Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




LE TEXTE DE LUTHER

LUTHER’S TEXT
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le soir du jour du Seigneur, dimanche 26 octobre 2014.

« Car nous n'avons, point honte de l’Évangile de Christ, car c’est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif d’abord, et aussi du Grec. Car la droiture de Dieu y est révélée de foi en foi, selon qu’il est écrit : le juste vivra par la foi » (Romains 1:16, 17).


L'apôtre Paul parle ici aux chrétiens de Rome. La ville de Rome était la capitale du monde antique. Dans cette large cité, il y avait des grandes statues et des temples en marbre dédiés aux dieux romains. Mais il n'y avait aucun bâtiment que l'on puisse nommer « église. » Les chrétiens, à Rome, étaient une secte de nombre restreint, et de plus ils étaient méprisés – ce n’était pas une religion reconnue. Mais Paul dit très hardiment, « Je n'ai pas honte de l'Évangile de Christ. »

Comment pouvait-il dire cela ? Comment pouvait-il avoir la confiance nécessaire pour dire cela ? « Je n'ai pas honte de l'Évangile de Christ. » L’Évangile de Christ parle de Sa mort sur la Croix pour payer le prix de nos péchés et de Sa résurrection des morts qui nous donne la vie. Mais Paul nous dit donc, « Je n'ai pas ‘du tout’ honte de l'Évangile de Christ. » Pourquoi ? « Car c’est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit. » Le terme grec traduit par « puissance » est « dunamis. » Nous en tenons le terme anglais « dynamite. » Il y a de la puissance dans l'Évangile ! Le Dr. Marvin R. Vincent l'appelait : « énergie divine ». L'Évangile de Christ est plein de puissance. L'Évangile régénère les âmes mortes. Les âmes mortes prennent vie au travers de l'Évangile !

Vous venez à l'église et ce que vous entendez sur Dieu et Christ ne signifie pas grand’ chose pour vous. Mais je vous prêche l'Évangile. Vous dites : « Pourquoi ne parle-t-il que de cela ? Il ne fait que parler de Christ sur la Croix et de Christ se relevant d'entre les morts. Pourquoi ne parle-t-il pas de quelque chose d'autre ? » Et bien, mon ami, je sais que rien d'autre ne peut vous transformer, vous changer d'un pécheur perdu en un vrai chrétien ! Je ne peux pas vous enseigner comment devenir un véritable chrétien. Mais je peux vous prêcher l'Évangile. Si vous êtes un des élus, Dieu va prendre l'Évangile de Christ et l'utiliser comme de la dynamite – il va faire tomber vos idées fausses – ouvrir votre cœur à Christ – donner vie à votre âme ! Lorsque l'Évangile vous prend, vous vous ouvrez à la vie dans l'Esprit – vous faites confiance à Christ et vous êtes né de nouveau ! Rien d'autre que l'Évangile de Christ a le pouvoir de le faire ! Personne ne l'a jamais dit mieux que Charles Wesley,

Il brise la puissance du péché,
   Il donne la liberté au prisonnier ;
Son Sang peut purifier le pécheur le plus vil.
   Son Sang a été mon seul recours !
« O, For a Thousand Tongues, » (Ô, que par mille langues)
      par Charles Wesley, 1707-1788).

Et l'apôtre Paul dit, « C’est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, La puissance de l'Évangile de Christ amène vie et salut pour quiconque croit. L'Évangile ne sauve pas tout le monde. Beaucoup de gens en rient. Beaucoup de gens pensent qu'ils peuvent être sauvés autrement. Christ sauve seulement ceux qui croient en l'Évangile de Christ et mettent leur confiance en Lui. Ils sont les seuls qui expérimentent « la puissance de Dieu pour le salut. »

Puis l'apôtre dit, « Car la droiture de Dieu y est révélée. » Le « y » renvoie à l'Évangile. Dans l'Évangile de Christ, la droiture de Dieu est révélée. Dieu a envoyé Son Fils, Jésus Christ, pour expier nos péchés sur la Croix. Parce que Dieu ne serait pas juste et droit, s'Il excusait notre péché. Il a envoyé Jésus mourir sur la Croix en tant que substitut pour payer le prix de notre péché. Lorsque vous faites confiance à Jésus, vous êtes revêtus de ce que Luther a appelé une « justice exotique (c. à d. étrangère). » Vous n'êtes pas revêtus de votre propre justice, gagnée en étant « bon. » Lorsque vous faites confiance à Jésus, vous êtes revêtus de Sa justice. C'est une « justice exotique » parce qu'elle ne vous appartient pas - c'est la justice de Christ qui vous sauve. Il vous revêt de Sa justice.

Et voilà ce que dit Paul, « Selon qu’il est écrit : ‘Le juste vivra par la foi’ » (Romains 1:17). « Selon qu'il est écrit. » Il cite l'Ancien Testament, le livre d'Habakkuk. Et voilà ce que dit le prophète Habakkuk, « Le juste vivra par la foi » (Habakkuk 2:4). Paul a cité ce verset d'Habakkuk trois fois dans le Nouveau Testament - Romains 1:17, Galate 3:11, et Hébreux 10:38. Dans chaque cas, il cite : « Le juste vivra par la foi. » C'est ce texte que Dieu a utilisé pour ouvrir les yeux de Martin Luther. Ceci est le texte qui a changé le monde et provoqué le grand Réveil appelé la « Réforme. » Voici ce que dit le Dr. McGee à ce propos, « Le juste vivra par la foi, »

La justification par la foi signifie qu'un pécheur qui fait confiance à Christ n'est pas seulement pardonné parce que Christ est mort, mais également, il se tient devant Dieu complet en Christ. Cela implique non seulement la soustraction – le péché, mais aussi l’addition, - la droiture. Christ « a été livré pour nos offenses, et a été élevé encore pour notre justification » (Romains 4:25) afin que nous puissions nous tenir devant Dieu complet en Christ (J. Vernon McGee, Th.D., Thru the Bible, À travers la Bible, volume IV, p. 651, note sur Romains 1:17).

Vous pouvez dire, « C'est beaucoup de choses à se rappeler ! » Oui, mais tout cela a été rendu clair et manifeste dans la vie de Martin Luther. Il vécut de 1483 à 1546. Luther est dans une catégorie occupée par très peu d'hommes. Il est comme Paul, Christophe Colomb, Magellan, ou Edison ou encore Einstein – il est un homme qui a changé le monde et le cours de l'histoire humaine. Mais son besoin de salut n'était pas différent du vôtre.

Les auteurs modernes appellent Luther un homme « médiéval. » Ils critiquent sa croyance sur les anges, les démons et Satan. Ils pensent que sa vision sur la race humaine est enfermée dans une lutte entre Dieu et le diable et qu’elle est exagérée. Ils réagissent surtout par rapport à sa crainte de la colère de Dieu et la profonde angoisse que lui cause son péché. Pour moi, cela en révèle plus sur les auteurs modernes eux-mêmes que sur Luther. Cela montre que ces auteurs, appartenant à ce « nouvel-évangélisme » ne croient pas aux anges, aux démons et à Satan ! Cela montre qu'ils ne croient pas ce que la Bible enseigne au sujet du conflit entre le bien et le mal ! Et, particulièrement, cela prouve que ces adeptes du « nouvel-évangélisme » n'ont aucune crainte de Dieu ni aucune conviction de péché ! Pour eux, Luther ressemblerait à un chrétien normal ! Quand ils critiquent Luther, ils ressemblent à des personnes perdues sécularisées - non chrétiennes du tout ! Que Dieu nous vienne en aide !

Je trouve que les commentaires de Luther sur le livre des Romains sont, presque tous sans exception, clairs et corrects. J'ai été surpris de trouver qu'il avait même raison au sujet des Juifs. Il dit, « D'après ce passage, on peut généralement en conclure que les Juifs, à la fin du monde, seront convertis à la foi en Christ... Les Juifs qui sont déjà morts seront convertis et sauvés, et ensuite viendront les païens, dès que la plénitude des élus sera achevée. Les Juifs ne resteront pas dehors pour toujours, mais au moment opportun, ils seront convertis. » Luther’s Commentary on Romans, Commentaire de Luther sur Romains, Regel Publications, 1976 édition, pp. 161, 162 ; note sur Romains 11:25 - 36).

Cela semble assez proche de ce que la Bible enseigne. Je sais que plus tard, il a dit des choses bien dures, lorsqu’il était âgé et malade, mais nous devrions lui pardonner. Ses opinions sont sorties de la « théologie catholique du remplacement, » la croyance que l'Église remplace Israël – une fausse doctrine, qui est encore aujourd'hui chère à de nombreux calvinistes et autres personnes. Dieu ait pitié de nous ! Dieu a toujours une alliance terrestre avec Israël et les Juifs, comme il est clairement indiqué dans Romanis 11:25 - 27.

Le père de Luther était un mineur, qui voulait qu'il devienne avocat, et Luther a commencé à étudier dans ce but. Mais un jour qu'il marchait sous un orage, la foudre est tombée tout près de lui. Il est tombé à terre et s'est écrié, « Sainte Anne, aidez-moi. Je deviendrai moine ! » Cela signifiait qu'il joindrait un monastère et vivrait hors du monde. Mais sa participation, même profonde, à la pratique religieuse ne l'aida pas à trouver la paix avec Dieu. Les auteurs, adeptes du « nouveau-évangélisme » moderne, tendent à dire que sa crainte de Dieu était erronée et « médiévale. » Totalement faux ! Totalement erroné ! La crainte de Dieu de Luther était parfaitement correcte. La Bible parle des hommes non sauvés quand elle dit, « Il n'y a aucune crainte de Dieu devant leurs yeux » (Romains 3:18). Luther a dit, « Par nature, nous sommes sans droiture et sans crainte de Dieu. Par conséquent, nous devons profondément nous humilier et admettre notre dépravation et notre ignorance devant Dieu » (Luther, ibid., P. 74, note sur Romains 3:18). C'est la grâce de Dieu qui éveille le pécheur à son état de perdition. Comme l'a dit John Newton (1725-1807), « C'est la grâce qui a enseigné la crainte à mon cœur » (Amazing Grace, Grâce merveilleuse). L'absence de crainte est un signe de l'athéisme pratique.

Luther était très conscient de son péché. Il l'appelait « la peste de son cœur. » Et rien qu'il ne puisse faire pour soulager son sentiment de culpabilité. Alors qu'il étudiait la Bible, il a pensé aux paroles de Johann Staupitz, son professeur, qui lui avait dit, « Regarde les blessures de ton doux Sauveur. » Et là, dans la cellule où il étudiait, il a vu la Croix du Christ. Il a vu comment la colère et l'amour de Dieu sont associés ensemble dans le Christ sur la Croix. Luther a écrit à sa mère,

« Nuit et jour, j'ai regardé cette croix, jusqu'à réaliser la connexion entre la justice de Dieu et cette déclaration ‘Le juste vivra par la foi.’ Alors j'ai pu saisir que la justice de Dieu est cette droiture par laquelle Il nous justifie par la foi [en Christ], par le biais de la grâce et de la véritable pitié. Sur quoi je me suis senti comme né de nouveau et transporté, par les portes grandes ouvertes, jusque dans le paradis. » La totalité des Écritures prit alors une nouvelle signification pour lui (Roland H. Bainton, Here I Stand, C'est ici que je me tiens, Mentor Books, 1977, page 49).

À partir de ce moment-là, la théologie de Luther a été appelée la « théologie de la Croix. » Il a dit, « La Croix seule est notre théologie. » Si vous devez être sauvé de votre état de péché, ce doit être par la foi dans le Christ crucifié ! Et le Christ sur la Croix ! Il n'y a pas d'autre moyen de se présenter devant un Dieu Saint.

C'est ici, dans sa cellule de moine où il étudiait, que Luther l'a vu. Il a réalisé que la justice de Dieu, dans notre texte, ne fait pas référence à un attribut de Dieu – c'est une droiture que Dieu nous donne, et Il nous la donne par la foi en Jésus. « Le juste vivra par la foi » (Romains 1:17). Le Dr. Lloyd-Jones a dit, « Notre foi ne nous justifie pas. » C'est la justice de Jésus Christ qui justifie – et rien d'autre !... Dieu nous préserve de changer notre foi en œuvres bonnes et tenter de nous justifier par le biais de notre foi. C'est la droiture [de Christ] qui me rend juste, et cela m'est imputé par la foi. La foi est le... canal par lequel cette justice de Christ m'est donnée... » (Martyn Lloyd-Jones, M.D., Romans – Exposition of Chapter Five, Romains - Exposition du chapitre cinq, The Banner of Truth Trust, 1985, p. 307).

Martin Luther alors de dire, « ‘Le juste vivra par la foi’ : cette expression de Paul est devenue pour moi... une porte vers le paradis. » Le Dr. Lloyd-Jones dit, « Quelle révélation ! Quelle transformation ! D'un moine misérable, destitué, malheureux, comptant les perles de son chapelet, s'adonnant au jeûne, priant et transpirant d'efforts et de prières, de plus en plus conscient de son échec, il devient le messager de la Réforme ! Il devient le glorieux prédicateur de l'Évangile, se réjouissant de la ‘Liberté glorieuse des enfants de Dieu’ ! » (Lloyd-Jones, ibid., p. 309). Comme le disent si bien les paroles que M. Griffith a chantées il y a un instant, par le saint comte Zinzendorf,

Jésus, Ton sang et Ta justice ;
   Sont ma beauté, ma robe glorieuse ;
Parmi les mondes enflammés, ainsi revêtu,
   Avec joie je soulèverai ma tête.
« Jesus, Thy Blood and Righteousness » (Jésus, Ton sang et Ta justice) ;
      par le comte Nicolaus Zinzendorf

Ou, comme le dit Edward Mote,

Mon espoir ne repose sur rien d’autre
   Que le Sang de Jésus et Sa justice ;
Revêtu de Sa justice seule,
   Sans faute devant le trône
Sur le Christ, le Roc solide, je me tiens,
   Car tout le reste est sable mouvant,
Car tout le reste est sable mouvant.
      « The Solid Rock » (Le solide roc) par Edward Mote, 1797-1874.

Je vous demande ce soir de faire confiance à Jésus et de venir à « L'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde » (Jean 1:29). Au moment où vous faites confiance à Jésus, vous êtes sauvé, justifié et gardé pour toujours en Jésus pour les siècles des siècles. J'espère que vous ferez confiance à Jésus ce soir. Comme Luther, vous serez né de nouveau et transporté, par les portes grandes ouvertes, jusque dans le Paradis. Ainsi que Johann Staupitz, son professeur, a dit à Luther, « Regarde les blessures de ton doux Sauveur. »

« Le juste vivra par la foi » (Romains 1:17).

 

Dr. Chan, voulez-vous prier pour que quelqu'un fasse confiance à Jésus ce soir et soit sauvé ? Amen.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com ou www.rlhsermons.com.
Cliquez sur « Sermons en Français. »

Vous pouvez également envoyer un courriel au Dr. Hymers à rlhymersjr@sbcglobal.net
ou vous pouvez lui écrire à son adresse postale à :
P.O. Box 15308, Los Angeles, CA90015.
Ou encore lui téléphoner au (818)352-0452 (en mettant devant
l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays).

Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser sans la
permission du Dr. Hymers. Cependant, toutes les vidéos du Dr. Hymers sont soumises à
des droits d'auteur et ne peuvent être utilisées que par permission.

Écriture avant le sermon lue par M. Abel Prudhomme : Romains 1:15-17.
Solo avant le sermon chanté par M. Benjamin Kincaid Griffith :
Jésus, Ton sang et Ta justice ; par le comte Nicolaus Zinzendorf,
1700-1760 ; (traduit par John Wesley, 1703-1791).

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).