Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




LA FOI SIMPLE EN JÉSUS

(SERMON NUMÉRO 15 SUR ÉSAÏE 53)
SIMPLE FAITH IN JESUS
(SERMON NUMBER 15 ON ISAIAH 53)
(French)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles,
le matin du Jour du Seigneur, le 13 juillet 2013

« Nous avons comme caché nos visages devant lui » (Ésaïe 53:3).


« Nous avons comme caché nos visages devant lui. » Un commentateur moderne a dit que ces mots parlent de l'aversion d'Israël pour un Messie crucifié et leur manque de respect pour le Fils incarné de Dieu. Il a limité ce verset pour inclure seulement les Juifs de l'époque de Christ. Mais j'aime ce que dit Moody, « La Bible jette beaucoup de lumière sur les commentaires. » Non, le verset ne se rapporte pas simplement à l' « aversion » d'Israël pour Christ. On le voit clairement au début du verset. Il dit, « Il est méprisé et rejeté des hommes. » Non pas des Juifs seulement, mais « des hommes » en général ! « Rejeté des hommes » - pas simplement des Juifs. En effet, « la Bible jette beaucoup de lumière sur les commentaires. »

Luther parle de l' « analogie de l'Écriture. » Le grand réformateur a voulu dire que nous devons comparer l'Écriture à l'Écriture, pour découvrir ce que Dieu dit concernant un sujet dans d'autres parties de la Bible. Dans Ésaïe 49:7 nous lisons,

« Ainsi dit le Seigneur, le Rédempteur, et son Seul Saint, à lui que l’homme méprise… » (Ésaïe 49:7).

Ainsi, ici aussi, nous constatons que l' « homme » en général, méprise Jésus, « Le Seul Saint. » Dans le Nouveau Testament, Jésus Lui-même dit,

« Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous » (Jean 15:18).

Dans ce verset, nous voyons que les gens qui sont encore perdus ont une profonde haine de Christ, ou alors ils détournent leurs visages et ne pensent pas à Lui.

« Nous avons comme caché nos visages devant lui » (Ésaïe 53:3).

Les gens cachent leurs visages devant Jésus de beaucoup de manières. En voilà trois.

I. Premièrement, il y a ceux qui cachent leurs visages devant Christ pour montrer leur total mépris.

J'ai lu le livre du pasteur Wurmbrand, « Torturé pour le Christ. » Je le lis chaque année. Le pasteur Wurmbrand raconte les horreurs qu'il a subies aux mains des communistes qui haïssaient le Christ. Il dit,

     Les tortures et la brutalité continuaient sans interruption. Quand je perdais conscience ou devenais trop hébété pour donner à mes tortionnaires tout autre espoir de confession, ils me ramenaient à ma cellule. Là je gisais, sans soins et à moitié mort, pour reprendre un peu de force afin qu'ils puissent ainsi recommencer leur torture. Beaucoup sont morts à ce stade… Dans les années suivantes, dans plusieurs prisons différentes, ils m'ont cassé quatre vertèbres de mon dos, et beaucoup d'autres os encore. Ils m'ont tailladé la chair dans une douzaine d'endroits différents. Ils m'ont brûlé et ont découpé dix-huit trous dans mon corps…
     Nous avons dû nous asseoir pendant dix-sept heures par jour - pendant des semaines, des mois, des années - pour écouter :

     Le communisme est bon !
     Le communisme est bon !
     Le communisme est bon !
     Le christianisme est stupide !
     Le christianisme est stupide !
     Le christianisme est stupide !
     Abandonnez !
     Abandonnez !
     Abandonnez !

(Richard Wurmbrand, Th.D., Torturé pour le Christ, Living Sacrifice Books, 1998 édition, pp. 38, 39).

J'ai bien connu cet homme. Il n'exagérait pas.

La haine du Christ par les communistes et autres socialistes est profonde. Nous voyons des attaques majeures de la part des socialistes à l'encontre de Jésus et de Ses disciples, même aujourd'hui en Amérique - de la Maison Blanche aux établissements scolaires. Des hommes responsables de postes importants cachent leurs visages devant le Christ pour montrer leur total mépris. Ceux qui déprécient Christ et Ses disciples concourent certainement à l'accomplissement de notre texte,

« Nous avons comme caché nos visages devant lui » (Ésaïe 53:3).

II. Deuxièmement, il y a ceux qui cachent leurs visages devant Christ par indifférence.

Sûrement c'est une description de certains d'entre vous ici ce matin ! Vous ne penseriez jamais à faire du mal à un chrétien, ou de crier « Le christianisme est stupide. » Vous auriez un mouvement de recul si je vous disais ce que ces communistes ont fait au pasteur Wurmbrand. Vous dites, « Je ne pourrais jamais faire une telle chose ! » Je vous crois. Je pense que vous n'attaqueriez jamais Jésus comme l'un de ces tortionnaires communistes sanguinaires. Mais…! Mais…! Vous êtes la réalisation de notre texte par votre froide indifférence envers Jésus,

« Nous avons comme caché nos visages devant lui » (Ésaïe 53:3).

Vous venez à l'église et vous asseyez. Vos yeux ont un regard vide quand je parle de Jésus. Certains d'entre vous ferment même les yeux. D'autres ferment leur cœur. Avec une froide indifférence, vous cachez votre visage devant Jésus.

Savez-vous que même un homme, qui est un prédicateur, peut le faire ? Quand j'étais au séminaire baptiste au nord de San Francisco, il y avait un étudiant qui se nommait Tom Frederick. Il est devenu mon ami. Tom était prédicateur. Mais un dimanche son propre sermon lui a percé le cœur ! Il a commencé à verser des larmes abondantes et dû s'arrêter de prêcher. Il est descendu de la chaire et s'est mis à genoux devant l'autel. Là il s'est repenti de son manque d'amour pour le Sauveur. Là, devant toute l'église étonnée, il a cessé de cacher son visage et s'est tourné vers Jésus. Il a fait confiance au Sauveur, et il est devenu un vrai chrétien. Il est devenu un homme bon et charitable. Il est venu dans ma chambre, au dortoir des hommes, et s'est joint aux étudiants qui venaient prier avec moi chaque semaine. Il m'a soutenu quand j'ai repris les professeurs qui attaquaient l'autorité de la Bible. Il est venu avec moi quand nous avons confronté le président du séminaire devant sa porte. Il m'a soutenu quoiqu'ils l'aient appelé un des « fanatiques d’Hymers. » Il a changé, d'un petit prédicateur baptiste du sud perdu, il est devenu un vrai chrétien. Sa conversion s'est produite quand il a cessé de traiter Jésus avec une froide indifférence.

Tom est mort il y a quelques semaines. J'ai envoyé une certaine somme d'argent à son épouse. C'était la moindre des choses pour moi que de lui exprimer ma gratitude pour m'avoir soutenu dans la bataille pour la Bible au séminaire théologique baptiste du Golden Gate, au début des années 70. Et je suis reconnaissant à Dieu pour avoir ouvert le cœur de Tom à Jésus, lorsqu’il a été sauvé un dimanche matin en prêchant son propre sermon, il y a bien longtemps.

Quelqu’un a dit, « Dr. Hymers, ne voudriez-vous pas que je devienne comme Tom Frederick ? » Que Dieu me vienne en aide ! Je me réjouirais en présence des anges dans le ciel si vous deveniez même la moitié de l'homme qu'il était ! Certains de vous, les jeunes qui sont assis ici semaine après semaine, insouciants, endormis, et indifférents - je souhaite à Dieu que vous soyez un peu comme Tom !

Maintenant, dit de cette façon : « …et si vous étiez au séminaire de Golden Gate en 1971 ou 1972 ? Et si vous étiez d'une autre église, et je n'étais pas votre pasteur ? Pensez-y maintenant ! M'auriez-vous soutenu quand j'ai repris les professeurs qui attaquaient l'autorité de la Bible ? Pensez-y maintenant ! M'auriez-vous soutenu ? Ou auriez-vous joué l’indifférence et resté en dehors de la polémique ? Pensez-y ! »

Maintenant, si vous êtes honnête avec vous-même, certains d'entre vous devront admettre que vous seriez resté à l'écart, indifférent et sans vous impliquer. Après tout, vous auriez voulu obtenir votre diplôme et sortir de là sans être marqué comme un « fanatique d'Hymers, » n'est-ce pas ? Changeriez-vous soudainement de la manière dont vous êtes maintenant, pour devenir ardent et zélé pour le Christ ? Non, n'est-ce pas ? Pensez-y ! Je crois ceux de vous qui venez en traînant les pieds dans la salle de conseils n'auriez pas été de mon côté dans ce séminaire libéral. Non, vous auriez été aussi impassibles et indifférents que vous l'êtes maintenant ! Vous auriez rejoint ceux qui disent,

« Nous avons comme caché nos visages devant lui » (Ésaïe 53:3).

III. Troisièmement, il y a ceux qui cachent leurs visages devant Christ par négligence.

Vous cachez votre visage devant Jésus depuis longtemps. Cela vous est égal que je prêche à Son sujet ou non. Si je parlais de psychologie vous vous redresseriez sur votre chaise et m'écouteriez avec attention. Si je parlais de politique vous vous pencheriez vers moi dans votre fauteuil pour ne pas perdre un seul mot de ce que je dis. Si, à l'occasion, je parlais de prophétie biblique, vous donneriez pleine attention à mon sermon. Quand je parlais du Ciel, il y a quelques semaines, vous étiez toute oreille, écoutant avec concentration, parce que c'était un nouveau sujet pour vous. Mais quand je reviens vers l'Évangile, vos yeux ont un regard vide. Vous perdez tout intérêt quand je parle de Jésus ! N'est-il pas vrai ? N'est-ce pas ?

Vous les jeunes passez beaucoup de temps et d'énergie à étudier à l'université. Vous étudiez des heures et des heures pour obtenir de bonnes notes dans vos classes. Vous vous levez tôt pour étudier. Vous veillez tard pour étudier. Je suis heureux pour vous parce que vous ne serez pas bons dans votre profession si vous n'êtes pas bons à l'université ou au lycée maintenant. Je vous félicite d'étudier dur à l'école. Mais vous n'êtes jamais restés même une heure de plus que d'habitude pour étudier la Bible, ou pour étudier ces sermons, qui vous sont distribués sous forme imprimée chaque dimanche. Vous n'avez même jamais pensé à vous lever une heure plus tôt pour étudier au sujet de Christ, qui est mort pour sauver votre âme pécheresse. Tout, dans le monde, vous semble plus important que le Christ qui vous aime, et qui prie pour vous dans le Ciel.

Même ici, à l'église, pendant que je prêche sur Jésus, vous laissez votre esprit errer vers des choses qui vous semblent plus importantes que Lui. Et quand vous venez à la salle où vous pouvez poser des questions et vous renseigner, je ne vous entends pas parler de Jésus. Vous parlez sur vous-même, mais je ne vous entends pas parler de Jésus. Je vous entends parfois parler de doctrines et de versets de la Bible, mais je ne vous entends pas parler de Jésus Lui-même ! Il n'est pas dans vos pensées. La majeure partie du temps vous parlez seulement de ce que vous ressentez, vous - ou ne ressentez pas ! Vous recherchez un sentiment pour vous rassurer, mais vous ne recherchez pas Jésus Lui-même. Vous parlez de votre manque d'assurance, mais vous ne parlez pas du Sauveur, qui est la seule personne qui peut assurer votre salut ! Certains d'entre vous pensent, « Je n'ai pas le cœur brisé. » Je vous dis, « Ne recherchez pas un cœur brisé, regardez à Jésus ! » Mais quand je mentionne Son nom, vos yeux deviennent vitreux, et vous pensez, « j'ai besoin de ressentir quelque chose. J'ai besoin de sentir que je suis sauvé ! » Je vous dis, « non, tout ce dont vous avez besoin est Jésus. » Mais quand je mentionne Son nom, vous perdez immédiatement tout intérêt. Je vous dis, « Regardez Jésus, Il saigne sur la Croix pour vous » Mais vous regardez à vous-même. Vous cherchez un sentiment au dedans de vous ! Je ne peux pas vous obliger à regarder à un autre que vous-même, à Jésus! Je cite le prophète qui a dit, « Cherchez le Seigneur pendant qu’Il peut être trouvé, appelez-Le, tandis qu’il est près » (Ésaïe 55:6). Mais vous cherchez un sentiment, une émotion en vous-même plutôt que Christ Lui-même, qui vous aime tant !

« Nous avons comme caché nos visages devant lui » (Ésaïe 53:3).

Je vous demande d'arrêter de vous détourner du visage de Jésus. Au moment où vous vous tournez vers la personne de Jésus, Il vous sauvera. Vous « ne vous sentirez probablement pas » sauvé. Le jour où j'ai été sauvé par Jésus, je « ne me suis pas senti » sauvé. Je n'ai pas même su que j'étais sauvé jusqu'à ce que plusieurs mois se soient passés. Tout ce que je savais ce jour-là était Jésus ! J'ai cru en Lui avant, mais ce jour-là - je peux seulement dire - Jésus était là ! C'était une foi très rudimentaire, mais c'était la foi en Jésus, très simple, très primitive - mais c'était Jésus !

Le pasteur Wurmbrand a vu beaucoup de personnes torturées pour le Christ par les communistes quand il était en prison à cause de sa prédication. Il a également vu beaucoup de prisonniers, et même parfois des gardes communistes, mettre leur confiance en Jésus. Le pasteur Wurmbrand dit,

Une fois qu'une personne est arrivée à la foi - même une foi très primitive - cette foi se développe et croît. Nous sommes sûrs qu'Il conquerra parce que nous, de l'église souterraine, nous l'avons vu conquérir à plusieurs reprises. Christ aime les communistes et autres « ennemis de la foi. » Ils peuvent et doivent être gagnés pour le Christ (Warmbad, ibid., P. 115).

Le voleur qui est mort aux côtés de Jésus sur la Croix a été sauvé quelques minutes avant qu'il ne meure. Il a su très vite. Sa foi était très « primitive, » pour employer le mot du pasteur Wurmbrand. Mais il a été sauvé le moment-même où il a fait confiance à Jésus dans son cœur. Et le Sauveur lui a dit, « En vérité, je te le dis, Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23:43). Il me semble qu'il y a probablement quelqu'un ici ce matin qui pourrait faire confiance à Jésus, au moins comme cet homme l'a fait. Ce peut être une confiance très simple, « primitive. » Pourtant, si vous faites confiance à Jésus, même légèrement, sans regarder à vous-même pour une preuve, faire simplement confiance à Jésus et le laisser à ça, sans examen de conscience, Jésus vous sauvera. Une foi simple, rudimentaire, « primitive, » une foi enfantine en Jésus - c'est tout ce dont vous avez besoin. Ne regardez pas même une fois à vous-même. Ne regardez même pas une fois quelque sorte de sentiment. Regardez simplement à Jésus et restez-en là. Ne cherchez pas plus loin. Ne l'examinez pas. Ne l'analysez pas. Faites seulement confiance à Jésus et c'est tout. Jésus Lui-même fera tout le reste. Même tandis que vous dormez, cette graine de foi en Jésus se développera. Mais vous devez faire confiance à Jésus Lui-même - même légèrement, même simplement, même en hésitant, même primitivement. Vous pouvez faire confiance à Jésus juste un peu. Vous pouvez aller à lui, et en rester là, sans examiner vos propres sentiments pour vous rassurer. Laissez tout cela avec Jésus. Puis, même quand vous dormez la nuit, cette graine de la foi, comme le pasteur Wurmbrand le dit, « se développe et croît. » Une foi simple, rudimentaire, primitive, mal assurée, en Jésus - c'est tout ce dont vous avez besoin. Écoutez encore le chant que M. Griffith a chanté. Il parle d'une foi simple et primitive en Jésus, sans aucun ressenti !

Mon âme est nuit, mon cœur est d'acier -
   Je ne peux rien voir, je ne peux rien ressentir ;
Pour la lumière, pour la vie, je dois en appeler
   À la foi simple en Jésus.
« In Jesus, » (En Jésus) par James Procter, 1913.

Nous prierons avec vous si vous le voulez. Nous voulons vous aider à devenir un vrai chrétien. Levez-vous et venez dans le fond de la salle maintenant. Le Dr. Cagan vous mènera dans une pièce tranquille pour prier. Vous pouvez aller tandis que je chante ce chant une fois encore.

J'ai essayé de mille vaines manières
   À apaiser mes craintes, augmenter mes espérances ;
Mais ce dont j'ai besoin, me dit la Bible,
   C'est Jésus, c'est seulement Jésus.

Mon âme est nuit, mon cœur est d'acier -
   Je ne peux rien voir, je ne peux rien ressentir ;
Pour la lumière, pour la vie, je dois en appeler
   À la foi simple en Jésus.
« In Jesus, » (En Jésus) par James Procter, 1913.

Dr. Chan, voudriez-vous venir prier pour ceux qui ont répondu. Amen.

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine sur internet à
www.realconversion.com ou www.rlhsermons.com.
Cliquez sur « Sermons en Français. »

Vous pouvez également envoyer un courriel au Dr. Hymers à rlhymersjr@sbcglobal.net
ou vous pouvez lui écrire à son adresse postale à :
P.O. Box 15308, Los Angeles, CA90015.
Ou encore lui téléphoner au (818)352-0452 (en mettant devant
l'indicatif international pour les États Unis depuis votre pays).

Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur. Vous pouvez les utiliser sans la
permission du Dr. Hymers. Cependant, toutes les vidéos du Dr. Hymers sont soumises à
des droits d'auteur et ne peuvent être utilisées que par permission.

Écriture avant le sermon lue par M. Abel Prudhomme : Luc 23:39 - 43.
Solo avant le Sermon chanté par M. Benjamin Kincaid Griffith :
« In Jesus » (En Jésus) par James Procter, 1913.


GRANDES LIGNES DE

SIMPLE FOI EN JÉSUS

(SERMON NUMÉRO 15 SUR ÉSAÏE 53)

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Nous avons comme caché nos visages devant lui »
(Ésaïe 53:3).

(Ésaïe 49:7 ; Jean 15:18)

I.   Premièrement, il y a ceux qui cachent leurs visages devant Christ pour montrer leur total mépris, Ésaïe 53:3.

II.  Deuxièmement, il y a ceux qui cachent leurs visages devant Christ par indifférence, Ésaïe 53:3.

III. Troisièmement, il y a ceux qui cachent leurs visages devant Christ par négligence, Ésaïe 55:6; 53:3; Luc 23:43.


Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006]).