Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




LE SANG – EST-IL COMMUN OU PRÉCIEUX ?

THE BLOOD – COMMON OR PRECIOUS?
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le jour du Seigneur, dimanche matin 17 novembre 2013


Ce matin je voudrais que vous regardiez avec moi, dans le Nouveau Testament, deux expressions qui décrivent le Sang de Christ. Regardez premièrement Hébreux 10:29. L'expression qui parle du sang est au milieu du verset,

« Une chose profane » (Hébreux 10:29).

Regardez maintenant dans I Pierre 1:19. Ici le sang est décrit comme,

« Le précieux Sang du Christ » (I Pierre 1:19).

Veuillez garder votre Bible ouverte à cette page.

Je pensais à ces expressions il y a quelques jours, et en méditant sur ces expressions, j'ai été frappé par la pensée que le monde entier peut être divisé en deux groupes : (1) ceux qui pensent au Sang du Christ comme une « chose profane, » et (2) ceux qui y pensent comme le « Précieux Sang du Christ. » Laquelle de ces expressions décrit-elle votre vision du Sang de Jésus ?

I. Premièrement, pensez-vous au Sang de Jésus comme une « chose profane ? »

Si vous lisez le passage entier d'Hébreux 10:26 - 31 que M. Prudhomme a lu il y a un moment, vous verrez qu'il se rapporte à ceux qui « pèchent volontairement » et sont sujets au jugement de Dieu, comme nous le voyons dans notre texte de ce matin, qui vient deux versets après l'expression, « une chose profane. » Regardez Hébreux 10:31.

« C'est une chose terrifiante que de tomber dans les mains du Dieu vivant » (Hébreux 10:31).

Veuillez vous asseoir.

Le Dr. J. Vernon McGee dit,

     Le jugement de Dieu attend chacun de ceux « … qui regardent le Sang de l'Alliance comme… une chose profane… » Mon ami, si vous dédaignez ce que le Christ a fait pour vous sur la croix, rien d'autre ne vous attend que le jugement. Vous n'avez absolument aucun espoir (J. Vernon McGee, Th.D., Thru the Bible, À travers la Bible, Thomas Nelson Publishers, 1981, volume V, p. 578 ; note sur Hébreux 10:31).

Peut être direz-vous, « Je ne pense pas au Sang de Jésus comme une chose profane. Je pensais juste que c'était semblable au sang de tout le monde. Je ne pensais pas que le Sang de Jésus avait quelque chose de spécial. » Et bien, si vous pensez cela vous êtes coupable - parce que le terme grec traduit par « profane » est « koinos, » qui signifie « commun » (Strong, numéro 2839). George Ricker dit que ce terme signifie : « commun, c.-à-d., qui est partagé par beaucoup. » Voilà ce que veut dire « profane. » Il signifie que le sang de Jésus est commun - juste le même que celui de n'importe qui, « partagé par beaucoup, » comme nous l'apprend George Ricker.

Il me semble que quand le Dr. John MacArthur dit, « que Son Sang (de Christ) n'a eu aucune valeur salvatrice, » il est dangereusement près d'appeler le Sang du Christ « une chose commune » (MacArthur Study Bible, Bible d'étude de MacArthur, note sur Hébreux 9:7). Dans sa note portant sur les mots « le sang du Christ » dans Hébreux 9:14, le Dr. MacArthur dit, « Le sang est employé comme substitut du mot « mort » (ibid., note sur Hébreux 9:14). Dans sa vue d'ensemble de la théologie (ibid., p. 2192) le Dr. MacArthur dit de la Bible « que chaque mot est verbalement inspiré. » Mais le mot grec dans Hébreux 9:14 est « haïma, » qui signifie littéralement « sang. » Dire que le terme « sang » remplace celui de « mort » revient à nier que le verset est « verbalement inspiré dans chacun de ses termes. » Quand le Dr. John MacArthur dit, « que son sang (de Christ) n'a eu aucune valeur salvatrice, » il me semble dangereusement près d'appeler le Sang du Christ « une chose commune » (Hébreux 10:29). Et Hébreux 10:29 donne un très fort avertissement contre cela ! Il n'y a aucune vie dans un tel enseignement. Je pense qu'il est sec et mortel. Le Dr. Lloyd-Jones a dit,

     À chaque période de réveil, sans exception, vous trouverez qu’une énorme importance est donnée au Sang du Christ. Les hymnes chantés pendant toute cette période de réveil, sont des hymnes au sujet du sang. Je pourrais vous les citer dans plusieurs langues. Il n'y a rien de plus caractéristique. Nous constatons que l'apôtre l'a placé pour nous dans Colossiens 1 - « après avoir fait la paix… » - Comment a-t-II fait la paix ? « … Par le sang de la croix » (v. 20).
Naturellement je sais parfaitement que, lorsque je fais une déclaration pareille, je dis quelque chose d’inhabituel et fortement impopulaire à l'heure actuelle. Il y a des prédicateurs chrétiens qui se pensent intelligents à tourner en ridicule cette théologie du sang. Ils s'en détournent avec mépris… Et c'est pourquoi l'Église est dans cet état. Mais en périodes de réveil, elle se glorifie dans la croix, elle se vante au sujet du sang. Comme le dit l'auteur de l'épître aux Hébreux, il n'y a qu'une seule et unique manière d'entrer dans le saint des saints avec hardiesse (sans crainte), et c'est par le Sang de Jésus, voir Hébreux 10:19 (Martyn Lloyd-Jones, M.D., Revival, Le Réveil, Crossway Books, édition 1994, page 48).

Je dois vous dire la vérité. Si le Sang de Jésus ne vous semble pas important, vous êtes une personne perdue, sur le chemin qui mène au lieu du supplice éternel. Vous n'êtes pas un vrai chrétien, dans tous les sens du terme.

Voici une partie du témoignage d'une jeune femme d'une vingtaine d'années qui vient à notre église. Elle raconte,

Je n'arrivais pas à sortir de mon désespoir. Mentalement je savais que j'étais une femme pécheresse, mais je m'apitoyais trop sur mon sort pour me sentir concernée par mon péché. Finalement, l'Esprit Saint m'a convaincue de mes péchés passés. Ils me hantaient et je ne parvenais jamais à les éloigner de moi. J'ai commencé à me demander, « Comment ai-je pu commettre ces péchés ? Comment suis-je descendue aussi bas dans le péché ? » L'Esprit Saint m'a montré que ces péchés sortaient d'un cœur mauvais et retord, et de la dépravation totale de ma nature. Je n’arrive pas à décrire ce que c'est que de recevoir la vision de la noirceur et du grotesque de votre cœur. J'étais complètement dégoûtée et tellement honteuse de réaliser la manière dont Dieu me voyait. Je me suis sentie comme une créature vile devant un Dieu à qui rien n'est caché ; un Dieu qui connaissait mes pensées et mes intentions ; un Dieu qui savait que tout ce que je faisais, même mon travail dans l'église, était enraciné dans le péché égoïste. Chaque fois que j'allais à l'église je me sentais comme une lépreuse parmi des chrétiens purs. Mais pourtant je refusais de mettre ma confiance en Christ. « Jésus » était juste un mot, une doctrine, ou quelqu'un que je savais avoir existé, mais qui cependant était si éloigné. J'avais une aversion pour Christ [je ne voulais pas de Christ]. Au lieu de faire des efforts [pour trouver] Christ, je recherchais un sentiment de salut ou plutôt une certaine « expérience » [pour prouver] ma foi.

Cette jeune femme était misérable. Elle réussissait à faire bonne figure devant les autres. La plupart des gens n'avaient aucune idée de la terrible lutte qui avait lieu en elle. Mais à l'intérieur, elle était dans une grande agonie, comme l’avait été John Bunyan.

Il y a plus de cinquante ans que je conseille les jeunes des lycées ou d'universités. J'ai découvert qu'un bon nombre d'entre eux - vraiment beaucoup - sont remplis de tensions, de craintes et de confusion - comme l'était cette jeune femme. Beaucoup d'entre eux se tournent vers la drogue ou l'alcool pour atténuer leur souffrance intérieure. D'autres jouent inlassablement aux jeux vidéo pour ne plus penser. Certains se « droguent » avec la pornographie. Si leur esprit est occupé par le sexe, cela les empêche de penser à leur sentiment d’être misérable. J'ai lu récemment que le suicide est passé de la deuxième place à la première parmi les étudiants d'âge universitaire. Ils deviennent si profondément troublés, et si malheureux, qu'ils prennent leur vie. Un jeune a laissé une note pour expliquer son suicide, en disant, « Je ne peux trouver nulle autre manière d'arrêter mon esprit de penser, et me permettre d'oublier. »

J'ai découvert que les années de 15 à 25 sont les plus dures de toutes, pour la plupart des jeunes aujourd'hui. Vos amis vous tournent le dos. Les petits amis et petites amies vous laissent tomber en vous laissant seul. À l'école, le travail est difficile, et vous avez du mal à vous concentrer. Il semble qu'il n'y ait pas d'issue !

Dieu a donné une possibilité de vous débarrasser de vos péchés - mais elle n’a aucun sens pour vous. Dieu envoyé son Fils unique mourir sur la croix et Il a versé Son Sang pour ôter vos péchés. Mais cela n'a aucun sens pour vous. Certains d'entre vous pensent, « Comment le sang de quelqu'un qui a vécu il y a 2.000 ans peut-il enlever mes péchés aujourd'hui ? » Ainsi vous continuez à souffrir, comme cette jeune femme dont je viens juste de lire le témoignage.

Une autre jeune femme de notre église enseigne quatre cours d'université. Elle a dit à son père que les jeunes gens qui assistaient à ses cours savent que quelque chose ne va pas. Elle dit encore qu'ils savent bien que les politiciens ne peuvent pas arranger les choses. Ils savent que le monde va de mal en pis - et qu'il n'y a vraiment aucun espoir véritable. Mais que font-ils ? Ils se mettent la tête dans un autre jeu vidéo, ou refusent de penser en se tournant vers les drogues de toutes espèces et la marijuana. Certains d'entre eux deviennent des bourreaux de travail, et se plongent dans leurs études pendant des heures pour oublier leurs problèmes. Un nombre de plus en plus important se suicide tout simplement pour mettre un terme à ces souffrances. Quel horrible gâchis ! S'ils voulaient seulement voir que le péché détruit leur vie ! Si seulement ils voulaient bien croire que « le Sang de Jésus-Christ son Fils, nous purifie de tout péché » (I Jean 1:7). Mais comme la plupart des gens de ce monde pécheur, ils pensent que le Sang de Jésus est juste une chose commune - pas assez importante pour y penser, même un instant. Ce qui nous amène au deuxième point de ce sermon.

II. Deuxièmement, pensez-vous que le Sang de Jésus est « précieux ? »

Et l'apôtre Pierre dit : « Vous n'avez pas été rachetés avec des choses corruptibles… mais avec le Sang précieux de Christ » (I Pierre 1:18, 19). Il savait ce que c'était d'être pécheur. Il savait ce que c'était que de perdre tous ses amis. Il savait ce que c'était d'être seul avec une conscience sans repos. Il savait ce que c'était que de perdre la foi en Dieu. Il savait ce que c'était que de trahir son meilleur ami, d’être seul dans l'obscurité, de pleurer infiniment parce qu'il ne pouvait plus se regarder en face. Il savait ce que c'était que d'être un pécheur !

C'est pourquoi il savait que vous pouvez seulement être racheté, que vous pouvez seulement être sauvé de la souffrance et de l'affliction du péché - par « le Sang précieux de Christ » (I Pierre 1:19). « Précieux » signifie qu'Il a une grande valeur ! « Précieux » signifie qu'il est plus important que l'argent ou l'or ! Il y a un chant qui le dit bien,

Acres de diamants, montagnes d'or,
   Fleuves d'argent, bijoux incalculables ;
Tout ceux-ci ne peuvent nous acheter, ni vous ni moi,
   La paix de notre sommeil ou une conscience libre.
Un cœur content, un esprit satisfait,
   Sont des trésors que l'argent ne peut acheter.
Si vous avez Jésus, il y a plus de richesses dans votre âme
   Que des acres de diamants, des montagnes d'or,
« Acres de diamants » (Acres de diamants) par Arthur Smith, 1959.

Ou bien, comme M. Griffith l'a chanté il y a juste un moment.

Viens, pécheur, perdu et désespéré,
   Le Sang de Jésus peut te rendre libre ;
Car Il a sauvé le pire d'entre tous,
   Quand il a sauvé un perdu comme moi.
Oui je sais, oui je sais,
   Le sang de Jésus peut purifier le plus vil.
Oui je sais, oui je sais,
   Le sang de Jésus peut purifier le plus vil.

Oui je sais, oui je sais,
   Le sang de Jésus peut purifier le plus vil.
Oui je sais, oui je sais,
   Le sang de Jésus peut purifier le plus vil.
“Yes, I Know!” (Oui, je sais !) par Anna W. Waterman, 1920.

Cette jeune femme, que j'ai citée plus haut, a continué en disant,

     Mon péché était aussi large et profond qu'un océan sans fond. Je ne pouvais plus le supporter. Je devais avoir Christ ! Je devais avoir Son Sang précieux ! Je me suis mise à genoux et j'ai mis ma confiance en Jésus. [J'étais] libre de l'idole de mes sentiments, de la psycho-analyse, et du désir d’une assurance certaine avant de mettre ma confiance en Christ… je les ai laissés et je me suis jetée aux pieds du Sauveur... Il a lavé mes péchés dans Son Sang précieux ; Il a enlevé le lourd fardeau de mon péché ! … La page de ma vie porte maintenant la mention « non coupable, » écrite avec Son propre Sang ! … Je ne peux pas entièrement exprimer la joie et la paix qui viennent du pardon des péchés et de l'apaisement de la colère de Dieu. Je souhaite que tous, et particulièrement ceux qui ont lutté comme moi, puissent éprouver le pardon de Jésus ! Il a accepté le blâme de mon péché. Il a tout payé ! L'Évangile, la « Bonne Nouvelle, » qui paraissait avant si fermée et sans vie, me fait maintenant frémir de joie et mon cœur se gonfle de bonheur et de gratitude quand j'entends des sermons qui parlent de Jésus.

Que puis-je dire de plus ? Si vous venez à Jésus, vous ne penserez plus à Son Sang comme une « chose commune. » Ah, non ! Au contraire, vous parlerez avec grande joie et enthousiasme du « Sang Précieux du Christ » (I Pierre 1:19).

Si vous désirez nous parler pour que le Sang de Jésus vous lave de votre péché, veuillez vous lever maintenant et venir vers le fond de l'auditorium. Le Dr Cagan vous emmènera dans un endroit calme où nous pourrons parler et prier. Allez maintenant. Dr. Chan, voudriez-vous prier pour quelqu'un qui voudrait faire confiance à Jésus ce matin. Amen !

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

Vous pouvez également envoyer un courriel au Dr. Hymers à rlhymersjr@sbcglobal.net
(Cliquez ici) – ou vous pouvez lui écrire à son adresse postale à : P.O. Box 15308, Los
Angeles, CA90015. Ou encore lui téléphoner au 818)352-0452 (en mettant devant
l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays).

Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser sans la
permission du Dr. Hymers. Cependant, toutes les vidéos du Dr. Hymers sont soumises à
des droits d'auteur et ne peuvent être utilisées que par permission.

Écriture avant le Sermon a été lue par Mr. Abel Prudhomme : Hébreux 10:26-31.
Solo avant le sermon chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Yes, I Know! » (Oui, je sais !) par Anna W. Waterman, 1920.


GRANDES LIGNES DE

LE SANG – EST-IL COMMUN OU PRÉCIEUX ?

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Une chose profane » (Hébreux 10:29).

« Le précieux Sang du Christ » (I Pierre 1:19).

I.   Premièrement, pensez-vous au Sang de Jésus comme une « chose profane » ? Hébreux 10:31; I Jean 1:7.

II.  Deuxièmement, pensez-vous au Sang de Jésus comme une « chose précieuse »?  (I Pierre 2:24).


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).