Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




LE SECRET DU RÉVEIL EN CHINE
(SERMON DONNÉ AU FESTIVAL CHINOIS DE LA MI-AUTOMNE)

THE SECRET OF REVIVAL IN CHINA
(A SERMON GIVEN AT THE CHINESE MID-AUTUMN FESTIVAL)
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le matin du Jour du Seigneur, le 22 septembre 2013

« Mais ces choses qui étaient un gain pour moi, je les ai estimées comme une perte, à cause de Christ. Oui assurément, et j’estime toutes choses comme une perte, en comparaison de l’excellence de la connaissance de Christ Jésus mon Seigneur, pour qui j’ai souffert la perte de toutes choses, et je les estime comme du fumier nauséabond, afin que je gagne Christ » (Philippiens 3:7 - 8).


Le verset sept nous montre comment Paul a été sauvé,

« Mais ces choses qui étaient un gain pour moi, je les ai estimées comme une perte, à cause de Christ » (Philippiens 3:7).

La vie de l’apôtre a été complètement bouleversée dès sa conversion. Ce qu'il pensait bon, il le voyait à présent comme mauvais. Avant d'être converti il haïssait les chrétiens et rejetait le Christ. Mais après sa conversion, il a immédiatement rejeté son incrédulité et mis toute sa foi en Jésus Christ.

On remarque qu’un certain laps de temps entre les versets 7 et 8. C'est la période qui se situe entre la conversion de Paul et le moment où il écrit cette épître aux Philippiens. Durant tout ce temps-là, il est parti pour ses voyages missionnaires. Mais à présent, il est en prison à Rome. Il écrit,

« Oui assurément, et j’estime toutes choses comme une perte, en comparaison de l’excellence de la connaissance de Christ Jésus mon Seigneur, pour qui j’ai souffert la perte de toutes choses, et je les estime comme du fumier nauséabond, afin que je gagne Christ » (Philippiens 3:7 - 8).

Paul dit qu'il a vécu pour Christ dès le premier jour où il a été converti. Il a tout perdu. Mais ce qu'il a perdu, il le considère comme sans valeur - comme du fumier nauséabond. C'est un langage très fort ! Il a jeté sur le tas de fumier tout ce qu'il aimait. Il a cherché seulement Christ ! Ce qu'il considérait avant comme les choses les plus importantes dans la vie, il les jetait maintenant au rebut ! Christ était désormais le seul objectif et le seul but de sa vie !

Quand j'étais adolescent, je suis allé un jour chez des gens de ma famille. Ils avaient beaucoup d'argent. Cependant, ils m'ont semblé creux et faux, et je pense que c'est Dieu qui me l'a montré. Ils avaient tout - mais ils étaient quand même insatisfaits. J'ai pensé, « Ces personnes ne possèdent vraiment rien de ce que je veux. »

Quelques années plus tard, je visitais souvent une maison de retraite où plusieurs vieux missionnaires finissaient leurs jours. Je peux me rappeler leurs visages encore maintenant. Ils étaient paisibles, et joyeux ! Ils ne possédaient rien en ce monde. Ils devaient vivre dans une maison de retraite pour missionnaires, parce qu'ils n'avaient aucune maison en propre. Mais ils possédaient quelque chose que les gens nantis de ma famille ne possédaient pas - ils étaient heureux et satisfaits de leur vie. Ils avaient la paix dans le cœur. Je me rappelle un très vieil homme avec de beaux cheveux blancs coiffés en arrière. Il s'appelait M. Foxe. Ses yeux étaient d’un bleu profond et il avait une voix très douce. Il avait été missionnaire en Chine, avant que les communistes ne viennent au pouvoir. Je me rappelle avoir pensé, « Je veux être comme lui quand je serai vieux, pas comme mes riches parents. »

Je me rappelle aussi être allé une fois dans une maison, du côté de la ville de Long Beach (Californie), en 1962. Il y avait beaucoup de gens - serrés les uns contre les autres, dans une petite pièce, et Gladys Aylward est entrée pour parler. Elle était une missionnaire très connue en Chine. Elle avait maintenant plus de soixante-quinze ans. Elle avait les yeux les plus radieux de bonheur que je n'ai jamais vus ! Elle ne possédait rien. Elle était sans ressources. Mais elle avait la joie que mes riches parents n'ont jamais eue. Je me rappelle avoir pensé, « Je ne veux pas être comme mes riches parents. Je veux être comme Mlle Aylward. » Elle était allée en Chine pour être missionnaire alors qu’elle n'était qu'une jeune fille. Elle a été l'un des derniers missionnaires en Chine. Elle n'a quitté le pays qu'en 1952. Quand elle est partie, elle a pris avec elle une grande troupe d'enfants chinois, risquant sa vie alors qu'elle les emmenait par delà de dangereuses montagnes, vers la liberté. Hollywood en a fait un film, « L'auberge du sixième bonheur. » Certains détails, ont été changés, mais on retrouve bien l'histoire. Elle avait appris le secret du renoncement à soi-même dont parle l'apôtre Paul,

« Mais ces choses qui étaient un gain pour moi, je les ai estimées comme une perte, à cause de Christ. Oui assurément, et j’estime toutes choses comme une perte, en comparaison de l’excellence de la connaissance de Christ Jésus mon Seigneur, pour qui j’ai souffert la perte de toutes choses, et je les estime comme du fumier nauséabond, afin que je gagne Christ » (Philippiens 3:7 - 8).

Mlle Aylward a vécu sa vie comme le décrit ce chant du Dr. Rice,

Tout l'amour de mon cœur, tous mes rêves les plus chers –
   Seigneur Jésus, fait qu'ils ne soient que pour Toi.
Tout ce que je suis, tout ce que je pourrais être –
   Prends-le Seigneur Jésus, pour que tout en moi soit à Toi.
“All My Heart’s Love” (Tout l’amour de mon cœur)
      par le Dr. John R. Rice, 1895-1980).

Mon pasteur, le Dr. Timothy Lin, est venu de Chine aux États-Unis en 1940 pour faire une maîtrise de théologie, et un doctorat en langues hébraïque et anciennes. Après avoir fini ses études à l'université Bob Jones, il est devenu pasteur de la première église baptiste chinoise en 1961, quelques mois après que je sois devenu membre de cette même église, à l'âge de dix neuf ans. Le Dr. Lin est celui qui m'a baptisé après ma conversion quand j’étais étudiant à l'université de Biola. Il était également à la tête du comité qui m'a ordonné en tant que pasteur, dans cette église chinoise, en 1972. Cela a été mon grand privilège que d'être présent dans son église lors d'un réveil envoyé par Dieu, vers la fin des années 60, et qui a continué par vagues successives pendant les années 70. J'étais présent à de nombreuses réunions de prière, remplies de l'Esprit, ainsi que des réunions où avaient lieu des confessions et des témoignages spontanés, qui duraient souvent très tard dans la nuit. J'ai eu le privilège, à plusieurs reprises, d’apporter le message lors de ces réunions pendant le Réveil. Dans une réunion où je prêchais, 46 jeunes ont mis confiance en Christ. La plupart d'entre eux continue toujours à fréquenter cette église, plus de quarante ans après. Le Dr. Lin nous a enseigné que le vrai réveil peut venir dans une église si les membres vivent une vie de sainteté et prient sans se lasser pour la présence de Dieu parmi eux.

Le Dr. Lin ne s'est jamais vraiment américanisé. Il a toujours agi comme le ferait un pasteur en Chine. Sa vie entière était totalement consacrée à Jésus Christ. Il passait beaucoup de temps dans le jeûne et la prière. Je crois que c'est pourquoi Dieu a pu envoyer ce Réveil, et pourquoi l'église est passée de 80 personnes au moment où je suis devenu membre en 1961, à plusieurs milliers avant que ce Réveil ne prenne fin. Puis le Dr. Lin est devenu président du séminaire évangélique de Chine à Taiwan. Ainsi j'ai eu le privilège, en tant que jeune homme, de participer à un mouvement de Dieu qui était, de plusieurs manières, semblable aux réveils qui ont eu lieu dans « les églises de maison » en République populaire de Chine. J'ai été un témoin oculaire d'un réveil tel que je n'en n'ai jamais vu d'autres, sinon de moindre importance, une fois dans une église du Caucase. Ce réveil ne s'est pas produit dans l'église du Dr. Lin par le biais de haut-parleurs ou de techniques spéciales. Il est arrivé pendant la confession intense des péchés, la prière prolongée, et une prédication enflammée sur le péché, le jugement, le renoncement et la croix de Christ ! Un des chants que nous chantions souvent pendant ce Réveil était « Blanc, plus blanc que neige. »

Jésus par ton sang précieux, enlève mon iniquité !
   Regarde moi du haut des cieux, dis-moi que tu m’as pardonné...
J’ai longtemps erré cœur rebelle, mais j’entends ta voix qui m’appelle,
   Au pied de ta croix, maintenant, tout confus, brisé, je me rends.
Blanc, plus blanc que neige, blanc plus blanc que neige,
   Lavé dans le sang de l’agneau, je serai plus blanc que la neige !

Oh ! Jésus ton sang précieux, a lavé mon iniquité,
   Oui, tu m’as répondu des cieux, ton amour m’a tout pardonné.
Je te contemple et je puis croire, qu’en toi j’ai complète victoire...
   Au pied de ta croix, maintenant, je me relève, triomphant.
Blanc, plus blanc que neige, blanc plus blanc que neige,
   Lavé dans le sang de l’agneau, mon cœur est plus blanc que la neige !
“Whiter Than Snow” (Plus blanc que la neige) par James Nicholson, 1828-1896).

Pour expérimenter la vraie conversion, et le vrai réveil, nous devons suivre l'exemple de Paul, qui dit,

« Mais ces choses qui étaient un gain pour moi, je les ai estimées comme une perte, à cause de Christ. Oui assurément, et j’estime toutes choses comme une perte, en comparaison de l’excellence de la connaissance de Christ Jésus mon Seigneur, pour qui j’ai souffert la perte de toutes choses, et je les estime comme du fumier nauséabond, afin que je gagne Christ » (Philippiens 3:7-8).

Tout l'amour de mon cœur, tous mes rêves les plus chers -
   Seigneur Jésus, qu’ils ne soient que pour Toi.
Tout ce que je suis, tout ce que je pourrais être -
   Prends-le Seigneur Jésus, pour que tout en moi soit à Toi.

Venez le chanter avec moi !

Tout l'amour de mon cœur, tous mes rêves les plus chers -
   Seigneur Jésus, qu’ils ne soient que pour Toi.
Tout ce que je suis, tout ce que je pourrais être -
   Prends-le Seigneur Jésus, pour que tout en moi soit à Toi.

Veuillez vous assoir.

Le mois dernier, The World Magazine, La revue du monde (du 5 août 2013) a annoncé le décès du pasteur Samuel Lamb (1924-2013), le 3 août 2013 exactement, à l'âge de 88 ans. Il a été l’un des pasteurs d’« églises de maison » en Chine les plus connus. Le pasteur Lamb (Lin Xiangao en chinois) était le fils d'un pasteur baptiste. Il a prêché son premier sermon quand il avait 19 ans. En 1955, lorsque la Chine est devenue communiste, sous la férule de Mao Zedong, les autorités l'ont arrêté. Il a été chargé d'un acte « anti révolutionnaire » en refusant de joindre l'église commanditée par les communistes, nommée « Église des Trois Entités. » Il a refusé de la joindre parce que cette église communiste interdisait d'enseigner les mineurs en dessous de 18 ans, et ne permettait pas non plus à ses pasteurs de prêcher la résurrection de Christ et Son avènement futur. Après presque deux ans en prison, il fut libéré en 1957. Cinq mois plus tard, il fut de nouveau arrêté et envoyé dans un camp de travaux forcés où il resta 19 ans. Son épouse dut travailler dans une mine de charbon, où elle mourut alors qu'il était toujours en prison.

Après plus de 20 ans d’emprisonnement, il fut rendu à la liberté. Immédiatement, il ouvrit à nouveau son « église de maison » à Guangzhou. Et toujours, il refusait de joindre l'église communiste des « Trois Entités. » Il insistait sur le fait que les chrétiens doivent obéir aux autorités à moins que ces dernières ne contredisent ce que dit la Bible. Et il ajoutait, « Les lois de Dieu sont plus importantes que les lois des hommes. »

Sous sa conduite, l'église de maison est passée de 400 membres en 1997 à 4 000 aujourd'hui. Un petit documentaire, filmé à l'intérieur de l'église en 2011, montre le pasteur Lamb prêchant dans une salle bondée. On voit une vidéo qui permet aux nombreux chrétiens de suivre le sermon, en temps réel, dans les autres salles du bâtiment. Chaque pièce est pleine à craquer, chacune remplie des membres de sa congrégation. Le service fini, on voit une multitude de personnes sortir et envahir les rues adjacentes.

Les autorités communistes connaissent l'existence de cette église non enregistrée, mais n'essayent plus de la fermer. En 1997, le pasteur Lamb a partagé avec le chroniqueur américain Cal Thomas que c'était probablement parce qu'elles (les autorités) avaient appris leur leçon. Il a dit, « Toutes les fois qu'on m'a arrêté et envoyé en prison, l'église a grandi. La persécution a été une bonne chose pour nous. Plus on nous a persécuté, et plus l'église s’est développée. Voilà l'histoire de l'église. »

L'attitude de la Chine envers les églises de maison diffère d'une région à l'autre. Alors que certaines églises, comme celle du pasteur Lamb, jouissent d'une liberté relative, d'autres doivent toujours faire face au harcèlement. En juillet (2013) la police communiste a pillé deux églises de maison dans la province de Xinjiang. Ils ont arrêté le responsable et lui ont donné une amende sous prétexte de « réunion illégale. »

Le pasteur Lamb a souvent dit aux responsables des églises de maison en Chine que la souffrance est inséparable de la vie chrétienne. Il disait, « Nous devons être disposés à souffrir. Nous devons être préparés au fait que nous pourrions être arrêtés. Avant d’avoir été envoyé en prison, j'avais déjà préparé un sac avec quelques vêtements, des chaussures et une brosse à dents. Aujourd'hui les autorités ne nous tracassent plus, mais demain les choses peuvent être différentes. Je prie pour que nous recevions la force de tenir ferme. » Le pasteur Lamb est connu pour dire, « Plus de persécution, plus de croissance. »

Aujourd'hui on estime, d’une manière assez conservative, à plus de 100 millions le nombre de chrétiens dans les églises de maison. On les trouve partout en Chine, y compris dans les grandes villes et les universités. On estime que 1 sur 10 étudiants dans les principales universités sont maintenant chrétiens, avec des dizaines de milliers de nouveaux convertis chaque année ! Cela touche les professions libérales, les médecins, les avocats, les professeurs, et même quelques fonctionnaires communistes (voir David Aikman, Ph.D., Jesus in Beijing: How Christianity is Transforming China and Changing the Global Balance of Power, Jésus à Pékin : Comment le christianisme transforme la Chine et change l'équilibre des forces globales, Regnery Publishing, Inc., 2003 ; édition en livre de poche publiée in 2006).

Le livre du Dr. Aikman est dédié « À la mémoire de tous les chrétiens, chinois et étrangers, qui sont morts en Chine comme martyrs pour leur foi, depuis l'an 635 jusqu’aux temps modernes. » Je vous invite à chanter encore « Tout l’amour de mon cœur » !

Tout l'amour de mon cœur, tous mes rêves les plus chers -
   Seigneur Jésus, qu’ils ne soient que pour Toi.
Tout ce que je suis, tout ce que je pourrais être -
   Prends-le Seigneur Jésus, pour que tout en moi soit à Toi.

En Chine, les feux du réveil brillent avec éclat et des millions viennent à Jésus. Mais nous ne devrions jamais oublier le sang, la sueur et les larmes versés pour préparer le terrain afin que les bénédictions de Dieu puissent y descendre. Voici les histoires de trois pasteurs chinois. Ils ont littéralement suivi l'exemple de Paul, en comptant « toutes les choses comme du fumier nauséabond » afin de « gagner Christ. »

Premièrement, c'est l'histoire d'un pasteur anonyme des années 60, à l’époque du massacre de la « révolution culturelle. » On plaça autour de son cou un nœud coulant et il fut forcé, par les communistes, de se tenir debout sur trois tables empilées l'une sur l'autre. L'épouse du pasteur, ses enfants, et le reste de sa famille furent appelés par la police pour être témoins de la scène. Les officiers lui dirent, « Vous avez deux options : ou vous choisissez de continuer de croire en Jésus, ou vous reniez Jésus. Faites votre choix maintenant ! »

Le vieux pasteur regarda dans les yeux de sa famille et de ses amis, mais il savait déjà ce qu'il devait faire. Il leur dit, « Même si vous me coupez la tête et que mon sang coule à terre, je ne renierai jamais Jésus. » Immédiatement les officiers donnèrent un coup de pied dans la table du bas, celle qui soutenait l’édifice, causant l’effondrement de la structure. En quelques secondes, le nœud se serra autour de sa gorge et le pasteur s’en alla vers Jésus pour toujours. (Living Water, Eau vive, Zondervan 2008, p. 17).

Deuxièmement, je vous parlerai un peu plus du pasteur Samuel Lamb. Après presque un an en prison, il fut libéré en 1957, alors qu'il avait 33 ans. On lui donna l’ordre de ne plus prêcher. Mais quelques mois plus tard il prêchait de nouveau, comme si rien n'était ! Il fut encore arrêté et reçu une peine de vingt ans. Il fut envoyé dans une mine de charbon pour vingt ans de travaux forcés dans un climat très froid et rigoureux. La plupart des autres prisonniers moururent des conditions atroces, mais il survécu par la grâce de Dieu. Quand il fut libéré, on lui apprit que son épouse et sont père étaient décédés. Sa mère, très malade, mourut peu de temps après. Au lieu de s'échapper de Chine et d'aller à Hong Kong, ou dans un pays plus hospitalier, le pasteur Lamb retourna à Guangzhou, où il réunit quelques uns des anciens membres de son église, et en ouvrit de nouveau les portes. Malgré ces horribles années d’incarcération, et la perte de sa famille, son visage rayonnait de joie quand, sur une vidéo, je l'ai vu prêcher il n'y a pas si longtemps (Crimson Cross, La Croix écarlate, publié par Back to Jerusalem, 2012, pp. 65, 66).

Troisièmement, c'est l'histoire de mon propre pasteur, le Dr. Timothy Lin (1911-2009). La première épouse et la fille du Dr. Lin furent tuées par balle devant lui par l’armée impériale japonaise peu avant la deuxième guerre mondiale. Sa deuxième épouse, Gracie, était mon amie. Elle était avec le Dr. Lin quand il prêcha à San Francisco dans une église presbytérienne chinoise. Dans l'après-midi avant le service, Mme Lin souffrit un AVC (accident vasculaire cérébral). Il partit avec elle en ambulance jusqu’à l'hôpital. Elle décéda quelques heures plus tard. Immédiatement Dr. Lin prit un taxi pour l'église et assura la prédication, comme prévu. Après le sermon, les personnes dans l'église furent grandement étonnées d'apprendre que son épouse était décédée seulement quelques minutes avant que le service ne commence. Je savais que le Dr. Lin aimait profondément son épouse. Cette histoire a fait une impression indélébile sur moi quand je l'ai entendue. Je ne pourrais jamais plus regarder le ministère de pasteur comme étant simplement « un travail. » J'ai su, après l'exemple du Dr. Lin, qu'être pasteur est un engagement à la vie ou à la mort !

Voilà trois histoires différentes au sujet de pasteurs chinois qui, comme l'apôtre Paul, ont compté « toutes choses comme du fumier nauséabond » afin de « gagner Christ. » Les jeunes en Amérique ont souvent à l’esprit l'exemple de pasteurs paresseux et mondains. C'est l'une des raisons principales pour laquelle il n’y a aucun réveil en Amérique. Mais les jeunes en Chine ont dans leur cœur l'exemple d'hommes qui se sont sacrifiés comme ces trois pasteurs. Ce n’est pas étonnant qu’ils veuillent tout sacrifier pour la cause de Christ ! Oui, ce n'est pas étonnant que les jeunes en Chine puissent dire comme l'apôtre Paul « J’ai souffert la perte de toutes choses, et je les estime comme du fumier nauséabond, afin que je gagne Christ » (Philippiens 3:7 - 8). Ce n'est pas étonnant de voir que la Chine, en ce moment, connait le plus grand réveil dans l'histoire du christianisme.

Serez-vous comme eux ? Compterez-vous toutes les choses « comme du fumier nauséabond » afin « de pouvoir gagner Christ » ? Qu'est-ce qui vous retient d'aller à Christ ? Quoique que ce soit, comptez-le comme du fumier bon à jeter au dehors ! Christ est mort sur la croix pour payer la dette de vos péchés, Il s'est relevé physiquement d'entre les morts le troisième jour pour vous donner la vie. Consacrerez-vous votre vie à Jésus Christ maintenant ? Chantons-le encore !

Tout l'amour de mon cœur, tous mes rêves les plus chers -
   Seigneur Jésus, qu’ils ne soient que pour Toi.
Tout ce que je suis, tout ce que je pourrais être -
   Prends-le Seigneur Jésus, pour que tout en moi soit à Toi.

Si vous voulez parler avec nous comment devenir un vrai chrétien, prêt au sacrifice, veuillez venir au fond de la salle maintenant. Le Dr. Cagan vous emmènera dans une pièce tranquille pour prier et vous conseiller. Dr. Chan, voudriez-vos prier pour quelqu'un qui fera confiance à Christ ce matin ? Amen.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Français. »

Vous pouvez également envoyer un courriel au Dr. Hymers à rlhymersjr@sbcglobal.net
(Cliquez ici) – ou vous pouvez lui écrire à son adresse postale à : P.O. Box 15308, Los
Angeles, CA90015. Ou encore lui téléphoner au 818)352-0452 (en mettant devant
l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays).

Écriture avant le sermon lue par M. Abel Prudhomme : Philippiens 3:7-11.
Solo avant le sermon chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
“All My Heart’s Love” (Tout l’amour de mon cœur)
par le Dr. John R. Rice, 1895-1980).


 

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).