est levée hors de l'ignorance, de la superstition, et d'un millier d'autres ténèbres ; mais dans nos cœurs, nous sommes encore toujours les mêmes… Nous sommes toujours sur la même base morale spirituelle avec Adam et Ève. Nous n'avons encore jamais trouvé une porte de sortie hors de l'affliction, de la perte, de la destruction, et du jugement universels du péché (W. A. Criswell, Ph.D., « The Brazen Serpent, Le serpent d'airain, » What a Savior ! Quel Sauveur ! Broadman Press, 1978, pp. 49-51).

L'apôtre Paul a comparé le péché d'Israël à notre péché, comme parlant d’un avertissement,

« Ne tentons pas non plus Christ, comme quelques-uns d’entre eux l’ont tentés et périrent par les serpents. Ne murmurez pas non plus, comme quelques-uns d’entre eux ont murmurés, et périrent par le destructeur. Or toutes ces choses leur arrivèrent comme exemples ; et elles sont écrites pour notre admonition, nous sur qui les fins du monde sont arrivées (I Corinthiens 10:9-11).

Le péché a amené le jugement sur eux - et le péché apportera le jugement aujourd'hui. « Or toutes ces choses leur arrivèrent comme exemples; et elles sont écrites pour notre admonition [pour notre instruction] » (I Corinthiens 10:11) - et cela nous conduit au deuxième point.

II. Deuxièmement, le remède pour le péché et la mort.

Moïse a entendu le cri du peuple. Ils étaient mordus par les serpents. Ils hurlaient et mouraient. Les serpents étaient absolument partout. Il n’y avait aucun endroit qui soit libre de leur présence.

« Et le Seigneur dit à Moïse : Fais-toi un serpent brûlant, et mets-le sur une perche ; et il arrivera que quiconque sera mordu et le regardera, sera guéri [et vivra]. Moïse fit donc un serpent d'airain, et le mit sur une perche ; et il arriva que quand le serpent avait mordu un homme, il regardait le serpent d'airain, et il était guéri, et vivait » (Nombres 21:8-9).

Quand vous allez à l'hôpital, il y a habituellement un signe. C’est un poteau avec deux serpents enroulés autour. On peut voir ce signe dans le bureau d'un médecin. C'est le signe de quelqu'un appartenant à une profession curative. Combien étrange que le signe de la santé, de la guérison et du salut doive être un serpent accroché à un poteau ! Ce n'est pas un véritable serpent. C'est un serpent fait d’airain et élevé sur un poteau.

Et la note de Scofield est exacte quand elle dit, « Le serpent d'airain est un type de Christ, ‘fait péché pour nous’ et qui porte notre jugement » (Note sur Nombres 21:9). Tous nos péchés ont été placés sur le Christ en Croix.

« Qui lui-même a porté nos péchés en son corps sur l’arbre... et par ses meurtrissures, nous sommes guéris » (I Pierre 2:24).

Jésus Lui-même dit à Nicodème,

« Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, de même il faut que le Fils de l’homme soit élevé... » (Jean 3:14).

Le « Fils de l'homme » était le nom favori de Jésus pour Lui-même. Il a dit, « Je serai élevé (sur une croix) comme Moïse éleva le serpent d'airain. » Quelle image du Sauveur !

Portant la honte et les moqueries grossières,
   Il se tenait à ma place, condamné ;
Il a scellé mon pardon avec Son Sang ;
   Alléluia ! Quel un Sauveur! !

Élevé, il devait mourir,
   « Tout est accompli », a été Son cri ;
Maintenant Il est exalté et élevé dans les Cieux ;
   Alléluia ! Quel Sauveur !
« Hallelujah, What a Saviour! » (Alléluia ! Quel Sauveur !)
      par Philip P. Bliss, 1838-1876.

« Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, de même il faut que le Fils de l’homme soit élevé... » (Jean 3:14).

Et cela nous amène au troisième point.

III. Troisièmement, la manière de recevoir le remède pour le péché et la mort.

« Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, de même il faut que le Fils de l’homme soit élevé, ‘Afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle’ » (Jean 3:14,15).

Croire en Jésus, c'est regarder à Lui. Regarder et vivre, croire en Jésus et être sauvé, être lavé du péché et être pur. Il n'y a rien de compliqué ! Regarder à Jésus par la foi. Chaque membre de notre église l'a fait. Cela ne doit pas être très difficile ou mon épouse n'aurait pas pu le faire la toute première fois qu'elle m'a entendu prêcher l'Évangile.

« Moïse fit donc un serpent d'airain, et il le mit sur une perche ; et il arriva que quand le serpent avait mordu un homme, il regardait le serpent d'airain, il était guéri, et vivait » (Nombres 21:9).

Quand un homme regardait à ce serpent d'airain, il vivait ! Un homme qui avait déjà été mordu pouvait regarder le serpent d'airain ! Un homme qui était presque mort pouvait regarder le serpent d'airain ! Ils étaient sauvés par un regard vers le serpent d'airain ! Et nous sommes sauvés en regardant à Jésus.

« Regardant à Jésus, l’auteur et le finisseur de notre foi, lequel pour la joie qui était placée devant lui, a enduré la croix, méprisant la honte, et est assis à la main droite du trône de Dieu » (Hébreux 12:2).

Cela ne pouvait pas être difficile ! Des millions de personnes ont regardé à Jésus ! Regarder à Jésus ! Regarder à Jésus ! Regarder à Jésus ! C'est la manière de naître de nouveau ! Regarder à Jésus ! C'est la seule manière d'être régénéré ! Regarder à Jésus ! C'est la manière d'être pardonné et lavé de tout péché ! Regarder à Jésus ! C'est la manière d'être sauvé - pour toujours et pour toute l'éternité !

Regarder à Jésus jusqu'à l'éclat de Sa gloire ;
   Moment par moment, Seigneur, je suis à Toi !
« Moment by Moment » (Moment par moment)
      par Daniel W. Whittle, 1840-1901.

Si du péché vous aspirez à être libre,
   Regardez à l'Agneau de Dieu ;
Pour vous racheter, Il est mort sur le calvaire,
   Regardez à l'Agneau de Dieu.
Regardez à l'Agneau de Dieu, regardez à l'Agneau de Dieu,
   Car lui seul est capable de vous sauver,
Regardez à l'Agneau de Dieu ;
« Look to the Lamb of God » (Regardez à l'Agneau de Dieu)
      par H. G. Jackson, 1838-1914.

Regardez et vivez, mon frère, vivez !
   Regardez à Jésus maintenant et vivez,
C'est écrit dans Sa Parole, Alléluia !
   Seulement regardez et vivez !
« Look and Live » (Regardez et vivez) par William A. Ogden, 1841-1897.

« Et il arriva que quand le serpent avait mordu un homme, il regardait le serpent d'airain, et il était guéri, et vivait » (Nombres 21:9).

Regardez et vivez, mon frère, vivez !
   Regardez à Jésus maintenant et vivez,
C'est écrit dans Sa Parole, Alléluia !
   Regardez seulement et vivez !

Quand Spurgeon avait quinze ans, il est sorti d'une tempête de neige pour entrer dans une petite chapelle méthodiste primitive. Le pasteur n'était pas là. Il était « pris dans la neige. » Il n'y avait seulement qu'une quinzaine de personnes présentes. Un petit laïque mince s'est levé pour prêcher. Avec un peu d'hésitation il donna le texte de l'Écriture,

« Regardez à moi et soyez sauvés, vous tous les bouts de la terre » (Ésaïe 45:22).

Il a pointé son doigt directement vers le jeune Spurgeon et a dit, « Jeune homme, vous semblez malheureux. Vous serez toujours malheureux si vous n'obéissez pas à mon texte. Regardez ! Regardez ! Regardez à Jésus. » Spurgeon a dit, « J'ai regardé, et Jésus m'a sauvé à cet instant, quand j'ai regardé à Lui par la foi. »

Regardez et vivez, mon frère, vivez !
   Regardez à Jésus maintenant et vivez,
C'est écrit dans Sa Parole, Alléluia !
   Regardez seulement et vivez !

Je ne m'inquiète pas de ce que dit Paul Washer ! « Regardez seulement et vivez ! » Je ne m'inquiète pas de ce que dit le Dr. MacArthur ! « Regardez seulement et vivez ! » Ce sont des hommes peut être très gentils, mais « Regardez seulement et vivez ! »

Le voleur sur la croix, à côté de Jésus, n'a pas eu le temps pour Le faire Seigneur de toute sa vie ! Il était en train de mourir ! Il n'avait pas le temps de faire de Christ le Seigneur de quelque portion de sa vie que ce soit ! Il était en train de mourir. Pas le temps ! Pas le temps ! Pas le temps ! Il a eu le temps de faire une seule chose. Il a regardé à Jésus par la foi ! « Regardez seulement et vivez ! » C'est tout ce que Spurgeon a fait ! C'est tout que vous devez faire !

Alléluia ! Le voleur sur la croix a été sauvé ! Jésus lui a dit, « Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis » (Luc 23:43).

Regardez et vivez, mon frère, vivez !
   Regardez à Jésus maintenant et vivez !
C'est écrit dans Sa Parole, Alléluia !
   Regardez seulement et vivez !

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com ou www.rlhsermons.com.
Cliquez sur « Sermons en Français. »

Vous pouvez également envoyer un courriel au Dr. Hymers à rlhymersjr@sbcglobal.net
ou vous pouvez lui écrire à son adresse postale à :
P.O. Box 15308, Los Angeles, CA90015.
Ou encore lui téléphoner au (818)352-0452 (en mettant devant
l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays).

Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser sans la
permission du Dr. Hymers. Cependant, toutes les vidéos du Dr. Hymers sont soumises à
des droits d'auteur et ne peuvent être utilisées que par permission.

Écriture avant le sermon lue par M. Abel Prudhomme : Nombres 21:5-9.
Solo avant le sermon chanté par M. Benjamin Kincaid Griffith :
« Look and Live » (Regardez et vivez) par William A. Ogden, 1841-1897.


GRANDES LIGNES DE

LES SERPENTS ET LE SAUVEUR

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Et le Seigneur dit à Moïse : Fais-toi un serpent brûlant, et mets-le sur une perche ; et il arrivera que quiconque sera mordu et le regardera, sera guéri. Moïse fit donc un serpent d'airain, et il le mit sur une perche ; et il arriva que quand le serpent avait mordu un homme, il regardait le serpent d'airain, et il était guéri, et vivait » (Nombres 21:8-9).

(Psaume 78:25 ; Romains 8:7 ; 3:9-10; Nombres 21:6 ;
Romains 6:23 ; Ézéchiel 18:4, 20 ; Nombres 21:7 ;
Jean 3:2, 7, 9 ; 14-15)

I.   Premièrement, l'aiguillon et la mort causés par le péché,
I Corinthiens 10:9-11.

II.  Deuxièmement, le remède pour le péché et la mort,
I Pierre 2:24 Jean 3:14.

III. Troisièmement, la manière de recevoir le remède pour le péché et la mort, Jean 3:14, 15; Hébreux 12:2; Ésaïe 45:22; Luc 23:43.


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).