Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




JE LE VEUX - SOIS NET !

I WILL – BE THOU CLEAN !
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le matin du Jour du Seigneur, le 1er mars 2015

« Et un lépreux vint à lui, le suppliant et se jetant à genoux devant lui, et lui disant : si tu veux, tu peux me rendre net. Et Jésus, ému de compassion, étendit sa main, et le toucha, et lui dit : Je le veux, sois net. Et dès qu’il eut parlé, immédiatement la lèpre se retira de lui, et il fut net » (Marc 1:40-42).


J'aime énormément lire l'Évangile de Marc. En hébreu, son nom est Jean. Marc était son nom romain, ou « Marcus » en latin. Jean Marc était le fils spirituel de l'apôtre Pierre. Il l’appelait, « Marcus, mon fils » (I Pierre 5:13). Un des premiers pères de l'Église était Papias (70-163). Ce dernier a dit que Marc a reçu son Évangile de Pierre. Il dit, « Marc, [le secrétaire] de Pierre, a soigneusement écrit tout ce que [Pierre] a rappelé. » Justin Martyr (100-165) a également dit que Marc a pris cet Évangile à partir des paroles de Pierre. Un autre père de l'Église, Eusebius (263-339) a dit que les premiers chrétiens « ont prié Marc de laisser par écrit pour eux la doctrine qu'ils avaient reçue [de Pierre]. »

Marc est un Évangile d'action parce que Pierre était un homme d'action. Cet Évangile a été écrit spécifiquement pour les Romains, qui étaient connus pour être des hommes d'action. Le mot « et » se retrouve 1.331 fois dans l'Évangile de Marc. Les mots « tout de suite » ou « immédiatement » s'y retrouvent également à plusieurs reprises. Le terme « et » conduit toujours à une autre action. Vous remarquerez que les cinq versets menant à notre texte commencent tous par « et. » Et chacun des trois versets de notre texte commence par « et. »

« Et un lépreux vint à lui » (V. 40).

« Et Jésus, ému de compassion » (V. 41).

« Et dès qu’Il eut parlé, immédiatement la lèpre se retira de lui, et il fut net » (V. 42).

Les Romains croyaient à la puissance et à l'action. L'Évangile de Marc a seulement 16 chapitres, et ils sont remplis de la puissance et de l'action de notre Seigneur Jésus Christ. Christ et Son œuvre ne sont pas expliqués à l'aide de longs passages et de citations de l'Ancien Testament. Beaucoup de tout cela est laissé « de côté » par Marc alors qu'il nous montre la puissance et les actions de Jésus, ce qui plaisaient aux assistances romaines de Marc.

Remarquez combien l'action est présente dans le premier chapitre de Marc,

Le ministère de Jean-Baptiste.
Le baptême de Jésus.
La tentation de Jésus dans le désert.
Le début du ministère de Jésus en Galilée.
L'appel de Pierre et d'André.
Jésus chassant les démons à Capernaüm.
La guérison de la mère de Simon Pierre.
La prédication de Jésus en Galilée.
Et la guérison du lépreux, dans notre texte.

Christ est montré en tant qu'homme d'action et de puissance. Et Sa puissance et Son action peuvent vous sauver ce matin même.

Jésus ! Le nom qui fait fuir nos craintes,
   Qui fait cesser nos douleurs ;
La musique dans les oreilles du pécheur,
   C'est la vie, la santé et la paix.
« O For a Thousand Tongues » (Ô, par un millier de bouches)
      par Charles Wesley, 1707-1788

Neuf événements majeurs se retrouvent déjà dans le premier chapitre de Marc ! Le Dr. McGee dit, « Il y a probablement plus de contenu dans le premier chapitre de Marc que dans n'importe quel autre chapitre de la Bible, excepté Genèse 1 » (J. Vernon McGee, Th.D., Thru the Bible, À travers la Bible, volume IV, Thomas Nelson, 1983, p. 161).

Et cela nous amène maintenant à notre texte, et la guérison de l'homme atteint de la lèpre,

« Et un lépreux vint à lui, le suppliant et se jetant à genoux devant lui, et lui disant : si tu veux, tu peux me rendre net. Et Jésus, ému de compassion, étendit sa main, et le toucha, et lui dit : Je le veux, sois net. Et dès qu’il eut parlé, immédiatement la lèpre se retira de lui, et il fut net » (Marc 1:40-42).

Ce passage nous apprend trois faits importants.

I. Premièrement, l'homme était atteint de la lèpre.

Les treizième et quatorzième chapitres de Lévitique décrivent la redoutable maladie appelée la lèpre. On y voit beaucoup de maladies de la peau, y compris la lèpre moderne (ou maladie de Hansen). Un commentateur dit que cet homme avait probablement la vraie lèpre, ou le traitement n'aurait pas créé une telle sensation, comme on le voit dans le verset 45. Le nouveau dictionnaire Unger de la Bible dit, « Il n'est guère douteux que la plupart des personnes de Nouveau Testament, décrites comme lépreuses, avaient en fait la maladie de Hansen » (The New Unger’s Bible Dictionary, Le nouveau dictionnaire Unger de la Bible, Moody Press, 1988, p 307).

La forme grave de lèpre, dont cet homme était atteint, produisait des lambeaux de peau blanche et un engourdissement des parties malades. Son corps était sujet à des œdèmes variés, qui se transformaient en ulcères, du fluide s'écoulant des plaies. Alors que sa maladie progressait, ses mains et ses pieds étaient tordus et enflés. La maladie avait déjà fait place à la gangrène, des parties de son corps se pourrissant littéralement sous l’action de la maladie. Des lésions tuberculeuses auraient déjà apparu sur son visage, produisant un regard figé, comme un horrible masque - semblable par certains côtés à l'« homme éléphant » de l'Angleterre victorienne, dont l'apparence était si hideuse qu'il devait porter un voile par dessus son visage. Une grande partie de la peau du lépreux était devenue épaisse et rouge. C'était la lèpre vraie, connue aujourd'hui sous le nom de maladie de Hansen. C'est horrible ! (Voir le Nouveau dictionnaire Unger de la Bible, ibid.).

Le Dr. Walter L. Wilson dit que cette maladie est un type (ou image) du péché. C'est incurable et souille celui/celle qui en est atteint. Dans la Bible, le lépreux doit « être rendu pur. » Puisque la maladie est contagieuse, le lépreux doit vivre seul. Il doit porter un masque de tissu sur sa bouche et crier « Impur ! Impur ! » Il doit se tenir hors du camp, ou de la ville.

Et tout ceci est vrai d'une personne non convertie. Il/elle ne peut pas être un membre de l'Église, ne peut entrer au Ciel en raison de sa maladie causée par le péché. (Voir Walter L. Wilson, M.D., A Dictionary of Bible Types, Un dictionnaire des types de la Bible, Hendrickson Publishers, 1999 réimprimé, p. 257). Lévitique 13:45, 46, dit,

« Et le lépreux en qui sera la plaie, aura ses vêtements déchirés, et sa tête nue ; et il se couvrira sa lèvre supérieure et criera : Impur ! Impur ! Durant tous les jours qu’il aura la plaie, il sera souillé ; il est souillé ; il devra demeurer seul, son habitation sera hors du camp » (Lévitique 13:45, 46).

La note de Scofield sur Lévitique 13:1 dit, « La lèpre parle de péché (1) dans le sang ; (2) devenant manifeste de manière dégoûtante ; (3) incurable par des moyens humains » (The Scofield Study Bible, La Bible d'étude de Scofield, Oxford University Press, 1917, p. 141; note sur Lévitique 13:1).

La lèpre est un type, ou une image, de la dépravation totale de l'homme. La dépravation est dans notre sang, transmise par Adam. Elle commence toute petite, avec un peu de rébellion et à la fin, elle devient répugnante et répulsive.

« Parce que l'esprit charnel est inimitié contre Dieu » (Romains 8:7).

Et la Bible dit,

« Il n’y en a personne qui comprenne ; il n’y en a aucun qui cherche Dieu. Tous se sont détournés du chemin, et sont tous ensemble devenus inutiles ; il n’y en a aucun qui fasse le bien, non pas même un seul » (Romains 3:11 - 12).

John Wesley (1703-1791) n'était pas un calviniste, mais il a dit de ce passage, que les personnes non converties sont « désarmées, impuissantes, incapables de profiter à elles-mêmes ou à d'autres… [tous les hommes sont] sous la culpabilité et la puissance [du péché], » notes sur Romains 3:12, 9 (John Wesley, M.A., Explanatory Notes Upon the New Testament, Notes explicatives sur le Nouveau Testament, volume II, Baker BookHouse, 1983 réimprimé, pp. 33, 34; notes sur Romains 3:12, 9).

Le Dr. Martyn Lloyd-Jones (1899-1981) a dit, « L'homme dans le péché… est régi, gouverné et commandé par le péché » (Martyn Lloyd-Jones, M.D., Assurance, Romains 5, Banner of Truth Trust, 1971, p. 306).

Le Dr. Isaac Watts le dit comme ceci dans un de ses hymnes,

Seigneur, je suis vil et conçu dans le péché,
   Je suis né profane et impur ;
Par le premier qui a péché,
   Et a corrompu la race entière.

Voici, je tombe à genoux devant Toi,
   Mon seul refuge est Ta grâce ;
Rien du dehors ne peut me purifier ;
   Car la lèpre du péché pèse au fond de moi.
(Psaume 51, par Isaac Watts, D.D., 1674-1748).

Le péché rend l'esprit aveugle et le garde dans l'obscurité. Il vous incite à penser, « Il y a trop à abandonner. Si je deviens un vrai chrétien, je devrai abandonner trop de choses. » Ainsi, vous êtes maintenu dans l'esclavage du péché, condamné sans espoir pendant l'éternité entière. Ou bien le péché vous suggère, « Je vais à l'église tous les dimanches. Ça va bien comme ça. » Ainsi, vous êtes maintenu dans la lèpre du péché, condamné sans espoir pendant l'éternité entière. Ou alors le péché vous fera penser, « Je devrais ressentir un certain sentiment pour prouver que je suis sauvé. » Mais la Bible ne nous dit jamais que nous sommes sauvés par un sentiment. Nous sommes sauvés en faisant confiance à Jésus, le Christ. Certains ont continué pendant des mois, et certains pendant des années, recherchant un sentiment au lieu de faire confiance à Jésus. Qu'est-ce donc si ce n'est un cœur ruiné par la lèpre du péché ! Augustus Toplady le dit bien, dans un de ses cantiques,

Étonné et affligé,
   Je tourne les yeux au dedans de moi ;
Mon cœur opprimé par le fardeau du péché,
   Siège de tous les péchés…

Quelles foules de pensées mauvaises !
   Quelles viles affections !
Méfiance, présomption, perfidie,
   Fierté, envie, crainte servile.
« The Heart » (Le cœur) par Augustus Toplady, 1740-1778.

Et de nouveau, le Dr. Watts dit,

« Aucune forme extérieure ne peut me rendre net ;
La lèpre se trouve profondément au dedans de mon cœur. »

Cela ne vous servira à rien que de marmonner une soi-disant « prière du pécheur. » Un jeune nous a dit une fois, « J'ai seulement répété la prière comme on me le demandait, comme ça je pouvais sortir et aller jouer ! » Semblable chose n’a jamais sauvé personne ! D'autres « viennent en avant » à la fin d'un service et se « consacrent. » Cela ne fait aucun bien non plus. Ce sont seulement « des formes extérieures, fausses et vaines. »

« Aucune forme extérieure ne peut me rendre net ;
La lèpre se trouve profondément au dedans de mon cœur. »

C'était le cas de ce pauvre lépreux dont parle notre texte. L'homme avait la lèpre. Il ne savait absolument pas ce qu’il pouvait faire ou dire qui le rendrait net.

II. Deuxièmement, l'homme est venu à Jésus.

« Et un lépreux vint à lui, le suppliant et se jetant à genoux devant lui, et lui disant : si tu veux, tu peux me rendre net » (Marc 1:40).

Ce pauvre lépreux avait assurément entendu parler de Jésus. John Wesley dit qu'il avait probablement même entendu Jésus prêcher. Wesley dit, « Ce lépreux, bien qu'il n'ai pas [pu] se mélanger au peuple, avait sûrement entendu notre Seigneur, à une certaine distance » (ibid.). M. Wesley devait certainement le savoir, puisque tant de milliers sont venus pour l'entendre prêcher, à une certaine distance - et ont été sauvés ! Voici une partie d'une lettre écrite à M. Wesley en 1745,

Jusqu'à ce que j'aie entendu votre frère [Charles] et vous, je ne savais pas qui j'étais. Alors j'ai constaté que j'étais un non-croyant, et que personne ne pouvait m'aider, sinon Christ seulement. J'ai crié à Lui, et Il m'a entendu et a parlé puissamment à mon cœur, « Va en paix, tes péchés te sont pardonnés. » (John Wesley, M.A., The Works of John Wesley, Les œuvres de John Wesley, volume I, Baker Book House, 1979 reprint, page 527) .

Et c'est exactement ce que Jésus a fait pour ce pauvre lépreux. Et Il en fera de même pour vous quand vous vous humilierez et lui ferez confiance, comme l'a fait le lépreux.

III. Troisièmement, l'homme a été rendu net.

Je dois dire ici quelques mots ici au sujet des « guérisseurs » pentecôtistes et charismatiques. Quand l'importance principale est mise sur la guérison physique, la puissance de l'Évangile est souvent obscurcie et laissée entièrement de côté. Nous ne devons pas nous concentrer sur la guérison physique du corps d'un homme. Jésus est mort sur la Croix pour nous sauver de la lèpre du péché, et non pas pour nous guérir des maux d'oreille ou des amygdales ! En parlant des « guérisseurs, » le Dr. A. W. Tozer (1897-1963) dit,

Tout ceci a eu comme conséquence beaucoup d'exhibitionnisme sans scrupule, une tendance à dépendre de l'expérience à la place de Christ et souvent un manque de discernement entre les œuvres de la chair et les opérations de l'Esprit. (A. W. Tozer, D.D., Keys to the Deeper Life, Clés pour une vie plus profonde, Zondervan Publishing House, n.d., pp. 41, 42).

Oui, je crois que Dieu peut guérir nos corps. Je crois fermement qu'Il le peut ! Mais si nous devions choisir entre la guérison de notre corps et la guérison de notre âme souillée par le péché ? Pour moi, le choix serait facile. Nos corps passeront bien assez tôt. Mais notre âme vivra pour une éternité, sans fin. C'est facile de voir quel est le plus important !

Dans cette petite histoire de la guérison du lépreux, nous voyons non seulement une guérison physique, mais également une guérison spirituelle. Nous pouvons certainement paraphraser l'enseignement de Christ,

« Car que profiterait-il à un homme s’il gagne le monde entier, et qu’il perde son âme ? » (Marc 8:36).

Non, cet homme savait que sa lèpre était le signe de quelque chose de plus profond. Il n'a pas demandé à Jésus de le guérir. Il a dit, « Seigneur, si Tu le veux, Tu peux me rendre net. » Il « n'a pas cherché après la nourriture qui périt. » « La lèpre se trouve profondément au dedans moi. » Et c'est pourquoi Jésus l'a si rapidement et merveilleusement sauvé.

« Seigneur, si Tu le veux, Tu peux me rendre net » (Marc 1:40).

« Et Jésus, ému de compassion, étendit sa main, et le toucha, et lui dit : Je le veux, sois net » (Marc 1:41).

Et immédiatement « Il fut net » (Marc 1:42).

Ceci montre la puissance de l'Évangile. Jésus a versé Son Sang sur la Croix pour vous laver de tout péché. Jésus s'est relevé d'entre les morts pour vous donner une nouvelle vie. Quand vous venez à Jésus avec une foi simple, comme cet homme, Jésus vous sauvera « immédiatement, » instantanément ! Pour moi, c'est le plus grand message de la Bible ! « « Seigneur, si Tu le veux, Tu peux me rendre net » « Je le veux, sois net » - et il est devenu net ! Voilà l'Évangile ! Voilà la Bonne Nouvelle du salut ! C'est votre seul espoir ! « Jésus, si tu le veux, tu peux me rendre net. » « Je le veux, sois net. » Venez à Jésus. Faites-Lui confiance. C'est facile de faire confiance à Jésus. Il vous rendra net en un instant ! Juste comme Il l'a fait avec cet homme ! Il n'y a aucun besoin d'attendre plus longtemps ! Faites confiance à Jésus et soyez net ! Père, je te prie pour que quelqu'un fasse confiance à Christ ce matin, et soit rendu net par Son Sang ! Amen.

Et je sais, oui, je sais,
   Que le Sang de Jésus peut purifier le pécheur le plus vil.
Et je sais, oui, je sais,
   Que le Sang de Jésus peut purifier le pécheur le plus vil.
“Yes, I Know!” (Oui, je sais !) par Anna W. Waterman, 1920.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com ou www.rlhsermons.com.
Cliquez sur « Sermons en Français. »

Vous pouvez également envoyer un courriel au Dr. Hymers à rlhymersjr@sbcglobal.net
ou vous pouvez lui écrire à son adresse postale à :
P.O. Box 15308, Los Angeles, CA90015.
Ou encore lui téléphoner au (818)352-0452 (en mettant devant
l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays).

Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser sans la
permission du Dr. Hymers. Cependant, toutes les vidéos du Dr. Hymers sont soumises à
des droits d'auteur et ne peuvent être utilisées que par permission.

Écriture avant le sermon lue par M. Abel Prudhomme : (Marc 1:40-42).
Solo avant le Sermon chanté par M. Benjamin Kincaid Griffith :
“Yes, I Know!” (Oui, je sais !) par Anna W. Waterman, 1920.


GRANDES LIGNES DE

JE LE VEUX- SOIS NET !

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Et un lépreux vint à lui, le suppliant et se jetant à genoux devant lui, et lui disant : si tu veux, tu peux me rendre net. Et Jésus, ému de compassion, étendit sa main, et le toucha, et lui dit : Je le veux, sois net. Et dès qu’il eut parlé, immédiatement la lèpre se retira de lui, et il fut net » (Marc 1:40-42).

(I Pierre 5:13)

I.   Premièrement, l'homme était atteint de la lèpre, Lévitique 13:45, 46 ; Romains 8:7 ; 3:11-12.

II.  Deuxièmement, l'homme est venu à Jésus, Marc 1:40.

III. Troisièmement, l'homme a été rendu net, Marc 8:36; 1:40, 41, 42.


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).