Print Sermon

Environ 1.500.000 sermons et vidéos sont téléchargés chaque année sur 1.500.000 ordinateurs dans 215 pays à partir du site www.sermonsfortheworld.com. Des centaines d'autres personnes regardent les vidéos sur YouTube, mais laissent bientôt cette chaîne et viennent sur notre site web ; YouTube alimente ainsi notre site web. Ces sermons sont traduits en 36 langues et sont visionnés sur environ 120.000 ordinateurs chaque mois. Ces sermons ne sont pas soumis à des droits d'auteur, et les prédicateurs peuvent les employer sans demander notre autorisation. Veuillez cliquer ici pour connaître comment vous pouvez faire un don mensuel pour nous aider dans ce grand travail de répandre l'Évangile au monde entier, y compris les nations musulmanes et hindoues.

Quand vous écrivez au Dr. Hymers, veuillez toujours indiquer de quel pays vous lui écrivez ou il ne pourra pas vous répondre. L'adresse courriel du Dr. Hymers est la suivante : rlhymersjr@sbcglobal.net.




NÉ POUR MOURIR POUR LES PÊCHEURS
UN SERMON DE NOËL

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

Sermon prêché au Baptist Tabernacle de Los Angeles
le matin du Jour du Seigneur, le 5 décembre 2010

« Mais tandis qu’il réfléchissait à ces choses, voici, l’ange du Seigneur lui apparut dans un songe, disant : Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre Marie pour ta femme ; car ce qui a été conçu en elle est de la Sainte Présence. Elle enfantera un fils et tu appelleras son nom Jésus : car il sauvera son peuple de leurs péchés » (Matthieu 1:20-21).


Je pourrais commencer ce sermon en vous parlant de la naissance virginale de Christ. Je pourrais aussi vous dire comment l'Esprit de Dieu a implanté le Saint Enfant dans les entrailles de Marie. Ce qui, je pense, retiendrait votre attention. Mais ce matin, mon but n'est pas d'insister sur la doctrine de la naissance virginale de Christ. Cette doctrine est importante, même très importante en effet, car tout ce qui concerne Jésus en dépend. Mais ce n'est pas sur ce sujet que je veux insister ce matin. Non, je veux plutôt insister sur la raison pour laquelle Dieu a envoyé Son Fils dans ce monde – « tu appelleras son nom Jésus : car il sauvera son peuple de leurs péchés » (Matthieu 1:21). Je vous invite à considérer en premier Son nom, puis le salut qu'Il apporte, et ensuite comment Il sauve.

I. Premièrement, Son nom.

« Tu appelleras Son nom Jésus. » C'était cependant un nom très répandu. « Jésus » est la traduction grecque de l'hébreu Joshua et Hosea, Iēsǒus en grec et Yehoshuah en hébreu (Strong #3091). Les deux formes de Son nom, que ce soit en hébreu ou en grec signifient «Jéhovah Sauve, » Jéhovah étant le nom de Dieu en hébreu.

Et comme ce nom était semblable à Joshua, les parents le choisissaient souvent à leurs fils. Bien sûr, cela ne veut pas dire que tous les garçons nommés Jésus avaient la capacité de sauver. Ce nom était simplement une déclaration signifiant que « Jéhovah sauve. » Mais, avec Jésus, le nom faisait directement référence à Jésus Lui-même. C'est pour cela que l'ange de l'annonciation insista sur l'application du nom de Jésus dans toute sa signification, « Tu appelleras son nom Jésus : car il sauvera son peuple de leurs péchés » (Matthieu 1:21).

Les Juifs de cette époque cherchaient un Messie Ben David (le Messie, fils de David) pour les délivrer de la domination de Rome. Ils ne réalisèrent pas que, dans les prophéties de l'ancien testament se trouvent deux illustrations différentes, et apparemment contradictoires du Messie. Le Dr. Chuck Missler écrit,

      Quand on examine les nombreuses prophéties de l'ancien testament sur l'apparition du Messie d'Israël, nous trouvons deux [apparemment] présentations contradictoires. Plusieurs passages parlent d'un serviteur souffrant ; d'autres insistent sur un roi dans l'exercice de son pouvoir. Ces [différents] passages ont donné deux visions contraires, c'est à dire l'attente de deux messies, respectivement : le Messie Ben Joseph, le serviteur souffrant, et le Messie Ben David, le roi régnant.
      Quand Jésus est apparu, l'espérance la plus répandue était celle du Messie Ben David – le Roi qui, par Son pouvoir délivrerait Israël des mains des puissants corrompus de la terre – et cette attente était si forte qu'ils ne Le reconnurent point ! Reconnaître un seul Messie sous le signe de deux « venues » distinctes est maintenant quelque chose de clairement admis parmi les spécialistes conservateurs (Chuck Missler, Ph.D., Le Royaume, la Puissance et la Gloire [The Kingdom, Power, and Glory], The King’s Highway Ministries, 2007, p. 317).
      Même le plus vénéré des rabbins orthodoxes, Rabbin Itzak Kaduri, a déclaré, dans une note laissée à sa mort en 2006, que les « deux Messies sont un » et Son nom est Yehoshuah…Cette note…a causé une énorme consternation dans les rangs de la communauté orthodoxe en Israël (Missler, ibid., cité d'Israël Aujourd'hui [Israel Today], 6 Avril 2007).

Il semble que le Rabbin Kaduri ait été un adorateur secret de Jésus, car il scella sa note pour qu'elle ne soit pas ouverte pendant un an afin que, selon la loi orthodoxe juive, elle ne puisse être détruite. Il laissa également des instructions qu'on ne devrait la rendre publique seulement un an après sa mort. Ce qui ferait penser qu'il croyait en Jésus, et ne le fit savoir qu'après sa mort. Comme il était un rabbin orthodoxe de Jérusalem hautement respecté, cette nouvelle a certainement obligé de nombreuses autres personnes à penser à Jésus.

Alors que les Juifs songeaient à un Messie politique, Dieu voulait qu'ils sachent que Jésus était le Serviteur souffrant, le Messie qui les sauverait, non de la férule de Rome, mais de leurs péchés.

« Tu appelleras son nom Jésus : car il sauvera son peuple de leurs péchés » (Matthieu 1:21).

C'est pourquoi l'apôtre Pierre a dit,

« Et il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a pas d’autre nom sous le ciel, qui soit donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:12).

II. Deuxièmement, le salut qu'Il apporte.

« Tu appelleras son nom Jésus : car il sauvera son peuple de leurs péchés » (Matthieu 1:21).

Les Juifs du temps de Jésus attendait le Fils de David, celui qui les délivrerait de l'esclavage de Rome, et leur apporterait paix et prospérité. Nous ne pouvons leur en vouloir de penser ainsi ! Et une bonne partie de la chrétienté évangélique ne pense guère mieux aujourd'hui. Ils veulent que Jésus les rendent prospères, leur donne la paix, et soit leur « entraîneur » particulier pour la conduite de leur vie, comme le fait remarquer le Dr. Michael Horton dans son livre, Chrétienté sans Christ [Christless Christianity], (Baker Books, 2008). Le Dr. Horton écrit que même durant la semaine de Pâques, peu d'églises évangéliques parlent des souffrances endurées par Jésus pour nous sauver du péché. Le Dr. Horton ajoute que le dimanche de Pâques, on peut entendre un sermon sur la résurrection de Jésus, qui nous permet de triompher de nos défaites, ou (pire) nous donne un exemple sur la manière dont nous pouvons nous élever au dessus de nos problèmes ! Ce n'est pas pour cela que Jésus est mort et ressuscité ! Rien n'est plus évident dans la Bible,

« Christ est mort pour nos péchés » (I Corinthiens 15:3).

« Car Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, le juste pour les injustes, afin qu’il nous amène à Dieu »
       (I Pierre 3:18).

Dans le Jardin de Gethsémané, le poids de notre péché fut placé sur Jésus. Là, dans l'obscurité de ce Jardin, Jésus devint Celui sur qui le fardeau de nos péchés reposait, la nuit avant qu'Il ne fut cloué sur la Croix.

« Alors Jésus alla avec eux dans un lieu appelé Gethsémané; et dit aux disciples : asseyez-vous ici pendant que je vais prier un peu plus loin. Et il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à être attristé et très angoissé. Et il leur di t: mon âme est extrêmement attristée, même jusqu’à la mort ; demeurez ici et veillez avec moi » (Matthieu 26:36-38).

« Et ils arrivèrent dans un lieu appelé Gethsémané. Et il dit à ses disciples : asseyez-vous ici pendant que je vais prier. Et il prit avec lui Pierre, Jacques et Jean ; et il commença à être dans un grand émoi et fort accablé ; et il leur dit : mon âme est extrêmement triste jusqu’à la mort; demeurez ici et veillez » (Marc 14:32-34).

« Et il sortit, et s’en alla, comme il était accoutumé, au mont des Oliviers ; et ses disciples aussi le suivirent. Et quand il fut arrivé dans ce lieu, il leur dit : priez, afin que vous n’entriez pas en tentation. Et il s’éloigna d’eux d’environ un jet de pierre, et s’agenouilla, et pria, disant : Père, si tu voulais bien, retire cette coupe de moi : toutefois, non pas ma volonté, mais que la tienne soit faite. Et un ange Lui apparut du Ciel, le fortifiant. Et étant en agonie, il priait plus intensément ; et sa sueur était comme des grumeaux de sang coulant sur le sol » (Luc 22:39-44).

Souvenez-vous, Jésus n'avait pas encore été arrêté. Il endurait de terribles souffrances, au point de succomber sous leur assaut, jusqu'à ce que des grumeaux de sang diffusent de chaque pore de Sa peau.

Pourquoi Jésus dût-Il souffrir autant à Gethsémané ? Le prophète Ésaïe dit,

« Toutefois il plut au Seigneur de le meurtrir ; il l’a exposé à la souffrance : quand tu auras mis son âme une offrande pour le péché » (Ésaïe 53:10).

Le Dr. Gill écrit,

À présent Il est meurtri, mis en souffrance par Son Père…[Son affliction] est extrêmement lourde à porter, et semble n'avoir aucune commune mesure à ce qu'un être peut endurer…plus que pesante, accablante ; chargée du poids des péché de Son peuple, et le sens de la colère [de Dieu] qui le pressait le l'écrasait de toute part...opprimé par la mort et la vision de l'enfer qui l'encerclaient...Son cœur prêt à se briser ; Il fut amené, comme se cela eût été possible, à mordre la poussière de la mort elle-même (John Gill, D.D., Exposé du Nouveau testament [An Exposition of the New Testament], The Baptist Standard Bearer, réimprimé en 1989, volume I, p. 334; commentaire sur Matthieu 26:37).

Pourquoi Jésus souffrit-Il seul dans le Jardin ? Je sais que nos péchés furent placés sur Lui cette nuit-là. Et le jour suivant, Il les porta sur la Croix avec Lui.

« Qui lui-même a porté nos péchés en son corps sur l’arbre, afin qu’étant morts aux péchés, nous vivions à la droiture, par les coups qu’il a reçus, vous avez été guéris » (I Pierre 2:24).

Et puis, finalement, au milieu de la nuit, les gardes du Temple vinrent l'arrêter sous une fausse inculpation. Ils L'emmenèrent sans ménagement devant le Grand Prêtre. Ils Lui crachèrent au visage. Ils arrachèrent les poils de Sa barbe. Ils Le giflèrent. Ils L'attachèrent au pilori et le fouettèrent de verges jusqu'à ce que son dos ne soit plus que de la chair vive. Joseph Hart écrit,

Voyez, la patience de Jésus, endurant les insultes dans cet horrible lieu !
Les pécheurs ont lié les mains du tout Puissant, et craché sur le visage du Créateur.

Ses tempes sont déchirées et saignent, sous les épines de Sa couronne, le sang
     ruisselant sur Son visage, de chaque blessure ;
Son dos lacéré par le fouet, mais des lacérations plus profondes labourent Son cœur.

Cloué et nu sur le bois maudit, exhibé publiquement à la Terre et au Ciel,
Un spectacle de souffrances et de sang, vision douloureuse et insupportable de
     l'amour blessé. Regardez, ce visage pâle et souffrant, la tête penchée sous le poids du monde, ces
     yeux remplis de douleur !
Regardez cette tristesse et cette disgrâce, notre Sauveur meurt, pendu à la Croix !
   (« Sa passion » [His Passion] par Joseph Hart, 1712-1768).

Christ a souffert, Il a perdu Son Sang et Il est mort d'une mort horrible, pour que vous ne receviez pas le châtiment de vos péchés. Il est mort à votre place, pour payer le rachat de vos péchés !

« Tu appelleras son nom Jésus : car il sauvera son peuple de leurs péchés » (Matthieu 1:21).

III. Troisièmement, Celui qui sauve.

« Tu appelleras son nom Jésus : car il sauvera son peuple de leurs péchés » (Matthieu 1:21).

Je crois, avec Luther, que Christ est mort pour tous les hommes. Mais tous les hommes ne seront pas sauvés. Calvin lui-même (bien qu'on ne puisse le dire de tous ceux qui sont venus après lui) a déclaré que la mort de Christ « suffisait amplement pout tous les hommes, mais ne suffisait amplement que pour les élus. » Je suis en accord avec cette déclaration. « Il sauvera Son peuple de ses péchés. » Ceux qui demeurent inconvertis ne seront pas sauvés par la mort de Christ sur la Croix. Le Dr. Gill disait que « Son peuple » veut dire «…tous les élus de Dieu, qu'ils soient Juifs ou païens, qui Lui ont été donnés par Son Père…qui sont de bonne volonté le jour où Sa puissance vient sur eux, pour être sauvés par Lui, de Sa manière à Lui. Et Il les sauve de leurs péchés, de tous les péchés, péchés originels et actuels, péchés secrets ou visibles, péchés du cœur, des lèvres et de la vie…de la culpabilité, du châtiment, et de la puissance de damnation du péché, par Ses souffrances et Sa mort » (Dr. John Gill, ibid.; p. 8; commentaire sur Matthieu 1:21).

Lesquels, donc, seront-ils sauvés de leurs péchés par Jésus ? Ceux « qu'Il a choisis...en Lui, avant la fondation du monde » (Éphésiens 1:4).

« Tu appelleras son nom Jésus : car il sauvera son peuple de leurs péchés » (Matthieu 1:21).

Êtes-vous l'un des élus ? Êtes-vous l'un de Son peuple, choisi par Dieu avant que le monde ne fut créé ? Vous pouvez devenir l'un « de Son peuple » si Dieu vous amène sous une conviction de péché, au point où vous êtes profondément préoccupé et peiné par votre péché. Ceux dont le cœur est léger et insouciant ne peuvent expérimenter une véritable conversion. Seuls ceux qui n'ont aucun espoir en eux-mêmes, qui ressentent le poids de leur péché, réaliseront leur besoin de Jésus. Eux-seuls viendront à Lui. Et seuls ceux qui sont attirés par Jésus sont regardés comme faisant partie de Son peuple.

« Tu appelleras son nom Jésus : car il sauvera son peuple de leurs péchés » (Matthieu 1:21).

Dans ce magnifique chant de Noël, le Dr. John R. Rice dit que Jésus est « né pour mourir pour les pêcheurs, »

Jésus, Enfant Jésus, Fils de Dieu et Fils de l'homme,
   Tenté, misérable et souffrant,
Personne ne nous connait comme Lui le peut !
   Saint, juste, sans tâche, sacrifice complet.
Rachetés par Son Sang ; Dieu et les pêcheurs se retrouvant en Lui.
   Jésus, Enfant Jésus, il y aura la Croix sur ton chemin.
Né pour mourir pour les pêcheurs, né pour le jour de la crucifixion !
   « Jésus, Enfant Jésus » [Jesus, Baby Jesus]
      (par le Dr. John R. Rice, 1895-1980).

(FIN DU SERMON)
Vous pouvez lire les sermons du Dr. Hymers chaque semaine en ligne sur
Internet à www.realconversion.com. Cliquez sur « Sermons en Franҫais. »

You may email Dr. Hymers at rlhymersjr@sbcglobal.net, (Click Here)
or you may write to him at P.O. Box 15308, Los Angeles, CA 90015.
Or phone him at (818)352-0452.

Écritures avant le sermon lues par Dr. Kreighton L. Chan : Matthieu 1:18-21.
Solo avant le sermon chanté par Mr. Benjamin Kincaid Griffith :
« Jésus, Enfant Jésus » [Jesus, Baby Jesus]
(par le Dr. John R. Rice, 1895-1980).


BREF APERÇU DE

NÉ POUR MOURIR POUR LES PÊCHEURS
UN SERMON DE NOËL

par le Dr. R. L. Hymers, Jr.

« Mais tandis qu’il réfléchissait à ces choses, voici, l’ange du Seigneur lui apparut dans un songe, disant : Joseph, toi fils de David, ne crains pas de prendre Marie pour ta femme ; car ce qui a été conçu en elle est de la Sainte Présence. Et elle enfantera un fils, et tu appelleras son nom Jésus : car il sauvera son peuple de leurs péchés » (Matthieu 1:20-21).

I.   Premièrement, Son nom, Actes 4:12.

II.  Deuxièmement, le salut qu'Il apporte, I Corinthiens 15:3;
I Pierre 3:18; Matthieu 26:36-38; Marc 14 :32-34;
Luc 22:39-44; Ésaïe 53:10; I Pierre 2:24.

III. Troisièmement, Celui qui sauve, Éphésiens 1:4.

Note du traducteur : Les citations bibliques proviennent de la version Louis Segond 1910 (libre de droits) et de la Bible KJV (King James Version) ou KJF (en français) – (Traduction en Français, basée sur les textes originaux, le Texte Massorétique Hébreu pour l’Ancien Testament et le Texte Reçu Grec [Texte Majoritaire] pour le Nouveau Testament [2006])